Archives de catégorie : Epilogue

Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Alain-Philippe Durand m’a proposé de contribuer à la réédition de Black Blanc Beur, le premier livre anglophone entièrement consacré au hip-hop francophone. Le première édition date de 2002, comme son titre assez daté le laisse deviner.

Vingt ans plus tard, il s’agit donc de faire une grosse mise à jour. Le nouveau volume s’intitule Hip-hop en français. Y participer est un honneur, mais aussi un défi : présenter un panorama de quarante ans d’histoire du rap en France en quelques pages, et de surcroît à un public anglophone. À la lumière des très nombreux travaux de qualité qui ont été mené en France ces dix dernières années, j’ai tenté de réviser quelques-unes des connaissances tenues pour acquises sur le rap français dans la majeure partie des travaux anglo-saxons que j’ai pu lire. Le résultat peut être lu en anglais dans l’ouvrage qui vient de paraître. Et sa version française est disponible sur Hal-SHS.

Mon texte, intitulé « Forty Years of French Rap. Identities in Crescendo », contient de nombreuses références musicales. Contrairement à l’époque de l’édition originale du livre, Continuer la lecture de Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Pas de séminaire « Fight the power »  dans le contexte actuel de grève, mais toujours du hip-hop ! Alors que la mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est de plus en plus large, le comité de mobilisation des facs et labos en lutte, l’Université Ouverte et l’Université populaire de Paris Diderot ont organisé un concert exceptionnel vendredi dernier.

Réuni.es pour mener la lutte en musique, une chorale militante, un Piki Blind Test de Tomas & Pierre, le rappeur Edouard Kissifrott, La Fanfare Invisible… et un plateau exceptionnel de rappeuses : Fanny Polly, Ekloz, Nayra, Loréa et Billie Brelok. Découvertes pour certain.es, artistes confirmées et appréciées pour d’autres, une présentation rapide n’est pas superflue. Continuer la lecture de Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire « Fight the power » ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

Médine à l’ENS (4) : valeurs actuelles

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1), là (part.2) et là (part.3). Et pour l’écouter, rendez-vous sur le site de l’ENS pour la vidéo de la rencontre.

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

De PNL à Victor Hugo

B. Dufau : A cause notamment du e caduque… Bref. Mais en tout cas y a quand même la trogne de Victor Hugo sur la pochette, ça c’est pas un accident, est-ce que tu peux nous en parler ? Pourquoi Victor Hugo, qu’est-ce que ça représente pour toi ? Est-ce que c’est une influence ? Est-ce que c’est une petite provocation ?

Médine : Oui, d’abord, le titre « Prose Elite », y a la version phonétique, où tout le monde le comprend comme « le prosélitisme de », et puis il y a la version aussi écrite où c’est écrit en deux mots. Je voulais une image qui mélange un peu ces deux styles, ces deux iconographies. C’était la réponse que j’ai trouvé en voulant m’associer à Victor Hugo. Alors c’est pas de la prétention Continuer la lecture de Médine à l’ENS (4) : valeurs actuelles

Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1) et là (part.2).

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Prise de risque

B. Dufau : Tout à l’heure, tu faisais allusion à la critique qu’on t’a déjà faite, comme quoi ton rap aurait été trop scolaire. C’est une critique que le rappeur Nessbeal avait formulé à ton encontre, et j’ai l’impression que tu en as tenu compte, et je me demandais comment tu en as tenu compte, de quelle manière tu as remis en cause ton propre style ?

Médine : Je l’ai remis en cause parce que Continuer la lecture de Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »