Archives de catégorie : corpus d’enregistrements

Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Le passage à la postérité des artistes ne se fait pas tout seul. Il dépend de leurs œuvres, de leurs succès, mais aussi de tout un ensemble de médiations conduisant à « canoniser »,  « patrimonialiser » et, en premier lieu, conserver leurs œuvres et leur mémoire.

Dans le cas du rap, un outil puissant pour opérer cette conservation est né en 2009, lorsque trois étudiants états-uniens ont décidé de créer Rap Genius, site d’explication des paroles de rap devenu depuis Genius, et élargissant son spectre à l’ensemble des contenus pouvant être annotés. Et ainsi, un nombre sans précédent de paroles de rap sont devenues accessibles, Continuer la lecture de Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

In its last issue, the Journal of World Popular Music publishes my review of J. Griffith Rollefson’s book Flip the Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality1. The reviews editor prefered to delete a personal analysis of a song by Sefyu that I used to illustrate my criticism of J. G. Rollefson’s approach to French and European rap music. I reproduce here the full review2

In Flip The Script: European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality, J. Griffith Rollefson provides a dynamic and detailed examination of hip hop scenes in Berlin, Paris and London using “the lens of (African) Americanization” (p.59). The author wants to capture how hip hop is recontextualized outside of the United States, moving beyond the one-sided Continuer la lecture de Flip The Script. European Hip Hop and the Politics of Postcoloniality: a review

  1. The University of Chicago Press, 2017. []
  2. I thank warmly Emily Q. Shuman for her correction to my approximative English.  I also thank Dr. Daniel Tödt for his advices. However, the analysis presented here is the sole responsibility of myself. []

Une histoire du rap à São Paulo

Naissance d’une musique de niche

Le rap aurait commencé à São Paulo au cours des années 1980 dans le centre-ville pour s’étendre graduellement aux periferias (les banlieues). L’anthropologue brésilien Da Silva (1998) affirme que les premiers rappeurs de São Paulo étaient en majorité des jeunes gens originaires des periferias, employés comme garçons de bureau dans le centre-ville. Ils se retrouvaient dans les rues alentour des stations de métro República et São Bento, partageaient le goût de la black music et écoutaient plus spécifiquement les premiers rappeurs des Etats-Unis (Afrika Bambaataa pour n’en citer qu’un). Continuer la lecture de Une histoire du rap à São Paulo

Nadia Rocha Gonfiantini

Nádia Rocha Gonfiantini est titulaire d’une licence en Lettres de l’Universidade de São Paulo. Elle a fait une première recherche, à la Sorbonne Nouvelle, sur la représentation de l’enfance douloureuse dans la littérature verista et néoréaliste italienne et une deuxième, à l'EHESS, portant sur l'idéal de réussite présent dans les textes de quatre rappeurs contemporains de São Paulo.

More Posts

Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Le 22 février 2017, de 18h30 à 20h, je présentais au Quai Branly une conférence intitulée “Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)”, dans le cadre du cycle Grandes révoltes de l’université populaire du musée.

Il est possible de réécouter la conférence sur le site du Quai Branly, ou ici même :

Résumé :
L’esclavage et la colonisation tiennent une place particulière dans le rap français. Ces violences collectives sont régulièrement évoquées, de façons allusives ou explicites, et mises en Continuer la lecture de Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Un rap afropéen ?

Le journaliste Jules Crétois m’a interviewé à l’occasion de la conférence que je donnerai le 22 février 2017 au Quai Branly. Ceci est ma version de notre échange – même contenu, mais avec un titre alternatif et mon propre chapeau, et quelques illustrations musicales alternatives !
Pour voir l’article de Jeune Afrique où notre échange a été publié le 15 février, c’est par ici.

Jeune Afrique : Selon vous, le rap français est aujourd’hui porteur d’une mémoire africaine ? Si oui, de quelle mémoire ?

Karim Hammou : Le rap français dans son ensemble, non. Mais une partie importante de ses artistes, oui, sous des formes très variées. Ça va d’allusions périphériques à des pays précis – que les artistes concernés en soient originaires ou non – à l’évocation de thématiques liées à l’histoire de l’Afrique et même à l’actualité géopolitique. Je pense à « Sankara » de JP Manova Continuer la lecture de Un rap afropéen ?