Archives de catégorie : Une histoire du rap en France

Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Alain-Philippe Durand m’a proposé de contribuer à la réédition de Black Blanc Beur, le premier livre anglophone entièrement consacré au hip-hop francophone. Le première édition date de 2002, comme son titre assez daté le laisse deviner.

Vingt ans plus tard, il s’agit donc de faire une grosse mise à jour. Le nouveau volume s’intitule Hip-hop en français. Y participer est un honneur, mais aussi un défi : présenter un panorama de quarante ans d’histoire du rap en France en quelques pages, et de surcroît à un public anglophone. À la lumière des très nombreux travaux de qualité qui ont été mené en France ces dix dernières années, j’ai tenté de réviser quelques-unes des connaissances tenues pour acquises sur le rap français dans la majeure partie des travaux anglo-saxons que j’ai pu lire. Le résultat peut être lu en anglais dans l’ouvrage qui vient de paraître. Et sa version française est disponible sur Hal-SHS.

Mon texte, intitulé « Forty Years of French Rap. Identities in Crescendo », contient de nombreuses références musicales. Contrairement à l’époque de l’édition originale du livre, Continuer la lecture de Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ?

La première séance de la 2e saison du séminaire “Fight the power” ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir s’est déroulée le 24 octobre 2019. Autour du thème « Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ? », elle proposait une projection du documentaire Paris 8, La fac hip-hop de Pascal Tessaud, suivi d’une table-ronde avec le réalisateur, David « Mwidi » Koné, pionnier du hip-hop, beatmaker et rappeur, Jacky Lafortune, ancien professeur en arts plastiques à Paris 8, et Akim Oualhaci, sociologue, spécialiste des classes populaires et de la sociologie de la culture. Continuer la lecture de Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ?

Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Pas de séminaire « Fight the power »  dans le contexte actuel de grève, mais toujours du hip-hop ! Alors que la mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est de plus en plus large, le comité de mobilisation des facs et labos en lutte, l’Université Ouverte et l’Université populaire de Paris Diderot ont organisé un concert exceptionnel vendredi dernier.

Réuni.es pour mener la lutte en musique, une chorale militante, un Piki Blind Test de Tomas & Pierre, le rappeur Edouard Kissifrott, La Fanfare Invisible… et un plateau exceptionnel de rappeuses : Fanny Polly, Ekloz, Nayra, Loréa et Billie Brelok. Découvertes pour certain.es, artistes confirmées et appréciées pour d’autres, une présentation rapide n’est pas superflue. Continuer la lecture de Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire « Fight the power » ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Le passage à la postérité des artistes ne se fait pas tout seul. Il dépend de leurs œuvres, de leurs succès, mais aussi de tout un ensemble de médiations conduisant à « canoniser »,  « patrimonialiser » et, en premier lieu, conserver leurs œuvres et leur mémoire.

Dans le cas du rap, un outil puissant pour opérer cette conservation est né en 2009, lorsque trois étudiants états-uniens ont décidé de créer Rap Genius, site d’explication des paroles de rap devenu depuis Genius, et élargissant son spectre à l’ensemble des contenus pouvant être annotés. Et ainsi, un nombre sans précédent de paroles de rap sont devenues accessibles, Continuer la lecture de Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses