Étiqueté : Lino

1

Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici : https://surunsonrap.hypotheses.org/3420 Emmanuelle Karinos & Karim Hammou Une musique dépourvue de logique ? B. Dufau : C’est intéressant parce que là on voit comme tout est pensé, concerté, et dans d’autres morceaux, par exemple sur « Musique archéologique » tu parles de ta musique comme...

0

Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Le 22 février 2017, de 18h30 à 20h, je présentais au Quai Branly une conférence intitulée “Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)”, dans le cadre du cycle Grandes révoltes de l’université populaire du musée. Il est possible de réécouter la conférence sur le site du Quai Branly, ou ici même : Résumé : L’esclavage et la colonisation tiennent une place particulière dans le rap français. Ces violences collectives sont régulièrement évoquées, de façons allusives ou explicites, et mises en Karim HammouMore Posts – Website

16

Black Verdun

Par Laurence De Cock[1] et Karim Hammou[2] Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson. Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à la communauté nationale aboutit à l’annulation pure et simple...

4

Appelle-moi la Marseillaise

Dans un article publié en 1989, Nadya Bouzar-Kasbadji1 revient sur l’histoire méconnue de l’hymne français en territoire colonial. En matière de symboles nationaux, la tentation est grande de produire des récits privilégiant exclusivement le point de vue « métropolitain » et reléguant les colonies au statut de « marges », et ce alors même que de nombreux travaux ont démontré le caractère formateur et fondamental des politiques impériales de la France tant sur Nadya Bouzar-Kasbadji Nadia, « La Marseillaise et ses dissonances en Algérie coloniale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°52-53, 1989, pp. 241-250. [↩]Karim HammouMore Posts – Website

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search