Le carnet de recherche comme « lieu propre » numérique

Dans le cadre de la Journée anniversaire des dix ans d’Hypothèses, j’ai été invité à présenter un témoignage réflexif sur « Pourquoi et comment je bloggue ». Le texte qui suit est une reprise de la communication que j’ai proposé à cette occasion, le 8 janvier 2018.

J’ai créé le blog Sur un son rap en décembre 2009 avec l’objectif de rendre visible les « usages hétérogènes du genre rap » dans le sillage d’une thèse de doctorat. Dix ans plus tard, ce blog ne ressemble pas du tout à ce que j’avais imaginé, et ce sont plutôt les usages que ses lecteurs et moi-même en avons fait qui me frappent par leur hétérogénéité. Cette expérience de publication numérique est émaillée de nombreuses surprises. J’en donnerai quelques exemples, et avancerai l’idée de « lieu propre » pour en comprendre les conditions de possibilité.

1. Pourquoi j’bloggue ?

« tu veux savoir pourquoi chui là avec ce ton d’insolence ? »

Retour sur un projet de carnet : Sur un son rap, 2009

J’ai ouvert mon blog à l’intersection de deux événements.

Le premier, c’est ma soutenance de thèse, venant sanctionner un parcours doctoral, long, difficile, souvent solitaire, une thèse consacrée à une sociohistoire du rap en France. Pendant ces sept années, j’étais soumis à un bombardement d’informations et de discours – j’y reviendrai peut-être, « le rap » est un objet bavard, à la fois parce qu’il renvoie à un genre musical où les paroles sont importantes mais aussi parce qu’il est inscrit dans des espaces publics médiatiques où il est constamment et abondamment exposés, commentés, débattu. Et ce bombardement, doublé de mes dispositions sociales, m’avaient paradoxalement conduit à une forme de relatif mutisme pendant ces années.

Le second événement, c’est mon recrutement comme ingénieur d’étude au Cléo, où j’ai commencé à travailler comme validateur Calenda, en face de Raphaëlle Daudé, alors chargée du développement de la plate-forme Hypothèses avec Pierre Mounier.

C’était donc à la fois le moyen d’intégrer un nouvel univers – celui que j’apprendrai à décrire comme l’univers des « digital humanities » – et d’approfondir un discours public sur mon objet de recherche bien modestement amorcé par la rédaction de ma thèse, lue par une demi douzaine de personne.

Dans le formulaire que j’ai rempli en novembre 2009, je notais quelques principes a priori :

« ne pas privilégier l’exposition de résultats ex-post » ; expérimenter un rapport plus régulier à l’écriture publique que celui que j’avais pratiqué dans ma thèse ; tester les modalités de discussions utiles à la recherche.

Je présentais le projet de carnet comme « expérimentation sceptique » – interrogeant la question du surtravail (d’autant que, précaires de l’ESR à cette époque, je craignais qu’il ne s’apparente à du travail gratuit supplémentaire), du statut des locuteurs (quel ton adopter ? quelle mise en scène de soi ? quelle disponibilité / vulnérabilité à quelles critiques ?), des enjeux de la visibilité publique sur un objet polémique, etc.

Je me proposais aussi d’adopter quelques règles pratiques : publier un billet par semaine, archiver « les prises de positions publiques sur le rap », notamment celles venant des personnes altérisant le genre.

Contes ineffables : quelques belles histoires numériques (mais pas que)

« Approchez approchez mesdames et messieurs / bienvenus dans le monde parallèle / je me présente je m’appelle D’ / rassurez vous je ne suis pas un saltimbanque / comme les autres »

Ce sont aussi les nombreuses gratifications, souvent inattendues, obtenues directement ou indirectement par le biais de Sur un son rap qui expliquent pourquoi je bloggue.

Retrouver un.e enquêté vingt après (Shams Din, Ettika), entrer en dialogue avec des producteurs de savoir du monde concerné (L’Abcdrduson par exemple), conserver des ressources – académiques, empiriques…– menacées de disparaître (résultats significatifs dans des mémoires de master, échanges avec un artiste qui méritent d’être conservés à l’écrit, conférence publique dont le papier tarde à être publié et connaîtra de toute façon une diffusion assez confidentielle…), partager des expérimentations numériques (conversations en ligne, rapport au réseau social commercial Academia, élaboration d’actes de colloque numériques, pistes sur la façon d’« habiter » un thème WordPress…), conserver une trace de rencontres (interview avec des collègues, échanges avec des journalistes, notes postérieures à des table-rondes ou des séminaires passionnants…), être interpellé sur les limites de ses recherches – et pouvoir y réagir, avoir le plaisir d’observer l’un de ses billets échapper à son contrôle et devenir une cartographie du plaisir de danser et la nostalgie partagée,  etc.

Et de façon significative, j’y reviendrai, nombre de ces « belles histoires » ne sont pas nécessairement belles par leur succès en termes de commentaires.

2. Comment je bloggue : approche descriptive de Sur un son rap

« Il faut s’appliquer selon moi à la réalité »

Très rapidement, donc ma pratique du blogging s’est affranchie de tout ce qui pouvait entraver un principe premier et intangible de pratique : le plaisir (Gunthert 2010). Je blogue parce que j’en ai envie – et parce que j’en ai le temps (je consacre moins de trente heures par an à mon blog ces dernières années). Ainsi, dans l’interface privée de mon blog, il y a autant de billets en mode

Un coin de la « salle d’attente »

« brouillon » que de billets publiés. Des projets de billets qui n’ont pas (encore ?) vu le jour. La salle d’attente des envies en quête de moyens.

Ma présentation aujourd’hui va rester dans ce cadre : elle ne prétend pas parler du blogging en général, elle est mal informée des expériences des collègues – je ne suis pas un grand lecteurs de blog ! – et encore moins plus mal informée des recherches sur le blogging scientifique. Il ne s’agit que de mon expérience.

Parce que je me demandais simplement, au moment où il s’agissait d’écrire ou de publier, si j’en avais envie, il n’y a pas eu de direction éditoriale forte et claire au fil des ans sur ce blog. Ce faible contrôle de ma pratique de blogging est aussi le fruit de la précarité professionnelle, de 2009 à 2013, entre contingences et libido sciendi. Je propose donc ici un retour sur le résultat non voulu (mais loin d’être refusé) de multiples choix à courte vue. En bon sociologue, j’ai cherché à mettre mon « ressenti » sur ce blog à l’épreuve d’éléments empiriques concrets sur « comment je blogue ». Armer ma réflexivité par des techniques simples d’objectivation.

De façon très classique, j’ai essayé d’identifier la nature de mes publications (qu’est-ce que  j’ai publié ?), leur destinataire (pour qui ? tel que, rétrospectivement, il me semble que je l’envisageais au moment de l’écriture), et leur réception, principalement via deux indicateurs : la fréquentation1, et le taux de commentaires2. Je fais l’hypothèse que le premier indicateur renvoie à une forme de curiosité, le second à une forme de réactivité.

Au long des presque dix années passées sur mon carnet Hypothèses, j’ai publié relativement peu de billets : 90, dont 30 la première année, lorsque j’étais plein de bonnes résolutions. Peu de billets, mais qui, à partir des trois entrées que j’ai proposé, sont très hétérogènes.

Faire des billets : nature des publication

« Qui est-c’qu’en six mois s’est fait vali-valider ? / Bah ouais c’est moi, on n’a pas les mêmes idées / On n’a pas les mêmes flows on n’aura pas les mêmes billets »

Du côté de la nature des publications, à partir d’une typologie inductive, mettant notamment en valeur différentes activités au sein du faisceau de tâches de mon activité de chercheur :

Des billets d’analyse, du commentaire d’actualité, des notes autours des digital humanities, des droits de réponse, des coups de projecteurs sur des lectures, des paroles de chanson, des enquêtes en cours, des sources (discographiques notamment), la mise en place d’un réseau des hip-hop studies francophones. Et également beaucoup de billets de « valorisation » (de publications, de recherches propres, de recherches de collègues, de matériaux, d’opération de vulgarisation scientifique). Au total, les billets de « valorisation » représentent un gros tiers (37), les autres billets, plus « épiscientifiques », sont une cinquantaine. Il n’y a pas d’évolution significative au fil des années, la proportion reste globalement homologue, à l’exception de l’année 2010, singulière sous bien des aspects3.

Il me semble que les billets de « valorisation » et les billets de « présentation » renvoient à deux logiques différentes, y compris quand ils portent sur des sujets similaires : « commentaires d’actualité » vs. « valorisation vulgarisation », « enquête » vs. « valorisation de recherche ou de terrain », « analyse » vs. « valorisation de publication ». D’un côté, une mise en visibilité de la recherche en train de se faire. De l’autre, une mise en valeur de produits de la recherche achevés – qu’il s’agisse d’un objet issu de la collecte de matériaux (par exemple un entretien), d’un objet scientifique (un article ou un livre publié) ou d’un objet de vulgarisation (une interview pour la presse ou une émission de radio).

Destinataires du blog : dans mes bulles

Du côté des destinataires maintenant. A qui destinais-je, a priori, mes billets ?

Là aussi, l’hétérogénéité est importante. Si 27 billets sur 90 sont pensés pour le « grand public », d’autres sont plutôt destinés aux étudiant.e.s et chercheur.e.s sur les musiques populaires et les musiques hip-hop en particulier(18), aux amateurs de rap (13), au monde académique (12), voire aux personnes que je rencontrais (ou souhaitais rencontrer) dans le cadre de mes enquêtes (5), avec l’idée évidemment que ces catégories ne sont pas mutuellement exclusives.

Hétérogénéité des activités évoquées ou sous-jacentes aux billets, hétérogénéité des destinataires : la cohérence vient à la fois de l’objet, et de ma propre pratique de chercheur, dans laquelle cette hétérogénéité fait toute la variété de ce travail.

« Mon public »

« Mon public adore le foot / J’sais pas la famille »

Ces premières tentatives d’objectivation m’ont conduit à distinguer deux modalités d’engagement : la lecture, et le commentaire. Et j’ai été frappé par le fait que les types de billets qui suscitent l’intérêt du nombre le plus important d’internautes ne sont nécessairement ceux qui génèrent le plus de réaction par le biais des commentaire.

Dans le cas de la nature des billets, Les billets d’analyses sont de loin les plus fréquentés, et ils sont aussi très peu commentés. A l’inverse, commentaires d’actualité, tribunes d’actualité et billets consacrés à des enjeux de digital humanities sont relativement peu fréquentés, mais font bien plus souvent l’objet de commentaires. Dans les cas des enjeux de DH, c’est clairement un effet de microcosme numérique, voire d’« hypothesosphère ». Enfin, les billets de valorisation du terrain sont à la fois très fréquentés, et très commentés. C’est sans doute un résultat de l’économie de la notoriété dans laquelle mon objet me fait naviguer : mes entretiens se réalisent souvent avec des « personnalités », ou informent sur ces personnalités. Autre résultat intéressant, le travail de valorisation n’est pas vain : ce sont ces billets qui suscitent la fréquentation la plus importante. Les lecteurs anonymes (et sans doute extra-académiques) de mon blog apprécient qu’on leur présente sous une forme accessible (aimable ?) la diversité des produits de la recherche (plutôt, par exemple, que les comptes-rendus de lecture).

Du côté des destinataires, la popularité des billets est là aussi largement indépendante de leur capacité à susciter réaction. Nombre de gens viennent lire, découvrir, et n’ont pas nécessairement besoin de laisser une trace auctoriale. Les billets que je destinais au grand public sont, de loin, les plus fréquentés. Ils ne sont commentés que de façon moyenne. Viennent ensuite les billets destinés aux amateurs de rap, et à la communauté hypothèse. Le petit monde de la recherche s’inscrit ainsi en catimini dans la fréquentation statistique de mon blog. Les billets que je destine au monde académique ou à un segment de ce monde, les « hip hop studies », sont les moins fréquentés… avec cette fonction originelle d’archive des prises de position sur le rap » que je voulais documentaire et peu problématisée, et qui au final s’adressait avant tout… à moi ! Mais certains groupes spécialisés sont aussi notablement réactifs. C’est le cas des amateurs de rap, de la communauté Hypothèses, et des collègues des hip-hop studies, justement. Au contraire, le grand public est notablement en retrait en matière de commentaire, résultat d’autant plus notable que dans cette catégorie ce trouve le billet exceptionnellement commentés consacré aux lieux de danse à Paris dans les années 1970-1980.

3. Digressions et nonchalance4

Mon carnet de recherche comme « lieu propre »

Hétérogénéité des types de billets que je publie, hétérogénéité des destinataires de ces billets, décalages dans les usages lectoriaux entre curiosité et réactivité. Qu’est-ce que tout cela m’enseigne sur ma pratique de blogging ?

Elle m’aide à mieux comprendre pourquoi, assez tôt, c’est la formule de « lieu propre », empruntée à Michel de Certeau5, qui m’a aidé à qualifier le rapport que j’entretiens à mon blog (alors même que je publie sur d’autres carnets de recherche, souvent collectifs).

Cette idée est assez souvent avancée, sous des métaphores variées et tout aussi éloquentes les unes que les autres. Dacos & Mounier parlaient en 2010 d’« une interface entre son auteur et son environnement, pris dans sa diversité et sa complexité ». On ne saurait mieux dire. Gunthert, la même année, soulignait comment la pratique du blogging avait ouvert « un espace à [se] réapproprier », voire à s’approprier, espace « auto-suffisant grâce auquel le chercheur peut s’adresser par ses propres moyens au monde extérieur ». Et Mélodie Faury de déployer à de multiples reprises la métaphore de l’habiter (2011 ; 2017). Je reconnais mon expérience dans toutes ces lignes. Et c’est cette expérience que je qualifie de la formule du « lieu propre », qui me permet d’insister sur la question du pouvoir, déjà présente en filigrane des analyses que j’ai citées.

Pour Michek de Certeau, le lieu circonscrit comme « un propre » émerge lorsqu’il est isolé d’une extériorité distincte, avec laquelle, dès lors, il devient possible de gérer ses relations. Disposer d’un lieu propre permet de « capitaliser ses avantages »6, de ne plus être tributaire de l’occasion. La condition de cette victoire, bien entendu, est un dispositif de pouvoir – et le blog scientifique entendu en ce sens ne fait pas exception : Jill Walker souligne dès 2006 que le dispositif du blogging scientifique conserve l’opposition entre « une scène » (les rédacteurs du blog) et un public (amené, éventuellement, à commenter), identifie très clairement le locuteur principal, en manifeste le plus souvent les « titres » académiques, et en construit l’autorité, dans tous les sens du terme.

Dès lors, le lieu peut jouer contre le temps, des calculs stratégiques peuvent se déployer : je peux m’engager dans une négociation avec des enquêté.e.s pour qui la visibilité publique est un enjeu en ayant quelque chose à leur offrir ; je peux nouer des relations avec des journalistes en sachant que s’ils rompent notre pacte de confiance je dispose d’un espace où répondre ; je peux initier toutes sortes de collaborations et d’initiatives, jusqu’aux plus éphémères, en sachant que si je le souhaite je peux en conserver une trace, associée de surcroît à mon nom, etc.

Bref, mon blog est un lieu propre en ce qu’il me permet d’agréger en une forme commune l’hétérogénéité de mes pratiques liées au monde académique, mais aussi d’être un levier d’action dans toutes sortes de relations avec les personnes avec lesquelles, en tant que chercheur, je coopère7.

Alors, la notion de « lieu propre » permet-elle une description adéquate de la raison d’être de Sur un son rap, en forme de réponse à la question « pourquoi je blogue » ? Ou résume-t-elle plutôt le comment, une façon de faire du blogging qui s’apparente à un travail « d’unification de fragments épars », de tissage « d’un fil qui donne sens à [ma] vie »8 de chercheur ? Je ne démêlerai pas plus le pourquoi du comment pour l’instant.

Bonus track : l’envers du lieu propre

Je souhaite plutôt revenir sur le contre-point logique de ce « lieu propre » : les arts de faire de celles et ceux qui viennent « chez moi », et sont donc, toujours pour paraphraser Michel de Certeau, dans le « lieu de l’autre ». Et finalement, en relisant L’invention du quotidien, il est évident que la fréquentation d’un blog relève de ces arts de faire tactiques qui braconnent et ne se laissent pas enfermer dans les catégories auctoriales des institutions. Les gens lisent9 et ne commentent pas, ou commentent comme ils veulent, par exemple en s’appropriant le chez soi de l’hôte,  et où ils veulent, sur Twitter ou Facebook comme l’ont souligné Caroline Muller du blog Acquis de conscience ou Nicolas Simon du blog ParenThèses10. Ils trichent, esquivent, détournent, ne jouent pas le jeu. Ils saisissent l’occasion et en font ce qu’ils entendent. Déjà bien beau que leur ordinateur laisse la trace d’une adresse IP 🙂

J’étais perplexe voire gêné par la plupart des écrits sur le blogging scientifique au début des années 2010, soulignant ou faisant l’éloge de la « conversation » scientifique grâce aux blogs, fût-elle « silencieuse » (Dacos & Mounier 2010). J’étais perplexe, à un premier niveau, parce que je ne la voyais pas – et que conversation silencieuse résonnait trop comme un oxymore à mes oreilles. Peut-être avais-je un sentiment inconscient de « faute » – je n’étais pas assez habile ou imaginatif pour être à la hauteur « des attentes que traduisent l’usage des micro-publications » (Gunthert 2013). Mais j’étais aussi gêné, au fond, car je suis moi-même un faible commentateur sur les blogs – et que, quelque part, je ne me range pas vraiment à l’idée qu’il n’y a « rien de plus décevant que l’absence de commentaire, comme si le billet ne donnait rien à penser… » (Henry 2012) sur mon propre blog. Ce n’est pas du tout comme ça que j’interprète l’absence de commentaire – sans doute parce que je n’utilise pas mon blog de la même façon.

Et puis à l’examen de mon blog, ce retour réflexif sur quelques années de pratique, je me rends compte que je suis moi-même un « conversant » qui braconne sur les terres du blogging scientifique. Dans ma pratique, chaque billet est, au moins aussi souvent, l’aboutissement (provisoire ?) d’une « conversation », d’un échange, que son début. Mais cette conversation n’a pas toujours, loin s’en faut, lieu dans l’« hypothesosphère », ou même dans l’univers numérique. Elle se joue le plus souvent ailleurs, dans le « offline world » (Ridge-Newman 2011) en aval et souvent en amont d’un billet.

C’est peut-être lié à une différence avec des carnets de recherche comme La pensée du discours ou L’Infusoir : mon blog est plutôt un appui ponctuel dans mes parcours de chercheur qu’un projet éditorial à part entière, avec l’investissement conséquent qu’il suppose. Et c’est bien ainsi qu’il me plaît et m’est utile. Je ne sais pas s’il m’aide à penser par la « publication préliminaire » et sa mise en discussion (Gunthert 2013). Je crois que mon rapport au blogging, aujourd’hui, renvoie à une « pratique de recherche » plutôt qu’à « une élaboration de la connaissance scientifique », pour reprendre une utile distinction de Mélodie Faury (2017). Dans cette optique, je ne pense pas que Sur un son rap offre le visage d’une « science aimable » (Gunthert 2010) – je n’ai d’ailleurs pas été tendre avec certains interlocuteurs. Je vois peut-être plutôt ce blog comme la présence numérique (Mahé & Prime-Claverie 2017) d’un « chercheur incarné / situé ». En tout cas il m’aide à faire de la recherche et à être le chercheur que je souhaite.

Bibliographie

Dacos Marin, Pierre Mounier, 2010, « Les carnets de recherches en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », Lieux de savoir, T.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel. En ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849.

Faury Mélodie, 2011, « Le « carnet » de recherche », carnet de recherche L’infusoir, 5 décembre 2011. En ligne : https://infusoir.hypotheses.org/1984.

Faury Mélodie, 2012, Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science: quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?, thèse en sciences de l’information et de la communication soutenue à l’ENS Lyon. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00744210/document.

Faury Mélodie, 2017, « Carnetier.e.s : qui êtes-vous et pourquoi écrivez-vous ? – Episode 1 », carnet de recherche L’Infusoir, 10 octobre 2017. En ligne : https://infusoir.hypotheses.org/4760.

Gunthert André, 2010, « Why Blog ? » in Dacos (dir.), Read/Write Book : Le livre inscriptible. Marseille : OpenEdition Press. En ligne : http://books.openedition.org/oep/174.

Gunthert André, 2013, « Le blogging académique, entre art et science », carnet de recherche L’Atelier des icônes, 14 Octobre 2013. En ligne : http://histoirevisuelle.fr/cv/icones/2820.

Henry Julie, 2012, « Les commentaires : espace et outil de réflexivité, ou occasion d’exprimer ses marottes ? », carnet de recherche L’Infusoir, publié 04 février 2012. En ligne : https://reflexivites.hypotheses.org/316.

Mahé Annaïg, Prime-Claverie Camille, 2017, « Science ouverte et présence numérique des chercheurs en sciences humaines et sociales. Une étude exploratoire à partir de deux plateformes en ligne : HAL-SHS et Hypotheses.org », Document numérique, vol. 20 n°2, p. 79-96. En ligne : https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2017-2.htm-page-79.htm.

Mayeur Ingrid, 2018, « Le blog scientifique, un lieu de digression ? », carnet de recherche Dériv@tions, 04 mai 2018. En ligne : https://driv.hypotheses.org/445.

Ridge-Newman Anthony, 2011, « Don’t swap the « Ivory Tower » for a cyber one: public engagement and the internet », 29 juillet 2011, http://blogs.lse.ac.uk.

Walker Jill, 2006, « Blogging From Inside the Ivory Tower ». En ligne: http://bora.uib.no/handle/1956/1846.

  1. Nombre de visites par billet, depuis la date de publication. []
  2. Rapport entre le nombre de commentaires et le nombre de visites de chaque billet. []
  3. C’est l’année « test » du carnet, celle où je tente de me tenir au projet tel que formulé au moment de la candidature fin 2009. Les billets, bien plus courts et bien plus nombreux (une trentaine), accordent une place importante aux lectures (9). []
  4. Titre elliptique qui renvoie à une digression à venir, librement inspirée du travail d’Ingrid Mayeur et de celui d’Anthony Pecqueux, que je me permets d’annoncer ici avec nonchalance. []
  5. M. de Certeau, 1990, L’invention du quotidien, Tome I, Folio Essai. []
  6. Michel de Certeau, op. cit., p.XLVI. []
  7. Une possibilité qui doit beaucoup à la désintermédiation qu’il permet, comme le rappellent Dacos & Mounier. []
  8. J.-C. Kaufmann, cité dans Faury 2012, p.16. []
  9. Voire ils ne lisent pas vraiment, ou en diagonale, ou de façon oblique comme dirait  Richard Hoggard. []
  10. Lors de la journée consacrée aux 10 ans d’Hypothèses, le 8 janvier 2019. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.