Archives par mot-clé : Orelsan

Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

Dans la multiplicité des affaires qui ont amené des rappeurs devant les tribunaux, l’affaire Orelsan est singulière à plus d’un titre. C’est l’une des raisons qui m’a conduit à lui consacrer un premier article, dans le livre dirigé par Arnaud Montas, Droit(s) et Hip-hop, aux éditions Mare & Martin.

L’une de ces singularités, c’est qu’elle est sans doute la première grande affaire concernant le rap en France qui se déroule d’abord dans la sphère numérique. Enquêter sur une telle affaire est donc une bonne occasion pour expliciter de quelle façon on peut utiliser des sources issues du web pour des analyses en sciences sociales, sans accréditer pour autant l’idée d’une radicale nouveauté de « l’enquête en ligne1 ».

Une vie sociale se joue désormais aussi en régime numérique

L’affaire Orelsan naît en mars 2009 sous la forme d’un scandale2, avant que le débat dans l’espace public autour de ce scandale ne prenne la forme d’une Affaire au sens fort – opposant d’un côté la cause de la lutte contre les violences faites aux femmes, et de l’autre la cause de la liberté d’expression. A partir de l’été 2009, Continuer la lecture de Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

  1. Madeleine Pastinelli, 2011, « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et sociétés vol. 35 n°1-2. En ligne : https://id.erudit.org/iderudit/1006367ar []
  2. Damien de Blic et Cyril Lemieux, 2005, « Le scandale comme épreuve », Politix n°71, pp. 9-38. []

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire « Fight the power » ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes.

Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le cas de figure le plus commun semble être l’adaptation d’instrumentales pour des bandes originales de spots télévisés, le rap est également beaucoup caricaturé en publicité. Du «Rap du notaire » à la « Fruit Battle » d’Oasis en passant par la campagne «Pink Daddy », de nombreuses marques se sont essayées à l’exercice. Filles dénudées, bling bling, grosses voitures, maisons de luxe… les symboles du gangsta rap sont repris et tournés en dérision. Continuer la lecture de In da pub

Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

Deux doctorants ont initié un nouveau carnet de recherche consacré au rap il y a quelques mois maintenant : Nycthémère. Le 5 mai 2015, ils ont réalisé un entretien avec moi autour de mes recherches sur le rap. Les deux premières parties de notre échange se trouvent sur leur blog :

La troisième est ici, en attendant la quatrième et dernière, de nouveau sur Nycthémère

Le rap, les mots et les choses

Nycthémère : Est-ce que vous défendez plutôt l’idée que « le rap » existe, qu’il y a une forme d’unité, ou au contraire qu’il n’y a pas « le » rap, mais « des » raps, et que l’unité ne vient que de l’assignation médiatique, qui peut après être reprise par les rappeurs ?

Karim Hammou : Une des choses que je constate en France, c’est la capacité collective – et je m’inclus dedans – à faire tenir le rap comme étiquette, ce qui nous distingue assez fortement d’autres pays. Le rap n’est pas une étiquette qui me semble tenir aussi massivement en Angleterre ou aux États-Unis, il y a des catégories concurrentes, il y a le hip hop, il y a Continuer la lecture de Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?