Marseille, capitale du rap (1) : hommages

Impossible néanmoins de faire tenir la richesse musicale de cette ville en 55 minutes. Il fallait donc faire des choix, et si je regrette la trop grande centralité d’IAM dans le montage final, si fondamental que soient ce groupe et ses membres, je dois souligner la bonne surprise que représentent la présence ou l’évocation, même très brève, de figures et de lieux moins connus et néanmoins essentiels comme Philippe Subrini, la Maison hantée, BTF, N°7 et Uptown, REDK…((Emmanuelle Carinos et moi avons eu la chance d’être crédités comme « conseillers artistiques » du documentaire. Le titre est usurpé – Emmanuelle et moi avons donné notre point de vue scientifique sur le documentaire à une étape déjà bien avancée de sa réalisation, et avons défendu son importance, vu son sujet essentiel, et le programme de travail copieux et sérieux de l’équipe.))

Plusieurs images d’archives fascinantes – des photos dans les studios de radio des années 1980 aux performances live de la Fonky Family, un montage rythmé et une narration par Faf Larage très réussie, le charisme incroyable de la plupart des protagonistes que l’équipe de tournage et de montage a su restituer, et notamment celui des plus jeunes – SCH et Soso Maness. En filigrane de leurs interventions et de celles de Soprano ou DJ Djel, se dessine un propos original sur l’évolution thématique du rap à travers trois générations. Dans les termes de SCH : « y a des années le rap c’était un constat, ou c’était une cause, aujourd’hui le discours est devenu la conséquence de tout ce qu’on a pas écouté du rap avant. […] Moi je suis comme toute le monde, je suis plus fasciné par El Chapo que par l’Abbé Pierre ».

A titre personnel, je n’ai pu qu’être frappé par ce souvenir de Sat :

On positionne clairement Marseille comme un haut lieu du rap. les gens à l’époque ils venaient à Marseille pour ça, ils nous cherchaient.  Tu descendais sur le Vieux Port, à peine tu arrivais, tu saisi : oh, c’est où qu’on peut trouver La FF ? Ah La FF ? tu sais quoi, tu vas là, là, là et c’est bon tu les trouves.

C’est la description quasi exacte de mon deuxième séjour à Marseille, en janvier 2001, au cours duquel je réalise un entretien pour mon mémoire de master avec Sat de la FF et Menzo dans leurs locaux. Le premier séjour, c’était un mois plus tôt. Je descendais pour la première fois la rue d’Aix puis la rue Saint-Ferréol pour rejoindre Faf Larage, qui m’avait accordé un entretien au café du Virgin Megastore qui trônait à l’époque dans la célèbre rue commerçante de Marseille.

Forcément, chaque passionné de la musique de cette ville regrettera des absences. Pour ma part, ce sera celle des MCs Arabica, de RPZ , de Kalash L’Afro, les liens en fait très étroits entre les artistes de Marseille et ceux d’autres villes1 ou encore la dynamique de compilations et de labels indé dans la période de vache maigre du rap français, dans la deuxième moitié des années 2000. Street Skillz, Lyrical Lab et d’autres, dignes héritiers de la Division Marseillaise Indépendante, ont permis à cette époque que dans l’underground, jamais la diversité des voix hip-hop de la ville ne faiblisse.

Les regrets, c’est plus encore la trop faible présence dans  le documentaire des femmes qui ont fait l’histoire du rap de la ville2, malgré l’incontournable Keny Arkana, et l’inattendue Hélène Taam.

Pour avoir une vue plus complète de la richesse de l’histoire musicale hip-hop de la ville, on se référera donc toujours au livre essentiel de Julien Valnet, aux éditions WildProject : M.A.R.S, Histoires et légendes du hip-hop marseillais, et aux livres de Jean-Pierre Maéro (L’Odyssée martienne), Daniel Tödt ou encore Camille Martel, en attendant de nouveaux livres, articles, documentaires, etc. sur la planète Mars musicale3

Et rien de tel que les hommages des artistes de Marseille eux-mêmes pour prolonger l’exploration, à commencer par ce mix magnifique de DJ Djel ou ce morceau de Relo.

La sortie du documentaire coïncide avec la réédition, 8 ans après sa sortie, de mon livre Une histoire du rap en France. Avec l’accord de l’éditeur La Découverte, j’en ai profité pour changer la couverture, en hommage ici aussi à Marseille, et plus encore à l’association qui m’a accueillie et soutenue dans le long, laborieux et parfois obscur travail que représentait une thèse en sociologie : La Sound Musical School B. Vice.

Cette association fête cette année ses quarante ans. Méconnue jusqu’à la popularité acquise par le producteur L’Adjoint / Skenawin, l’association a une place plus que méritée dans le documentaire de Gilles Rof. Parmi ses piliers fondateurs, il y a Soly MBae, Hassany Ibrahima (tous deux présents dans le documentaires de Gilles Rof et Didier D.Daarwin), et Aly Ibrahima, dont les traits ont été saisis par la photographe Marion Osmont. C’est lui, assis dans le studio de la SMS B.Vice Chibaco, arborant un t-shirt QN4 qui figurera désormais sur la couverture de mon livre.

Pour l’occasion, pas de nouvelle postface à ce qui est un livre qui évoque plus que jamais une période révolue de l’histoire du rap en France. La postface de 2014 résumait l’essentiel de ce qui me paraissait nécessaire d’ajouter.

  1. Toulouse bien sûr, Le Havre, mais aussi plusieurs collectifs de la région parisienne []
  2. Problème sur lequel on reviendra. []
  3. A noter, le rap à Marseille a été le sujet principal ou partiel de plus d’une demi douzaine de thèses de doctorat : Béatrice Sberna, Anthony Pecqueux, Gilles Suzanne, Luigia Parlati, Rémi Boivin… et la mienne. []
  4. Quartiers Nord []

Une réflexion sur « Marseille, capitale du rap (1) : hommages »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.