Shine bright like a diamond in Academia

La question de l’accessibilité des recherches au sein du monde académique (et au-delà) est faite de dilemmes.

Généralement, on part du principe que l’on publie pour être lu. Ce n’est pas toujours exactement vrai, mais quand c’est le cas, c’est une gageure. Car la production scientifique est plus prolifique (envahissante diront certains) que jamais, mais aussi plus opaque. Le problème, c’est la saturation d’informations. 32% des articles en sciences sociales ne seraient jamais cités, et 82% des articles relevant des humanités connaîtrait le même sort1. Et nos petites publications se perdent dans l’océan des données et des métadonnées du web.

Chouette, cet article sur lequel j’ai travaillé 200 heures a été lu trois fois 🙂

Il s’en faut de peu qu’elles se noient. On cherche donc à ce que nos travaux :

  • soient accessibles à n’importe qui gratuitement ;
  • soient bien référencés ;
  • s’inscrivent dans un écosystème qui facilite leur identification ;
  • participent autant que possible d’un dialogue qui est aujourd’hui international ;
  • ne soient pas approprié directement ou indirectement par des acteurs qui n’y ont que peu de légitimité, et notamment qui poursuivent des fins contradictoires avec son propre projet.

La première solution, bien peu au goût des éditeurs commerciaux, c’est l’OpenAcess. Mais il y a plusieurs types d’OpenAccess – dont le modèle auteur-payeur (open access dit « gold » – mais que l’on qualifierait mieux de corporate open access), celui du soutien institutionnel (open access « green », notamment fondé sur les sites d’archives ouvertes et de pre-print). En l’occurrence, pour une accessibilité générale et non marchande, c’est plutôt vers l’open access « diamond » qu’il faudrait se tourner – lorsque les revues le permettent. C’est beaucoup mieux expliqué dans ce billet du Comptoir de l’accès ouvert2, donc je vous y renvoie !

Personnellement, je n’ai pas trouvé de solution clé en main qui satisfasse à tous ces critères. Aussi, mes travaux sont à la fois accessibles sur Hal-SHS (pour l’accessibilité), sur ma page professionnelle (pour leur identification), et sur Academia (pour l’écosystème et l’international).

Academia a un gros avantage : il offre une fonction de réseau social académique. Mais il est aussi un site marchand (camouflée derrière son extension « .edu ») qui nous fait signer à l’inscription une clause l’autorisant à s’approprier tout ce que l’on téléverse sur son site. Il y  a quelques années, la licence concédée était même irrévocable, et permettait de transférer des usages commerciaux, semble-t-il. Ce n’est plus le cas :

« By making any Member Content available through the Site or Services, you hereby grant to Academia.edu a worldwide, revocable, non-exclusive, transferable license to exercise any and all rights under copyright, in any medium, and to authorize others to do the same, in connection with operating and providing the Services and Content to you and to other Members, provided that the Member Content is not sold for a profit. Academia.edu does not claim any ownership rights in any Member Content and nothing in these Terms will be deemed to restrict any rights that you may have to use and exploit any Member Content. »

Ce contrat est, dans nombre de cas, nul : bien des textes relèvent déjà d’un autre régime juridique. Ce n’est pas parce qu’on a coché « j’accepte » au bas d’un contrat numérique que l’on a généralement pas lu que l’on annule toute autre disposition du droit national ou international. Mais quand même…

Jusqu’ici, j’ai donc toujours refusé de mettre mes articles en texte intégral sur Academia, comme le site nous y incite grandement3.

Ma question préférée : qu’est-ce que j’vais de tous ces PDF ?

Seulement voilà : j’ai l’impression que sans PDF associé, la visibilité des publications est assez réduite, et ce même si on met un lien hypertexte vers un dépôt d’archives comme Hal. Je ne sais pas si c’est un choix délibéré d’Academia qui visibilise, relaie, moissonne moins bien les travaux des chercheurs qui « ne jouent pas le jeu » de son appropriation des données de la recherche ; ou si c’est l’habitude des utilisateurs d’Academia qui, lorsqu’ils ne peuvent pas directement cliquer sur « télécharger le PDF », passent leur chemin. Je ne suis même pas sûr du diagnostic (après tout, mes travaux tombent peut-être juste à côté de la plaque de curiosité de mes consœurs et confrères).

Mais j’ai eu envie de tester une petite manœuvre : associer à chaque article référencé dans Academia un fichier PDF à télécharger intégrant le résumé et les premières lignes de la contribution, l’éventuelle couverture illustrée du livre ou de la revue dans laquelle elle a été publiée, et surtout le fameux lien hypertexte qui amène d’un clic vers le texte intégral qui, lui, reste sur Hal-SHS. On verra ce que ça donne4 ! Et en plus, ça met de la couleur sur ma page Academia.

  1. L’article d’où proviennent ces chiffres indique, de façon intéressante, que le développement d’Internet est concomitant d’une dispersion accrue des citations. Voir Larivière, V. , Gingras, Y. and Archambault, É. (2009), « The decline in the concentration of citations, 1900–2007 ». J. Am. Soc. Inf. Sci., 60: 858-862. doi:10.1002/asi.21011. []
  2. Benjamin Caraco, 2014, « La voie diamantée du libre accès », Carnet hypothèse Le comptoir de l’accès ouvert. En ligne : https://oadesk.hypotheses.org/298. []
  3. Sur d’autres défauts d’Academia, et pour un paysage d’ensemble des réseaux sociaux académique, voir notamment Collectif, 2002 « Les réseaux sociaux numériques de chercheurs en SHS : Proposé par Elifsu Sabuncu et Antoine Blanchard, animé par Nicolas de Lavergne et Olivier Le Deuff » in THATCamp Paris 2012 : Non-actes de la non-conférence des humanités numériques, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012 . En ligne : http://books.openedition.org/editionsmsh/289. []
  4. On part d’un total de 1000 vues. A titre de comparaison très très très éloignée, ce blog suscite 20 000 visites par mois en moyenne, de 8 000 internautes différents. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.