Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel

Pas de séminaire “Fight the power”  dans le contexte actuel de grève, mais toujours du hip-hop ! Alors que la mobilisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est de plus en plus large, le comité de mobilisation des facs et labos en lutte, l’Université Ouverte et l’Université populaire de Paris Diderot ont organisé un concert exceptionnel vendredi dernier.

Réuni.es pour mener la lutte en musique, une chorale militante, un Piki Blind Test de Tomas & Pierre, le rappeur Edouard Kissifrott, La Fanfare Invisible… et un plateau exceptionnel de rappeuses : Fanny Polly, Ekloz, Nayra, Loréa et Billie Brelok. Découvertes pour certain.es, artistes confirmées et appréciées pour d’autres, une présentation rapide n’est pas superflue.

Mais au fait, pourquoi cet événement ?

Parce que les lois s’enchaînent depuis dix ans pour détruire le service public d’enseignement supérieur et de recherche, au détriment des travailleur.es des facs et des labos de recherche, mais aussi des étudiant.es : loi ORE, Parcoursup, imposition de droits d’inscription pour les étudiant.es étranger.es…

Parce que la précarité (contrats courts voire à l’heure, travail non rémunéré, absence de droits sociaux…) atteint des niveaux record, c’est sur elle que fonctionne désormais de plus en plus la recherche scientifique et l’enseignement supérieur, alors que les perspectives d’emploi pérenne sont plus faibles que jamais. Les réformes récentes de l’assurance chômage ont ainsi frappé de plein fouet les travailleur.es de l’ESR.

Parce que la loi sur les retraites discutée depuis décembre 2019 remet en cause les conditions de travail et le principe de solidarité de toute la population.

Parce qu’une nouvelle “loi de programmation pluriannuelle de la recherche” (LPPR) est se prépare, qui accentue encore la privatisation du service public, l’exploitation des travailleurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, et la logique inégalitaire de traitement promue, entre autre, par l’autoproclamé PDG du CNRS.

Nos facs bougent au son du hip-hop

Depuis des années, c’est aussi le son du hip-hop qui secoue la poussière des universités. Pour faire bouger les lignes, rien de tel qu’un plateau de rappeuses de talent, à la plume aiguisée et au flow imparable. Cette fois-ci, la démonstration était menée par…

Fanny Polly, danseuse, professeur de danse et rappeuse originaire des Alpes Maritimes, est lauréate du Buzz Booster Île-de-France en 2018. Elle réalise un premier album en 2019, Toute une histoire. En tournée dans toute la France depuis plus d’un an, elle sera à Rodez le 7 mars 2020.

Ekyoz, rappeuse de Sète, a rejoint la scène sur l’invitation de Fanny Polly. Elle vient de publier un EP, Dimension. Son prochain concert est prévu pour le 31 janvier à Montpellier, aux côtés de DJ Djel.

Nayra, chanteuse et rappeuse de Saint Denis, se fait connaître en 2016 par ses reprises avant de réaliser le clip de son morceau « Fais ton bail », qui rencontre un large succès. Elle prépare son premier album, et se produira le mardi 4 février à la soirée Amorce #4 à Paris.

Loréa, rappeuse et coach artistique, commence sa carrière dès la fin des années 1990, au sein du groupe 1 Bario 5 S’pry. Elle réalise un album en solo en 2013, Joue avec les lettres. Elle sera sur scène le 7 février lors de la Ah souhait Party 8 à Saint Denis.

Billie Brelok, rappeuse de Nanterre, se fait connaître en 2013 avec le clip Bâtarde en et a depuis publié deux albums, dont le dernier s’intitule Gare de l’Ouest. Elle jouera dimanche 26 janvier pour la Fête des éditions Libertalia, à Montreuil, aux côtés du groupe electro-punk rap Les Vulves assassines.

 

L’affiche était exceptionnelle, et l’ambiance galvanisante, offrant une occasion de rencontre et d’échange entre différents secteurs en lutte de la société : étudiant.es, travailleur.es des universités et de la recherche, personnels des bibliothèques, cheminot.es…

Merci à Marie, Vincent, Audrey, Florent, Lucia, Gilles, Thomas,  Hervé, Samuel et toutes les personnes qui ont fait de ce moment festif et engagé un temps fort de la lutte !


2 réflexions sur « Facs et labos en lutte : un concert exceptionnel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.