Archives de catégorie : écrire

Numérique et précaires de l’euhèssaire

Il y a beaucoup de motifs qui peuvent inciter à ouvrir un blog « scientifique ». En ce qui me concerne, j’ai commencé à réaliser ce carnet de recherche pour deux raisons principales. La première était une tentative de diffusion des enquêtes que j’ai initiée il y a bientôt dix ans. Ce que je voulais et ce que je veux toujours, c’est moins rendre public des « résultats » (encore qu’il y en a bien quelques uns que je compte partager !),  que proposer un regard original sur le genre musical rap. La seconde était une tentative d’écriture liée à mes recherches sensiblement différente de celles que j’avais privilégié jusqu’alors : plus directe, un peu plus personnelle peut-être, et dans des formes beaucoup plus brèves. Des billets, pas des articles, des chapitres ou… des thèses.

Pourquoi ces remarques ? Parce qu’à l’intersection des deux objectifs, l’ouverture d’un carnet projette également une partie de l’activité de recherche dans un espace public numérique. Ce carnet devient ainsi une vitrine, dont il est difficile de définir et de mesurer le rôle. Sur le plan professionnel, quoi qu’il en soit, cette vitrine présente en public le portrait d’un « jeune » docteur. Elle constitue nécessairement une mise en scène de ses recherches, une mise en scène de soi comme chercheur. Je tends donc aussi à penser ce lieu comme un « auto-radar ». Or dans la composition de cet auto-radar, je ne peux pas faire abstraction de mon statut de « non permanent de l’ESR1 ».

Les pratiques numériques rassemblent un grand nombre d’outils dont de plus en plus de chercheurs se saisissent depuis dix ans. Ces pratiques recomposent ce qu’est la recherche, et risquent fort de la recomposer plus encore dans les années à venir. Blogging « scientifique »2, dépôts d’articles en open access comme HAL-SHS, veille Internet via Delicious.com ou bibliographique avec Zotero.org, wikis, réseaux sociaux type Facebook3 ou Twitter, peut-être bientôt archives ouvertes pour les sources et les matériaux de l’enquête. Les réflexions sur ces outils et leurs impacts sur le monde de l’enseignement supérieur et la recherche ne manquent pas, mais elles sont peu nombreuses à prendre directement en compte l’opposition entre les précaires et les fonctionnaires de la recherche. En fait, cette fracture semble largement invisible, comme si le numérique et la recherche étaient un enjeu uniquement pour les titulaires.

À l’occasion du THATCamp Paris, on devrait pouvoir en apprendre plus sur cette question, et sur pas mal d’autres, liées aux digital humanities4. Cette manifestation se présente comme une « non-conférence » pour mieux insister sur un dispositif visant à faciliter une réflexion collective et collaborative. En fait, la « non-conférence » a déjà commencé, via le carnet de recherche dédié et surtout par l’intermédiaire d’un wiki auquel peuvent participer tous ceux qui le souhaitent.

L’un des ateliers porte sur les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Pour lancer quelques premières pistes, avant d’y revenir après l’atelier en question, on peut noter que certaines des premières transformations introduites par le numérique ont partie liée avec la limitation (plus que la suppression) de quelques asymétries majeures dans l’information dont disposent les différents « aspirants à la recherche professionnelle ».

Ces asymétries concernent notamment l’accès aux articles scientifiques. Longtemps dépendants des fonds et des abonnements des bibliothèques les plus proches5, les chercheurs ont accès depuis le début des années 2000 à un nombre croissant de revues en ligne. De même pour l’actualité des événements scientifiques, qu’il s’agisse de colloques, de publications ou d’appels à contribution : Fabula, Liens-socio.org ou Calenda offrent une information scientifique croissante sur Internet. Enfin, depuis quelques années, on assiste à moins d’opacité dans les procédures de sélections, par exemple pour les postes d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de maître de conférence6.

Ces évolutions transforment les asymétries, mais ne les font pas disparaître. Les techniques et les moyens pour exploiter certaines ressources numériques deviennent de nouveaux enjeux. Qui  connaît les portails de revues scientifiques7, les moteurs de recherches scientifiques, et comment contrôler les recherches qu’ils permettent ? Qui appartient à une institution qui bénéficie de l’accès aux contenus payants de Cairn ou Jstor ? Au sein d’une telle institution, quels sont les doctorants qui savent qu’ils peuvent y avoir accès ? Qui est en mesure de maintenir une veille Internet efficace sans que l’activité devienne dangereusement chronophage ? De quels outils et de quelles ressources dispose-t-on pour progresser sur l’ensemble des ces pratiques ?

Encore n’est-on là que sur l’un des versants de l’activité scientifique, celui de la production de la recherche. Un autre versant est celui de sa diffusion vers des sphères plus ou moins larges. À quelles conditions peut-on faire du web un espace de collaborations scientifiques effectives ? Où peut-on publier et où doit-on publier ? Une revue électronique, est-ce une revue au rabais aux yeux d’une commission de qualification du CNU ou d’un jury de concours de maître de conférence ? Comment assurer le référencement de ses publications ? Quelles sont les conséquences possibles de la publication électronique de textes non publiés ou de documents de recherche  ?

J’arrête ici l’égrainage de questions… pour l’instant.

  1. l’enseignement supérieur et la recherche []
  2. comme la plateforme Hypotheses.org, mais aussi Contexts, Scienceblog []
  3. voir à ce sujet l’article de Olivier Ertzscheid intitulé « Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants »… []
  4. « les Digital Humanities concernent peu ou prou l’ensemble du processus de la recherche en lettres, sciences humaines et sciences sociales, dès lors que ce dernier est touché dans ses fondements mêmes par le numérique » expliquent les initiateurs de la manifestation []
  5. malgré le prêt inter-bibliothèque… []
  6. grâce à des associations telles que la guilde des jeunes chercheurs ou l’ANCMSP, ou à des initiatives plus individuelles mais néanmoins rapidement collaboratives, comme le wiki de B. Coulmont, puis M. Hély pour la sociologie []
  7. Revues.org, Persée, Érudit []

Écrire (oui, mais lire, aussi…)

« Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’animer un séminaire d’écriture pour étudiants doctorants […]. Une collègue  avait bien voulu me confier le deuxième brouillon d’un article qu’elle était en train de rédiger. J’ai distribué des photocopies des trois ou quatre pages où elle traitait de ses méthodes et nous avons passé trois heures à les réécrire. […]

Il y avait certaines tournures longues et redondantes que nous n’arrivions pas à remplacer parce qu’il n’y avait pas là de vraie signification qu’on aurait pu reformuler. Ces tournures étaient des bouche-trous […]. Les auteurs ont habituellement recours à des expressions vides pour camoufler deux types de problèmes et les deux sont le reflet de graves dilemmes de la théorie sociologique. Un de ces problèmes a trait à la question de l’acteur : qui est responsable des actes dont votre phrase fait le constat ? […]

L’incapacité ou le refus des sociologues de poser des affirmations portant sur la causalité a aussi des conséquences néfastes pour l’expression écrite. […] Nous nous exprimons ainsi car nous avons peur que d’autres puissent nous prendre en faute […]. Il vaut mieux dire quelque chose d’anodin mais sans danger que quelque chose de risqué qui ne résistera peut être pas à la critique. » (Becker 2004 : 7-15)

Je suis en train de lire le bouquin de Howard Becker, Écrire les sciences sociales, et pas mal de choses m’interpellent.

J’ai commencé par la préface de Jean-Claude Passeron… j’ai trouvé ça bien ardu. Y a des choses intéressantes c’est sûr, mais ça donne une impression de… d’arduité !! Est-ce qu’il n’écrit pas de façon extrêmement complexe et alambiquée ?… en d’autres termes heu… ne pourrait-il pas (un peu) être la cible des critiques de « Howie » ?… (le flou en moins peut-être ? C’est vrai que le côté « prudence excessive, pas d’assertions », yapa. En revanche quelle alambication !) Bon sinon ça me fait mourir de rire quand Passeron appelle Howard Becker « Howie » !

Ce qu’écrit Becker me pose aussi question par rapport à une chose que j’ai lue dans la deuxième introduction de Butler à Trouble dans le genre (celle de 1999), aux pages 41 et 42. J’ai pô bien compris ce qu’elle disait (c’est un peu comme tout chez elle hein, flou artistique), mais je fais un résumé-citations, car ça me semble quand même très intéressant :

« Les personnes qui ont lu Trouble dans le genre, qu’elles aient aimé ou non le livre, ont trouvé que le style était difficile. […] Lorsqu’on nous apprend les règles d’intelligibilité que doit suivre la langue, on nous fait entrer dans le langage normalisé où le prix à payer, lorsqu’on ne s’y conforme pas, c’est la perte de l’intelligibilité en tant que telle. […] Ce serait une erreur que de penser que la grammaire que l’on a apprise est le meilleur moyen d’exprimer des vues radicales, étant donné les contraintes qu’impose cette grammaire à notre pensée, et même à ce qui est simplement pensable. […]
Est-il légitime que les personnes offensées exigent un « parler simple », ou est-ce que leur plainte naît d’une attente consumériste de la vie intellectuelle ? Ne vaut-il pas la peine de faire soi-même l’expérience de la difficulté linguistique ? […]
Qu’est-ce qui circule sous le signe de la « clarté », et quel serait le prix à payer si l’on suspendait notre faculté de douter lorsqu’on nous annonce en grande pompe l’arrivée de la lucidité ? Qui décide des protocoles de la « clarté » et quels intérêts servent-ils ? Qu’est-ce qui est forclos lorsqu’on persiste à définir la transparence comme le prérequis de toute communication à partir de critères locaux ? Qu’est-ce que la « transparence » laisse dans l’ombre ? »

Évidemment, je pense que « ce dont on parle » en utilisant tel ou tel style est important…. Et là, il s’agit de genre et de sexualité, et :

– à la fois c’est une question qui concerne la langue et la grammaire (puisque le genre comme binaire et asymétrique structure la grammaire, cf Monique Wittig),
draft

– et c’est un sujet pour lequel la question de la « clarté », de la « transparence », est centrale, en tout cas dans ce qu’en fait J. Butler : le genre doit être clair, lisible, évident, on doit tout de suite voir si c’est une femme ou un homme etc., sinon c’est du monstrueux, on rejette….

Mais bon, je trouve ça intéressant de toutes façons ; même si du coup je comprends pas bien « comment on doit faire », et ça ne fait pas vraiment mon affaire que Butler ne soit pas claire, parce que du coup, je comprends moitié rien.

C., quand il a feuilleté le bouquin de Becker, et qu’il a lu le passage sur Rosanna Hertz, pages 35 / 36, il a dit : « ça c’est Butler… »