Playlist Pas la même vie

Depuis le 16 mars, depuis que le Président de la République a pris la parole dans un discours aux accents nationalistes et militaristes, on a l’impression qu’il n’existe plus qu’une vérité : celle d’une crise sanitaire surgie de nulle part (enfin si : de l’étranger). Plus qu’une expérience : celle du confinement « responsable » dans le confort bourgeois.

Les médias dominants stigmatisent les habitants des quartiers populaires tandis qu’ils dressent un portrait plein d’empathie pour les Lucy qui télétravaillent sur les quais de l’île Saint-Louis.

Derrière les mauvais pauvres dont l’indiscipline est érigée en crime se cachent les bons pauvres invisibles et muets. Familles pauvres, étranger.es avec ou sans papier, personnes enfermées, à la rue, mal-logés, isolées, victimes de violences conjugales et parentales… et bien sûr les contingents de travailleurs et surtout de travailleuses exploitées de tous les intérims, du ménage et du nettoyage, de la grande distribution, du travail domestique, des transports, de l’enseignement et des hôpitaux publics, etc.

Pour préserver cet ordre, la préfecture de Paris nous promet des drones pour redoubler l’arbitraire policier, plusieurs mairies décrètent des couvre-feux, un projet de loi d’« état d’urgence sanitaire » poursuit l’opération de destruction du droit du travail.

S’il y a un terrain sur lequel sciences sociales et rap s’accordent, c’est pour donner une attention particulièrement précieuse aux inégalités. L’« esthétique sociologiste »1 du rap et son ancrage symbolique dans la jeunesse racisée des classes populaires en font un contre-point précieux en ces temps où certaines vies valent encore moins qu’à l’ordinaire, où d’autres sont purement et simplement effacées du tableau.

Comme si le risque de la maladie avait le même sens pour tou.tes. Comme si la prise en charge du danger et du surtravail n’avait ni classe sociale, ni sexe, ni origine ethno-raciale. Comme si les restrictions de liberté avaient le même poids pour chacun.e. Comme si tout le monde avait la possibilité de simplement rester « chez soi ». Comme si l’Etat et le gouvernement actuel étaient un arbitre ou un juge garant du bon sens en période de crise, alors qu’il en est le premier responsable.

Le collectif hip-hop La Familiale m’a proposé ce lundi de composer une playlist. C’est ce thème que j’ai voulu illustrer, au travers de morceaux que j’apprécie particulièrement. Difficile de s’en tenir à douze titres – il y a donc une face B2. Deux fois douze titres (ou à peu près), pour (re)découvrir quelques unes des mille et une vies que le rap français met en relief depuis trente ans, en commençant par un hommage à Lionel D, décédé fin février, et pionnier essentiel du hip-hop dans les années 1980.

Playlist Pas La Même Vie (face A) sur Deezer ci dessous, et sur Spotify à ce lien.

Playlist Pas La Même Vie (face B)

 

  1. Morgan Jouvenet, Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Maison des Sciences de l’Homme, 2006. []
  2. Plusieurs de ces morceaux n’étaient pas disponible sur Deezer ou Spotify, d’où l’envie de faire une autre playlist, sur Youtube []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.