Archives de catégorie : 7 – Vers un monde commun

Histoire(s) du hip-hop féminin en France

Les ouvrages de référence sur le rap, qui ne sont pas nombreux d’ailleurs, n’accordent que quelques pages aux filles du mouvement. Mais lorsqu’ils abordent le thème des rappeuses françaises, tous sont unanimes pour expliquer les difficultés qu’elles ont à s’intégrer et à se faire reconnaître par leurs homologues masculins. […] Le sujet des rappeuses n’a donc pas à l’heure actuelle été étudié par les sociologues1.

Ce constat a peut-être enfin trouvé un début de réfutation avec la publication, ce mois-ci, de Fly Girls : Histoire(s) du hip-hop féminin en France2. Fly girls, équivalent au féminin de l’expression b. boys, désigne les membres du mouvement hip hop.

L’ouvrage est co-signé par Antoine Dole et Sté Strausz. Cette dernière est l’une des premières rappeuses françaises, auteure d’un mini album réalisé en indépendant et publié en 1994, puis de deux albums (1998 et 2005). L’écart entre le premier et le second album témoigne des difficultés que cette artiste a rencontré dans sa carrière, difficultés qu’elle mettait en musique dans le premier titre extrait et de son dernier album : « Ma vie ».

Avant de pouvoir en dire plus sur ce livre, voilà quelques notes d’un petit cybertour d’horizon de quelques documents intéressants sur la question. Tout d’abord, sur le blog de La méduse, une discussion dont on espère qu’elle va se poursuivre autour du « corps viril du rap » – perçu et disséqué depuis les oreilles d’une amatrice du genre. Bien qu’il ne porte pas sur la question du genre, j’en profite  pour glisser ici un lien vers un autre article réflexif d’un amateur de rap, celui de Chivain, qui s’interroge sur « le rapport des classes moyennes anarchisantes évoluant dans le milieu DIY (« nous » ?) au mouvement hip hop ».

Revenons-en au genre. Le magazine Anattitude mérite le détour. Cette publication consacrée à l’ensemble des disciplines du hip-hop dans le monde vise à présenter « the female side of hip hop ». Parmi les quatre numéros publiés depuis 2005, on peut noter le n°2 qui présente quelques portraits de femmes évoluant dans le hip-hop parisien. Il est écrit en bilingue (français / anglais) et, ce qui ne gâche rien, on peut le consulter entièrement via la plateforme issuu.com.

Outre l’incontournable Princess Aniès, on découvre notamment les danseuses Dhaam de coeur, Zou, les graffeuses Lenie et Kenza, et la réalisatrice Keira Maameri. L’un des documentaires de cette dernière, s’intitule On s’accroche à nos rêves et décrit lui aussi la trajectoire de quelques fly girls française. Au programme du trailer du documentaire, un extrait du titre « Qui est le sexe faible » de Princess Aniès et Tepa (qui formaient le duo Les Spécialistes), suivi de quelques interviews et d’une performance impressionnante de DJ Pom… Pour cette version enflammée de « Jump around » de House of pain, c’est ici !


Keira | MySpace Vidéo

  1. Anne-Sophie Davy, Le rap au féminin : une quête impossible ?, mémoire réalisé à l’IEP de Grenoble, 2003, p.6 []
  2. éd. Au diable vauvert []

Le rap en réseaux

J’ai découvert l’analyse de réseaux dans le cadre de ma thèse lorsque, frappé par le nombre de collaborations entre rappeurs (souvent appelées featurings), j’ai cherché une méthode pour examiner systématiquement cette pratique. Mon premier réflexe a été de dessiner un schéma des collaborations entre les artistes les plus connus – un premier graphe en somme. Peu après, j’ai assisté à une intervention de Claire Lemercier intitulé « Analyse de réseaux et histoire » (dont une version a depuis été publiée1), et lu l’ouvrage synthétique que Pierre Mercklé avait consacré à la question2 .

Les premières impressions que ce travail a suscité étaient à la fois stimulantes et banales. Effectivement, beaucoup de rappeurs collaborent avec beaucoup d’autres. Et alors ? S’il s’agissait simplement de retrouver, après un long détour et de savantes considérations méthodologiques, l’affirmation commune que dans le monde du rap, « tout le monde connaît tout le monde », l’intérêt de l’opération était limitée. Cela revenait, pour reprendre la formule frappante de Jeremy Boissevain3 , à « tuer des mouches à la dynamite ».

Dans un premier temps, ce sont les outils de mesure (et de réflexion) liés à la notion de centralité qui ont retenu mon attention4. Si une première approche des featurings entre rappeurs pouvait laisser penser que (presque) tout le monde collaborait avec (presque) tout le monde, dès que l’on considérait des périodes distinctes les choses se révélaient non seulement plus complexes, mais surtout plus intéressantes. Ce n’est en effet que progressivement, au cours des années 1990, qu’un usage du featuring comme technique de reconnaissance entre pairs se dessine puis se systématise, un processus que j’ai décrit dans un article de la revue Histoire & mesure5 . L’article, publié l’année dernière, n’est toujours pas disponible sur Cairn. On peut cependant en consulter une version sur Hal-SHS, ainsi que la brève annexe méthodologique qui précise les choix de construction du corpus de featurings étudié.

Ce premier travail, extrait de ma thèse, ne portait pas sur les hiérarchies que ces questions de centralité permettent de mettre au jour. Qui invite et qui est invité ? Qu’est-ce que les asymétries en matière d’invitation nous apprennent de la façon dont un monde social du rap fonctionne (ou a pu fonctionner sur la période étudiée : 1990-2004 pour l’essentiel) ? Pour répondre à ces questions, il fallait prendre en compte l’orientation des liens, c’est-à-dire considérer qu’inviter à faire un featuring n’est pas la même chose qu’être invité. C’est la piste que j’ai commencé à explorer lors d’un colloque consacré aux méthodes quantitatives en histoire de l’art, « L’Art de la mesure », dont les actes viennent de paraître6. Ma contribution y est intitulée : « Artistes, professionnels, stars. L’histoire du rap en français au prisme d’une analyse de réseaux ».

La structuration de scènes ou de mondes musicaux a également été examinée à propos du punk anglais (merci à B. Coulmont d’avoir attiré mon attention sur cet article), du jazz7 ou du rap américain8.

  1. Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine,  2005, no52-2 []
  2. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, coll. Repères, 2004 []
  3. Jeremy Boissevain, « Network Analysis: A Reappraisal », Current Anthropology, vol. 20, n. 2, juin 1979, pp. 392-394 []
  4. voir par exemple Linton C. Freeman, « Centrality in Social Networks. Conceptual Clarification », Social Networks, 1978/79, pp. 215-239 []
  5. Karim Hammou, « Des raps en français au « rap français ». Une analyse structurale de l’émergence d’un monde social professionnel », Histoire & mesure vol. XXIV, no1, 2009 []
  6. Béatrice Joyeux-Prunel (dir.), L’Art de la mesure. Histoire de l’art et méthodes quantitatives, Paris : Éditions Rue d’Ulm, 2010 []
  7. voir notamment la thèse de David Grandadam []
  8. Reginald D. Smith par exemple []