Amazones, finie la (mâle) zone

Les rappeuses, dans les années 1990, sont le plus souvent contraintes d’obtenir une forme de validation par des hommes pour exister dans le monde du rap. Les hommes sont les gatekeepers, les « physio » de l’industrie musicale aussi bien que de l’underground hip-hop. La plupart des grands noms des années 1990 sont ainsi associées à des groupes ou des possee très majoritairement masculins. Saliha et Destinée peuvent compter sur l’appui du Mouvement Authentik, Sté Strausz sur ses aînés de la Mafia Undeground, Princess Anies sur le collectif DA System. Mais des femmes sont aussi parvenues à forcer les portes de ce « male club », et à y exister entre femmes, à l’image des Ladies Night, pionnières de l’underground parisien que Vincent Piolet évoque dans son livre Regarde ta jeunesse dans les yeux. C’est aussi le cas d’un groupe lyonnais, au nom explicite : Les Amazones1.

Pour Agnès, leader de la bande et bientôt fondatrice du groupe qui en naîtra, l’objectif est simple :

« Quand j’ai découvert le milieu hip hop à l’époque, les meufs étaient considérées comme les girly des mecs. […] Elles étaient reléguées à ce rang là. « Mais quoi… moi ? Agnès Maemblé ? Même pas en rêve ! » Il fallait que j’ai mon propre crew. Donc j’avais décidé de créer mon groupe, en 1988, et je l’ai appelé Les Amazones. Les Amazones, pour moi c’est toutes sortes d’échanges, du côté de la Part Dieu. On dansait le uprock dehors, la danse du combat… Je kiffais ça ! C’était ma spécialité. Mais il y avait pas mal d’embrouilles entre les différents groupes. Et on allait aussi s’affronter avec les skins, vers Ampère Victor Hugo, dans leur fief, lorsqu’ils agressaient des gens.

On m’a collé plein d’histoires, alors qu’en fait, à une exception près, je ne faisais rien de spécial. C’est peut-être ma personnalité. A part une fois où justement un mec, à La Boum du 56, m’avait traité de salope. Il s’appelait Shud. Alors là c’est parti en cacahuète. Je lui ai dit : « Comment ça tu me traites de salope ? » Et on a commencé à en venir aux mains. Et comme j’avais le dessus, il m’a mis un coup de lame.

Quand j’ai créé ce groupe, il y avait beaucoup de filles qui, pour ne pas se faire embêter, se revendiquaient des Amazones. Donc il y avait un peu tout et n’importe quoi au départ. Y en a pas mal qui ont dérivé dans ce qu’on appelait la dépouille, les trucs comme ça. Agresser des gens… On avait même fait la une des journaux. »

Pas plus impressionnée par la rédaction du titre de presse locale que par les fortes têtes des bandes de mecs qu’elle côtoie alors à Lyon, Agnès se rend à la rédaction et obtient que soit publié un rectificatif, pour préserver le nom des « Amazones ». Mais elle décide aussi de changer le fonctionnement de la bande – selon ses termes, elle « fait le ménage », qui évolue alors vers un groupe de musique et de danse. Le noyau en sera Agnès elle-même, et deux sœur, Marie-Ange et Viviane bientôt connue sous le nom de Lagonz Viv.

On a commencé à faire des scènes, on a commencé à rapper, à chanter, à faire pas mal de scènes. J’ai jamais été non une excellente chanteuse. C’est Viviane qui nous a toutes étonné ! En fait, au début, avec sa sœur, on pensait que Viviane était la plus timide. C’était une fille à fond dans les études. Elle parlait peu, on ne savait pas ce qu’elle pensait, et on s’est dit : « il va falloir qu’on fasse bien attention à elle. » Lors de notre première scène on s’inquiétait : « Viviane… comment elle va faire ? » Elle ne parlait jamais, c’était celle qui ne s’affirmait pas. Et elle nous a choqué ! La première scène, elle a commencé à prendre le micro, et elle était chez elle ! Nous on était tremblante : « C’est quoi ce truc ? » Et elle était là : « – Ouais ! Comment ça va ! » On s’est demandé : « Mais elle sort d’où ! ». C’était elle qui était à l’aise. Et vocalement, c’était son truc.

Viviane commence bientôt une carrière solo, Lagonz Viv intègre le collectif des Sages Poètes de la Rue, le Beat de Boul, pose sur la compilation Lab’elles en 1996. A la fin des années 1990, elle revient à Lyon et fonde un collectif hip-hop gospel soul, et poursuit ses aventures artistiques tout au long des années 2000.

Agnès n’est pas en reste. Elle ouvre avec sa grande soeur Thérèse un bar restaurant dans les années 1990 – qui s’appellera lui aussi « Les Amazones » – et se lance dans les années 2000 dans l’organisation de soirées, qui verront notamment des concours de beauté masculine :

Miss Black c’était bien beau, mais ça s’était déjà fait. Et je me suis dit : « Mais attends… y a les mecs aussi. Pourquoi on fait toujours défiler des femmes ? » Et donc j’ai voulu apporter… ben mon petit truc, hein, comme d’hab, j’aime pas reprendre… Et donc j’ai fait l’élection Mister Black.

Au début des années 2010, elle se lance dans une nouvelle aventure : elle initie l’un des premiers et désormais l’un des plus populaires collectif de musculation de rue, de Street Workout : Body Art Athlète de Rue. Finaliste dans l’émission La France a un incroyable talent, elle est coach et chorégraphe des dizaines de jeunes hommes (et des quelques jeunes femmes) qui se donnent rendez-vous tous les dimanches sur les quasi du Rhône à Lyon pour s’entraîner.

  1. Ce texte a été présenté lors du festival Umoja organisé à Marseille par Baham Prod en novembre 2017. Il est extrait d’une enquête en cours menée avec Coline Cardi et Agnès Maemblé. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *