Tous les articles par Karim Hammou

Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici : https://surunsonrap.hypotheses.org/3420

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Une musique dépourvue de logique ?

B. Dufau : C’est intéressant parce que là on voit comme tout est pensé, concerté, et dans d’autres morceaux, par exemple sur « Musique archéologique » tu parles de ta musique comme « sûrement dépourvue de logique » alors qu’elle apparaît Continuer la lecture de Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

« Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

Keira Maameri réalise depuis quinze ans des documentaires dans lesquels le hip-hop a une place de choix : la mémoire de proches décédés dont le souvenir est ravivé par le biais du rap (A nos absents), des portraits de B.girls évoluant dans les différentes disciplines du hip-hop (On s’accroche à nos rêves), les rapports entre rap et islam du point de vue des artistes (Don’t Panik). Son dernier documentaire, projeté pour la première fois l’année dernière, s’intitule Nos Plumes, et porte sur le monde de la littérature. Exit le hip-hop ? Pas vraiment.

Nos Plumes expose avec sensibilité les dilemmes d’une activité littéraire qui s’affronte à des formes de particularisation, de cloisonnement, de « malentendus ». C’est que cette littérature auraient quelque chose à voir Continuer la lecture de « Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

C’est la question que nous nous sommes collectivement posée pour le colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop, qui s’est déroulé du 1er au 3 février dernier à la Maison des métallos1.

Les actes sont un objet éditorial à la fois ancien et fondamental dans les mondes scientifiques. Ils permettent de rendre compte des présentations et des débats qui se sont déroulés lors d’une rencontre scientifique – journées d’études, colloques, congrès…

La forme la plus cohérente avec cet objectif est généralement celle des actes intégraux, opérant un travail d’édition significatif mais pas de sélection scientifique supplémentaire après celle réalisée en amont du colloque lui-même. Les différents objets, concepts, perspectives qui ont été exposées, avec leurs forces et leurs faiblesses, sont ainsi réunies dans une même publication, conservant un état de la discussion scientifique telle qu’elle a pu se dérouler dans le temps du colloque, et assurant sa diffusion dans des délais courts après la tenue du colloque.

Mener une sélection avant publication, voire demander une version profondément retravaillée, soumise à une nouvelle évaluation par le comité scientifique ou des expert·e·s extérieur·e·s, et/ou privilégiant un format (notamment en termes de longueur) différent de celui de l’exposé en colloque conduit à un objet éditorial hybride, à mi-chemin entre l’acte de colloque dont il se revendique encore parfois, et la publication scientifique révisée par les pairs. On est alors le plus souvent face à un ouvrage collectif issu d’un colloque (voire un numéro de revue Continuer la lecture de Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

  1. Outre les partenaires ayant soutenu l’organisation du colloque, je tiens ici à remercier Christine Daussin, Thomas Guiffard et Céline Guilleux pour leurs conseils et leurs aide autour de ce projet d’actes numériques. Le colloque a été organisé et ces actes ont été publiés par une équipe dont je faisais partie avec Alice Aterianus-Owanga, Emmanuelle Carinos, Séverin Guillard, Marie Sonnette et Virginie Milliot []

La production collective du caractère prosaïque du rap français

On tient généralement pour évident ce qui relève de l’art ou ce qui n’en relève pas. Contre ce présupposé, la sociologie de la culture a démontré que la distinction sociale attachée à la singularité artistique n’est pas intrinsèque à certaines œuvres et certaines pratiques plutôt que d’autres, mais le fruit d’efforts pour transformer les façon de faire et de percevoir certaines œuvres, certaines pratiques. Le caractère esthétique d’une chose dépendant d’activités collectives qui font qu’on la reconnaît comme telle.

Mais on peut en dire autant de la situation inverse : le fait que certaines pratiques et certaines œuvres soit traitées comme ne relevant pas de l’esthétique, autrement dit qu’elles soient « vulgaires » ou « prosaïque » est tout autant le fruit d’activités collectives.

L’histoire du rap en France illustre ces remarques. La réception académique du rap dans les années 1990, similaire à un mouvement plus vaste de définition publique et médiatique du rap comme expression des banlieues, a longtemps freinée toute prise au sérieux du rap comme pratique artistique et Continuer la lecture de La production collective du caractère prosaïque du rap français

Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)

Le 22 février 2017, de 18h30 à 20h, je présentais au Quai Branly une conférence intitulée « Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012) », dans le cadre du cycle Grandes révoltes de l’université populaire du musée.

Il est possible de réécouter la conférence sur le site du Quai Branly, ou ici même :

Résumé :
L’esclavage et la colonisation tiennent une place particulière dans le rap français. Ces violences collectives sont régulièrement évoquées, de façons allusives ou explicites, et mises en Continuer la lecture de Révoltes postcoloniales et mémoire dans le rap français (1992-2012)