Catégorie : diffuser

2

Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Pas de séminaire “Fight the power”  dans le contexte actuel de grève, mais toujours du hip-hop ! Alors que la mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est de plus en plus large, le comité de mobilisation des facs et labos en lutte, l’Université Ouverte et l’Université populaire de Paris Diderot ont organisé un concert exceptionnel vendredi dernier. Réuni.es pour mener la lutte en musique, une chorale militante, un Piki Blind Test de Tomas & Pierre, le rappeur Edouard Kissifrott, La Fanfare Invisible… et un plateau exceptionnel de rappeuses : Fanny Polly, Ekloz, Nayra, Loréa et Billie Brelok....

1

La nouvelle condition du rap au Brésil

Lorsque le rap est apparu au Brésil dans les années 1980, il était stigmatisé et perçu dans la ville de São Paulo comme synonyme de mauvais goût : « truc de racaille », « truc des bidonvilles », « ce n’est pas de la musique», « c’est violent », etc. Parler de rap — outre les repères racistes et classistes cités —, c’était alors s’adresser à la périphérie (au sens géographique) avec leurs codes spécifiques. Aujourd’hui, nous pouvons voir une plus grande présence de rappeurs dans des espaces auparavant réservés à la culture savante ou à la culture commerciale dominante : des rappeurs hommes et femmes publient chez de grands éditeurs, participent à des événements de mode renommés ou à des tournées internationales et des programmes de télévision au sein de grands réseaux.

0

Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga

La première séance du séminaire « “Fight the power” ? Rapports sociaux de pouvoir et musiques hip-hop» s’organisait autour du livre d’Alice Aterianus-Owanga « Le rap, ça vient d’ici ! ». Musiques, pouvoir et identités dans la Gabon contemporain, publié en 2017 aux éditions de la Maison des sciences de l’homme. Alice Aterianus-Owanga, post-doctorante à l’Université de Lausanne, a commencé par un exposé qui revenait sur une dimension transversale de son livre, la question des rapports entre la scène rap et les autorités politiques au Gabon. En octobre 2016, à la suite d’élections présidentielles controversées, le rappeur Kobâ publie « Odjuku », un morceau qui dénonce...

0

Shine bright like a diamond in Academia

La question de l’accessibilité des recherches au sein du monde académique (et au-delà) est faite de dilemmes. Généralement, on part du principe que l’on publie pour être lu. Ce n’est pas toujours exactement vrai, mais quand c’est le cas, c’est une gageure. Car la production scientifique est plus prolifique (envahissante diront certains) que jamais, mais aussi plus opaque. Le problème, c’est la saturation d’informations. 32% des articles en sciences sociales ne seraient jamais cités, et 82% Karim HammouMore Posts – Website

0

Une histoire du rap à São Paulo

Naissance d’une musique de niche Le rap aurait commencé à São Paulo au cours des années 1980 dans le centre-ville pour s’étendre graduellement aux periferias (les banlieues). L’anthropologue brésilien Da Silva (1998) affirme que les premiers rappeurs de São Paulo étaient en majorité des jeunes gens originaires des periferias, employés comme garçons de bureau dans le centre-ville. Ils se retrouvaient dans les rues alentour des stations de métro República et São Bento, partageaient le goût de la black music et écoutaient plus spécifiquement les premiers rappeurs des Etats-Unis (Afrika Bambaataa pour n’en citer qu’un). Nadia Rocha GonfiantiniNádia Rocha Gonfiantini est titulaire d’une...

0

Définition, genre, publics, industrie : échanges sur La Grenouille

En novembre dernier, le festival Umoja rassemblait un plateau impressionnant de rappeuses de toute la France pour ce qui était le premier festival queer et féministe hip-hop à Marseille. Le tout immortalisé par l’objectif de Graphijane. J’y participai pour présenter quelques portraits de femmes, parfois oubliées, qui ont fait l’histoire du rap. À cette occasion, Jonah Sénouillet a réalisé une interview pour l’émission Double Neuf sur Radio Grenouille. Jonah a fait un soigneux montage de notre échange fleuve (je suis bavard), qu’il a découpé en quatre parties Karim HammouMore Posts – Website

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search