Quarante ans de rap français : identités en crescendo

Alain-Philippe Durand m’a proposé de contribuer à la réédition de Black Blanc Beur, le premier livre anglophone entièrement consacré au hip-hop francophone. Le première édition date de 2002, comme son titre assez daté le laisse deviner.

Vingt ans plus tard, il s’agit donc de faire une grosse mise à jour. Le nouveau volume s’intitule Hip-hop en français. Y participer est un honneur, mais aussi un défi : présenter un panorama de quarante ans d’histoire du rap en France en quelques pages, et de surcroît à un public anglophone. À la lumière des très nombreux travaux de qualité qui ont été mené en France ces dix dernières années, j’ai tenté de réviser quelques-unes des connaissances tenues pour acquises sur le rap français dans la majeure partie des travaux anglo-saxons que j’ai pu lire. Le résultat peut être lu en anglais dans l’ouvrage qui vient de paraître. Et sa version française est disponible sur Hal-SHS.

Mon texte, intitulé « Forty Years of French Rap. Identities in Crescendo », contient de nombreuses références musicales. Contrairement à l’époque de l’édition originale du livre, il est désormais facile, y compris pour un public anglo-saxon, d’accéder à la diversité des œuvres de rap français par le biais des plateformes de streaming musical. Voici donc une playlist subjective, permettant de parcourir en 80 morceaux quelques-unes des grandes réussites, des incongruités, et surtout la diversité de ce que « rap français » a pu et peut encore désigner. Choix évidemment subjectif et n’ayant pas plus d’ambition que d’illustrer le contenu de l’article et ses parti-pris.

Merci à Emmanuelle Carinos et Emily Shuman pour leur aide. Ces remerciements devaient figurait dans l’article original, ainsi qu’une exergue empruntée au morceau « Je chante la France », extrait de l’album Identité en crescendo de Rocé co-écrit avec Raqal le Requin.

« La pensée de Négritude, aux écrits d’Aimé Césaire / La langue de Kateb Yacine dépassant celle de Molière / Installant dans les chaumières des mots révolutionnaires / Enrichissant une langue chère à nombreux damnés d’la terre / L’avancée d’Olympe de Gouges, dans une lutte sans récompense / Tous ces êtres dont la réplique remplaça un long silence / Tous ces esprits dont la fronde a embelli l’existence / Leur renommée planétaire aura servi à la France »

La note de remerciement n’a pas été maintenue par l’éditeur et cela échappé à ma vigilance. Mea Culpa. Et je n’ai pas pu obtenir les droits de reproduction commerciale pour l’extrait clarifiant le sens du titre de l’article… Dommage !

La version française de l’article est lisible sur Hal-SHS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.