Archives de catégorie : 8 – « Rap game »

Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Da Mayor,
Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya… et Sugarhill Gang. Et c’était un super truc pour danser – pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s’appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Continuer la lecture de Ca vient de la Méditerranée – Phocée

  1. Extraits d’un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []

Pouvoir, concurrence et coopération : Skyrock comme cas d’école

Sur Aligre FM, on a pu entendre récemment une intéressante interview de Laurent Bouneau par Royal S, diffusée le 14 février 2013 dans l’émission « Old School New School ».

Un professionnel de la radio commerciale

La première chose qui frappe dans les propos de Laurent Bouneau, c’est l’omniprésence de références qui ne font sens qu’à partir des logiques propres à l’univers du marketing radiophonique. C’est d’autant plus notable que Laurent Bouneau s’exprime ici dans une émission spécialisée destinée non à des professionnels de la radio ou des annonceurs, mais à des amateurs de hip-hop, et que l’on peut supposer son discours très contrôlé – Skyrock a toujours été soucieuse de son image publique, et Laurent Bouneau n’est pas un néophyte en la matière. Ce sont autant de pistes pour comprendre le type de raisonnement pertinent lorsque l’on occupe une place telle que celle de directeur (« général », il y insiste) des programmes d’un des principaux réseaux radiophoniques français.

business chart showing success
business chart showing success

Il est donc question d’enjeux juridiques (vis-à-vis de la loi sur les quotas, mais aussi des éventuelles plaintes pour diffamation dont Skyrock pourrait être la cible en diffusant les clashs des rappeurs), d’audience, et de « contacts » – un terme marketing qui désigne le nombre de fois où un message est lu, vu ou entendu1. Il est aussi constamment question de concurrence – avec les médias que l’on distancie et donc que l’on mentionne explicitement pour mieux valoriser sa propre marque (Ado, Générations, Youtube), mais aussi ceux avec lesquels le bras de fer est moins avantageux, et dont on évite de citer le nom. Il est alors question du « peloton qui est aux alentours de 9 points [de part d »audience] » : RMC, Europe 1, France Inter, RTL, , un peloton sur lequel Skyrock lorgne d’autant plus que le rejoindre signifierait dépasser nettement le rival direct passé sous silence de façon assourdissante, NRJ.

Il est aussi question de sondages, et de l’âge minimal de à partir duquel les auditeurs de radio sont pris en compte par Médiamétrie. Ici, l’intervention de Laurent Bouneau est d’autant plus éloquente sur l’omniprésence de l’enjeu publicitaire qu’elle l’amène à détourner totalement la question de l’animateur pour saisir à la volée l’occasion de relayer un revendication de longue date de Skyrock. Alors que la question de l’influence de la radio sur les plus jeunes est soulevée par Royal S, Laurent Bouneau souligne l’importance de l’auditorat de moins de 13 ans de la station, au risque d’accroître l’impression d’irresponsabilité complète du directeur (général) :

Royal S : Skyrock a joué ou a rentré en playlist les morceaux de clash ? […] Sincèrement, justement, tu viens de le dire, vous êtes un mass-media, est-ce que c’est une bonne idée qu’une radio comme Skyrock rentre ce genre de titres… Je pense aux plus jeunes qui sont vraiment éduqués en partie, je dis bien partie, parce que Skyrock ne fait pas l’éducation des plus jeunes, du moins j’espère…

Laurent Bouneau : Il faut bien comprendre puis qu’on me pose souvent la question, les sondages, et je le dis d’ailleurs, les sondages démarrent à 13 ans. On dit « il y a 4 millions d’auditeurs chaque jour », c’est 4 millions d’auditeurs de plus de 13 ans. Donc déjà nous on se bat en France pour qu’il y ait une prise en compte des sondages à partir de 11 ans, ou de 8 ans. Donc il y a toute une partie de l’audience de Skyrock qui n’est pas comptabilisée. Non, mais c’est important, parce que si elle était comptabilisée, ça nous mettrait dans un peloton où on trouve actuellement… peloton qui est aux alentours de 9 points.

La question du formatage à la lumière du concept de chaînes de coopération

L’interview de Laurent Bouneau est aussi intéressante par la façon dont le directeur (général) des programmes se positionne vis-à-vis des rumeurs récurrentes affirmant qu’« il faut payer pour passer dans l’émission Planète Rap » ou que Laurent Bouneau interviendrait directement sur le contenu et la forme des chansons de rap qu’il diffuse. Que l’on considère qu’il dise la vérité ou qu’il mente, la forme de sa réponse contient un enseignement intéressant. Dans les deux cas, elle adopte la même  structure : « non… mais/après… ». Qu’est-ce que ce « mais/après » révèle ? Que de l’aveu même de L. Bouneau, la question de l’influence dans les industries musicales est complexe.

S’il est facile de récuser les formes les plus directes et les plus systématiques d’intervention sur les œuvres ou de clauses financières conditionnant la participation à l’une des émissions phare de la station, des mécanismes plus subtils sont à l’œuvre que l’on peut décrire de façon différente selon le point de vue adopté – d’un côté celui de Skyrock, de l’autre celui des producteurs ou artistes. C’est tout le problème du pouvoir, défini par Max Weber comme la probabilité de faire triompher sa volonté au sein d’une relation sociale, même contre des résistances2. Peu importe ce sur quoi repose cette probabilité – conviction, dépendance, échange monétaire… Peu importe également que l’on cherche a échapper au pouvoir : à partir du moment où l’on noue une relation, la question du pouvoir entre en jeu, même si ce ne sont souvent que les résistances, précisément, qui la fait éclater au grand jour.

Et c’est ce qu’illustrent implicitement les réponses de Laurent Bouneau (tout en occultant, dans cet extrait précis, le rôle central que tient souvent la maison de disque, entre l’artiste et la station).

Royal S : La légende dit que Laurent Bouneau squatte avec les artistes dans les studios pour leur dire : « Mets plus de basses, mets-en moins… » […]

L. Bouneau : « Mets plus de basses, mets-en moins », non, par contre, aller en studio, oui, quand on m’invite. Je trouve que c’est une marque de respect vis-à-vis de l’artiste d’aller écouter son travail en studio. c’est un moment toujours privilégié, c’est des supers moments. Mais je n’impose à personne… voilà, un artiste il fait ce qu’il veut. S’il a envie de me faire écouter son travail en studio il le fait, s’il n’a pas envie il ne le fait pas, ça change rien. Non, non, je suis pas interventionniste, je suis pas producteur. Voilà. Donc moi la seule chose que je fais c’est jouer les titres. Et de les choisir.

Pourquoi inviter Laurent Bouneau en studio si son avis n’est pas important ? Et pourquoi son avis serait-il important ? Parce qu’il travaille « depuis 27 ans en radio » et qu’il a « un recul » qui fait défaut à nombre d’artistes sur leurs propres œuvres ? Peut-être, mais de façon toute aussi certaine, parce que Skyrock demeure en position de monopole relatif sur la diffusion du rap français depuis quinze ans. A partir de là, peu importe que la volonté en matière de sélection musicale de Laurent Bouneau rencontre des résistances – ou n’en rencontre pas, parce qu’elle est intégrée en amont à l’étape de la conception de morceaux. Son pouvoir et plus largement celui de Skyrock, dans la relation qui le lie à des artistes et des maisons de disques, est certain. Les chaînes de coopération3 au sein des industries musicales font que chaque acteur est dépendant des autres – dans les termes de Laurent Bouneau :

Un artiste ne réussit pas tout seul. Une radio ne réussit pas toute seule. Tu réussis avec une équipe qui est avec toi. […] On a tous besoin des autres. Et bon, l’union fait la force. Qu’est-ce qu’un artiste doit faire quand il signe à la limite dans une boîte ? Qu’est-ce qu’un artiste doit faire quand il signe à la limite dans une boîte ? C’est déjà fédérer toute la boîte autour de lui, c’est déjà un travail en interne. Faut que tout le monde ait envie de se battre dans la même direction.

Mais ce besoin mutuel est aussi asymétrique : pour des centaines, voire des milliers de prétendants à la diffusion, un seul canal de radiodiffusion massive du rap français existe. Situation qui, évidemment, est le fruit des choix des réseaux radiophoniques concurrents à Skyrock. De ce point de vue, l’appel de Laurent Bouneau à fédérer tout le monde peut se lire comme un plaidoyer pour que les artistes intègrent les attentes de leurs maisons de disques et, au-delà, de sa propre radio.

On peut tenir un raisonnement comparable pour le caractère « payant » d’un Planète Rap. Même si une telle exigence n’est pas explicitement ou systématiquement formulée, un artiste qui n’assure pas une promotion à la hauteur des attentes de Laurent Bouneau risque fort de compromettre la bonne volonté de la radio à coopérer avec lui.

[Planète Rap] a toujours été gratuit. Après, on est une radio, on est un mass-media. Si tu veux que ton disque vende, mieux vaut communiquer dessus au moment où il sort. On a tous les résultats si tu veux, semaine après semaine, y a des gens qui communiquent et des gens qui communiquent pas. Ceux qui communiquent pas ils ont de moins bons résultats. C’est pas un impôts. Les gens vont te prendre de la pub s’ils ont envie de communiquer sur un produit. Donc… c’est la même chose avec Skyrock. Mais Planète Rap ça n’a jamais été payant. Jamais.

Il y a une prémisse implicite dans ce raisonnement, c’est-à-dire un élément logique qui n’est pas formulé en toutes lettres mais qui rend logiquement cohérent l’enchaînement des arguments. Cette prémisse, c’est que l’anticipation de ventes importantes influence le choix d’entrer un titre en programmation ou d’inviter un artiste dans Planète Rap. Et comment anticiper des ventes importantes lorsque l’on est directeur (général) des programmes de Skyrock ? Entre autre en prêtant attention aux budgets promo qui accompagnent une sortie discographique, et notamment ceux qui passent par la régie publicitaire de la station.

Dans la relation entre la station et des artistes ou des producteurs, il existe un enjeu : l’accès à l’émission « Planète Rap ». La forme que prend la relation est-elle celle de la conviction (convaincre qu’une « communication » accompagnera la sortie) ou celle de l’échange monétaire (« acheter » un Planète Rap) ? La nuance est mince, surtout lorsque l’on se place du côté des artistes et producteurs qui espèrent obtenir une visibilité radiophonique maximale.

Le scandale comme ressource des industries médiatiques

Un dernier point a retenu mon attention dans cette interview, la position de Laurent Bouneau vis-à-vis des clashs qui opposent en ce début d’année 2013 Booba, Rohff et La Fouine. J’ai en effet découvert avec une certaine surprise, dans un premier temps du moins, que Skyrock diffusait certains de ces morceaux. L’explication du directeur des programmes, invité à se justifier moralement sur un tel choix par l’animateur de « Old School New School », oscille entre un certain malaise et le rappel des logiques professionnelles dans lesquelles Skyrock s’inscrit, et qui cette fois ne concernent plus seulement le paysage radiophonique, mais l’ensemble des industries médiatiques.

Royal S : Mais moi ma question, c’est est-ce que ça donne l’exemple aux plus jeunes, entre guillemets. Bon, c’est pas vous qui avez fait les clashs non plus, mais le fait de véhiculer tout ce qu’il y a autour, est-ce que c’est une bonne idée ?

L. Bouneau : Non, si tu veux c’est pas comme ça que… C’est pas une idée, mon travail n’est pas une idée, de programmer. Mon travail à un moment donné est de programmer une radio qui s’adresse aux gens qui aiment le rap et le R&B. A partir du moment où un rappeur sort un titre, le commercialise, comme « Milan AC », est n°1, qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ? […] Moi je travaille pour qui ? Pour les auditeurs. Je veux dire si le… Je t’ai dit, ces deux morceaux sont dangereux. Ils contiennent des propos diffamatoires de l’un vers l’autre et de l’autre vers l’un. Donc d’abord, moi je devais veiller à ce que les deux soient diffusés au même niveau. Que je ne sois pas attaqué de la part de l’un vers l’autre en disant… Ensuite, ce sont des propos qui sont dangereux potentiellement. Maintenant il faut se rendre compte et c’est ce que j’ai dit quand je l’ai annoncé sur twitter : « A la demande générale », parce que j’ai bien vu à partir du moment où on a commencé à jouer, et le Booba « Milan AC » chez David et dans Fred, dans Planète Rap, j’ai vu les réactions. C’est une folie. C’est une folie. Y a un moment, une radio elle vit pour ses auditeurs. Donc si tous les auditeurs sont excités comme jamais par les clashs, tu ne peux faire qu’une chose, c’est d’en parler. Alors on peut être hypocrite et dire : « Ah c’est pas bien »… Ouais, mais la réalité c’est que tout le monde est excité par ces clashs.

Le raisonnement de Laurent Bouneau peut tout aussi bien être qualifié de réaliste que de cynique. Régulièrement, Skyrock prétend en effet jouer un rôle de média citoyen. Reste que ce raisonnement, comme le directeur (général) des programmes ne manque pas de le rappeler, n’est pas seulement celui de cette station de radio. Il est à rapprocher du rôle que les grands médias, au-delà de Skyrock, jouent dans la mécanique des conflits entre ce rappeurs. On peut parler d’instrumentalisation mutuelle de la part de ces médias et des artistes impliqués – une coproduction de cet événement qui aura saturé l’agenda médiatique lié au rap durant les premières semaines de l’année 2013.

Annexe : l’essentiel de l’interview retranscrite

L’enregistrement complet peut s’écouter ici.

Royal S : Je suis avec le directeur des programmes de la radio Skyrock, Laurent Bouneau, qui va répondre à mes question pour l’émission Old School New School. […] Je vois qu’ il y a plein de disques d’or…

Laurent Bouneau twittant une photo du dernier double disque de platine qu’il a reçu

Laurent Bouneau : Ma spécialité c’est de les mettre en haut. Sur le plafond. Ceux qui sont là peuvent être changés en fonction de l’actualité. Y en a là dans le bureau, ça représente que 40% en fait de ce que j’ai reçu depuis que j’ai commencé la radio. Y a pas tout. On m’avait proposé à un moment d’en mettre au sol, j’ai dit : « Jamais, je ne marche pas sur les artistes. » On vit grâce à eux. […]

RS : T’es le directeur de la programmation de la radio Skyrock…

LB : …directeur général. Parce que le mot général, j’insiste dessus, c’est important.

RS : Ok. Skyrock qui s’appelait avant La Voix du Lézard […]. Et au milieu des années 1990, y a une loi qui est passée qui obligeait toutes les radios à mettre 40% de chanson française, et c’est a priori ce qui aurait poussé Skryock à jouer du rap français…

LB : C’est ce que j’ai dit dans une interview à l’époque, et comme y a beaucoup de jalousies, ils se sont servis de ce propos que j’ai tenu à un moment donné pour dire : « Ah ben regardez, la raison pour laquelle Skyrock a opté pour ce format-là. » Dans la réalité, en fait, c’est vrai qu’il y avait une loi qui était passée, qu’il y avait plein d’artistes qui se battaient en disant : « grâce à cette loi on va être rejoués », et c’est vrai que c’était un pied de nez pour moi de dire : « On va jouer la loi, on va pas jouer au con, on va jouer l’esprit de la loi, mais on va démarrer tout une nouvelle génération d’artistes. Les artistes hip hop. » Maintenant, est-ce que j’aurais été sur le rap et le R&B s’il n’y avait pas eu cette loi, oui. Ca m’a été beaucoup reproché après, comme ça m’a été reproché de dire : « est-ce que t’aimes le rap… » C’est une question qu’on me pose très souvent quand même. Mais les gens se rendent pas compte à un moment donné, le nombre de projets qu’on a, si j’aimais pas ça, je dirais que je me serais tiré une balle dans la tête depuis longtemps.

RS : Mais toi on peut dire que t’es plus un enfant du rock, ou pas vraiment ?

LB : Moi ma culture, je suis né à Rennes, j’y ai vécu dix ans, le premier concert que j’ai vu c’est de la musique bretonne, Alan Stivell, j’ai une culture new wave, pas une culture rock. J’ai une culture new wave qui était La Voix du Lézard. Il y a beaucoup d’ailleurs d’instrus qui ont été reprises dans le hip hop ensuite qui venaient de la new wave anglaise. Ensuite j’ai une culture pop, j’ai une culture musicale tout court en fait. Donc je peux pas dire que je suis un enfant du rock. Je suis de cette génération. Si en effet le rock était la musique des jeunes, je suis de la génération rock, mais depuis le milieu des années 1990, en fait, la musique des jeunes, c’est le rap et le R&B.

RS : C’est Skyrock qui a rendu service au rap, ou c’est le rap qui a rendu service à Skyrock ?

LB : C’est les deux, mon capitaine.

RS : L’un ne va plus sans l’autre ?

LB : Non, c’est pas que l’un ne va plus sans l’autre. Le rap avait besoin d’un mass-media. Alors qu’est-ce que c’est qu’un mass-media… parce que les gens, les internautes, disent : « Voilà, telle vidéo fait cinq millions de contacts, de lectures, Skyrock ils ont quatre millions d’auditeurs… » En fait, grosso modo, y a 300 000 personnes qui écoutent Skyrock à chaque instant. Quand on joue un titre huit fois par jour, ça veut dire qu’il y a deux millions et demi de contacts. C’est-à-dire que quand une vidéo est regardée à un million de vues sur Youtube, moi la même semaine, si je joue en forte rotation le titre, je livre vingt millions de contacts. C’est-à-dire vingt fois plus. C’est pour mesurer l’impact de la radio. Skyrock a quatre millions d’auditeurs, et c’est vrai que ses concurrents sur le rap et le R&B, on peut prendre Générations, c’est une radio qui a 200 000 auditeurs. C’est bien, c’est louable. Mais on peut pas comparer 200 000 auditeurs avec quatre millions. Ou 300 000 pour Ado. Voilà. Donc c’est ça, c’est ce qui a fait la force de la scène rap française, c’est qu’elle a eu un média pour la populariser. Maintenant, ce média il a vécu de quoi ? il a vécu du travail des artistes. Ceux qui parlent le mieux du travail avec Skyrock, à la limite, c’est Rohff. Il dit : « Moi j’ai apporté à Skyrock, je leur ai donné des choses qui étaient formidables, et eux ils m’ont joué. » Et il a raison. Les deux s’apportent mutuellement. Sauf pour l’artiste qui a un instant T n’a pas été choisi. Celui-là il gueule.

RS : On dit aussi que Laurent Bouneau serait le directeur artistique commun de toutes les maisons de disques en ce qui concerne le rap.

LB : Non, non, non. Mais le talent est difficile à trouver… j’ai une idée précise aussi de ce qu’est un mass-media. Je crois que le fait que je ne sois pas un enfant du hip hop fait que justement… Quand t’es un enfant du hip hop, tu as très vite des potes. Et très vite tu favorises tes amis. C’est logique. Et d’ailleurs on le voit dans le rapport avec les rappeurs. Les principaux problèmes que j’ai rencontré c’était pas avec les rappeurs eux-mêmes. C’était avec leurs potes qui voulaient percer. Je veux dire qu’un rappeur se retrouvait : « voilà, soit je travaille mon pote, soit je travaille la radio qui me développe, qui me défend. » Ca a été le principal problème, donc il fallait quelqu’un qui vienne d’un… qui ait un recul. Moi je suis un professionnel de la radio. Voilà. Donc j’écoute du son depuis tout petit, je travaille depuis 27 ans en radio, j’essaie de… voilà, j’ai une culture de ce qui peut fonctionner, de ce qui peut toucher le public, et de ce qui ne peut pas le toucher.

RS : Mais la légende qui dit que Laurent Bouneau squatte avec les artistes dans les studios pour leur dire : « Mets plus de basses, mets-en moins… » C’est une légende ?

LB : « Mets plus de basses, mets-en moins », non, par contre, aller en studio, oui, quand on m’invite. Je trouve que c’est une marque de respect vis-à-vis de l’artiste d’aller écouter son travail en studio. c’est un moment toujours privilégié, c’est des supers moments. Mais je n’impose à personne… voilà, un artiste il fait ce qu’il veut. S’il a envie de me faire écouter son travail en studio il le fait, s’il a pas envie il le fait pas, ça change rien. Non, non, je suis pas interventionniste, je suis pas producteur. Voilà. Donc moi la seule chose que je fais c’est jouer les titres. Et de les choisir. On peut pas dire que… Quand on va écouter un album en studio, ou quand on va écouter un truc, on définit aussi une stratégie. Ne nous trompons pas. Un artiste ne réussit pas tout seul. Une radio ne réussit pas toute seule. Tu réussis avec une équipe qui est avec toi. […] On a tous besoin des autres. Et bon, l’union fait la force. Qu’est-ce qu’un artiste doit faire quand il signe à la limite dans une boîte ? C’est déjà fédérer toute la boîte autour de lui, c’est déjà un travail en interne. Faut que tout le monde ait envie de se battre dans la même direction. Le succès est très, très difficile, donc il faut fédérer toutes les énergies pour l’atteindre. Donc c’est vraiment un travail collectif, les gens ils aiment un artiste, mais derrière cet artiste-là, y a un mec qui a composé des sons, y a un mec qui a écrit… Y a tout un cursus artistique qui fait qu’on arrive ou pas au succès.

RS : On dit aussi que la semaine Skyrock serait payante. Ca aussi c’est une légende ? […]

LB : Non, ça a toujours été gratuit. Après, on est une radio, on est un mass-media. Si tu veux que ton disque vende, mieux vaut communiquer dessus au moment où il sort. On a tous les résultats si tu veux, semaine après semaine, y a des gens qui communiquent et des gens qui communiquent pas. Ceux qui communiquent pas ils ont de moins bons résultats. C’est pas un impôts. Les gens vont te prendre de la pub s’ils ont envie de communiquer sur un produit. Donc… c’est la même chose avec Skyrock. Mais Planète Rap ça n’a jamais été payant. Jamais. J’ai vu cette question deux fois ou trois fois sur tweeter. Non, non. Maintenant attention, les places sont chères. On est aujourd’hui le 5 février, j’ai un planning qui est prêt jusqu’au 14 juin. Donc les places sont très chères. Voilà l’histoire. Donc il faut se… c’est vrai qu’on peut pas contenter tout le monde et y a toujours des gens qui sont déçus.

RS : Skyrock a joué ou a rentré en playlist les morceaux de clash ? C’est bien vrai ?

LB : Ouais, on a rentré les clash quand j’ai reçu celui de La Fouine, parce qu’il fallait absolument… si on rentrait celui de Booba, il fallait qu’on ait celui de La Fouine en même temps. Je me suis posé la question sur celui de Rohff que je n’avais pas rentré à l’époque, mais j’ai trouvé qu’il y avait « K-sos for life » depuis et que bon, il était… Les nouveaux clashs… enfin le clash La Fouine Booba est quand même la conclusion des canulars téléphoniques qui ont été divulgués sur Internet début janvier, où les fiches Stic des rappeurs ont été mis… divulgués.

RS : Sincèrement, justement, tu viens de le dire, vous êtes un mass-media, est-ce que c’est une bonne idée qu’une radio comme Skyrock rentre ce genre de titres… Je pense aux plus jeunes qui sont vraiment éduqués en partie, je dis bien partie, parce que Skyrock ne fait pas l’éducation des plus jeunes, du moins j’espère…

LB : Il faut bien comprendre puis qu’on me pose souvent la question, les sondages, et je le dis d’ailleurs, les sondages démarrent à 13 ans. On dit « il y a 4 millions d’auditeurs chaque jour », c’est 4 millions d’auditeurs de plus de 13 ans. Donc déjà nous on se bat en France pour qu’il y ait une prise en compte des sondages à partir de 11 ans, ou de 8 ans. Donc il y a toute une partie de l’audience de Skyrock qui n’est pas comptabilisée. Non, mais c’est important, parce que si elle était comptabilisée, ça nous mettrait dans un peloton où on trouve actuellement… peloton qui est aux alentours de 9 points. Bon, ça c’est un autre… c’est un débat technique. Ensuite sur les clash…

RS : Mais moi ma question, c’est est-ce que ça donne l’exemple aux plus jeunes, entre guillemets. Bon, c’est pas vous qui avez fait les clashs non plus, mais le fait de véhiculer tout ce qu’il y a autour, est-ce que c’est une bonne idée ?

LB : Non, si tu veux c’est pas comme ça que… C’est pas une idée, mon travail n’est pas une idée, de programmer. Mon travail à un moment donné est de programmer une radio qui s’adresse aux gens qui aiment le rap et le R&B. A partir du moment où un rappeur sort un titre, le commercialise, comme « Milan AC », est n°1, qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ?

RS : Ouais, tu le joues ?

LB : Voilà. C’est pas une idée. Donc ce qui s’est passé, c’est que je me suis posé la question, J’ai fait une étude d’abord juridique des titres parce que les titres sont dangereux.

RS : Après ça voudrait dire que n’importe quel rappeur qui sortirait un titre et qui rentre n°1, va directement être joué sur Skyrock, quel que soit le message qu’il véhicule ?

LB : Je veux dire à un moment… je veux dire… C’est important, on est là pour refléter les goûts du public. Moi je travaille pour qui ? Pour les auditeurs. Je veux dire si le… Je t’ai dit, ces deux morceaux sont dangereux. Ils contiennent des propos diffamatoires de l’un vers l’autre et de l’autre vers l’un. Donc d’abord, moi je devais veiller à ce que les deux soient diffusés au même niveau. Que je ne sois pas attaqué de la part de l’un vers l’autre en disant… Ensuite, ce sont des propos qui sont dangereux potentiellement. Maintenant il faut se rendre compte et c’est ce que j’ai dit quand je l’ai annoncé sur twitter : « A la demande générale », parce que j’ai bien vu à partir du moment où on a commencé à jouer, et le Booba « Milan AC » chez David et dans Fred, dans Planète Rap, j’ai vu les réactions. C’est une folie. C’est une folie. Y a un moment, une radio elle vit pour ses auditeurs. Donc si tous les auditeurs sont excités comme jamais par les clashs, tu ne peux faire qu’une chose, c’est d’en parler. Alors on peut être hypocrite et dire : « Ah c’est pas bien »… Ouais, mais la réalité c’est que tout le monde est excité par ces clashs. Bon voilà, c’est une réalité. Mais ces clashs sont dangereux, on en est conscient également.

RS : Ok. Quoi qu’il en soit, arrêtez les clashs. Arrêtez les clashs les rappeurs !

LB : Est-ce qu’il doivent arrêter les clashs ? Je sais pas… A partir du moment où… [réaction inaudible de l’animateur] en effet, c’est ce qu’on souhaite, mais c’est clair aussi, il faut pas se tromper, derrière ça il y a, il ne faut pas être hypocrite, une véritable excitation du public. Le rap aussi, y a un côté sulfureux, y a un côté dangereux, et on le voit. Quand le rappeurs sont dans ce registre-là… Regarde, c’est pas Skyrock, on pourrait parler des réseaux sociaux, mais on pourrait parler de toutes les chaînes de télé, Canal + qui en fait hier soir, qui en fait ce midi, France Inter… tout le monde en parle. Tout le monde. Aujourd’hui c’est une culture qui touche beaucoup de gens qui ont moins de… 40-45-50 ans. Le rap ça va très loin, c’est large aujourd’hui. Bon, c’est vrai qu’on souhaite, bien entendu, on souhaite que ça n’aille pas trop loin. Maintenant il faut être clair que dans la décision qu’on a prise et que j’assume de les jouer, il y avait aussi l’expertise qui était de se dire : voilà, les artistes, qui ont 35-40 ans, qui sont là depuis dix quinze ans, qu’on suit depuis très longtemps, qui sont des grands garçons. Au finish, si tu veux, on leur fait confiance. Voilà ce que je pense aujourd’hui c’est qu’il serait pas mal qu’ils fassent passer le message que personne ne peut parler en leur nom. Parce qu’il ne doit pas y avoir des actes qui soient commis à droite et à gauche, en disant : « ben tiens, j’aime pas mon voisin, ah ben ouais, ah ah, j’ai fait comme il a dit ». Tu vois ce que je veux dire ? Attention, parce que ça c’est dangereux. Mais… Donc il faut qu’ils fassent attention à ça. Maintenant, il faut aussi faire confiance à des artistes qu’on joue depuis quinze ans. Ils savent aussi ce qu’ils font.

  1. Eric Vernette, L’essentiel du marketing, Eyrolles, 2011, p.416 []
  2. Max Weber, Économie et société, Agora, 1995, p.95 []
  3. Concept du sociologue Howard Becker pour décrire le caractère collectif du travail artistique et, plus largement, de toutes les activités sociales. Cf. Howard Becker, Les Mondes de l’art, Flammarion, 1988. []

Les grands de ce monde (du rap)

Lorsqu’il est question de s’appuyer sur « les propos » des rappeurs, nombre de chercheurs ont tendance à traiter des paroles de chansons comme s’il s’agissait d’interviews dans la presse, et des interviews comme si elles équivalaient à des entretiens sociologiques. Chaque matériau est pourtant le produit de contraintes propres, qui jouent un rôle non négligeable dans les interprétations qu’il peut ou non soutenir. Depuis le début des années 2000, de nouveaux documents discursifs sont entrés dans la ronde des mots qui font exister le rap comme genre musical : les autobiographies de rappeur.

Si les interviews retraçant le parcours des artistes et les rappels biographiques fleurissent dans la presse depuis longtemps, ce n’est à ma connaissance qu’en 2004 que paraît la première autobiographie d’un rappeur francophone, celle d’Abd al Malik1. Depuis, Doc Gyneco2, Joeystarr3 et Akhenaton lui ont emboîté le pas4. On pourrait ajouter à ces documents des autobiographies de figures ayant croisé la trajectoire de rappeurs connus ou ayant fréquenté le milieu du hip hop,  comme Mohamed Dia5 ou Lamence Madzou6.

Ces livres, comme d’autres recueils de témoignages de protagonistes de l’histoire du rap7, sont de précieux documents pour qui tente de saisir les transformations de la pratique du rap en France. Ils sont dans le même temps des documents piégés, qu’il faut tenter de désamorcer en les réinscrivant dans leur genre propre : l’autobiographie de « grands » – en l’occurrence de grands du monde du rap.

Ce genre, en premier lieu, jette la lumière sur quelques figures exceptionnelles (par le succès commercial pour Akhenaton, par la trajectoire personnelle pour Abd al Malik, par les polémiques pour Doc Gyneco, ou encore par les trois à la fois dans le cas de Joeystarr), laissant le plus souvent dans l’ombre l’armée des anonymes n’ayant pas le goût ou les moyens de se raconter de la sorte. En ce sens, les autobiographies de rappeurs peuvent être rapprochées des autobiographies  et des biographies autorisées d’hommes d’affaires (ce qu’ils sont parfois aussi, mais les livres s’y arrêtent peu) étudiées par Michel Villette et Catherine Vuillermot8. Elles s’en rapprochent aussi par d’autres aspects :

Les biographies d’affaires sont un genre réaliste, c’est-à-dire que l’auteur s’efforce de convaincre son lecteur que ses assertions sur la réalité ne proviennent pas de son imagination mais résultent d’une observation. […] La biographie d’homme d’affaires est aussi un genre édifiant, c’est-à-dire que le lecteur est conduit d’une présomption inexacte ou fausse vers une représentation plus exacte ou juste de la réalité.9

Ces points communs entre l’autobiographie de rappeur et la biographie autorisée de l’homme d’affaires justifie que l’on reprenne largement à son compte, pour le cas du rap, la plupart des principes avancés par Villette et Vuillermot en vue d’un bon usage des biographies d’affaires :

  • Révoquer en doute les idées générales énoncées par le biographie ;
  • mettre en suspens les justifications de la conduite de l’artiste ;
  • vérifier la cohérence de la chronologie ;
  • recouper dans la mesure du possible les informations factuelles ;
  • accepter une part inévitable d’inexactitude et d’omission dans les faits rapportés10.

Cependant, Akhenaton, Joeystarr, Doc Gyneco et Abd al Malik ne sont pas (ou pas seulement) des hommes d’affaires. Ils sont aussi des stars, et ce statut donne un tour spécifique à leurs livres, qui viennent compléter une batterie déjà importante de biens culturels directement ou indirectement centrés sur la mise en spectacle de leur personne. Dans les chansons de rap, tout particulièrement, le récit de soi est une figure esthétique presque obligée, qu’il passe par l’égotrip ou la mise en scène fleuve de sa trajectoire. Akhenaton (son autobiographie ne manque pas de le rappeler) est l’un des pionniers du genre, et ses successeurs le pratiquent abondamment.

De ce point de vue, pour les rappeurs, l’autobiographie ne travaille pas seulement à une mise en scène de soi-même conforme au genre littéraire de l’autobiographie, mais aussi à une mise en scène de soi en cohérence avec le fonctionnement du star-system dont il est l’un des produits dérivés, comme le montre Ruth Amossy dans un article consacré aux autobiographies de stars de Hollywood11. Les stars d’Hollywood, et on pourrait sans doute en dire autant des rappeurs rencontrant (ou visant) un large succès commercial, ne peuvent atteindre ce statut qu’en participant à la production d’un stéréotype d’elles-mêmes. Rappeur intello et responsable, rigolard méditerranéen, barbare imprévisible ou misogyne nonchalant,  les stéréotypes facilitent une promotion commerciale efficace et massive. Dès lors, l’autobiographie (comme nombre de chansons) est l’occasion d’un jeu complexe avec le stéréotype.

Dans le cas des lolitas, femmes fatales et jeunes ingénues du cinéma hollywoodien des années 1960-1970, Ruth Amossy souligne :

[La star] est divisée entre la nécessité de prendre de la distance et le désir d’identification. Quel que soit le choix final, elle doit trouver une formule personnelle pour la relation problématique qu’elle entretient avec un stéréotype si puissant. […] En racontant sa vie, une star peut critiquer son prototype artificiel et dénoncer la case dans laquelle l’industrie cinématographique l’enferme, mais elle ne peut pas l’ignorer.  C’est la première règle de sa présentation d’elle-même : s’affronter à l’image stéréotypée est un topos incontournable de l’autobiographie de star.12

L’auteure relève d’autres figures incontournables du récit autobiographique, mais c’est celle-ci qui m’intéresse le plus. En effet, la transaction avec le stéréotype est d’autant plus impérative que l’autobiographie elle-même, publiée sous forme de livre et destinée au commerce, est un produit culturel qui fait précisément fond sur le stéréotype en question. Il y a une véritable double contrainte qui pèse sur la narration autobiographique dans ce cas, qui impose à la fois de « refuser le cliché » (parler vrai, révéler l’envers du décors, etc.) et de le réimposer. Pour convaincre ceux qui connaissent le cliché d’acheter le livre, il faut le rappeler avant d’éventuellement le déconstruire ou le critiquer, et pour ceux qui ne le connaissent pas, il faut le reproduire avec toute la force séductrice de ses versions les plus caricaturales. C’est donc sur l’ensemble des thèmes intimement liés au stéréotype exploité par les industries culturelles que le statut des propos rapportés dans l’autobiographie est le plus incertain.

Le rôle paradoxal dévolu au stéréotype avant son éventuelle critique est lisible sur les quatrièmes de couverture des livres, lieu où l’orientation promotionnelle est la plus évidente. Soit dans le cas d’Akhenaton : rappeler qu’il est « le créateur de la chanson Je danse le Mia », invoquer le « Marseille interlope des années 1980 », présenter le livre comme « une pongée dans l’histoire de l’immigration italienne » et décrire le rappeur comme « un homme de foi ». Dans le cas de Joeystarr, ce sera « un groupe au nom provocateur : Nique Ta Mère », « la cité à Saint-Denis » et « les scandales qui le mèneront en prison » ou « les larcins, l’alcool, le shit ». Pour Doc Gyneco, la quatrième de couverture promet des pages « politiquement incorrectes » sur « les cités, […] le rap, l’herbe, le business de la musique », et, évidemment sur « ses nombreuses conquêtes féminines ».

Le cas de l’autobiographie d’Abd al Malik a ceci d’intéressant qu’elle raconte la vie d’un artiste qui n’était pas, au moment où le livre est sorti, une star. Pour Abd al Malik, les premières lignes sont donc le condensé d’un stéréotype qui dépasse l’image d’une star particulière, pour plonger ses racines dans une figure plus anonyme mais non moins prégnante dans l’imaginaire collectif contemporain : « Il a connu tout ce qu’un fils d’immigrés, Noir, pauvre, élevé par une mère seule avec six frères et sœurs, peut connaître de la délinquance des cités […]. Converti à l’islam – ou plutôt à cet islam obscurantiste qui sévit dans certaines banlieues -, il a parcouru les routes de France pour prêcher dans des mosquées de fortune ». N’étant pas encore une star, et donc un stéréotype singulier, Abd al Malik est produit comme stéréotype par le truchement de la figure du jeune délinquant / islamiste de banlieue, avant d’être élevé au rang d’individu exceptionnel qui sied aux stars : « Car Abd al Malik a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté », et le (large) public peut désormais découvrir « son verbe, son cœur et son intelligence profonde de l’humain ».

En inversant les étapes de la typification et de la mise en scène de soi, l’autobiographie d’Abd al Malik attire l’attention sur la continuité entre l’autobiographie et les autres produits culturels dérivés de l’image d’un artiste. L’autobiographie est partie intégrante du spectacle13. Interviews dans la presse écrite, émissions de télévision, films, sites Internet, mais aussi et surtout disques – l’autobiographie de Doc Gyneco comme celle d’Akhenaton étaient publiées en parallèle d’un album portant le même titre que le livre, la Mauvaise réputation de Joeystarr et la bénédiction d’Abd al Malik accompagnaient la sortie de leur premier album solo.

L’autobiographie, en amenant l’artiste sur le terrain de la littérature, est une pierre de plus à un édifice d’auto-légitimation, manifestant « la réalisation d’un désir – celui de passer pour un homme honorable »14. On peut aussi deviner ce désir15 derrière l’esthétique de certains clips – « Le Marseillais » d’Abd al Malik, « Métèque » de Joeystarr, ou « Mon texte le savon » d’Akhenaton, présentant un portrait de l’artiste comparable à la couverture de son autobiographie.

  1. Abd al Malik, Qu’Allah bénisse la France !, Albin Michel, 2004 []
  2. Doc Gyneco, Un homme nature. Ma vie, ma philosophie, Éditions du Rocher, 2006 []
  3. Joeystarr, Mauvaise réputation, J’ai Lu, 2007 []
  4. Akhenaton, La face B, Don Quichotte éditions, 2010 []
  5. Mohamed Dia, Promis à la victoire, Jacques-Marie Laffont Éditeur, 2003 []
  6. Lamence Madzou, J’étais un chef de gang, La Découverte, 2008 []
  7. En particulier, SBG & Desse, Freestyle, Florent Massot et François Millet Éditeurs, 1993 et José-Louis Bocquet & Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France. Les rappeurs français prennent la parole, J’ai lu 1997 []
  8. Michel Villette et Catherine Vuillermot, Portrait de l’homme d’affaire en prédateur, La Découverte, 2007 []
  9. Villette & Vuillermot, p.64-65 []
  10. repris de Villette & Vuillermot, pp.74-75 []
  11. R. Amossy, « Autobiographies of Movie Stars. Presentation of Self and its Strategies », Poetics Today, vol.7 n°4, 1986, pp.673-703 []
  12. Ruth Amossy, p.678, ma traduction []
  13. Ruth Amossy, « Autobiographies of Movie Stars. Presentation of Self and its Strategies », Poetics Today, vol.7 n°4, 1986, p.701 []
  14. Michel Villette et Catherine Vuillermot, Portrait de l’homme d’affaire en prédateur, La Découverte, 2007, p.69 []
  15. Parfois d’autant plus urgent que les entreprises inverses de délégitimations sont nombreuses. Comme le souligne Ruth Amossy, l’autobiographie (et la biographie autorisée) sont des extensions de l’interview intime, et s’opposent sous ce rapport à la biographie (en particulier lorsqu’elle est non-autorisée) qui reprend la logique de la presse à scandale (p.679), fondée sur la promesse de révélations peu reluisantes pour l’artiste. []

Enregistrer en studio

Deux articles relativement récents décrivent des situations professionnelles de studio, le premier à l’occasion de l’enregistrement d’un album de Juliette Gréco (Cugny & al. 2004), le second pour celui du premier album de Mademoiselle K (Rudent 2008). Tous les deux soulignent que

la création de l’album doit être décrite comme un processus non seulement long, mais aussi négocié, même si le rôle d’auteur-compositeur-interprète est premier en tous les sens du terme : différents acteurs coconstruisent l’objet esthétique au fil d’un façonnage esthétique où se succèdent échanges d’idées parfois contradictoires, propositions et contre-propositions, modifications, tâtonnements et retours en arrière, rarement décidés de façon univoqe par l’auteur-compositeur-interprète. (Rudent 2008 : 72)

A partir de cette trame commune, consistant à observer le studio comme lieu d’activités collectives, les deux articles explorent des pistes différentes. Le premier propose une description précise des différentes personnes qui participent à l’album de Juliette Gréco. Le cas s’y prête d’autant mieux que l’artiste est une interprète qui, pour cet album, fait appel à plusieurs auteurs et compositeurs de styles différents. L’article décrit également les rôles souvent mal connus de réalisateur, d’arrangeur et de producteur.

Le deuxième article présente le travail aboutissant à un album dans une durée longue, balisée par des versions différentes des morceaux. Il met en valeur l’importance, pour les musiciens observés, de la structure des chansons. Celle-ci constitue pour certains d’entre eux un facteur crucial de séduction du public, et fait à ce titre l’objet d’une attention soutenue.

Dans un article consacré à l’enregistrement d’un disque par un groupe d’adolescent-es dans un cadre associatif (2007), j’avais également décrit l’activité du studio, cette fois dans un contexte bien moins professionnel. J’y présentais notamment la dimension de mise à l’épreuve que l’enregistrement peut représenter (y compris pour des artistes confirmés), et le travail permettant de « donner corps à une voix » en studio.

Il y aurait encore beaucoup à dire et à décrire à partir d’observations en studio, par exemple autour du travail de socialisation et d’identification professionnelles qui s’y joue souvent, pour les artistes comme pour les « personnels de renfort ». Ou encore pour l’esthétique que la situation de studio peut inspirer, et que nombre de pochettes et de clips illustrent.

Racisme au travail

Véronique De Rudder et François Vourc’h, après de nombreux travaux sur la question, publient une contribution synthétique au sujet des discriminations racistes dans le monde du travail dans un ouvrage dirigé par Didier et Eric Fassin. La récente polémique entre le rappeur Médine et le directeur des programmes de Skyrock, Laurent Bouneau, est l’occasion d’effleurer cette difficile question pour le cas du rap.

Interviewé par le site booska-p.com, Laurent Bouneau, directeur des programmes de Skyrock, était amené à se justifier sur le choix de ne pas diffuser un certain nombre d’artistes.  Les arguments invoqués sont multiples, mais ce sont surtout ceux (nombreux et entremêlés) qu’il mobilise pour justifier l’absence de Médine sur les ondes de la station qui retiennent l’attention. Voici un extrait de l’interview en question (la vidéo complète se trouve plus bas) :

Médine… J’ai un problème c’est que j’ai pas le titre. Et que quoi qu’on en dise, Code barbe, je trouve que c’est trop dur. Le morceau ça me le fait pas. Donc la problématique que j’ai sur Médine, c’est sur le titre. Après je trouve que c’est un discours très didactique. C’est très… Voilà. Pour l’instant j’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait. […] Je trouve que c’est un album qui est très… très… et puis très communautaire. C’est le problème aussi. C’est attention, il faut se servir de son identité, mais pour parler… moi je parle à l’ensemble d’une génération. C’est quand même des albums qui sont très teintés… qui sont je trouve très fortement… le parallèle avec les black panthers c’est pas neutre quand même. Mais la problématique, après, moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? Ca me touche pas ! Moi ce que j’ai besoin de Médine, c’est qu’à un moment il me fasse un morceau qui me touche. Pour l’instant, si tu veux, je l’écoute, il est intelligent, mais je dois faire un effort. […] C’est pas un truc qui est immédiat. Je fais un effort pour écouter. Quand je fais un effort, ça devient vraiment intéressant. Mais sur un morceau qui est joué dans la journée, il faut quelque chose… qui nous rassemble tous.

medine-code barbe

Le rappeur a reçu le message, et l’a plutôt mal pris. Il répond de deux manières, par le biais d’une interview accordée, toujours, à booska-p.com, et par l’intermédiaire d’une chanson, publiée dans la réédition de l’album Arabian Panther.

Avant d’examiner l’échange d’arguments, de Médine à Laurent Bouneau, prenons le temps d’un petit détour par un autre conflit comparable. Il oppose, quelques années auparavant, le label 45 Scientific au même Laurent Bouneau. Sur la radio parisienne Générations 88.2, dans l’émission Générations 2000  animée par Bob et Princess Anies, des membres du label indépendant 45 Scientific (Jean-Pierre Seck et Geraldo) évoquaient, en 2002, le conflit qui les opposait à Skyrock autour de la promotion d’un nouvel album du rappeur Booba, produit par le label. Jean-Pierre Seck explique :

On a eu un rendez-vous avec Laurent Bouneau pour l’album de Booba. Il a dit qu’il voulait pas le jouer, qu’il trouvait ça trop hardcore, que Booba s’attaquait à trop de lobby. Bref. Il nous a dit clairement moi ce que j’attends de vous, c’est un single pour vous jouer. […] Il a dit : « Booba il rappe pour le village ». On lui dit c’est quoi le village ? c’est quoi ton village, tu veux dire quoi par c’est du rap de village ? « Je veux dire il s’adresse qu’au milieu hip hop et il parle qu’à la communauté hip hop ». Bah déjà tu as une radio qui s’appelle premier sur le rap, donc les gens qui t’écoutent c’est des gens du hip hop. Donc ils font partie de ton village.

Et Géraldo d’ajouter, en conclusion : « Mais c’est super intelligent comme réflexion… les gens du village… c’est super ciste-ra ! » Raciste l’idée qu’un artiste ne viserait que les passionnés du genre ? Aucun rapport, aimerait-on s’exclamer. Sauf que le choix du mot « village », aux oreilles de Jean-Pierre Seck et Geraldo, ne sonnait pas comme un choix anodin. Comme le commente l’animatrice Princess Anies, réticente à cautionner le qualificatif de raciste, « si tu pousses le vice loin… ouais… ». Qu’est-ce qui fait que les uns seront tentés de «pousser le vice loin », quand d’autres préfèreront n’y voir qu’un fait anecdotique ? A n’en pas douter, l’intérêt à dramatiser le conflit. Mais est-ce le seul facteur en jeu ?

Revenons au cas de Médine. Dans le conflit entre 45 Scientific et Skyrock, on ne disposait ni de la version des faits du principal intéressé, ni surtout de ce que l’on pourrait appeler la scène inaugurale de l’offense. Au contraire, dans le conflit entre Médine et Laurent Bouneau, le propos incriminé est filmé, on peut l’écouter (et l’observer) sur cette vidéo (à partir de 7’43).

Les propos de Bouneau mêlent plusieurs arguments. Dans un premier temps, les chansons de Médine sont présentées comme trop dures, et / ou comme trop didactiques. Cette première séquence se conclut sur la formule sans appel : « je n’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait ». Rien de plus logique, au fond, que cette invocation du goût personnel de la part d’un directeur des programmes dont les choix musicaux conditionnent une grande partie de l’audience de la radio qui l’emploie.

Relancé par l’intervieweur, Laurent Bouneau propose une nouvelle salve d’arguments. Au cœur de celle-ci, on trouve notamment l’idée que les chansons de Médine demanderaient un effort particulier pour être appréciées (l’occasion de glisser un compliment ambivalent sur l’artiste et son intelligence). L’argument est un classique des discours publics des radios commerciales (jeunes ou non), et a pu alimenter l’opposition à la loi sur les quotas de chanson au début des années 1990 ou justifier la diffusion intensive d’un petit nombre de titres à l’antenne.

Ces deux mouvements sont argumentés avec aplomb par un Laurent Bouneau au discours bien rôdé. Entre les deux arguments, pourtant, le propos est beaucoup plus hésitant. Les phrases se finissent plus rarement, les termes du raisonnement sont plus éliptiques. « Les albums de Médine sont très teintés… » de quoi ? « moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? » Moi qui suis quoi ? Le seul terme qui vient préciser ce flou sémantique est comme lâché à contre-cœur : « communautaire ». C’est ce mot sur lequel Médine, dans sa chanson, cristallise son indignation.

Les ambiguïtés de Laurent Bouneau lorsqu’il s’agit d’argumenter le caractère « communautaire » des chansons de Médine, couplées aux nombreux arguments affirmés, eux, avec aplomb avant comme après cette affirmation évoquent ce que Didier Fassin propose de décrire comme la dénégation d’un propos raciste (Fassin & Fassin 2009 : 144). « Je sais bien qu’il n’est pas légitime de dire que Médine et ses références ne me parlent pas à moi qui suis… (Blanc ?), mais quand même, ça ne parle pas à tout le monde (puisque ça ne me parle pas à moi), donc c’est communautaire, et d’ailleurs, c’est trop dur, trop didactique, trop pas neutre, trop intelligent, trop. »

Ce n’est là, évidemment, qu’une lecture possible. Pour reprendre la formule de Princess Aniès, tout dépend « si tu pousses le vice loin… » Médine, d’ailleurs, ne va pas jusqu’à interpréter explicitement le qualificatif « communautaire » comme la manifestation d’une discrimination raciste. Il juxtapose cependant, dans cette interview accordée à booska-p.com, deux arguments. Le premier, en forme de justification, explique pourquoi l’adjectif lui paraît faux.

Moi aussi, comme bon nombre d’internautes, j’ai vu l’interview de Laurent Bouneau, sur ton site, où clairement il taxe mon rap de communautaire, donc voilà, j’avais envie un peu de répondre à cette petite polémique-là. En disant que si je suis taxé de communautariste aujourd’hui – parce que je ne suis vraisemblablement pas communautaire ni communautariste, celui qui écoute mes albums de A à Z ne trouvera jamais à un moment donné un soupçon de communautarisme. Ce que je fais c’est de l’identitarisme. J’essaie de m’identifier, je me suridentifie peut-être, peut-être que je m’enferme dans un rôle, mais c’est parce que justement ce rôle-là on ne veut plus le voir exister en France, on ne veut plus de cette identité-là : jeune, issu de l’immigration, des quartiers populaires, musulman, mais pourtant, qui se revendique français.

Puis il argumente une autre idée :

Tous les artistes de ma génération, de Orelsan à Mac Tyer, tous ceux qui sont sortis plus ou moins en même temps que moi, ont eu en quelque sorte le droit d’être testé sur la radio Skyrock. En gros on a pris un de leurs morceaux, on l’a diffusé, et ça a eu son effet ou pas. […] Pourtant Médine a peut-être fait un meilleur score au niveau des chiffres, etc., et très sincèrement, ça ne doit pas me valoriser davantage par rapport à ces autres artistes-là. Mais malheureusement c’est les indicateurs de référence qu’utilisent les gens des radios. Aujourd’hui on regarde le top album, qui est-ce qui est là, qui est-ce qui est là…ok, ben Médine il a vendu tant de disques, presque 7 000 albums la première semaine. Logiquement, on devrait entrer dans une logique de partenariat avec les radios. Malheureusement on rentre pas dans cette logique de partenariat pour une raison qui est floue. Qui est obscure. On ne sait pas pourquoi. Est-ce que c’est le discours de Médine ? Est-ce que c’est l’image de Médine ? Bref. Est-ce que c’est les titres de Médine ? Moi je suis dans une position légitime de me poser la question : « comment ça se fait que les radios ne me diffusent pas, alors que tous les artistes de ma génération qui ont peut être vendu un peu moins que moi, sont diffusés ? ».

On trouve dans ce paragraphe un argumentaire caractéristique d’un sentiment de discrimination indirecte (voir l’article L122-45 du Code du travail, ainsi que ce rapport d’information au Sénat). La discrimination indirecte correspond à une situation où un écart de traitement est observable sans fondement recevable – en l’occurrence l’absence de testing sur une chanson d’un artiste comparable à d’autres artistes « testés ». Mais cette disposition du Code du travail s’applique aux relations entre un employeur et un salarié ou un candidat à un poste. Médine, en l’occurrence, n’est pas salarié par Skyrock, il n’est, selon le titre de sa chanson, qu’un « candidat libre » dans une industrie de la musique où les contrats salariés sont l’exception, et ne lient jamais un artiste à la radio qui est susceptible de diffuser ses œuvres.

Au delà du strict aspect juridique de la question, il y a quelque chose de bon à penser dans cette affaire. Le discours public de Laurent Bouneau, avec son invocation du caractère « communautaire » des chansons de Médine, semble avoir fait office de déclencheur dans l’expression par le rappeur d’un sentiment de discrimination. On peut éclairer les interprétations multiples auxquelles ces polémiques donnent prises à la lumière des remarques avancées par Didier Fassin dans l’ouvrage collectif De la question sociale à la question raciale ?. Il cite notamment le sociologue William E.B. Du Bois : « Entre moi et les autres, il y a cette question qui ne m’est jamais posée et qui pourtant est toujours dans l’air : qu’est-ce que cela fait d’être un problème ?… Et c’est vrai qu’être un problème est une étrange expérience. » Une expérience qui, selon lui, est au fondement d’une « double conscience » du monde social, renseignée par l’expérience intime de l’assignation raciste.

L’expérience intime ne vaut pas preuve irréfutable. Il serait tout aussi malvenu de la disqualifier par principe. Entre ce qui est subjectivement compris par ceux qui connaissent intimement une expérience et ce qui est objectivement argumentable, il y a un écart, une différence. Comme  le souligne Didier Fassin, « que les juges aient besoin de preuves pour condamner, on ne saurait le mettre en cause. Mais pour ce qui est du sociologue ou du citoyen, de l’historien ou du journaliste, ne pas entendre ce qui se joue dans cette différence de perception de la réalité, c’est renoncer à une certaine intelligence du monde social » (Fassin & Fassin 2009 : 44).