Archives de catégorie : médias

Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

Dans la multiplicité des affaires qui ont amené des rappeurs devant les tribunaux, l’affaire Orelsan est singulière à plus d’un titre. C’est l’une des raisons qui m’a conduit à lui consacrer un premier article, dans le livre dirigé par Arnaud Montas, Droit(s) et Hip-hop, aux éditions Mare & Martin.

L’une de ces singularités, c’est qu’elle est sans doute la première grande affaire concernant le rap en France qui se déroule d’abord dans la sphère numérique. Enquêter sur une telle affaire est donc une bonne occasion pour expliciter de quelle façon on peut utiliser des sources issues du web pour des analyses en sciences sociales, sans accréditer pour autant l’idée d’une radicale nouveauté de « l’enquête en ligne1 ».

Une vie sociale se joue désormais aussi en régime numérique

L’affaire Orelsan naît en mars 2009 sous la forme d’un scandale2, avant que le débat dans l’espace public autour de ce scandale ne prenne la forme d’une Affaire au sens fort – opposant d’un côté la cause de la lutte contre les violences faites aux femmes, et de l’autre la cause de la liberté d’expression. A partir de l’été 2009, Continuer la lecture de Enquêter sur le web : éléments de méthode à partir de l’affaire Orelsan

  1. Madeleine Pastinelli, 2011, « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et sociétés vol. 35 n°1-2. En ligne : https://id.erudit.org/iderudit/1006367ar []
  2. Damien de Blic et Cyril Lemieux, 2005, « Le scandale comme épreuve », Politix n°71, pp. 9-38. []

Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Alain-Philippe Durand m’a proposé de contribuer à la réédition de Black Blanc Beur, le premier livre anglophone entièrement consacré au hip-hop francophone. Le première édition date de 2002, comme son titre assez daté le laisse deviner.

Vingt ans plus tard, il s’agit donc de faire une grosse mise à jour. Le nouveau volume s’intitule Hip-hop en français. Y participer est un honneur, mais aussi un défi : présenter un panorama de quarante ans d’histoire du rap en France en quelques pages, et de surcroît à un public anglophone. À la lumière des très nombreux travaux de qualité qui ont été mené en France ces dix dernières années, j’ai tenté de réviser quelques-unes des connaissances tenues pour acquises sur le rap français dans la majeure partie des travaux anglo-saxons que j’ai pu lire. Le résultat peut être lu en anglais dans l’ouvrage qui vient de paraître. Et sa version française est disponible sur Hal-SHS.

Mon texte, intitulé « Forty Years of French Rap. Identities in Crescendo », contient de nombreuses références musicales. Contrairement à l’époque de l’édition originale du livre, Continuer la lecture de Quarante ans de rap français : identités en crescendo

La nouvelle condition du rap au Brésil

Que nous révèle le nouvel espace social et symbolique du rap à propos de la société brésilienne ? Cette question interroge l’évolution d’une culture musicale afro-diasporique et, dans le même temps, les changements majeurs que connaître le Brésil contemporain, dont les implications vont au-delà des nouvelles dynamiques du rap lui-même.

Le changement de statut et des thèmes abordés par ce genre musical au XXIe siècle ne se limite pas au Continuer la lecture de La nouvelle condition du rap au Brésil

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire “Fight the power” ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle.

Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ?

Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq publiait le roman Sérotonine ; et cinq jours plus tard, le 9 janvier, le rappeur Nick Conrad était jugé pour le clip d’une chanson intitulée « PLB ». Ces deux œuvres offrent un contexte intéressant pour revenir sur l’affaire Orelsan.

C’est un imaginaire analogue que véhiculent Sérotonine en 2019 et nombre de chansons d’Orelsan dans la 2e moitié des années 2000, dont la chanson qui déclenchera la principale polémique, « Sale Pute », publiée sur Internet sous forme de clip en 2007. On pourrait le qualifier, en première approximation, d’imaginaire « Incel » Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Orelsan

Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga

La première séance du séminaire « “Fight the power” ? Rapports sociaux de pouvoir et musiques hip-hop» s’organisait autour du livre d’Alice Aterianus-Owanga « Le rap, ça vient d’ici ! ». Musiques, pouvoir et identités dans la Gabon contemporain, publié en 2017 aux éditions de la Maison des sciences de l’homme. Alice Aterianus-Owanga, post-doctorante à l’Université de Lausanne, a commencé par un exposé qui revenait sur une dimension transversale de son livre, la question des rapports entre la scène rap et les autorités politiques au Gabon.

En octobre 2016, à la suite d’élections présidentielles controversées, le rappeur Kobâ publie « Odjuku », un morceau qui dénonce le président en exercice et candidat à sa propre succession, Ali Bongo. Le titre du morceau est une référence au nom d’un général nigérian supposé être le père caché d’Ali Bongo. Kobâ reprend ainsi une rumeur populaire selon laquelle le président gabonais serait en fait adopté – soupçon qui, s’il était confirmé, le disqualifierait légalement de la course à la présidence, les candidats à la présidence devant avoir un parent gabonais sur quatre générations.

Continuer la lecture de Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga