Archives de catégorie : rap états-unien

Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Alain-Philippe Durand m’a proposé de contribuer à la réédition de Black Blanc Beur, le premier livre anglophone entièrement consacré au hip-hop francophone. Le première édition date de 2002, comme son titre assez daté le laisse deviner.

Vingt ans plus tard, il s’agit donc de faire une grosse mise à jour. Le nouveau volume s’intitule Hip-hop en français. Y participer est un honneur, mais aussi un défi : présenter un panorama de quarante ans d’histoire du rap en France en quelques pages, et de surcroît à un public anglophone. À la lumière des très nombreux travaux de qualité qui ont été mené en France ces dix dernières années, j’ai tenté de réviser quelques-unes des connaissances tenues pour acquises sur le rap français dans la majeure partie des travaux anglo-saxons que j’ai pu lire. Le résultat peut être lu en anglais dans l’ouvrage qui vient de paraître. Et sa version française est disponible sur Hal-SHS.

Mon texte, intitulé « Forty Years of French Rap. Identities in Crescendo », contient de nombreuses références musicales. Contrairement à l’époque de l’édition originale du livre, Continuer la lecture de Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ?

La première séance de la 2e saison du séminaire “Fight the power” ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir s’est déroulée le 24 octobre 2019. Autour du thème « Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ? », elle proposait une projection du documentaire Paris 8, La fac hip-hop de Pascal Tessaud, suivi d’une table-ronde avec le réalisateur, David « Mwidi » Koné, pionnier du hip-hop, beatmaker et rappeur, Jacky Lafortune, ancien professeur en arts plastiques à Paris 8, et Akim Oualhaci, sociologue, spécialiste des classes populaires et de la sociologie de la culture. Continuer la lecture de Hip-hop et monde académique : qui profite de qui ?

Faire violence : une écoute poétique des textes de Ghostface Killah

Pour la troisième séance du séminaire « « Fight the Power » ? Musiques hip-hop et rapports sociaux de pouvoir », Cyril Vettorato, maître de conférence en littératures comparées, est venu présenter une « écoute poétique des textes de Ghostface Killah » à partir de la notion de violence. D’emblée, il situe sa communication autour d’une réflexion plus générale sur l’utilité des outils littéraires (ceux du commentaire de texte et, plus rares, ceux de la théorie littéraire) pour étudier le rap, dans un contexte de « légitimation » relative de l’objet comme sujet d’étude littéraire.

Le choix de la problématisation autour de la notion de violence est justifié par plusieurs Continuer la lecture de Faire violence : une écoute poétique des textes de Ghostface Killah

Rappeuses : où sont les stars ?

Alors que la nouvelle de la première place au top Billboard de la rappeuse états-uniennes Cardi B a fait le tour du web, depuis des années maintenant, la France ressemble à une morne plaine commerciale pour les rappeuses. Le constat, qui n’est tempéré que par le récent disque d’or de Shay1, a conduit la journaliste Eloïse Bouton, par ailleurs créatrice du site Madame Rap, à cette interrogation : Pourquoi il n’y eu aucune rappeuse mainstream en France depuis Diam’s ?

S’en est suivi un échange que je reproduis ici, dont quelques extraits seront repris dans un article qu’Eloïse Bouton publie dans Causette ce mois-ci, et que je Continuer la lecture de Rappeuses : où sont les stars ?

  1. Dont le clip recycle un imaginaire orientaliste et exotique comparable à celui du tube de Cardi B, et d’un nombre impressionnant d’autres vidéoclip hip-hop depuis quelques années. []

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes.

Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le cas de figure le plus commun semble être l’adaptation d’instrumentales pour des bandes originales de spots télévisés, le rap est également beaucoup caricaturé en publicité. Du «Rap du notaire » à la « Fruit Battle » d’Oasis en passant par la campagne «Pink Daddy », de nombreuses marques se sont essayées à l’exercice. Filles dénudées, bling bling, grosses voitures, maisons de luxe… les symboles du gangsta rap sont repris et tournés en dérision. Continuer la lecture de In da pub