Archives de catégorie : esthétique

Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

In its last issue, the Journal of World Popular Music publishes my review of J. Griffith Rollefson’s book Flip the Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality1. The reviews editor prefered to delete a personal analysis of a song by Sefyu that I used to illustrate my criticism of J. G. Rollefson’s approach to French and European rap music. I reproduce here the full review2

In Flip The Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality, J. Griffith Rollefson provides a dynamic and detailed examination of hip hop scenes in Berlin, Paris and London using “the lens of (African) Americanization” (p.59). The author wants to capture how hip hop is recontextualized outside of the United States, moving beyond the one-sided Continuer la lecture de Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

  1. The University of Chicago Press, 2017. []
  2. I thank warmly Emily Q. Shuman for her correction to my approximative English.  I also thank Dr. Daniel Tödt for his advices. However, the analysis presented here is the sole responsibility of myself. []

Faire violence : une écoute poétique des textes de Ghostface Killah

Pour la troisième séance du séminaire « « Fight the Power » ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir », Cyril Vettorato, maître de conférence en littératures comparées, est venu présenter une « écoute poétique des textes de Ghostface Killah » à partir de la notion de violence. D’emblée, il situe sa communication autour d’une réflexion plus générale sur l’utilité des outils littéraires (ceux du commentaire de texte et, plus rares, ceux de la théorie littéraire) pour étudier le rap, dans un contexte de « légitimation » relative de l’objet comme sujet d’étude littéraire.

Le choix de la problématisation autour de la notion de violence est justifié par plusieurs Continuer la lecture de Faire violence : une écoute poétique des textes de Ghostface Killah

Amazones, finie la (mâle) zone

Les rappeuses, dans les années 1990, sont le plus souvent contraintes d’obtenir une forme de validation par des hommes pour exister dans le monde du rap. Les hommes sont les gatekeepers, les « physio » de l’industrie musicale aussi bien que de l’underground hip-hop. La plupart des grands noms des années 1990 sont ainsi associées à des groupes ou des possee très majoritairement masculins. Saliha et Destinée peuvent compter sur l’appui du Mouvement Authentik, Sté Strausz sur ses aînés de la Mafia Undeground, Princess Anies sur le collectif DA System. Mais des femmes sont aussi parvenues à forcer les portes de ce « male club », et à y exister entre femmes, à l’image des Ladies Night, pionnières de l’underground parisien que Vincent Piolet évoque dans son livre Regarde ta jeunesse dans les yeux. C’est aussi le cas d’un groupe lyonnais, au nom explicite : Les Amazones Continuer la lecture de Amazones, finie la (mâle) zone

Médine à l’ENS (4) : valeurs actuelles

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1), là (part.2) et là (part.3). Et pour l’écouter, rendez-vous sur le site de l’ENS pour la vidéo de la rencontre.

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

De PNL à Victor Hugo

B. Dufau : A cause notamment du e caduque… Bref. Mais en tout cas y a quand même la trogne de Victor Hugo sur la pochette, ça c’est pas un accident, est-ce que tu peux nous en parler ? Pourquoi Victor Hugo, qu’est-ce que ça représente pour toi ? Est-ce que c’est une influence ? Est-ce que c’est une petite provocation ?

Médine : Oui, d’abord, le titre « Prose Elite », y a la version phonétique, où tout le monde le comprend comme « le prosélitisme de », et puis il y a la version aussi écrite où c’est écrit en deux mots. Je voulais une image qui mélange un peu ces deux styles, ces deux iconographies. C’était la réponse que j’ai trouvé en voulant m’associer à Victor Hugo. Alors c’est pas de la prétention Continuer la lecture de Médine à l’ENS (4) : valeurs actuelles

Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1) et là (part.2).

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Prise de risque

B. Dufau : Tout à l’heure, tu faisais allusion à la critique qu’on t’a déjà faite, comme quoi ton rap aurait été trop scolaire. C’est une critique que le rappeur Nessbeal avait formulé à ton encontre, et j’ai l’impression que tu en as tenu compte, et je me demandais comment tu en as tenu compte, de quelle manière tu as remis en cause ton propre style ?

Médine : Je l’ai remis en cause parce que Continuer la lecture de Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »