Catégorie : rock

6

Comment l’URSS a (un peu) financé le rap français

Lorsque je pose l’enregistreur sur la table, Yann Cherruault commente : « Ça me rend dingue la retranscription. Des fois, j’en peux plus, j’ai des interviews que j’ai faites y a deux ans, des trucs qui sont vachement bien, mais je sais que ça dure… que j’ai une heure et demi de bande et que ça va me prendre… » …un temps fou. Deux ans, c’est à peu près le temps que j’aurai mis, moi aussi, pour retranscrire nos deux heures de discussion à bâton rompu. Au menu, la presse rap des années 1990, l’affaire autour des déclarations homophobes de la Sexion...

0

Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir...

0

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L’Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l’émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé. Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni...

2

Au banc des accusés, le rap en procès

En juin dernier, Anthony Pecqueux, Djohar Sidhoum-Rahal1 et moi-même intervenions à la bibliothèque de l’Alacazar de Marseille autour d’un thème de recherche commun : les procès faits aux rappeurs, au sens propre comme au sens figuré. La condamnation il y a quelques jours de Youssoupha par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris illustre le thème. À l’occasion de cette conférence, LaProvence.com a proposé à Anthony et moi un chat avec les internautes. L’exercice ne se déroulerait pas en direct, avec une pluie de questions venant en tous sens. Il s’agissait en fait d’une sélection d’une dizaine de questions...

881

Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard : Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses...

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ? 8

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu’il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Ensemble, ils réalisent et distribuent un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque, distribué à un millier d’exemplaires, rencontre un succès d’estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search