Le Genius n’a pas de sexe : paroles de rappeuses

Le passage à la postérité des artistes ne se fait pas tout seul. Il dépend de leurs œuvres, de leurs succès, mais aussi de tout un ensemble de médiations conduisant à « canoniser »,  « patrimonialiser » et, en premier lieu, conserver leurs œuvres et leur mémoire.

Dans le cas du rap, un outil puissant pour opérer cette conservation est né en 2009, lorsque trois étudiants états-uniens ont décidé de créer Rap Genius, site d’explication des paroles de rap devenu depuis Genius, et élargissant son spectre à l’ensemble des contenus pouvant être annotés. Et ainsi, un nombre sans précédent de paroles de rap sont devenues accessibles, ainsi que des explications  permettant d’en clarifier certains aspects.

Genius fonctionne sur le principe du crowdsourcing : ce sont les internautes qui, chacun à sa mesure, complète et commente la base de données. Le site s’appuie donc en premier lieu sur les communautés d’amateurs ou de fan, et leur capacité ou leur volonté à s’engager dans une forme d’entreprise encyclopédique numérique, à l’image de Wikipedia par exemple.

Or, pour de multiples raisons, ces communautés d’amateurs s’investissent dans le projet en introduisant des biais sexistes.

L’effet, brutal, est évident à l’examen du site Genius, du moins pour ce qui concerne les pages consacrées au rap français : les rappeuses sont sous-représentées parmi les artistes dont les paroles sont retranscrites (Loréa, membre groupe 1 Bario 5 S’pry puis artiste solo était jusque récemment tout simplement absente du site), font l’objet de moins d’explications et commentaires, voire n’apparaissent sur le site qu’au titre de leurs collaborations avec leurs pairs masculins (Melaaz, Black Barbie, Mik’ya La Loove).

Début 2019, toutes les rappeuses françaises bénéficiaient ainsi ensemble d’une attention de la part de la communauté des amateurs moins importante que le rappeur Booba seul.

Les rappeuses bénéficient ainsi d’une moindre attention, voire d’une ignorance pure et simple – mécanisme alimentant leur effacement de l’histoire du rap français et facilitant les dénis d’antériorité1 opposés aux nouvelles artistes. Cette logique sexiste n’a rien de spécifique au rap. Elle a déjà été démontrée à de multiples occasions dans d’autres univers artistiques2 ou scientifiques3. Se rejoue ainsi l’opposition entre le « génie », avec sa  « mythologie androcentrée »4, et la « muse »5,

En outre, un nombre croissant de recherches en sciences humaines et sociales utilisent Genius comme source – en problématisant rarement les biais qu’introduit le site et son fonctionnement, et notamment les biais de genre. On peut imaginer que la sous-représentation des rappeuses sur le site communautaire n’est pourtant pas sans effet, par exemple lorsqu’il est question de comprendre le traitement de la question de l’avortement dans les chansons de rap6.

Une solution simple est pourtant à portée de main : à l’image du site Madame Rap qui lutte contre l’invisibilisation des femmes dans le monde du rap, il suffit d’une mobilisation de la communauté des amateurs – et peut-être plus encore des amatrices – de rap pour changer la donne. C’est l’avantage d’un site participatif comme Genius.

Chaque contribution (ajout de paroles, annotations d’une phase, mini biographie, précision des compositeurs, featuring, etc.) est « récompensé » sur Genius par un gain d’ « IQ », de QI, symbolisant le « quotient intellectuel » des « scholars » contribuant au site. Il est temps de faire grimper l’« IQ » consacré à la mémoire et à la visibilité des rappeuses du passé et du présent !

Black Barbie, Barbieturique, 2009.

Et histoire de suggérer par où commencer, voici une ébauche de discographie des albums publiés par des rappeuses ou des groupes incluant au moins une rappeuse en France – une toute petite partie de la production féminine francophone de rap. A compléter !

1990-2000

  • 1991, Saliha, Unique
  • 1994, Sté Strausz, Sté real
  • 1994, Saliha, Résolument féminin
  • 1995, Melaaz, Melaaz
  • 1996, B-Love, B-Love
  • 1998, Donya, 100 regrets
  • 1998, Sté, Ma génération
  • 1999, Bam’s, Vivre ou mourir
  • 1999, Beedjy, Pile ou femme
  • 1999, Diam’s, Premier mandat
  • 1999, Lady Laistee, Black mama
  • 1999, Les Spécialistes, Les Spécialistes
  • 2000, Roll.K, Sexe, drogue et Roll.K
  • 2000, Apolo 13, Da Mayor, Phonkneg’z, Zin zin zin

2001-2005

  • 2002, Lady Laistee, Hip hop therapy
  • 2002, Princess Anies, Conte de faits
  • 2003, Diam’s, Brut de femme
  • 2003, Roll.K, Roll.Kamasutra
  • 2005, Anfalsh, Que d’la haine 3
  • 2005, Keny Arkana, L’Esquisse
  • 2005, Lady Laistee, Second Souffle
  • 2005, Les Spécialistes, Reality show

2006-2010

  • 2006, Casey, Ennemi de l’Ordre
  • 2006, Casey, Hostile au stylo
  • 2006, Casey, Tragédie d’une trajectoire
  • 2006, Diam’s, Dans ma bulle
  • 2006, Keny Arkana, Entre Ciment Et Belle Etoile
  • 2006, Princess Anies, Ma P’tite Histoire
  • 2007, Anfalsh, Représailles chapitre 1
  • 2007, Enigmatik, Un Nouveau Souffle
  • 2008, Keny Arkana, Désobéissance
  • 2008,Khao, Zanshin
  • 2009, Black Barbie, Barbieturique
  • 2009, Casey & Hamé & Zone Libre, L’Angle Mort
  • 2009, Diam’s, SOS
  • 2009, Dmô, Mine de Rien
  • 2009, Kayline, Bravoure, respect et famille
  • 2009, Agonie, De l’autre côté du miroir
  • 2009, Ana Dess, Mise en scène
  • 2009, B-La, Pourquoi tu pleures ?
  • 2009, Khao, Khao Technik ‎
  • 2010, Casey, Libérez la bête
  • 2010, Mik’ya La Loove, Verda
  • 2010, Amy & Bushy, 1 Life

2011-2015

  • 2011, Ladéa, Qui veut ça ?
  • 2012, Keny Arkana, Tout tourne autour du soleil
  • 2012, Ladéa, Qui veut ça ? Vol.2
  • 2012, La Gale, La Gale
  • 2013, Eli MC, Crépuscule d’une pensée
  • 2013, KT Gorique, Qui sème le vent
  • 2013, Ladéa, Milk Shake
  • 2013, Loréa, Joue avec les lettres
  • 2013, Orties, Sextape
  • 2014, Asocial Club, Toute entrée est définitive
  • 2014, Ayna, Héritage en attendant l’album #MSML
  • 2014, Billie Brelok, L’embarras du choix
  • 2014, LaGo de Feu, Lago Lacuisse Lebiff
  • 2015, Cayenne, Faut qu’on se lève
  • 2015, Eli MC, Trace d’Opium
  • 2015, KT Gorique, Demi Tentative (avant l’album)
  • 2015, LaGo de Feu, Lago Lacuisse Lebiff 2
  • 2015, Sianna, Sianna
  • 2015, A2N, Indépendante
  • 2015, La Gale, Salem City Rockers

2016-2017

  • 2016, Keny Arkana, État d’Urgence
  • 2016, KT Gorique, Tentative de survie
  • 2016, Pumpkin & Vin’S da Cuero, Chimiq
  • 2016, Shay, Jolie Garce
  • 2017, Akissa, Opium EP
  • 2017, Chilla, Karma
  • 2017, Eli MC, Manque moi
  • 2017, Keny Arkana, L’esquisse 3
  • 2017, Ladéa, Alpha Leonis
  • 2017, Maëv, Premier Éclat
  • 2017, Pumpkin & Vin’S da Cuero, Persona Non Gratis
  • 2017, Sianna, Diamant Noir
  1. Delphine Naudier, 2010, « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones. Introduction », Sociétés contemporaines, n° 78, p.5. Voir aussi K. Hammou, 2017, « Rappeuses : où sont les stars ? », Sur un son rap. []
  2. Voir par exemple Christine Planté pour le cas de la littérature : C. Planté, 1989, La petite soeur de Balzac, Seuil. Voir également Martine Reid, 2010, Des Femmes en littérature, Belin. []
  3. Vincent Larivière et al., 2013, « Bibliometrics: Global gender disparities in science » Nature News, vol. 504 n°7479 : p.211. []
  4. Florence Launay, 2004, Les compositrices françaises de 1789 à 1914, Thèse de doctorat en musicologie. Cité dans Cécile Prévost-Thomas et Hyacinthe Ravet, 207, « Musique et genre en sociologie », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés n°25. []
  5. Geneviève Fraisse, 1989, Muse de la Raison. Démocratie et exclusion des femmes en France, Alinéa. []
  6. Ashish Premkumar et al., 2017, « Abortion and contemporary hip-hop: a thematic analysis of lyrics from 1990–2015 », Contraception vol.96 n°1 : 30-35. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.