Catégorie : français

3

Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop

Après trois ans de travail de l’équipe du colloque Conçues pour durer, de plusieurs des personnes qui y ont participé, et de quelques autres, il est là : le premier livre issu du colloque, intitulé Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop et publié aux Presses universitaires de Provence. En partenariat étroit avec l’équipe de la collection Chants Sons1, que nous tenons à remercier, cette publication souligne l’importance et la diversité des questions formelles au sens large que l’on peut aborder par le biais des musiques hip-hop. Innovation esthétique majeure des années 1970, ces musiques se renouvellent sans cesse depuis quarante...

0

Playlist Pas la même vie

Depuis le 16 mars, depuis que le Président de la République a pris la parole dans un discours aux accents nationalistes et militaristes, on a l’impression qu’il n’existe plus qu’une vérité : celle d’une crise sanitaire surgie de nulle part (enfin si : de l’étranger). Plus qu’une expérience : celle du confinement « responsable » dans le confort bourgeois. Les médias dominants stigmatisent les habitants des quartiers populaires tandis qu’ils dressent un portrait plein d’empathie pour les Lucy qui télétravaillent sur les quais de l’île Saint-Louis. Karim HammouMore Posts – Website

0

Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ?

La première séance de la 2e saison du séminaire “Fight the power” ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir s’est déroulée le 24 octobre 2019. Autour du thème « Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ? », elle proposait une projection du documentaire Paris 8, La fac hip-hop de Pascal Tessaud, suivi d’une table-ronde avec le réalisateur, David “Mwidi” Koné, pionnier du hip-hop, beatmaker et rappeur, Jacky Lafortune, ancien professeur en arts plastiques à Paris 8, et Akim Oualhaci, sociologue, spécialiste des classes populaires et de la sociologie de la culture. Karim HammouMore Posts – Website

1

La nouvelle condition du rap au Brésil

Lorsque le rap est apparu au Brésil dans les années 1980, il était stigmatisé et perçu dans la ville de São Paulo comme synonyme de mauvais goût : « truc de racaille », « truc des bidonvilles », « ce n’est pas de la musique», « c’est violent », etc. Parler de rap — outre les repères racistes et classistes cités —, c’était alors s’adresser à la périphérie (au sens géographique) avec leurs codes spécifiques. Aujourd’hui, nous pouvons voir une plus grande présence de rappeurs dans des espaces auparavant réservés à la culture savante ou à la culture commerciale dominante : des rappeurs hommes et femmes publient chez de grands éditeurs, participent à des événements de mode renommés ou à des tournées internationales et des programmes de télévision au sein de grands réseaux.

0

Retour sur l’affaire Orelsan

La 4e séance du séminaire “Fight the power” ? s’est déroulée le 17 janvier 2019. Elle consistait en une séance de travail autour de l’affaire Orelsan. Introduite par Karim Hammou, elle s’appuyait sur un exposé de Réjane Sénac, directrice de recherche de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle s’est prolongé par de multiples échanges avec la salle. Quelque part entre Houellebecq et Nick Conrad ? Dans son introduction, Karim Hammou commence par mettre l’affaire Orelsan en perspective à partir de deux autres affaires plus récentes : le 4 janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq...

2

Mettre en scène le corps, remettre en question la visibilité

Pour la sixième séance du séminaire « “Fight the Power” ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir », Emily Shuman, doctorante au département de littérature française à NYU a présenté un échantillon de sa thèse portant sur l’esthétique du rap français, plus précisément sur les représentations des corps et les performances de race, classe et genre. La séance, intitulée « Mettre en scène le corps, remettre en question la visibilité : techniques esthétique du rap français et performativité de la race », portait sur un axe particulier de ces rapports sociaux de pouvoir, la « performativité de la race...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search