Archives de catégorie : vie du blog

Le carnet de recherche comme “lieu propre” numérique

Dans le cadre de la Journée anniversaire des dix ans d’Hypothèses, j’ai été invité à présenter un témoignage réflexif sur « Pourquoi et comment je bloggue ». Le texte qui suit est une reprise de la communication que j’ai proposé à cette occasion, le 8 janvier 2019.

J’ai créé le blog Sur un son rap en décembre 2009 avec l’objectif de rendre visible les « usages hétérogènes du genre rap » dans le sillage d’une thèse de doctorat. Dix ans plus tard, ce blog ne ressemble pas du tout à ce que j’avais imaginé, et ce sont plutôt les usages que ses lecteurs et moi-même en avons fait qui Continuer la lecture de Le carnet de recherche comme “lieu propre” numérique

Shine bright like a diamond in Academia

La question de l’accessibilité des recherches au sein du monde académique (et au-delà) est faite de dilemmes.

Généralement, on part du principe que l’on publie pour être lu. Ce n’est pas toujours exactement vrai, mais quand c’est le cas, c’est une gageure. Car la production scientifique est plus prolifique (envahissante diront certains) que jamais, mais aussi plus opaque. Le problème, c’est la saturation d’informations. 32% des articles en sciences sociales ne seraient jamais cités, et 82% Continuer la lecture de Shine bright like a diamond in Academia

Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

C’est la question que nous nous sommes collectivement posée pour le colloque “Conçues pour durer”. Perspectives francophones sur les musiques hip-hop, qui s’est déroulé du 1er au 3 février dernier à la Maison des métallos1.

Les actes sont un objet éditorial à la fois ancien et fondamental dans les mondes scientifiques. Ils permettent de rendre compte des présentations et des débats qui se sont déroulés lors d’une rencontre scientifique – journées d’études, colloques, congrès…

La forme la plus cohérente avec cet objectif est généralement celle des actes intégraux, opérant un travail d’édition significatif mais pas de sélection scientifique supplémentaire après celle réalisée en amont du colloque lui-même. Les différents objets, concepts, perspectives qui ont été exposées, avec leurs forces et leurs faiblesses, sont ainsi réunies dans une même publication, conservant un état de la discussion scientifique telle qu’elle a pu se dérouler dans le temps du colloque, et assurant sa diffusion dans des délais courts après la tenue du colloque.

Mener une sélection avant publication, voire demander une version profondément retravaillée, soumise à une nouvelle évaluation par le comité scientifique ou des expert·e·s extérieur·e·s, et/ou privilégiant un format (notamment en termes de longueur) différent de celui de l’exposé en colloque conduit à un objet éditorial hybride, à mi-chemin entre l’acte de colloque dont il se revendique encore parfois, et la publication scientifique révisée par les pairs. On est alors le plus souvent face à un ouvrage collectif issu d’un colloque (voire un numéro de revue Continuer la lecture de Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

  1. Outre les partenaires ayant soutenu l’organisation du colloque, je tiens ici à remercier Christine Daussin, Thomas Guiffard et Céline Guilleux pour leurs conseils et leurs aide autour de ce projet d’actes numériques. Le colloque a été organisé et ces actes ont été publiés par une équipe dont je faisais partie avec Alice Aterianus-Owanga, Emmanuelle Carinos, Séverin Guillard, Marie Sonnette et Virginie Milliot []

Bienvenue en Twenty Fourteen

La grande rénovation des thèmes d’Hypothèses ayant été annoncée à l’Assemblée des carnetiers, il n’y a pas d’autre choix que de faire le deuil de ce bon vieux thème Magazine Basic qui m’accompagne depuis… oups, presque cinq ans ! Plutôt que d’attendre la dernière minute, je préfère prendre les devants, et basculer vers le nouveau thème qui semble présenter le plus d’affinités avec la logique assez fortement éditorialisée de Magazine Basic : le thème Twenty Fourteen.

Sur un son rap, ère Magazine Basic
Sur un son rap, ère Magazine Basic

Pour mémoire, une petite saisie d’écran du blog avant la grande migration. Et à présent, découverte pas à pas du thème WordPress de l’année. Continuer la lecture de Bienvenue en Twenty Fourteen

Conversations numériques

Voilà presque un mois que Surunsonrap ne donne plus signe de vie… et pourtant ! Parmi les activités de ces dernières semaines, j’ai pu contribuer au développement d’un nouveau carnet de recherche particulièrement stimulant, et de surcroît collaboratif et ouvert à toutes les bonnes volontés : le carnet hypotheses.org Aspects concrets de la thèse. Parmi ces aspects concrets, on en compte un bon nombre qui sont aussi numériques, et c’est sans doute sur ceux-là que j’essaierai d’apporter quelques éléments. Exit donc de Surunsonrap les futurs billets sur des thèmes tels que « Numérique et précaires de l’ESR » ou « Parcours subjectifs dans les enjeux des Digital humanities ». Les prochains seront directement publiés sur le carnet de recherche ACT.

Par ailleurs, j’ai été bluffé par un échange scientifique qui s’est noué sur le blog de La Méduse. Je me permets donc de le relayer ici, et de tirer mon chapeau aux participantes à ce modèle de discussion intellectuelle numérique qui porte en outre sur un sujet passionnant.

Tout commence par une série de billets consacrés à l’ouvrage de Christine Détrez et Anne Simon, À leur corps défendant. Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral1. La Méduse réagit librement mais avec rigueur à  la première partie de l’ouvrage, consacrée à la façon dont les écrivaines actuelles abordent le thème de la sexualité. Le premier billet interroge, à la suite du livre, l’existence de « mots de femmes » pour écrire la sexualité. Le deuxième aborde les liens entre domination de sexe et la littérature étudiée. Le troisième se conclut plus précisément sur l’analyse avancée par Détrez & Simon d’un roman de Anne Garréta.

À cette série de billets répond un commentaire, ouvrant une discussion dont le ton est plutôt rare dans le milieu scientifique. Une internaute, signant ses commentaires du nom de Christine, et dont on suppose qu’il s’agit de Christine Détrez, réagit aux critiques portant sur le (son ?) livre. Elle apporte ainsi des précisions autour de l’ouvrage, et engage le dialogue autour des points de désaccords. Elle explique de surcroît la fabrique de l’ouvrage, et le rôle de ce processus dans la forme particulière que prend l’objet final, ce livre qui donne si souvent l’impression d’une pensée achevée et close sur elle-même alors qu’il n’est toujours que la trace d’un moment intellectuel. Bref, grâce à La Méduse et à Christine (Détrez ?), on passe de l’autre côté du miroir, au cœur de la production même de la recherche, et on est implicitement invité à s’y joindre. Vite, courons lire le livre (et le blog) !

Voilà donc qui s’apparente à un compte rendu de lecture… de discussions sur un blog scientifique… Une nouvelle pierre au « séminaire virtuel permanent » que peut permettre le numérique ?

  1. Seuil, 2006 []