Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici : https://surunsonrap.hypotheses.org/3420

Emmanuelle Karinos & Karim Hammou

Une musique dépourvue de logique ?

B. Dufau : C’est intéressant parce que là on voit comme tout est pensé, concerté, et dans d’autres morceaux, par exemple sur « Musique archéologique » tu parles de ta musique comme « sûrement dépourvue de logique » alors qu’elle apparaît pleine de logique, pareil dans le morceau « Médine », d’ailleurs je vais passer l’extrait…

B. Dufau : « Ce sont mes écrits et leur logique désordonnée ». Je me demandais pourquoi tu te faisais ce reproche de manquer de logique alors qu’apparemment tout était logique et pensé ?

Médine : J’avais l’impression d’être partial dans ma manière de présenter l’Histoire. J’avais l’impression d’être en réaction, vu qu’on avait une version de l’Histoire écrite par les vainqueurs. J’avais la sensation d’être en réaction, donc forcément marginal, selon la version officielle. C’est pour ça qu’il y a un peu de justification, en disant « c’est comme ça que je vois les choses, ça peut te paraître illogique, mais c’est comme ça que je ressens les choses et comme ça que je veux que tu l’entendes ». Mais je pense pas que c’était me concernant. C’était plus une forme de discussion avec quelqu’un, « écoute, c’est cette version de l’histoire que j’ai envie d’entendre, de compléter avec l’histoire officielle. C’est peut-être pas ce détail qui t’intéresse, mais pour moi c’est celui qui m’est nécessaire pour m’aider à me construire. »

B. Dufau : Mais effectivement après, chez les rappeurs parfois il y a des morceaux construits de manière peu cohérente, un peu sur le mode du coq à l’âne comme Fuzati qui dit « je passe du coq à l’âne comme dans une partouze à la ferme », c’est vrai qu’il y a parfois un côté illogique. Donc je demandais si tu parfois tu te sentais emporté par ton stylo, les sonorités des mots, que l’absence de fil conducteur ce serait une tentation ou quelque chose que tu ressens parfois…

Médine : Aujourd’hui ce serait le cas. Mais à l’époque, j’étais vraiment obsédé par le fil rouge. Je voulais absolument que chaque morceau, chaque album ait quelque chose, que j’en dégage chaque sous-thématique. C’était très scolaire. J’écrivais certains textes avant la musique. Je trouvais le titre d’un album en premier comme on trouve je sais pas, le titre d’un sujet ou un thème duquel partir. Et j’en découlais toutes les autres thématiques. Il y avait une intro, une thèse, une antithèse, donc je laissais très peu de place à la légèreté, ou plutôt à la possibilité de me laisser entraîner par le bon mot, la bonne rime, utiliser un terme qui sonnerait mieux mais qui en dirait moins sur ce que je veux dire. Donc aujourd’hui, j’ai envie aussi de reconnaître à la musique son côté divertissement, son aspect de confort d’écoute, porté sur la forme, donc je me laisse parfois entraîner par des sonorités, on a l’impression d’avoir un patchwork d’idées. Je me sens quand même pas le moins cohérent dans le domaine, j’arrive toujours à retomber sur mes pattes en te laissant deux ou trois idées fortes qui viennent synthétiser le tout.

E. Karinos : C’est d’ailleurs très visible sur « Grand Paris », c’est quand même ton couplet un des plus cohérents, où on voit un thème général.

Médine : Ah oui je savais que tout le monde allait partir dans tous les sens, avec une instru pareille… Et moi j’étais un peu le gardien de ça. Et même j’avais beau expliquer aux gars où je voulais aller dans le thème, à savoir raccorder l’influence de la banlieue sur la capitale et donc forcément sur l’hégémonie du monde en général, ben il y en avait qui s’en foutaient. Un couplet comme Nino, « ça fume la beuh d’Ajax sur le bitume en Asix »… ça revendique plus une appartenance à la banlieue et ses codes que ça n’entre dans le thème de l’influence de la banlieue et ses codes sur l’influence parisienne, puis sur le reste du monde. Mais moi ça me dérange pas, parce que j’ai conçu « Grand Paris » comme un posse cut de quartiers. Quand tu balançais une instru et que tout le monde venait rapper, y avait pas un casting « attends, non t’es pas dans le thème dégage ». Là, y avait une instru, je voulais que dessus on soit un trombinoscope du quartier. Que le plus militant du quartier vienne kicker, que le bicraveur passif vienne kicker, celui porté plus sur les meufs, vienne kicker, que le clubber vienne kicker, pour représenter vraiment ce qu’est le quartier, les différents domaine où la banlieue va influencer Paris. Donc il n’y a pas eu de casting qui barre les gens, il était au contraire très inclusif, très large dans le spectre.

Techniques de voix : le flow trap

E. Karinos : Oui et le thème déjà était suffisamment large pour permettre à tout le monde de faire ce qu’il voulait. Et t’as mentionné le rôle de l’instru, et ça c’est une vraie question, c’est que sur la fin de l’obsession du fil rouge, est-ce que c’est lié au flow trap et les changements musicaux qui en résultent. Est-ce que ça a un lien ?

Médine : Non ça n’a pas forcément un lien. Si le flow trap a eu une influence sur le contenu, c’est sur la synthétisation des idées. La trap précise le contenu, ne l’appauvrit pas contrairement à ce que pensent certains. Ça permet aussi de mettre plus de teneur dans les formules. Sur du boom-bap j’aurais exprimé de 8 à 12 mesures, équivalent 45 secondes, je l’exprime peut-être en deux phrases sur la trap. Certains vont parler d’appauvrissement, de novlangue-Georges-Orwell-1984, « la trap ça va mettre fin aux idées », moi je le vois vraiment comme un esprit de synthèse. Ça a mieux précisé mes idées et mieux calibré ma plume dans le sens où ça endigue les éventuelles descriptions qui viennent parasiter le message central. Parfois à force de dialoguer, broder, tu sais même plus de quoi tu parles. Viens, on va parler clairement : « Dieu est mort signé Nietzsche, Nietzsche est mort signé Dieu ». On peut arrêter le morceau-là si on veut. On sait exactement quel est le propos, tu pourrais même avec un director’s cut t’arrêter là. Peut-être qu’en 2037 on s’arrêtera là (rires).

E. Karinos : C’est vrai il y a des chansons où le titre c’est deux lettres, genre « Da », et pourtant ça dit beaucoup de choses…

Médine : ça exprime un état d’esprit.

E. Karinos : Et justement tu parles de la figure de style « Dieu est mort signé Nietzsche, Nietzsche est mort signé Dieu », nous on appelle ça en stylistique un chiasme ou même une antimétabole je sais plus…

Médine : On dit pas [ch]iasme ? On dit [k]iasme ?

B. Dufau : Quand c’est une forme genre « a-b-b-a », style « La force de la culture contre la culture de la force », « Les belles paroles ne sont pas vraies, les vraies paroles ne sont pas belles », « Le cygne chante avant de mourir, toi tu ferais mieux de mourir avant de chanter », « j’ai toujours rappé ce que je pensais, je n’ai pas pensé tout ce que je pensais »

E. Karinos : « Si la religion est l’opium du peuple c’est que le peuple a choisi l’opium comme religion »

B. Dufau : Tout ça ce sont des chiasmes, des antimétaboles. Et c’est marrant, c’est Emmanuelle qui l’a remarqué, et moi qu’elle arrive particulièrement dans Prose Elite. Pourquoi l’apparition de cette nouvelle figure de style, et qui devient particulièrement récurrente dans ce dernier album ?

Médine : C’est la trap qui permet ceci. Vu que tu dois préciser tes idées et être synthétique, on a besoin de figures fortes qui résument l’esprit du morceau en une seule phrase. Soit elles l’ouvrent soit elles le clôturent. L’idée est soit de baliser le terrain, que tu saches où tu vas direct, soit de repartir du morceau avec l’idée principale. D’où « la religion c’est l’opium du peuple c’est que le peuple a pris pour religion l’opium ». Cette phrase clôt la chanson « Porteur Saint », parce que je voulais absolument que les gens partent avec cette idée-là. Au pire t’as trouvé le morceau bourré de références, avec un débit trop rapide, au moins tu repars avec cette formule-là. Et ça c’est les concerts, le live qui nous apprend ça. La gimmick est très conseillée, y a tout le côté entertainement en concert. Certains s’en prennent plein la gueule niveau lumière, c’est pas du théâtre, c’est un concert de rap, faut que ça bouge, que ça saute, que ça cute, que ça redémarre. Y a un show à mettre en place et si tu fais que du show les gens sortent du concert en disant « on s’est bien amusés on a transpiré ». Mais moi je veux que tu partes non seulement en t’étant amusé, mais avec des idées, si ça peut être des slogans, des formules choc. C’est toujours ça de gagné, pour moi en tout cas. Et le live et la trap ont influencé le texte dans ce sens-là. Et le chiasme répond bien à cet esprit, où tu as la thèse et l’antithèse dans la même phrase.

E. Karinos : Donc il y a vraiment un rôle de l’expérience du live dans l’écriture ?

Médine : Aussi oui.

B. Dufau : Et on avait remarqué qu’à partir d’Arabian Panther et Démineur, tu faisais beaucoup plus de jeux sur les mots, sur les double sens. Et ça c’est quelque chose qui apparaît quasiment pas dans Djihad ou 11 septembre. Je me demandais à quoi c’était dû.

Médine : J’estime que mes premiers albums, il y a très peu de punchlines, au sens où on l’entend aujourd’hui : des formules fortes avec soit des comparatifs qui permettent de comprendre une idée ou un état d’esprit. Surtout dans 11 septembre, c’est beaucoup du rap descriptif qui s’étale prend le temps de poser un contexte et qui a envie de parler de thématiques importantes et fortes. A partir de Djihad, il y’a une phrase qui paraît anodine comme ça, mais qui m’a débloqué le processus de punchline, c’est dans le morceau « Entre-loups » je crois, où je termine un couplet en disant « je crois bien que j’aurais terminé comme Brad Pitt dans Seven ». Je termine comme ça un couplet et Salsa me dit « tiens, il faut plus de phrases comme ça en fait. On voit où tu veux en venir, ça fait référence à la culture populaire, et puis ça sonne bien ». et j’ai trouvé que c’est à partir de ce moment-là que j’ai débloqué le processus de punchline me concernant. Je savais ce que c’était, mais entre l’entendre, la repérer et se mettre à l’écrire, il y a quand même un fossé. Et les plus fort là-dedans à cette époque c’était Booba et Lino. Lino il avait sorti un truc sur la compile « One beat » et il lâche une phase du type : « Ton rap vise personne comme un tireur d’élite qui a la parkinson ». J’ai trouvé le sens de la formule incroyable, je suis tombée par terre. J’ai su après qu’il l’avait pris à Devos, je lui en ai voulu cinq minutes après je me suis calmé en me disant « c’est comme ça que tout le monde fait en fait ». Et il dit « un rap sans couilles c’est comme un assassin sensibles ». Le jeu entre sensibilité et stand de tir, ça m’a enseigné l’art de la punchline. Ce sont mes phares : je voulais après créer aussi ces double sens, qui s’entendent différemment à l’oral et à l’écrit. Le plus jouissif je pense c’est quand on arrive à donner un sens direct, qui sonne à l’oreille et quand tu la lis, tu fais « ah ouais quand même » et que ça donne de la densité à ton rap.

Techniques d’écriture : néologismes

B. Dufau : C’est intéressant que tu parles de cette phase de Lino qui est inspirée par Raymond Devos, parce que souvent on dit qu’il y a des liens entre rap et poésie, ou rap et littérature, mais il y a des liens entre les rappeurs et les humoristes. Raymond Devos, Pierre Desproges, ce sont des gens qui sont assez souvent cités et appréciés par les rappeurs. On l’avait déjà vu avec notre premier invité, Vîrus, qui adore Desproges, Devos… et je crois que tu cites Raymond Devos dans un morceau… tu dis : « comme le fils Bedos… qui regarderait… le père Devos… » quelque chose comme ça, dans…

Médine : Alix X. Moi, secret de cuisine, mes sources, un tiers viennent du monde humoristique. Vraiment un tiers. Un autre tiers viens du monde journalistique. Du vocable des journalistes. Je trouve qu’ils ont un esprit de néologisme incroyable, des mots valises, des mots synthétiques, des contractions entre des termes que je trouve incroyables, alors que ça fait partie de mes cibles de prédilection, le monde du journalisme. Et de ses dérives en tout cas quand il n’y a pas de sourcing, quand il y a des approximations, etc., mais je trouve qu’à l’écrit… Moi par exemple, je fais un truc qui m’a été enseigné par Solaar via un article sur Le Mouv qui est sorti sur Solaar, un bête de dossier pour les 20 ans de Prose Combat je crois. Et dedans j’ai appris que Solaar en fait, à un moment de sa carrière, au moment où il écrivait Prose Combat, il allait dans le librairies, dans les kiosques, il achetait tous les journaux de l’extrême droite à l’extrême gauche, et il se mettait en fait à piller des mots comme ça à droite à gauche qui allaient enrichir son propos. J’ai pris cette technique-là sur l’album Prose Elite par exemple. J’ai dépensé des soixante euros dans des journaux que j’avais pas envie de lire en fait. Mais que je me forçais à lire. J’ai même acheté Marianne, pour te dire ! [rires dans la salle] Et je trouve que dans le dialogue que les journalistes ont avec quelqu’un en interview, quand ils sont dans des chroniques, quand ils sont dans des brèves, ils ont un esprit de synthèse qui est incroyable, et donc je m’imprègne aussi de cette littérature médiatique, je ne sais pas comment on peut appeler ça. De ce style journalistique en tout cas.

B. Dufau : C’est intéressant, du coup, ton style est vraiment en évolution. On voit avec cette émergence de nouvelles figures de style, les chiasmes, et puis les doubles sens, et je me demandais si cette façon de faire évoluer ton style, avec de nouvelles figures, c’était une manière de… répondre aux reproches que l’on peut faire au rap conscient, ou ce que tu appelles le rap conchiant…

Médine : …c’est pas moi qui l’appelle comme ça…

Musicalité

B. Dufau : Ouais, mais tu reprends ce mot-là en tout cas. Et une manière de faire émerger quelque chose qui serait peut-être pas conscient, mais plutôt… qu’on pourrait appeler ludico-polémique, ou polémico-ludique, mettre du ludique, mettre du jeu…

Médine : S’il y a une volonté de trancher avec les stéréotypes que l’on aurait du rap conscient, c’est surtout dans la forme me concernant. Dans le fond, peu importe. Je dirai ce que j’ai envie de dire. J’estime qu’il y a des sujets qui me sont chers, et je continuerai à les développer. La façon dont je vais les dire, peu importe. Ce qui m’intéresse, c’est vraiment sur le plan de la forme. Qu’il y ait une sonorité qui soit proche du rap différent du rap conscient, qu’il y ait une sonorité qui se rapporte à du divertissement au premier abord, quelque chose qui parle aux tripes, quelque chose qui parle à l’âme plus qu’il ne parle à la réflexion dans un premier abord. Ca c’est mon obsession. Surtout dans les albums… les derniers, comme Démineur, ou Prose Elite. Mon objectif, c’était vraiment de pouvoir faire rebondir du rap conscient sur de la musique qui habituellement s’écoute en club, s’écoute dans des soirées. C’était mon défi et j’espère l’avoir un peu relevé.

B. Dufau : En fait tu reprends les procédés ludique de l’egotrip, et tu les mets au service de la visée polémique du rap conscient ? Tu effectues une sorte de synthèse entre deux courants j’ai l’impression ?

Médine : En fait, ces courants là, dont tu parles, je ne les vois pas. Je les vois parce qu’on me dit qu’il y a des courants. On me dit qu’il y a du rap conscient… Y a un étiquetage comme chez le marchand de fruit. Mais ça moi je ne le vois pas quand j’aborde ma musique. Je sais qu’il y a des idées qui s’affrontent. Mais comme il y a des idées qui s’affrontent dans d’autres domaines, sur le plan intellectuel, sur le plan politique, y a des opposants. Sur le fond des idées. Mais comment aborder le rap, et la forme du rap… cet étiquetage n’a pas lieu d’être selon moi en fait. Ça m’emmerde qu’on me dise : « Mais toi par rapport à ça, tu te réappropries ce courant-là ». Non, c’est mon courant. C’est le courant dans lequel je baigne, c’est mon liquide amniotique. C’est vrai que la trap quand c’est arrivé, tout le monde l’opposait au boom bap, tout le monde l’opposait au rap conscient, etc. Mais c’est une mauvaise gymnastique, c’est une déformation professionnelle qui nous vient je ne sais pas d’où, de nos amis politiques, de nos amis les journalistes, je ne sais pas d’où, mais en tout cas moi je l’ai abordé de façon très portée sur l’affect. Je savais que la trap me plaisait. Je ne comprenais pas ce courant. Je ne comprenais pas les placements. Je trouvais que c’était stratosphérique. Mais les infra basses que ça révélait, les ondes qui étaient utilisées me parlaient viscéralement. Et ça a même fait rebondir des choses me concernant qui dataient de l’époque fin 1990, milieu 1990, l’époque mobb deepienne. Des prods très minimalistes, avec des cordes qui sont très pesantes, très sombres, très ténébreuses. Ca a fait résonner ça. Forcément, ça fait résonner un patrimoine qui est celui même du rap français. Pourquoi le mettre en opposition, alors que ça fait raisonner des choses qui sont du même courant familial ? Ca me gêne vraiment quand on essaie de cloisonner le rap, en tout cas dans sa forme. Après bien sûr, y a des oppositions d’idées, mais des oppositions d’idées y en a partout.


Une réflexion au sujet de « Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *