Archives de catégorie : Une histoire du rap en France

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire “Fight the power” ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Le passage à la postérité des artistes ne se fait pas tout seul. Il dépend de leurs œuvres, de leurs succès, mais aussi de tout un ensemble de médiations conduisant à « canoniser »,  « patrimonialiser » et, en premier lieu, conserver leurs œuvres et leur mémoire.

Dans le cas du rap, un outil puissant pour opérer cette conservation est né en 2009, lorsque trois étudiants états-uniens ont décidé de créer Rap Genius, site d’explication des paroles de rap devenu depuis Genius, et élargissant son spectre à l’ensemble des contenus pouvant être annotés. Et ainsi, un nombre sans précédent de paroles de rap sont devenues accessibles, Continuer la lecture de Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

In its last issue, the Journal of World Popular Music publishes my review of J. Griffith Rollefson’s book Flip the Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality1. The reviews editor prefered to delete a personal analysis of a song by Sefyu that I used to illustrate my criticism of J. G. Rollefson’s approach to French and European rap music. I reproduce here the full review2

In Flip The Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality, J. Griffith Rollefson provides a dynamic and detailed examination of hip hop scenes in Berlin, Paris and London using “the lens of (African) Americanization” (p.59). The author wants to capture how hip hop is recontextualized outside of the United States, moving beyond the one-sided Continuer la lecture de Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

  1. The University of Chicago Press, 2017. []
  2. I thank warmly Emily Q. Shuman for her correction to my approximative English.  I also thank Dr. Daniel Tödt for his advices. However, the analysis presented here is the sole responsibility of myself. []

Amazones, finie la (mâle) zone

Les rappeuses, dans les années 1990, sont le plus souvent contraintes d’obtenir une forme de validation par des hommes pour exister dans le monde du rap. Les hommes sont les gatekeepers, les « physio » de l’industrie musicale aussi bien que de l’underground hip-hop. La plupart des grands noms des années 1990 sont ainsi associées à des groupes ou des possee très majoritairement masculins. Saliha et Destinée peuvent compter sur l’appui du Mouvement Authentik, Sté Strausz sur ses aînés de la Mafia Undeground, Princess Anies sur le collectif DA System. Mais des femmes sont aussi parvenues à forcer les portes de ce « male club », et à y exister entre femmes, à l’image des Ladies Night, pionnières de l’underground parisien que Vincent Piolet évoque dans son livre Regarde ta jeunesse dans les yeux. C’est aussi le cas d’un groupe lyonnais, au nom explicite : Les Amazones Continuer la lecture de Amazones, finie la (mâle) zone

Rappeuses : où sont les stars ?

Alors que la nouvelle de la première place au top Billboard de la rappeuse états-uniennes Cardi B a fait le tour du web, depuis des années maintenant, la France ressemble à une morne plaine commerciale pour les rappeuses. Le constat, qui n’est tempéré que par le récent disque d’or de Shay1, a conduit la journaliste Eloïse Bouton, par ailleurs créatrice du site Madame Rap, à cette interrogation : Pourquoi il n’y eu aucune rappeuse mainstream en France depuis Diam’s ?

S’en est suivi un échange que je reproduis ici, dont quelques extraits seront repris dans un article qu’Eloïse Bouton publie dans Causette ce mois-ci, et que je Continuer la lecture de Rappeuses : où sont les stars ?

  1. Dont le clip recycle un imaginaire orientaliste et exotique comparable à celui du tube de Cardi B, et d’un nombre impressionnant d’autres vidéoclip hip-hop depuis quelques années. []