Archives par mot-clé : webarchives

Rapper en 1989 : le Deenastyle (1)

Le premier média à avoir largement popularisé en France la pratique du rap en français est probablement Radio Nova, par l’intermédiaire d’une émission de radio diffusée de la fin de 1988 à fin de 1989 : Le Deenastyle.

Animée par le rappeur Lionel D, mixée par le DJ Deenasty, l’émission diffusait les dernières nouveautés de rap américain, et organisait une session de freestyle par laquelle une grande partie de la scène rap parisienne de l’époque a pu se faire connaître : MC Solaar, Passi, Stomy Bugsy, Assassin, Suprême NTM…

Le Deenastyle sur Nova, c’était tous les vendredis, de 20 heures à 22 heures, c’était le seul endroit de France où on pouvait s’exprimer. Là, on a commencé à bien délirer. Il y en avait qui rappaient pas très bien, c’était pas grave, avec Dee Nasty on ne se posait pas la question, l’important, c’était de participer. (Lionel D, cité dans Bocquet & Pierre-Adolphe 1997 : 99)

D’une certain façon, le peer to peer existait déjà, et s’appelait “copie cassette”. Au point que l’écoute de cette émission qui ne diffusait que sur la région parisienne a pu atteindre Strasbourg, Lausanne ou Marseille.

Diffusée bien au-delà de Paris, l’émission à également (en partie) traversé le temps, toujours par la magie de l’enregistrement. Vingt ans plus tard, une poignée de freestyle interprétés dans l’émission sont ainsi disponible sur Internet, par le biais de pages web ouvertes par des amateurs.

Dans les quelques extraits mis en ligne sur http://oldschoolbeats.ifrance.com/, rap et raggamuffin alternent et s’emmêlent à l’antenne. La plupart des raps sont auto-référentiels, ou évoquent la musique et le plaisir qu’elle apporte. Il s’agit essentiellement de “rapper que je te rappe”, selon la belle formule d’Anthony Pecqueux (2007 : 71).

Rico, par exemple, improvise sur le fait qu’il improvise, Puppa et Saxo incitent les auditeurs à bouger leur corps, Lionel D lance quelques dédicaces. Certains freestyles évoquent le hip hop comme mouvement culturel et artistique, telle Destinée qui invite « les sœurs du mouvement » à la fraternité.

Je réserve pour un prochain billet le commentaire des extraits (plus nombreux) publiés sur http://myseb.free.fr/deenastyle.htm

Sept ans plus tard, dans l’album 3X plus efficace, le groupe 2 Nèg parodiera ces sessions freestyle, portant un regard acerbe sur des « anciens » dont ils entendent bien se distinguer.

Objets fuyants et archives en ligne

Au cours de sa soutenance, un ex doctorant désormais docteur (bravo à lui !) a la bonne idée de rappeler ces propos, aux circonstances inconnues, du sociologue Pierre Mayol, ancien collaborateur de Michel de Certeau : « on a parlé pendant 20 ans du rock, 5 ans du rap, maintenant c’est la techno, et demain ce sera les boys band ? ».

On retrouve la trace de cette intervention au détour d’une revue de presse RFI diffusée le 10 juin 1997 par l’ambassade de France aux Etats-Unis, et dont deux ans d’archives sont conservées sur le site de l’IEP de Lyon. Le propos aurait été rapporté dans Libération, suite à la tenue d’un colloque intitulé « La techno : d’un mouvement musical a un phénomène de société ».  Le sociologue en question, Pierre Mayol, aurait eu ce commentaire :  « Je sors de 20 ans de colloques sur le rock, de deux ans de rap, maintenant c’est la techno et deja les boy’s band ! ». De  fait, il participait au colloque en question, et son intervention fait partie des actes, publiés la même année à L’Harmattan.