Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga

La première séance du séminaire « « Fight the power » ? Rapports sociaux de pouvoir et musiques hip-hop» s’organisait autour du livre d’Alice Aterianus-Owanga « Le rap, ça vient d’ici ! ». Musiques, pouvoir et identités dans la Gabon contemporain, publié en 2017 aux éditions de la Maison des sciences de l’homme. Alice Aterianus-Owanga, post-doctorante à l’Université de Lausanne, a commencé par un exposé qui revenait sur une dimension transversale de son livre, la question des rapports entre la scène rap et les autorités politiques au Gabon.

En octobre 2016, à la suite d’élections présidentielles controversées, le rappeur Kobâ publie « Odjuku », un morceau qui dénonce le président en exercice et candidat à sa propre succession, Ali Bongo. Le titre du morceau est une référence au nom d’un général nigérian supposé être le père caché d’Ali Bongo. Kobâ reprend ainsi une rumeur populaire selon laquelle le président gabonais serait en fait adopté – soupçon qui, s’il était confirmé, le disqualifierait légalement de la course à la présidence, les candidats à la présidence devant avoir un parent gabonais sur quatre générations.

Continuer la lecture de Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga

Shine bright like a diamond in Academia

La question de l’accessibilité des recherches au sein du monde académique (et au-delà) est faite de dilemmes.

Généralement, on part du principe que l’on publie pour être lu. Ce n’est pas toujours exactement vrai, mais quand c’est le cas, c’est une gageure. Car la production scientifique est plus prolifique (envahissante diront certains) que jamais, mais aussi plus opaque. Le problème, c’est la saturation d’informations. 32% des articles en sciences sociales ne seraient jamais cités, et 82% Continuer la lecture de Shine bright like a diamond in Academia

Amazones, finie la (mâle) zone

Les rappeuses, dans les années 1990, sont le plus souvent contraintes d’obtenir une forme de validation par des hommes pour exister dans le monde du rap. Les hommes sont les gatekeepers, les « physio » de l’industrie musicale aussi bien que de l’underground hip-hop. La plupart des grands noms des années 1990 sont ainsi associées à des groupes ou des possee très majoritairement masculins. Saliha et Destinée peuvent compter sur l’appui du Mouvement Authentik, Sté Strausz sur ses aînés de la Mafia Undeground, Princess Anies sur le collectif DA System. Mais des femmes sont aussi parvenues à forcer les portes de ce « male club », et à y exister entre femmes, à l’image des Ladies Night, pionnières de l’underground parisien que Vincent Piolet évoque dans son livre Regarde ta jeunesse dans les yeux. C’est aussi le cas d’un groupe lyonnais, au nom explicite : Les Amazones Continuer la lecture de Amazones, finie la (mâle) zone

Une histoire du rap à São Paulo

Naissance d’une musique de niche

Le rap aurait commencé à São Paulo au cours des années 1980 dans le centre-ville pour s’étendre graduellement aux periferias (les banlieues). L’anthropologue brésilien Da Silva (1998) affirme que les premiers rappeurs de São Paulo étaient en majorité des jeunes gens originaires des periferias, employés comme garçons de bureau dans le centre-ville. Ils se retrouvaient dans les rues alentour des stations de métro República et São Bento, partageaient le goût de la black music et écoutaient plus spécifiquement les premiers rappeurs des Etats-Unis (Afrika Bambaataa pour n’en citer qu’un). Continuer la lecture de Une histoire du rap à São Paulo

Nadia Rocha Gonfiantini

Nádia Rocha Gonfiantini est titulaire d’une licence en Lettres de l’Universidade de São Paulo. Elle a fait une première recherche, à la Sorbonne Nouvelle, sur la représentation de l’enfance douloureuse dans la littérature verista et néoréaliste italienne et une deuxième, à l'EHESS, portant sur l'idéal de réussite présent dans les textes de quatre rappeurs contemporains de São Paulo.

More Posts

Définition, genre, publics, industrie : échanges sur La Grenouille

En novembre dernier, le festival Umoja rassemblait un plateau impressionnant de rappeuses de toute la France pour ce qui était le premier festival queer et féministe hip-hop à Marseille. Le tout immortalisé par l’objectif de Graphijane.

J’y participai pour présenter quelques portraits de femmes, parfois oubliées, qui ont fait l’histoire du rap. À cette occasion, Jonah Sénouillet a réalisé une interview pour l’émission Double Neuf sur Radio Grenouille.

Jonah a fait un soigneux montage de notre échange fleuve (je suis bavard), qu’il a découpé en quatre parties Continuer la lecture de Définition, genre, publics, industrie : échanges sur La Grenouille