Rappeuses : où sont les stars ?

Alors que la nouvelle de la première place au top Billboard de la rappeuse états-uniennes Cardi B a fait le tour du web, depuis des années maintenant, la France ressemble à une morne plaine commerciale pour les rappeuses. Le constat, qui n’est tempéré que par le récent disque d’or de Shay1, a conduit la journaliste Eloïse Bouton, par ailleurs créatrice du site Madame Rap, à cette interrogation : Pourquoi il n’y eu aucune rappeuse mainstream en France depuis Diam’s ?

S’en est suivi un échange que je reproduis ici, dont quelques extraits seront repris dans un article qu’Eloïse Bouton publie dans Causette ce mois-ci, et que je reprendrai vendredi lors de la table-ronde « Que fait le genre aux sciences ? » dans le cadre de la Fête de la science 2017.

Sur le sujet, voir également l’échange entre Alice Aterianus-Owanga, Eloïse Bouton, Marie Sonnette et Chilla lors du dernier festival Paris Hip Hop.

E. Bouton : Pour toi, quelles sont les rappeuses les plus « grand public » aujourd’hui en France ? Pourquoi ? 

K. Hammou : La réponse la plus simple consiste à regarder les chiffres de vente. Shay se détache du lot récemment, puisque c’est la dernière rappeuse à avoir obtenu un disque d’or. Mais pour le reste, le grand public accorde son attention de façon difficile à prévoir. Les candidates au disque d’or sont nombreuses et variées : Casey, Sianna, Ladéa, KT Gorique, Pumpkin, Chilla, Billie Brelok, La Gale… Qui aurait prédit que Keny Arkana dépasserait le niveau de vente d’un disque d’or avec son premier album dans les années 2000 ? Quant à atteindre les sommets de Diam’s, dont le troisième album a été disque de diamant à une époque où le seuil de cette récompense était à 750 000 exemplaires, c’est encore autre chose.

Pourquoi la France n’a-t-elle pas de rappeuse grand public aujourd’hui alors que le rap représente les premières ventes de disques ? Est-ce dû à la manière dont les médias traitent le rap en général ? Ou les femmes subissent-elles un traitement particulier ? Est-ce à cause des labels ?

Dans le rap, et plus largement dans l’industrie de la musique, les femmes subissent un traitement discriminant. Impossible d’attribuer l’explication à un seul facteur, ils sont multiples et agissent à toutes les étapes de la carrière d’une artiste : découverte d’un genre musical (les publics du rap, en 2008, étaient aux deux tiers un public masculin), passage de l’écoute à la pratique, professionnalisation, médiatisation, promotions, réception par le public… Plusieurs modèles permettent de se faire une idée du processus, par exemple le modèle du « tuyau percé » (leaky pipeline) souvent mobilisé pour expliquer la faible présence des femmes dans les échelons les plus élevés des professions scientifiques et technologiques.

L’idée est qu’à partir d’un nombre relativement élevé de candidates au début d’un processus de sélection ou de carrière, de multiples facteurs successifs de sélection sexistes conduisent à une diminution drastique du nombre de femmes à la fin du processus. Par exemple, on peut noter qu’il y a dans les années 2000 près de 40% de femmes parmi les publics du rap en France. Mais au bout du processus, on ne compte qu’environ 5% d’albums publiés par des femmes, et un nombre plus faible encore d’albums publiés par des femmes et dépassant les 50 000 exemplaires vendus (3% de 1990 à 2016). Mais pour comprendre réellement la façon dont le sexisme se traduit dans un domaine précis, on ne peut pas en rester à des modèles généraux. Il faut étudier la situation dans sa configuration propre.

Comment expliquer que ce ne soit pas le cas dans d’autres pays ? 

Je ne suis pas sûre que la situation soit meilleure ailleurs. Par « autres pays », on pense généralement surtout aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne. Dans quels autres pays connaît-on des rappeuses stars ? Nicky Minaj ou Iggy Azalea sont peut-être les stars qui cachent le fait que là-bas aussi, le succès reste avant tout l’apanage des hommes : dans les 20 singles les mieux classés chaque semaine dans le Top100 du Billboard, sur la période 2009-2013, 97% des leaders des groupes de rap sont des hommes, une proportion similaire à celle des groupes de rock2. Et ce classement ne dit rien évidemment de la diversité et du dynamisme de la scène rap féminine. La différence entre la France et les États-Unis sous ce rapport vient donc au moins en partie de la différence d’ampleur du marché discographique hip-hop entre les deux pays, et dans la capacité des artistes à associer différents genres musicaux (pop, r’n’b, rap..).

En quoi avoir des chiffres sur le nombre de femmes dans le rap aiderait-il à les rendre plus visibles ? Pourquoi effectuer ce travail est-il difficile ? D’ailleurs, où en es-tu de ce travail ?

Connaître le nombre de femmes dans le rap n’aide pas forcément à les rendre visibles – mais c’est l’une des premières étapes pour pouvoir comprendre les mécanismes d’exclusion ou de marginalisation des femmes de certains domaines. De façon connexe, chercher, compter les femmes dans le hip-hop, c’est aussi la meilleure façon d’en trouver – et de pouvoir en parler, comme Madame Rap l’a bien compris !

Ce travail est difficile cependant parce que les mondes de l’art sont des univers complexes, poreux, qui ne sont pas définis par une frontière précise ou une distinction qui serait susceptible de faire consensus entre ce qu’il faut compter et ce qu’on peut ne pas compter. Par exemple, savoir combien il y a de femmes députées à l’Assemblée nationale, ou dans le corps enseignant de l’éducation nationale est relativement plus facile. Dans le premier cas, c’est une donnée publique, dans le second cas il y a un statut salarial (relativement) précis et des statistiques administratives qui sont produites.

Mais dans les mondes de l’art, que va-t-on compter ? Les artistes à succès qui émergent dans les classements des meilleures ventes ? C’est intéressant et on peut le faire, mais alors on ne se concentre que sur la toute fin d’un processus de sélection. Sur les artistes qui parviennent à exister dans les annuaires professionnels ? Mais dans ce cas on reproduit le biais de sélections de ces annuaires. Sur l’auto-définition ? Mais dans ce cas il est difficile de saisir la population de référence dans son ensemble. En outre, certaines institutions sont plutôt frileuses pour donner accès aux chercheurs et chercheuses à leurs données.

Dans mon travail sur cette question concernant les années 1990 et 2000, j’ai utilisé comme indicateur la publication d’un album distribué nationalement. Il me permettait de saisir une population suffisamment vaste pour que des statistiques puissent être établies, et suffisamment saisissable pour viser l’exhaustivité. Mais les transformations de l’industrie musicale depuis quinze ans ont totalement transformé le statut de l’album physique comme unité pertinente au sein de la carrière des artistes dans les musiques populaires. Je cherche donc désormais plutôt à multiplier et croiser les indicateurs – plate-formes de streaming, classements des meilleures ventes, diffusions radio, concerts, auto-définition, etc. C’est d’autant plus intéressant que ça permet d’observer comment les discriminations opèrent à différents niveaux dans les carrières des artistes.

Quelles seraient les solutions pour rendre les femmes plus visibles ?

Les discriminations sexistes existent à tous les niveaux des carrières des musiciennes, comme les travaux de Marie Buscatto3 ou Hyacinthe Ravet4 le montrent via les cas du jazz et des musicien.ne.s d’orchestre. Il y a donc des solutions à mettre en œuvre à toutes les étapes de ces carrières.

Lutter contre les stéréotypes qui réservent certaines formes musicales ou certains instruments aux hommes ou au « masculin » ; agir pour que l’on prenne au sérieux les artistes femmes dès les débuts de leur carrière ; rappeler la contribution des femmes à tous les courants musicaux (le « déni d’antériorité » démontré par Delphine Naudier5 pour les femmes écrivaines est aussi bien présent dans la musique) ; soutenir des formes de visibilité et de solidarité entre femmes artistes – sites webs, compilations, festivals, etc. – qui résistent aux fonctionnements implicites des carrières artistiques souvent producteurs d’entre soi masculins ; mettre en lumière la faible féminisation des métiers décisionnaires dans les coulisses des industries musicales et les choix sexistes qu’ils peuvent mettre en œuvre ; remettre en cause l’inégale rémunération des artistes selon leur sexe (comme de récentes déclarations ou rapports l’ont pointé par exemple dans le milieu du cinéma), etc.

Enfin, la visibilité ne fait pas tout. Il y a parfois des positions de visibilité qui sont aussi des positions de faiblesse. Ainsi, l’activité de chanteur / chanteuse interprète connaît une féminisation plus importante que la plupart des autres métiers des industries musicales – producteur, auteur, compositeur, tourneur, programmateur, etc. Mais ces interprètes ne tirent pas la majeure partie des bénéfices de la musique qu’elles chantent (comme l’ensemble des artistes, d’une façon générale), et sont aussi sur un siège éjectable, alors que les carrières des autres métiers des industries musicales sont davantage pérennes.

  1. Dont le clip recycle un imaginaire orientaliste et exotique comparable à celui du tube de Cardi B, et d’un nombre impressionnant d’autres vidéoclip hip-hop depuis quelques années. []
  2. Et Cardi B est l’exception qui confirme la règle : avant elle, la rappeuse Lauryn Hill avait atteint la première place du Billboard – près de 20 ans plus tôt ! []
  3. Buscatto M., 2007, Femmes du jazz : musicalités, féminités, marginalités, CNRS Editions. []
  4. Ravet H., 2011, Musiciennes. Enquête sur les femmes et la musique. Éditions autrement. []
  5. Naudier D., 2010, « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones. Introduction », Sociétés contemporaines, n° 78, p.5. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *