Archives de catégorie : diffuser

Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici : https://surunsonrap.hypotheses.org/3420

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Une musique dépourvue de logique ?

B. Dufau : C’est intéressant parce que là on voit comme tout est pensé, concerté, et dans d’autres morceaux, par exemple sur « Musique archéologique » tu parles de ta musique comme « sûrement dépourvue de logique » alors qu’elle apparaît Continuer la lecture de Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Médine à l’ENS (1) : Petites histoires et grande Histoire

Nous présentons dans cette série de quatre billets une retranscription intégrale de plus d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Cet échange a fait l’objet d’un compte-rendu factuel juste et riche – mais, évidemment, non exhaustif – par Mathieu Dejean, présent à la conférence, dans Les Inrockuptibles. De manière moins factuelle, ce compte-rendu a été repris par le journal Le Figaro pour faire état d’une prétendue « polémique » qui aurait eu lieu suite à cette invitation, le tout sans s’être rendu sur place ni avoir contacté Continuer la lecture de Médine à l’ENS (1) : Petites histoires et grande Histoire

Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

C’est la question que nous nous sommes collectivement posée pour le colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop, qui s’est déroulé du 1er au 3 février dernier à la Maison des métallos1.

Les actes sont un objet éditorial à la fois ancien et fondamental dans les mondes scientifiques. Ils permettent de rendre compte des présentations et des débats qui se sont déroulés lors d’une rencontre scientifique – journées d’études, colloques, congrès…

La forme la plus cohérente avec cet objectif est généralement celle des actes intégraux, opérant un travail d’édition significatif mais pas de sélection scientifique supplémentaire après celle réalisée en amont du colloque lui-même. Les différents objets, concepts, perspectives qui ont été exposées, avec leurs forces et leurs faiblesses, sont ainsi réunies dans une même publication, conservant un état de la discussion scientifique telle qu’elle a pu se dérouler dans le temps du colloque, et assurant sa diffusion dans des délais courts après la tenue du colloque.

Mener une sélection avant publication, voire demander une version profondément retravaillée, soumise à une nouvelle évaluation par le comité scientifique ou des expert·e·s extérieur·e·s, et/ou privilégiant un format (notamment en termes de longueur) différent de celui de l’exposé en colloque conduit à un objet éditorial hybride, à mi-chemin entre l’acte de colloque dont il se revendique encore parfois, et la publication scientifique révisée par les pairs. On est alors le plus souvent face à un ouvrage collectif issu d’un colloque (voire un numéro de revue Continuer la lecture de Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

  1. Outre les partenaires ayant soutenu l’organisation du colloque, je tiens ici à remercier Christine Daussin, Thomas Guiffard et Céline Guilleux pour leurs conseils et leurs aide autour de ce projet d’actes numériques. Le colloque a été organisé et ces actes ont été publiés par une équipe dont je faisais partie avec Alice Aterianus-Owanga, Emmanuelle Carinos, Séverin Guillard, Marie Sonnette et Virginie Milliot []

Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Le 22 février 2017, de 18h30 à 20h, je présentais au Quai Branly une conférence intitulée « Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012) », dans le cadre du cycle Grandes révoltes de l’université populaire du musée.

Il est possible de réécouter la conférence sur le site du Quai Branly, ou ici même :

Résumé :
L’esclavage et la colonisation tiennent une place particulière dans le rap français. Ces violences collectives sont régulièrement évoquées, de façons allusives ou explicites, et mises en Continuer la lecture de Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Un rap afropéen ?

Le journaliste Jules Crétois m’a interviewé à l’occasion de la conférence que je donnerai le 22 février 2017 au Quai Branly. Ceci est ma version de notre échange – même contenu, mais avec un titre alternatif et mon propre chapeau, et quelques illustrations musicales alternatives !
Pour voir l’article de Jeune Afrique où notre échange a été publié le 15 février, c’est par ici.

Jeune Afrique : Selon vous, le rap français est aujourd’hui porteur d’une mémoire africaine ? Si oui, de quelle mémoire ?

Karim Hammou : Le rap français dans son ensemble, non. Mais une partie importante de ses artistes, oui, sous des formes très variées. Ça va d’allusions périphériques à des pays précis – que les artistes concernés en soient originaires ou non – à l’évocation de thématiques liées à l’histoire de l’Afrique et même à l’actualité géopolitique. Je pense à « Sankara » de JP Manova Continuer la lecture de Un rap afropéen ?