Archives par mot-clé : block party

Batailler pour un chant : un compte-rendu

 

Avant-propos

Avec l’accord de son auteur, je reproduis ici un compte-rendu de ma thèse, Batailler pour un chant. La constitution d’une culture professionnelle musicienne du rap français1. Ce compte-rendu a été rédigé par Séverin Guillard, doctorant en géographie au Lab’Urba et allocataire à l’Université Paris Est. Il est directement en prise avec les questionnements travaillés par Séverin dans le cadre de sa propre thèse, et a constitué l’amorce d’une correspondance entre Séverin et moi dont je reproduirai des extraits dans un second billet.

Karim Hammou

Travaillant sur la question de l’espace dans le rap, la thèse de Karim Hammou m’a intéressé à la fois car elle apporte sa pierre à l’édifice des recherches portant sur le rap en France, mais aussi car les problématiques qui y sont traitées font écho aux thématiques en cours de développement dans ma propre recherche.

Le compte-rendu que je propose ici n’a évidemment pas pour vocation d’être exhaustif, mais plutôt de mettre en évidence différents points qui m’ont particulièrement intéressé. S’il m’arrivera parfois de faire des résumés un peu longs de certains passages de la thèse, c’est avant tout pour montrer comment je l’ai interprétée avec mon regard de géographe. Je procéderai donc en deux temps, en donnant d’abord mon interprétation de différents aspects de ce travail avant de passer ensuite à une mise en perspective de cette thèse au regard de mes propres problématiques.

I. Une contribution à la recherche sur le rap dans les sciences sociales francophones

Tout d’abord, Batailler pour un chant apporte un net renouvellement par rapport à l’approche adoptée jusqu’ici par la plupart des auteurs en sciences sociales françaises traitant du rap français. En effet, cette recherche interroge l’objet rap en lui-même, en ne considérant jamais sa définition comme évidente. Elle contraste en cela avec la position adoptée par la majorité des recherches publiées jusqu’au milieu des années 2000, où le rap n’était utilisé que comme un outil pour comprendre les problématiques liées à la « banlieue », les populations issues de ce territoire symbolique étant considérées comme les producteurs et les destinataires naturels de ce type de musique.

L'hétérogénéité des pratiques (discographiques) de rap en français
L’hétérogénéité des pratiques d’interprétations rappées en français

Ainsi, la thèse de Karim Hammou présente l’intérêt de s’interroger sur la nature même du « genre rap francophone ». La plupart des recherches françaises semblent en effet considérer le rap comme un ensemble uni, auquel correspondrait un certain nombre de caractéristiques sociales ou esthétiques. Cette thèse s’oppose à cette approche, en montrant que le rap résulte avant tout d’une production collective, d’une « hétérogénéité de pratiques que l’évidence du genre masque » (p.11). J’ai été à ce titre particulièrement intéressé par la distinction particulièrement opérée entre des « pratiques d’interprétations rappées en français », le « genre rap francophone » et le « monde social du rap français ».

Mais si cette thèse déconstruit l’unité apparente du rap, elle montre également que la définition même de ce genre musical Continuer la lecture de Batailler pour un chant : un compte-rendu

  1. Thèse de doctorat réalisée sous la direction d’Emmanuel Pedler et soutenue en octobre 2009 à l’EHESS. []

1986, terrain vague de La Chapelle

Une vidéo tournée il y a maintenant presque 25 ans donne à voir l’un des hauts lieux parisiens où l’on pouvait découvrir la culture hip hop au milieu des années 1980. Il s’agit d’un terrain vague, près du métro La Chapelle, dans le nord de Paris. Après quelques démonstrations de danse, on y voit le DJ Dee Nasty, futur animateur du Deenastyle sur Radio Nova, réaliser quelques performances de scratchs.

Dans Rap ta France1, Dee Nasty raconte comment ces blocks parties françaises sont nées :

Avec un copain, on décide d’organiser des free jam dans le terrain vague à côté du métro La Chapelle. C’était là que Bando et les graphers de l’époque venaient peindre sur les murs. Avec le métro aérien on se croyait à New York. Mon porte apporte ses enceintes, je trouve un loueur de groupe électrogène, ça coûtait cent trente balles pour la journée. J’amène avec le scooter les platines, les disques et j’installe tout ça dans le terrain vague. La première, c’était un samedi après-midi. Les gens étaient au courant par Radio 7. C’était deux francs l’entrée. c’était dans une ancienne usine, il y avait encore du carrelage et on avait nettoyé pour que les danseurs puissent breaker dessus. […]

Au début, c’était entre nous, les habitués du terrain vague. C’étaient tous les mecs des cités qui étaient là, qui écoutaient du rap, qui étaient dedans. Ça m’a rassuré. Il y avait des mecs qui faisaient des graffitis, des breakers qui s’entraînaient et ça faisait plaisir à tout le monde. Et puis de samedi en samedi, ça arrivait, ça arrivait. Il y avait deux cents à trois cents personnes dans le terrain et les flics ont commencé à se poser des questions. On a fait ça d’août à novembre 86. Il y en a eu une dizaine, après ça commençait à cailler.

Au printemps, j’ai essayé de reprendre le terrain vague et on a eu un gros problème, ils avaient changé le commissaire. Des cars de flics sont arrivés et ont encerclé le terrain, tout le monde est partie en courant.2

Un autre extrait vidéo ce trouve ici. Merci à celui ou celle qui a partagé ces vidéos…

  1. José-Louis Bocquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France. Les rappeurs français prennent la parole, J’ai Lu 1997 []
  2. Bocquet & Pierre-Adolphe, op. cit., p63-64 []