Archives par mot-clé : rap

Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1) et là (part.2).

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Prise de risque

B. Dufau : Tout à l’heure, tu faisais allusion à la critique qu’on t’a déjà faite, comme quoi ton rap aurait été trop scolaire. C’est une critique que le rappeur Nessbeal avait formulé à ton encontre, et j’ai l’impression que tu en as tenu compte, et je me demandais comment tu en as tenu compte, de quelle manière tu as remis en cause ton propre style ?

Médine : Je l’ai remis en cause parce que Continuer la lecture de Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Vers une discographie du rap francophone (2) : Belgique et Suisse

Je poursuis donc mon recensement des albums de rap francophones, amorcé ici avec les albums canadiens. Retour en Europe, avec deux pays dont la scène hip-hop est florissante de longue date : la Belgique et la Suisse. C’est donc avec une certaine surprise que je n’ai trouvé qu’une trentaine d’albums francophones d’au moins 8 titres publiés jusqu’en 2004.

Verso de la compilation Art-chives, ©Lézarts Urbains 2007

Les sources étaient plus rares et dispersées que dans le cas canadien. Des sites comme discogs.com, mais aussi des blogs d’amateurs1, des sites d’artistes2 Une compilation « patrimoniale » également, pour la Belgique : Art-chives : 17 ans de rap belge francophone 1990-2007, publiée par le label de l’association Lézarts Urbains en 2007.

Suisse

  • Sens Unik, Le VIe Sens, 1991
  • Sens Unik, Les portes du temps, 1992
  • Sens Unik, Chromatic, 1994
  • Double Pact, Impact n°3, 1995
  • Sens Unik, Tribulations, 1996
  • Double Pact, Pour ma planète bleue, 1998
  • Sens Unik, Pole position, 1998
  • Double Pact, C’est comme la vie, 1999
  • Opee, Une vie et quatre saisons, 1999
  • Dynamike, La théorie du kaos, 2001
  • Sens Unik, Abracadabra, 2001
  • Alsensé, Saint Laurent, 2002
  • Double Pact, Rien à perdre, 2002
  • Sim’s, Je la rêve, 2002
  • 18 sang c, Tous les mêmes, 2002
  • L’impasse, Esprit d’équipe, 2003
  • Opee, Ma vision, 2003
  • Stress, Billy bear, 2003
  • Oni/Epik, Fonetik, 2003
  • Nega, Mémoires écrites, 2004
  • Erikson, Foi sereine, 2004
  • Salam, Na Barki Ko Sabou, 2004
  • Eva D, Comme on l’entend, 2004
  • Samir & Mitshiabo, D’une vie à l’autre, 2004
  • Mezz, Face à moi-même, 2004
  • Juskobou, Des homiz capables, 2004
  • Sens Unik, Mea Culpa, 2004

Belgique

  • Benny B, L’album, 1990
  • Benny B, Perfect, Daddy K et moi, 1992
  • De Puta Madre, Une ball dans la tête, 1995
  • Defi J, Le rap appartient à ceux qui y pensent, 1996
  • Pee Gonzalez, Whuz The P ?, 1996
  • Starflam, Starfam, 1998
  • Rival, De la rue à la scène, 1999
  • De Puta Madre, Technik stonic, 1999
  • Manza, La dernière page, 2000
  • Starflam, Survivant, 2001
  • FRJ, Au-delà de Gibraltar, 2002
  • Rival, En quelques featurings, 2002
  • LPC, L’allégorie du ghetto, 2002
  • CNN 199, CNN 199, 2003
  • Starflam, Donne moi de l’amour, 2003
  • Incantation, Violé par l’histoire, 2003
  • P.50, Black book, 2004
  • HNS, On naît seul on meurt seul, 2004
  • Starflam, Pour quelques euros de plus, 2004
  • Manza, Ce que j’en retiens, 2004
  • La Tria, On se le disait, 2004
  • 13Hor, Des comptes à régler, 2004
  • OPAK, L’arme à l’œil, 2004 [maj 14/11/2013]

Évidemment, l’histoire du rap dans ces deux pays ne s’est pas arrêtée, elle, en 2004…


Scylla – BX Vibes par NorthSiderz

 

  1. http://rap-suisse.skyrock.com, http://rapsuisse.blogspot.fr… []
  2. Notamment ceux du groupe belge De Puta Madre, et du rappeur suisse Stress. []

Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Record Shelves by FourthFloor

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C’est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie.

Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n’ont été distribué qu’au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc.

Dans le cadre d’un article en préparation sur le « rap fancophone », j’ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

C’est plutôt aisé dans certains cas (par exemple pour le Canada, puisqu’il existe un site assez riche répertoriant les disques de rap québecois, http://www.disqc.com/).

C’est beaucoup plus compliqué dans d’autres cas, comme pour les scènes suisse, sénégalaise, malienne etc. malgré quelques sites ou blogs d’amateurs.

Je me concentre toujours sur la période qui va jusqu’en 2004, et sur les EP / LP d’au moins 8 titres (histoire de commencer par le commencement, et d’être cohérent avec le corpus que j’avais constitué pour le rap en France). Avant d’intégrer un album à la liste, je m’assure d’avoir pu consulter la liste des titres qui le compose, et si possible d’en avoir au moins écouté un ou deux extraits.

Si jamais vous voyez des opus à côté desquels je serais passé (et ils doivent être nombreux), n’hésitez pas à me les signaler.

MRF, « MRF est arrivé »premier clip « hip hop »1 de rap francophone au Canada

Je commence donc par les albums de rap francophone québecois, largement rassemblés grâce au travail de V-Rulent, via le site http://www.disqc.com. À noter, quelques uns de ces albums ont aussi été distribués en France (et sont donc recensés dans la discographie du rap en France).

1996

  • KC LMNOP, Ta Yeule

1997

  • LMDS, Les Messagers Du Son
  • Dubmatique, La force de comprendre
  • KC LMNOP, Ta Yeule Encore
  • KZ Kombination, Karnageez & Kombinn Lakaill

1998

  • La Constellation, Dualité
  • Dubmatique , Dubmatique
  • La Gamic , La Gamic
  • KC LMNOP, Journée idéale
  • Rainmen, Armageddon

1999

  • Don Karnage, Vice-Versa
  • Andromaïck, Une gouttelette sous l’orage
  • 2 Faces, Appelle-ça comme tu veux
  • Les Ambassadeurs, Premier maillon
  • Cavaliers Noirs, En vers et contre tous
  • Muzion, Mentalité moune morne… (Ils n’ont rient compris)
  • Remz, Quand la K7 joue à l’envers
  • Sans Pression / SP, 514-50 dans mon réseau
  • LMDS, Il faudrait leur dire

2000

  • Catburglaz, Code 022
  • Le Connaisseur, Apéro
  • Fang, CandyFang
  • Joe B.G. / Mista Snake, Underground soldiaz
  • Latitude Nord, Dis-leur
  • Loco Locass, Manifestif
  • Yvon Krevé, L’accent grave
  • Traumaturges, Suce mon index
  • Katacomb, L’antre de la folie

2001

  • Les Architekts, Le Plan
  • Les Ambassadeurs, Expansion
  • 83, HipHop 101
  • L’Assemblée, Du coin de l’œil
  • Chub-e Pelletier, Les préliminaires
  • Complys, Avertis tes chums
  • Da Vincy, Un peu plus que juste un de plus…
  • Dubmatique, Influences
  • Kasheem, Ange ou démon
  • KZ Kombination, Time lan changé
  • La Structure, Fraîcheur garantie
  • Taktika, Mon mic, mon forty, mon blunt
  • South Squad, 5 mics

2002

  • Don Karnage, Bouge
  • 83, La suite logique
  • C-Drik, 6 tracks de trop… la suite
  • Canox, The time has come
  • Cavaliers Noirs, L’État nous surveille
  • Le Cerveau, Le Québec assiégé
  • Fang, Gladiateur
  • K-Maro, I am à l’ancienne
  • Limoilou Starz, Limoilou style
  • Major Leagz, Coming through
  • ML, J’passe en d’sous d’la table
  • Muzion, J’révolutionne
  • La Réplik, Si j’avais su…
  • B.U./Ol1ku/L’Queb/H.D., Réflexions
  • Eff / U.Y.O, L’aktualité
  • UNI-T, Prêts aux changements
  • Sëfo, Toast-T D 2 Bars
  • BMC, 3 lettres qui en disent long
  • Pagaïl, C’est pour les miens

2003

  • Black Taboo, Au nom du pad et du vice
  • Atach Tatuq, La guerre des tuqs
  • Anodajay, Premier VII
  • Kulcha Connection, Plus haut
  • Buzzy Bwoy, Fume-Le
  • Ale Dee, Qui ça ?
  • 01 Étranjj, Tchin
  • 2 Faces, Game Over
  • 2e Monde, Lire entre les lignes, parler entre les mots
  • Chub-e Pelletier, La pénétration
  • Dirty Taz, Revenge of the Nerd
  • Ironik, Seul à seul
  • Loco Locass, In Vivo
  • Papaz, Le monde change
  • Yvon Krevé, Quand j’rap pas
  • Young Lionz, Un premier pas dans la jungle…
  • Vaï, Street Life
  • Stratège & Cobna, Goûte à ma sauce
  • Sans Pression / SP, Répliques aux offusqués
  • Shoddy & Webster, L’Album double

2004

  • Buzzy Bwoy, Bienvenue dans mon Game
  • FP Crew, Exposé
  • 83, Le Dernier Chapitre
  • Boogat, Tristes & Belles Histoires
  • Catburglaz, L’album français
  • Caya, La Rue M’rattrape
  • Les Chiefs , Les Chiefs
  • Damien, Damien
  • Les F-Frontés, Les F-Frontés débarquent
  • Joe B.G. / Mista Snake, Ma définition du hip hop
  • Kodiak, Pour y voir clair
  • Loco Locass, Amour Oral
  • Lion G & Lmc’Râr, That’s My Crazy World
  • Narkoi, Il était une fois
  • Ruffneck, C’est tout ce que j’ai
  • Sozi, Classic Beef
  • Eff / U.Y.O, C’est l’heure
  • Sir Pathétik, 3 ans de trippe après…
  • Shoddy, Mauvaises fréquentations
  • 2e Monde et les Bootleggers, J’aurais voulu être un MC…
  • Psykopas, Authentique
  • St-Saoul, Les oreilles ont des murs
  • K-Maro, La Good Life
  • Les 2 Tom, 2 Tom’s Up
  • Niño Malo, Voyou & Héros
  • Les Banlieuzards, L’Île du Christ …d’hier à aujourd’hui
  • William International & Issmo De Vasco, Sortie d’urgence
  1. Comme en France, il existe des appropriations de l’interprétation rappée antérieures. Voir par exemple Vis ta vinaigrette de Marc Drouin. []

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L’Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l’émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé.

Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni en matière de pratique, ni a fortiori en matière d’écoute, le rap n’est réservé aux grandes métropoles. Emeric Baron et Hugues Pineau, deux étudiants en sociologie à Paris VIII ont réalisé un mémoire sur le sujet1, dont voici quelques résultats. Premier volet, les amateurs de rap.

Les auditeurs de rap en France

Les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français comme la recherche menée par Stéphanie Molinéro montrent que l’écoute du rap est particulièrement présente chez les jeunes générations (plus de 40% chez les 15-25 ans, 20% chez les 25-35 ans). Si elle caractérise particulièrement les jeunes hommes (44% des hommes de 15 à 30 ans), un nombre significatif de jeunes femmes en écoutent (29% des femmes de 15 à 30 ans).

CC by-nc-sa ©Amir Kuckovic 2010

La majorité des auditeurs de rap étant lycéens ou étudiants, il faut se tourner vers le ménage dont ils dépendent pour les situer socialement. Les auditeurs de rap sont plus nombreux en milieu populaire – 18% des personnes dont le  chef de ménage dont est ouvrier écoute du rap. Mais ils sont bien présents dans toutes les classes sociales – et représentent par exemple 9% des personnes dont le chef de ménage est cadre ou engagé dans une profession intellectuelle supérieure. Mais vue l’importance de la variable d’âge dans la répartition des goûts musicaux, cet indicateur demeure grossier.

Les goûts musicaux des lycéens de Fécamp

L’enquête de Baron & Pineau a été réalisée par questionnaire dans deux lycées – l’un public, et l’autre privé catholique. Sans surprise, le recrutement social du lycée privé se fait dans des milieux plus favorisés2  que dans le lycée public (42% d’ouvriers et d’employés contre 10% dans le privé).

Au total, 380 personnes ont répondu au questionnaire, portant à la fois sur les pratiques et goûts musicaux dans leurs ensemble et sur le rap plus particulièrement. En rapprochant le profil sociologiques des personnes ayant répondu au questionnaire de celui des lycéens de ces trois établissements dans leur ensemble, peu de biais apparaissent. La proportion d’hommes et de femmes et respectée, la répartition socio-professionnelle aussi. On note une légère sous-représentation des lycéens dans des filières technologiques ou professionnelles, qui représentent 27% des effectifs des lycées étudiés mais seulement 20% des questionnaires recueillis.

La génération 2010-2011 des lycéens de Fécamp a passé le cap du numérique. Internet est le premier média d’écoute musicale (87% des lycéens), devant la télévision (77%) et la radio (65%). La moitié à peine des lycéens étudiés utilise toujours des CDs – 88% des mp3.

Dans l’ensemble, on note peu de différences entre ces lycéens de Fécamp et les 15-20 ans de l’enquête du ministère de la Culture en 2008. Dans les deux cas, les genres musicaux préférés sont le R&B, le rock et le rap – dans une proportion similaire : environ 15% pour chacun de ces styles musicaux. Comme à l’échelle nationale, jazz et classique emportent moins de 1% des préférences.

Les lycéens amateurs de rap à Fécamp

Centrée sur les lycéens, l’enquête de Baron & Pineau permet de préciser l’hétérogénéité sociale des publics du rap à Fécamp. Comme à l’échelle nationale, les lycéens issus de milieux populaires (ouvriers, employés) écoutent plus souvent du rap que ceux issus des catégories supérieures. Mais Même chez ces derniers, le rap est un genre musical très écouté : 42% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, 42% des enfants de professions intermédiaires, 44% des enfants d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise, 52% des enfants d’ouvriers, 61% des enfants d’employés3.

Les Chœurs de l’Armée russe à l’Abbatiale de la Sainte Trinité : le seul concert annoncé à Fécamp sur cityvox et infoconcert.com

Reprenant la distinction entre consommateurs de rap, auditeurs occasionnels des morceaux les plus diffusés, et amateurs, plus investis dans la culture de leur goût pour le rap, assistant à des concerts, lisant la presse spécialisée, voire pratiquant en amateur4, les auteurs notent que la grande majorité des lycéens qui écoutent du rap sont peu investis.

L’une des singularités du rap la faible propension des amateurs de rap à se rendre à des concerts. Seuls 16% des auditeurs de rap vont à des concerts  contre 53% de l’ensemble des lycéens. Une des raisons avancées par les auteurs réside dans la faiblesse de l’offre locale de concerts pour ce style musical. Mais en ce qui concerne la lecture de la presse spécialisée, qu’elles soit en ligne ou dans les kiosques, le pourcentage n’est pas plus élevé : 16% également.

Les rappeurs les plus cités sont ceux qui sont les plus diffusés au moment de l’enquête : Soprano, Eminem, La Fouine, et dans une moindre mesure Booba et Mister You. Les rappeurs de la région arrivent derrière, et Zikr’s est le plus cités avant Médine – il faut dire que Zikr’s était lui-même lycéen dans l’un des établissements où les questionnaires ont été distribués, ce qui indique l’importance de la popularité moins régionale que locale dont un artiste amateur peut bénéficier.

Phenn feat. Zikr’s, Des mesures, 2012

  1. E. Baron et H. Pineau, Culture urbaine et zone rurale : l’implantation du rap à Fécamp, mémoire de L3 réalisé sous la dir. de Nicolas Jounin, 2011. []
  2. 31% de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la nomenclature de l’INSEE, contre 21% dans le public. []
  3. L’écoute du rock ou du R&B fluctue dans une fourchette comparable – mais inverse dans le cas du rock, qui atteint 60% chez les CPIS et le PI contre 45% chez les ouvriers. []
  4. Stéphanie Molinéro, Les publics du rap, L’Harmattan, 2009. []

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu’il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre – Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches…, j’étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d’origine lyonnaise :

Akim n’arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu’il n’est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l’un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master « M », alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu’il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master « M », en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d’exemplaires, rencontre un succès d’estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l’interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l’avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d’enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s’agit-il de rap en arabe ? Voir… s’agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j’interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c’était pas vraiment du rap. C’était du raï. C’était du raï-rap. Y a du raï’n’b, lui c’était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d’écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l’ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»… []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n’ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []