Archives de catégorie : entretiens

Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1) et là (part.2).

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Prise de risque

B. Dufau : Tout à l’heure, tu faisais allusion à la critique qu’on t’a déjà faite, comme quoi ton rap aurait été trop scolaire. C’est une critique que le rappeur Nessbeal avait formulé à ton encontre, et j’ai l’impression que tu en as tenu compte, et je me demandais comment tu en as tenu compte, de quelle manière tu as remis en cause ton propre style ?

Médine : Je l’ai remis en cause parce que Continuer la lecture de Médine à l’ENS (3) : « J’rappe où j’ai pas pieds »

Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

Couverture_Truskool_171,5x240.inddDans un livre magnifiquement illustré, Olivier Gal revient sur la trajectoire du collectif de graffeurs toulousains Truskool, et livre une page importante de l’histoire du hip-hop.

Cette Histoire du graffiti à Toulouse revient sur quelques pré-curseurs, des figures comme Fastoche ou Mosquito, influencés par le dessinateur Rick Griffin et scotchés par des livres comme Subway Art1.

Croisant la route du crew parisien Force Alphabetik en 1985, Continuer la lecture de Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

  1. Martha Cooper & Henry Chalfant, Subway Art, 1996 (1984) Henry Holt & Company Inc. Voir aussi Henry Chalfant & James Prigoff, Spraycan art, 1987, Thames & Hudson Ltd. []

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes.

Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le cas de figure le plus commun semble être l’adaptation d’instrumentales pour des bandes originales de spots télévisés, le rap est également beaucoup caricaturé en publicité. Du «Rap du notaire » à la « Fruit Battle » d’Oasis en passant par la campagne «Pink Daddy », de nombreuses marques se sont essayées à l’exercice. Filles dénudées, bling bling, grosses voitures, maisons de luxe… les symboles du gangsta rap sont repris et tournés en dérision. Continuer la lecture de In da pub

Comment l’URSS a (un peu) financé le rap français

Lorsque je pose l’enregistreur sur la table, Yann Cherruault commente : « Ça me rend dingue la retranscription. Des fois, j’en peux plus, j’ai des interviews que j’ai faites y a deux ans, des trucs qui sont vachement bien, mais je sais que ça dure… que j’ai une heure et demi de bande et que ça va me prendre… »
…un temps fou.

IHH2Deux ans, c’est à peu près le temps que j’aurai mis, moi aussi, pour retranscrire nos deux heures de discussion à bâton rompu. Au menu, la presse rap des années 1990, l’affaire autour des déclarations homophobes de la Sexion d’Assaut en 2010, le concours Max de 109 qui a fait connaître La Fouine, Fisto et Pearl ou encore l’aventure d’IHH Magazine1, dont le n°3 sortira en avril, et qui est aujourd’hui le seul titre de presse rap encore en kiosque en France. Et surtout, l’histoire de The Truth, le magazine intransigeant des années 1990, absent du livre Une histoire du rap en France. Le tout sur une B.O. signée Sameer Ahmad.

Continuer la lecture de Comment l’URSS a (un peu) financé le rap français

  1. Nouvelle formule sans DVD d’International Hip-Hop. []

Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

Contacté grâce à un site Internet personnel, Bernard Guégan a accepté que je l’interviewe autour de l’histoire d’Ettika, qui m’intrigue depuis quelques années maintenant. Extraits d’un échange où se mêlent des décalages de classes sociales, des distances Paris / Province et urbain / rural, des logiques racistes et sexistes1, des univers musicaux segmentés, des médias parisiens branchés et un exotisme latent, tissant d’improbables rencontres sociales et une aventure musicale tout aussi inattendue. Un grand merci à Bernard Guégan pour le temps consacré, et à guidal3 pour avoir retrouvé un enregistrement en ligne du 45 tours d’Ettika. Quant à moi, je ne désespère pas d’échanger à l’occasion avec l’une des chanteuses qui ont permis à ce disque d’exister…

La rencontre de deux mondes

Bernard Guégan : Je sortais des Beaux-Arts à Lorient, je venais d’avoir mon diplôme, j’avais 20 ans. C’était les Beaux-Arts municipaux, j’avais pu y entrer à 15 ans, sans mon bac. Donc moi de 15 à 20 ans, je faisais un peu ce que je voulais, je m’intéressais à ce que je voulais. Et là, après, je voulais venir à Paris. J’ai trouvé un boulot au CEPPIC2 de Rouen, qui était un centre de formation professionnelle, qui était très institutionnel, mais comme la gauche était passée depuis un an, il y a eu ces stages 16-18 ans, pour donner des cours à des gens qui étaient déscolarisés. Rouen était à une heure de Paris en train, ça collait… Comme j’avais organisé quelques expos d’art contemporain, de musique, j’avais un CV qui convenait à ce truc, qui était quand même assez pilote. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Karim Hammou : Toi, ton objectif c’était de les former à quoi en fait ?

– L’intitulé c’était : « initiation aux arts plastiques et à la culture », un truc comme ça. Mais en fait, la personne qui dirigeait ça, la chef de service, était elle-même très embêtée, parce qu’elle savait pas très bien quoi faire. C’était à Rouen, et ce qu’il faut savoir c’est que la Normandie… c’était un petit peu comme le Nord et l’Est à l’époque, sauf qu’ils avaient pas eu des subventions comme il a pu y en avoir là-bas pour la fermeture de la sidérurgie ou des mines. Donc à part Rouen qui était un centre urbain très bourgeois, il y avait beaucoup, beaucoup de banlieues pas du tout aidées. Saint-Étienne du Rouvray, Maromme, Sotteville… Et moi je me suis retrouvé avec des filles qui ne savaient ni lire ni écrire, des familles avec des problèmes d’alcoolisme, de femmes battues, beaucoup de filles enceintes à 16 ans… Continuer la lecture de Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

  1. Puisque dans cette histoire, malgré mes recherches, seuls les hommes ont le privilège d’avoir un nom de famille… []
  2. Centre de perfectionnement pour l’industrie et le commerce, institution de formation continue qui existe toujours. []