Catégorie : Epilogue

2

Médine à l’ENS (1) : Petites histoires et grande Histoire

Nous présentons dans cette série de quatre billets une retranscription intégrale de plus d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Cet échange a fait l’objet d’un compte-rendu factuel juste et riche – mais, évidemment, non exhaustif – par Mathieu Dejean, présent à la conférence, dans Les Inrockuptibles. De manière moins factuelle, ce compte-rendu a été repris par le journal Le Figaro pour faire état d’une prétendue « polémique » qui aurait eu...

0

Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Le 22 février 2017, de 18h30 à 20h, je présentais au Quai Branly une conférence intitulée “Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)”, dans le cadre du cycle Grandes révoltes de l’université populaire du musée. Il est possible de réécouter la conférence sur le site du Quai Branly, ou ici même : Résumé : L’esclavage et la colonisation tiennent une place particulière dans le rap français. Ces violences collectives sont régulièrement évoquées, de façons allusives ou explicites, et mises en Karim HammouMore Posts – Website

0

Un rap afropéen ?

Le journaliste Jules Crétois m’a interviewé à l’occasion de la conférence que je donnerai le 22 février 2017 au Quai Branly. Ceci est ma version de notre échange – même contenu, mais avec un titre alternatif et mon propre chapeau, et quelques illustrations musicales alternatives ! Pour voir l’article de Jeune Afrique où notre échange a été publié le 15 février, c’est par ici. Jeune Afrique : Selon vous, le rap français est aujourd’hui porteur d’une mémoire africaine ? Si oui, de quelle mémoire ? Karim Hammou : Le rap français dans son ensemble, non. Mais une partie importante de...

1

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes. Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le...

16

Black Verdun

Par Laurence De Cock[1] et Karim Hammou[2] Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson. Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à la communauté nationale aboutit à l’annulation pure et simple...

4

Appelle-moi la Marseillaise

Dans un article publié en 1989, Nadya Bouzar-Kasbadji1 revient sur l’histoire méconnue de l’hymne français en territoire colonial. En matière de symboles nationaux, la tentation est grande de produire des récits privilégiant exclusivement le point de vue « métropolitain » et reléguant les colonies au statut de « marges », et ce alors même que de nombreux travaux ont démontré le caractère formateur et fondamental des politiques impériales de la France tant sur Nadya Bouzar-Kasbadji Nadia, « La Marseillaise et ses dissonances en Algérie coloniale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°52-53, 1989, pp. 241-250. [↩]Karim HammouMore Posts – Website

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search