Archives de catégorie : archives

Une histoire du rap à São Paulo

Naissance d’une musique de niche

Le rap aurait commencé à São Paulo au cours des années 1980 dans le centre-ville pour s’étendre graduellement aux periferias (les banlieues). L’anthropologue brésilien Da Silva (1998) affirme que les premiers rappeurs de São Paulo étaient en majorité des jeunes gens originaires des periferias, employés comme garçons de bureau dans le centre-ville. Ils se retrouvaient dans les rues alentour des stations de métro República et São Bento, partageaient le goût de la black music et écoutaient plus spécifiquement les premiers rappeurs des Etats-Unis (Afrika Bambaataa pour n’en citer qu’un). Continuer la lecture de Une histoire du rap à São Paulo

Nadia Rocha Gonfiantini

Nádia Rocha Gonfiantini est titulaire d’une licence en Lettres de l’Universidade de São Paulo. Elle a fait une première recherche, à la Sorbonne Nouvelle, sur la représentation de l’enfance douloureuse dans la littérature verista et néoréaliste italienne et une deuxième, à l'EHESS, portant sur l'idéal de réussite présent dans les textes de quatre rappeurs contemporains de São Paulo.

More Posts

Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

Couverture_Truskool_171,5x240.inddDans un livre magnifiquement illustré, Olivier Gal revient sur la trajectoire du collectif de graffeurs toulousains Truskool, et livre une page importante de l’histoire du hip-hop.

Cette Histoire du graffiti à Toulouse revient sur quelques pré-curseurs, des figures comme Fastoche ou Mosquito, influencés par le dessinateur Rick Griffin et scotchés par des livres comme Subway Art1.

Croisant la route du crew parisien Force Alphabetik en 1985, Continuer la lecture de Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

  1. Martha Cooper & Henry Chalfant, Subway Art, 1996 (1984) Henry Holt & Company Inc. Voir aussi Henry Chalfant & James Prigoff, Spraycan art, 1987, Thames & Hudson Ltd. []

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes.

Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le cas de figure le plus commun semble être l’adaptation d’instrumentales pour des bandes originales de spots télévisés, le rap est également beaucoup caricaturé en publicité. Du «Rap du notaire » à la « Fruit Battle » d’Oasis en passant par la campagne «Pink Daddy », de nombreuses marques se sont essayées à l’exercice. Filles dénudées, bling bling, grosses voitures, maisons de luxe… les symboles du gangsta rap sont repris et tournés en dérision. Continuer la lecture de In da pub

Appelle-moi la Marseillaise

Dans un article publié en 1989, Nadya Bouzar-Kasbadji1 revient sur l’histoire méconnue de l’hymne français en territoire colonial. En matière de symboles nationaux, la tentation est grande de produire des récits privilégiant exclusivement le point de vue « métropolitain » et reléguant les colonies au statut de « marges », et ce alors même que de nombreux travaux ont démontré le caractère formateur et fondamental des politiques impériales de la France tant sur Continuer la lecture de Appelle-moi la Marseillaise

  1. Nadya Bouzar-Kasbadji Nadia, « La Marseillaise et ses dissonances en Algérie coloniale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°52-53, 1989, pp. 241-250. []

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J’en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l’enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu’une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d’un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d’un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n’est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d’été de l’UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Merci à Anthony d’avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continuer la lecture de « C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

  1. C’est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d’un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L’Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts