Archives de catégorie : sexe

Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

Dans la multiplicité des affaires qui ont amené des rappeurs devant les tribunaux, l’affaire Orelsan est singulière à plus d’un titre. C’est l’une des raisons qui m’a conduit à lui consacrer un premier article, dans le livre dirigé par Arnaud Montas, Droit(s) et Hip-hop, aux éditions Mare & Martin.

L’une de ces singularités, c’est qu’elle est sans doute la première grande affaire concernant le rap en France qui se déroule d’abord dans la sphère numérique. Enquêter sur une telle affaire est donc une bonne occasion pour expliciter de quelle façon on peut utiliser des sources issues du web pour des analyses en sciences sociales, sans accréditer pour autant l’idée d’une radicale nouveauté de « l’enquête en ligne1 ».

Une vie sociale se joue désormais aussi en régime numérique

L’affaire Orelsan naît en mars 2009 sous la forme d’un scandale2, avant que le débat dans l’espace public autour de ce scandale ne prenne la forme d’une Affaire au sens fort – opposant d’un côté la cause de la lutte contre les violences faites aux femmes, et de l’autre la cause de la liberté d’expression. A partir de l’été 2009, Continuer la lecture de Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

  1. Madeleine Pastinelli, 2011, « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et sociétés vol. 35 n°1-2. En ligne : https://id.erudit.org/iderudit/1006367ar []
  2. Damien de Blic et Cyril Lemieux, 2005, « Le scandale comme épreuve », Politix n°71, pp. 9-38. []

Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop

Après trois ans de travail de l’équipe du colloque Conçues pour durer, de plusieurs des personnes qui y ont participé, et de quelques autres, il est là : le premier livre issu du colloque, intitulé Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop et publié aux Presses universitaires de Provence.

En partenariat étroit avec l’équipe de la collection Chants Sons1, que nous tenons à remercier, cette publication souligne l’importance et la diversité des questions formelles au sens large que l’on peut aborder par le biais des musiques hip-hop. Innovation esthétique majeure des années 1970, ces musiques se renouvellent sans cesse depuis quarante ans à mesure qu’elles se sont disséminées à travers le monde entier. Il n’est pas inutile de mobiliser aussi bien Continuer la lecture de Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop

  1. Cette collection est co-dirigée par Perle Abbrugiati, Joël July et Jean-Marie Jacono. []

Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Pas de séminaire “Fight the power”  dans le contexte actuel de grève, mais toujours du hip-hop ! Alors que la mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est de plus en plus large, le comité de mobilisation des facs et labos en lutte, l’Université Ouverte et l’Université populaire de Paris Diderot ont organisé un concert exceptionnel vendredi dernier.

Réuni.es pour mener la lutte en musique, une chorale militante, un Piki Blind Test de Tomas & Pierre, le rappeur Edouard Kissifrott, La Fanfare Invisible… et un plateau exceptionnel de rappeuses : Fanny Polly, Ekloz, Nayra, Loréa et Billie Brelok. Découvertes pour certain.es, artistes confirmées et appréciées pour d’autres, une présentation rapide n’est pas superflue. Continuer la lecture de Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire “Fight the power” ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Le passage à la postérité des artistes ne se fait pas tout seul. Il dépend de leurs œuvres, de leurs succès, mais aussi de tout un ensemble de médiations conduisant à « canoniser »,  « patrimonialiser » et, en premier lieu, conserver leurs œuvres et leur mémoire.

Dans le cas du rap, un outil puissant pour opérer cette conservation est né en 2009, lorsque trois étudiants états-uniens ont décidé de créer Rap Genius, site d’explication des paroles de rap devenu depuis Genius, et élargissant son spectre à l’ensemble des contenus pouvant être annotés. Et ainsi, un nombre sans précédent de paroles de rap sont devenues accessibles, Continuer la lecture de Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses