La fin des “musiques urbaines” ?

Depuis quelques années, la notion de musiques urbaines est de plus en plus débattue en France. L’un des déclencheurs de ce regard critique, c’est la prise de parole de Tyler the Creator lors de sa récompense aux Grammy Awards, en 2020. Mêlant la critique aux remerciements, il contestait la pertinence de la catégorie rap (dans laquelle il était récompensé) ou de la catégorie urban :

À chaque fois que nous – et je veux dire les gars qui me ressemblent – faisons quelque chose qui dépasse les genres, ils le mettent toujours dans une catégorie rap ou urbaine, ça craint. Je n’aime pas ce mot “urbain”, pour moi c’est juste une façon politiquement correcte de dire le “N-word”.1

https://www.nme.com/features/grammys-urban-music-tyler-the-creator-billie-eilish-2686106

Cette déclaration a été l’occasion d’une vague d’articles dans la presse française relayant les critiques de la notion2. Aux États-Unis, les Grammys abandonnent la catégorie « Meilleur album urbain », renommé l’année suivante en « Meilleur album R&B ». Le label Republic Records déclare abandonner l’usage du terme3. La même année (et sans qu’il y ait de lien direct avec les Grammys), Les Victoires de la musique abandonnait la récompense “Album de musiques urbaines de l’année”, mettant un terme à une catégorie vieille de quinze ans. Enfin, en 2023, une nouvelle cérémonie voit le jour, Les Flammes, qui évite soigneusement le terme – tout en mettant au cœur de son périmètre le rap et les « cultures issues des quartiers populaires ». Fin de règne pour une catégorie trop englobante, trop mal définie, et aux connotations trop stigmatisantes, comme le souligne un article récent du journal Le Monde ? Ce serait aller un peu vite.

À trop se focaliser sur les termes états-uniens du débat, on pourrait oublier que la situation ne se pose pas exactement dans les mêmes termes dans l’industrie musicale hexagonale. En France, les politiques publiques et notamment l’émergence, dans les années 1990, de la notion de cultures urbaines a une influence directe sur l’imaginaire et les usages des musiques urbaines dans l’industrie musicales des années 2000 et 2010. De même, les liens entre variétés ou pop d’un côté, rap ou R&B de l’autre ne sont pas exactement les mêmes : si Tyler the Creator conteste son enfermement dans une catégorie spécialisée – rap – qui lui paraît ne pas correspondre à l’album Igor, les artistes français de rap ou de R&B ont tout autant pâti, en France, de l’invisibilité de leurs succès commerciaux dans les statistiques de l’industrie de la musique enregistrée, effacés par l’assimilation de leurs œuvres à la catégorie de “variétés” jusqu’au milieu des années 2010. Enfin, les temporalités et les acteurs de ces musiques urbaines sont propres à la situation hexagonale. Quel rôle y ont joué Skyrock ou Trace TV ? Pourquoi Gims, qui affirmait en 2017 sur Europe 1 « je suis dans la pop urbaine », s’insurge-t-il en 2022 sur son compte Instagram contre une catégorie qu’il estime désormais péjorative ? Pourquoi le Snep, qui donne une large visibilité à la notion dans son rapport de 2022, l’abandonne-t-il en partie en 2024 – tout en maintenant des Tops où la catégorie est omniprésente ?

Dès 2000, le magazine professionnel La Lettre du disque mobilise la notion de musiques urbaines et souligne leur progression.

Ces questions rencontrent plusieurs recherches que j’ai menées ces dernières années, notamment à partir de la presse professionnelle musicale française, mais aussi états-unienne4, ainsi que sur l’émergence et les enjeux de nomenclature au sein du réseau Buzz Booster, dispositif annuel de détection musical depuis en 2009. J’en ai proposé une synthèse dans une note détaillée disponible sur le site du CNMlab. Elles ont également été examinées par Séverin Guillard dans sa thèse de doctorat et par Claire Lesacher dans un article récent de la revue Volume!



Citer ce billet
Karim Hammou (2024, 25 avril). La fin des “musiques urbaines” ? Sur un son rap. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wb7k

  1. En ligne : https://edition.cnn.com/2020/01/27/entertainment/tyler-the-creator-grammys-intl-scli/index.html. []
  2. Voir en particulier l’article fouillé que Les Jours consacre à l’affaire. En ligne : https://lesjours.fr/obsessions/musique-racisme/ep5-musiques-urbaines/ []
  3. En ligne : https://www.nme.com/features/grammys-urban-music-tyler-the-creator-billie-eilish-2686106. []
  4. Voir « La racialisation musicale comme action conjointe. La carrière de la catégorie d’urban contemporary dans l’industrie musicale états-unienne (1979-1984) », in Marion Fontaine & Emmanuel Pedler (dir.), L’épreuve des frontières sociales, collection Enquête n°14, Editions de l’EHESS, pp.65-88. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search