Médine à l’ENS (1) : Petites histoires et grande Histoire

Nous présentons dans cette série de quatre billets une retranscription intégrale de plus d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Cet échange a fait l’objet d’un compte-rendu factuel juste et riche – mais, évidemment, non exhaustif – par Mathieu Dejean, présent à la conférence, dans Les Inrockuptibles. De manière moins factuelle, ce compte-rendu a été repris par le journal Le Figaro pour faire état d’une prétendue « polémique » qui aurait eu lieu suite à cette invitation, le tout sans s’être rendu sur place ni avoir contacté les organisateur et organisatrice1.

Les motifs de cette polémique ? Des paroles jugées « communautaires », « anti-républicaines » – voire même, pour certain-e-s, indiquant une complaisance envers le terrorisme – sans parler des habituelles remarques sur la décadence intellectuelle qu’impliquerait l’invitation de rappeurs dans l’enceinte de la prestigieuse école. Et l’ENS d’être suspectée de cautionner une telle tribune. Pourtant, loin de ces accusations, Médine aura parlé d’écriture et de musique, d’auto-tune, des cours d’histoire de l’Éducation Nationale, de géopolitique, de chiasmes, de « sauver la jeunesse » par une logique de déminage (le démineur prenant le risque d’être confondu avec celui qui pose les bombes). Et même du très « républicain » Victor Hugo, en couverture de la pochette de son dernier album.

Ce n’est pas la première fois que le séminaire est la cible de critiques quand il évoque, de près ou de loin, l’islam : l’année d’avant, une séance sur le rap d’Ali à l’occasion de la sortie de son album Que la paix soit sur vous, avait donné lieu à un article dans Le Monde, évoquant les influences coraniques au sein de l’écriture de l’artiste2. L’article avait été repris, encore une fois par des personnes absentes de la séance, sur des sites d’extrême droite, avec l’idée sous-jacente de dénoncer ce qu’ils appellent l’« islamisation » de l’établissement, loin de leur idéal de monopole judéo-chrétien sur la culture et l’enseignement supérieur3. Si Médine s’est déjà expliqué plusieurs fois sur le sujet, cette retranscription, noir sur blanc, permet de se faire une idée de ce qu’il en est réellement, mais surtout de découvrir les réflexions intéressantes de l’artiste sur sa démarche d’écriture, son rapport à la musique, à l’histoire, etc. Et de voir qu’effectivement, il suffit parfois « juste d’une discussion » pour dissiper les doutes et distinguer la bonne de la mauvaise foi.

Karim Hammou & Emmanuelle Karinos.

Introduction : doubles auditions

Benoît Dufau : Bonjour et bienvenue à cette séance spéciale du séminaire « La Plume et le Bitume ». Pour celles et ceux qui viendraient pour la première fois, sachez que ce séminaire est un séminaire d’élèves, qui souhaite proposer pour la troisième année consécutive une approche stylistique du rap français. Chaque séance se déroule en deux temps, d’abord deux séances d’étude où Emmanuelle et moi décortiquons, avec les participants, en plus petit comité, les textes du rappeur, puis une deuxième où nous invitons le rappeur pour confronter nos analyses à son sentiment, à sa pratique et aussi à son savoir de rappeur. Après avoir reçu des artistes comme Vîrus, Lino, Kohndo, Dooz Kawa, Casey, Fuzati et Sako, c’était pour nous une évidence d’inviter Médine, puisque ce séminaire est pour nous une façon de poser à nouveaux frais la question posée par Médine lui-même dans le refrain de « Lecture aléatoire » : « Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français, pas une machine à sous, mais une machine à penser ». T’inviter Médine, était d’autant plus évident que tu as déclaré vouloir faire du rap français une passerelle vers les grandes écoles, « en concert dans les amphis, en conférence dans le hood ». Cette rencontre, conférence dans un amphi puisqu’on n’en est pas encore à faire des concerts, a pour nous un triple enjeu : elle touche à la production, à la réception et à la représentation du rap. Le premier enjeu, qui se situe du côté de la production, consiste à poursuivre notre exploration du style de Médine, de creuser son rap qu’il qualifie d’« archéologique » et de creuser plus avant l’évolution de son style, verbal, vocal et musical. Et deuxièmement, dissiper quelques malentendus, liés à ce que Médine appelle une « double audition », qui permettra de se poser la question de la réception du rap par un auditeur peu rompu aux codes du rap. Et le troisième enjeu sera de montrer que le rap est bien une machine à penser, et que même si Médine tu n’es pas normalien comme tu le dis dans « Global », toi et tes homologues rappeurs, vous avez bien sûr toute votre place ici. Je cite la phrase à laquelle je fais allusion, sur la dernière chanson du dernier album : « accent normand sur langue de Molière j’suis pas normalien / Comme un Algérien du sud qui se revendiquerait nord-malien ». Voilà j’étais obligé de la citer cette phrase, bien entendu. Pour te présenter à ceux qui ne te connaîtraient pas, tu es né en 1983, tu as sorti 5 album, dont le dernier qui s’appelle « Prose Élite », en deux mots, et Victor Hugo figure sur la pochette on y reviendra. Et tu es, comme tu le dis dans le morceau éponyme « membre d’un gang et d’un club de lecture », tu défends « la force de la culture face à la culture de la force ». Tu mets ta voix rauque au service de deux grands types de morceau, ce qu’on appelle les story-tellings, avec un goût prononcé pour les story-tellings, mais aussi dans la provocation, jamais dans le but de provoquer seulement mais toujours pour provoquer une réflexion, dans une optique de déminage, avec le risque, comme tu dis, que le démineur soit pris pour un poseur de bombe. Justement « démine » c’est l’anagramme de Médine (rires dans la salle). Astucieux n’est-ce pas ? [Remerciements aux personnes qui ont permis le financement de la venue de Médine]. Encore merci à tous nos convaincus. Pour lancer la discussion, je te propose Médine de commencer par le début, « Ground Zero ».

B. Dufau : Voilà ça continue encore pendant deux minutes et finit sur la voix de Claire Chazal qui dit « rien n’est résolu ». L’introduction de ce premier album n’est pas, comme on pourrait le penser, la présentation d’un rappeur qui déclinerait son identité personnelle, pour ça il faut attendre le morceau suivant, il s’agit d’un montage d’extraits de journaux télévisés qui dépassent largement la petite personne du rappeur, qui l’englobe, qui font de ce rappeur un sujet pris dans l’Histoire, un enfant du destin. Donc je me demandais quel a été l’impact de cet événement sur ton rap, en quoi ça a eu des conséquences sur les sujets que tu as abordé, et ta manière de les aborder ?

Médine : Bonjour à tous, je sais pas si vous m’entendez bien. Très honoré d’être avec vous aujourd’hui. Je n’ai pas pu être en tant qu’élève ici, mais j’y suis en tant que MC, Maître de Cérémonie, Maître de Conférences. « Ground Zero », c’était le titre de ce morceau, ça a aussi été une date charnière dans mon adolescence. Je suis de ces enfants qui ont connu le 11 septembre 2001, comme vous le savez, le jour des attentats de New York où des avions ont percuté les deux tours du Wall Trade Center. Ça a été une date charnière dans ma vie d’adulte et ma carrière artistique. C’est précisément à ce moment-là où je prends conscience que rapper pour rapper ne me procure rien. Ne sert pas à rien, parce qu’il y a l’amour des mots et que c’est comme ça que j’ai commencé et abordé le rap, mais le 11 septembre 2001 ça déclenche quelque chose de très engagé, très conscientisé chez moi. C’est pas précisément le 11 septembre 2001, mais tout ce qui a suivi, en termes de guerre contre le terrorisme, d’interprétation et de stigmatisation vis-à-vis de la communauté musulmane. C’est toutes ces choses qui ont été très frustrantes dans la vie d’un jeune adulte, en tout cas j’avais 18-19 ans à l’époque, et donc je me suis construit, je suis passé dans la vie adulte avec ces frustrations, ces commentaires, ces critiques autour de la communauté musulmane. Et donc ça m’a influencé, dans mon écriture, et je trouvais ça intéressant de commencer, avec mon premier album sorti en 2004, avec ce qui avait contribué à me frustrer. Tout simplement, pendant trois ans : trois ans après les attentats de New York. Je voulais directement planter le décor, faire entendre ce bruit entendu toutes ces années, concernant toutes les composantes de ce que j’étais, à savoir jeune, issu de l’immigration, des quartiers populaires, musulman de surcroît, et même rappeur –  je crois qu’il y avait à l’époque beaucoup d’interprétations sur le rôle supposé des rappeurs dans les quartiers.

B. Dufau : Si on se livre à un petit exercice de fiction, s’il n’y avait pas eu tous ces événements, est-ce que ton rap aurait pris un chemin différent ?

Médine : ça je peux pas te répondre, à moins que tu aies la DeLorean pour aller vérifier et changer le cours de l’espace-temps. Si ce n’est qu’aujourd’hui, à chaque fois que j’interviens, que ce soit en conférence sur la mémoire des gens issus de l’immigration, sur la place de l’islam en France, le rap en tant que style à part entière, on revient toujours à cette date charnière, qui a été aussi une date importante dans mon processus créatif.

Politique du sample

B. Dufau : « Ground zero » c’est un montage de samples. Le sample non-musical occupe une place assez importante dans ton esthétique, il y a des samples aussi de journaux télévisés dans « RER D », « Boulevard Auriol », de discours politiques, par exemple Malcom X pour « Arabian Panther », je me demandais quelle était pour toi la fonction de ce genre de samples, pourquoi ça te tient à cœur.

Médine : Déjà, ils sont tellement présents dans mes albums qu’ils deviennent des tracks à part entière. Là c’est le cas pour « Ground Zero » je pose pas ma voix dessus, c’est vraiment une instru avec des coupures de presse, comme je les appelais à l’époque, que j’ai d’ailleurs moi-même collectées. Je les mettais sur des mini-disques – vous vous rappelez à l’époque les mini-disques, les lecteurs ? – que j’ai moi-même collecté soigneusement, j’ai pas laissé le soin à qui que ce soit, je voulais que ce soit cette partie précisément. Donc j’avais déjà cette mécanique d’aller chercher moi-même les images d’archives, de les récupérer, de faire le tri de manière à arriver en studio en sachant ce que je veux. Et surtout que ça se termine sur Claire Chazal qui dit « rien n’est résolu ». Donc aujourd’hui c’est tellement présent dans mes albums que si on finit un album sans qu’il y en ait, je vais me dire « c’est pas possible, faut que j’en mette ». C’est comme quelque chose qui me rassure d’avoir une coupure d’un journal télévisé… Pour montrer aussi l’importance que ça a dans notre quotidien. Que ce soit un journal télévisé mais surtout une voix extérieure, une voix off qui vient dire des choses que je n’ai pas réussi à dire en texte, mais qui vient planter un décor. Et puis on le voit aussi dans les clips, avec parfois des images d’archives qui viennent introduire un propos. Je trouve que ça plante un décor, et c’est comme ça que je m’en sers. Comme quelque chose qui nous ramènerait à une période de l’histoire, ou à une temporalité particulière.

Emmanuelle Karinos : C’est l’idée que ça créé une atmosphère, des effets de réel aussi, situer la personne dans un temps et dans un lieu. Et nous en fait, outre cette question de l’importance des samples dans tes morceaux, ce qui nous avait marqué, et c’est pour ça qu’on avait pensé à commencer par cette chanson, c’est la manière dont l’Histoire avec un grand H était aussi importante comme matière de tes morceaux. Enfin voilà t’es quand même un rappeur chez qui l’Histoire a fourni beaucoup de matière. Et justement on a fait dans ce séminaire une séance sur le story-telling, ce que disait Benoît c’est l’art du récit, de la narration, que Médine maîtrise particulièrement bien pour celles et ceux qui connaissent, et donc j’avais deux questions toutes simples. La première c’est la place de l’Histoire dans tes histoires, tes story tellings – y’avait même un article dans « Le Rap en France » qui disait que tu faisais de l’historytelling4 je trouvais la formule pas mal. Et deuxièmement, tout simplement, comment tu écris ces storytellings ? Est-ce qu’il y a d’abord l’idée politique que tu veux transmettre, le message qui arrive en premier puis l’histoire, ou c’est l’histoire qui arrive en premier puis le message ?

Médine : Il y a d’abord l’envie de raconter des histoires à la façon d’Oxmo Puccino. C’est vraiment mon influence première, via des morceaux comme « Black Mafia », « Monsieur Puccino »… des morceaux très descriptifs. C’est un style qui m’a marqué, parce que j’avais l’impression d’apprendre des choses. Même si c’était de la fiction pour Oxmo, mais des choses qui laissaient une empreinte très forte dans ma vie d’adolescent. Parce que je voyais à travers une musique des choses imagées. Déjà c’était un processus qui était nouveau pour moi. J’arrivais à voir en écoutant. C’est donc ma principale influence. C’est ce qui m’a donné envie de faire des story-telling.

Par la suite, dans ma scolarité j’ai souvent été heurté par le manque de matière concernant des parties de l’Histoire. J’ai souvent eu l’impression qu’on passait d’une partie à une autre très vite, que dans mon processus d’individuation il manquait quelque chose. J’ai donc dû moi-même faire l’effort d’aller me renseigner sur des pans entiers de l’Histoire. Parfois, je trouvais des détails important, et je voulais absolument les partager. Si moi je suis dans cette situation-là, il y a beaucoup d’élèves, d’étudiants qui le sont aussi. Je me disais qu’il allait leur manquer des choses, même pour leur processus à eux. Donc tout part du partage. « Enfants du destin » c’est vraiment l’idée de partager des connaissances. Au-delà d’avoir un style d’écriture et de dire « regardez je raconte bien les histoires » c’est vraiment dans une logique de partage. Parfois très… scolaire. C’est-à-dire que je reprenais toute une partie de l’Histoire et je l’appliquais en rime, je reprenais même parfois des phrases telles quelles dans le manuel parce que je voulais partager avant même d’avoir un style. Sensibiliser par l’émotion, l’affect.

E. Karinos : T’as un exemple comme ça d’une phrase que t’aurais directement tiré d’un manuel ou d’un truc que t’aurais lu ?

Médine : La plupart des phrases en fait… Parce que moi je suis très Lavoisier dans ma manière d’envisager la musique « rien ne perd rien ne se crée tout se transforme ». Tout part de ma matière première, que ce soit un recueil, un document, je la transforme et j’essaye de l’adapter au rap, de la faire entrer dans les cases des codes du rap. C’est ce qui donne parfois quelque chose de très référencé, très documenté. Au final, j’ai peut-être trois ou quatre sources sur un thème, pas plus, j’en suis pas au point de devenir chercheur dans le domaine. Non, c’est juste que j’ai été touché par le manque d’information sur ce sujet, et que les détails que j’ai pu lire de moi-même m’ont paru évidents et importants, et donc j’ai repris certaines parties, presque intégralement, parfois mots pour mots, ça peut paraître du pillage… Mais c’est ça le rap. Je pense que le rap c’est récupérer des morceaux de samples, à droite à gauche, et le faire devenir quelque chose de nouveau. C’est comme ça que j’aborde le rap. Ma première méthode dans le story-telling c’était celle-ci, maintenant ça l’est beaucoup moins. Mais voilà j’assume complètement mon côté cherchieur.

Écrire et composer les « Enfants du destin »

B. Dufau : ça représente combien de temps ce travail en amont ? Combien de livres, de films tu lis et tu regardes ? Avec qui tu travailles ? J’avais lu dans une interview que tu travaillais avec des documentalistes…

Médine : C’était au tout début, les premiers albums. J’avais des « documentalistes », enfin je les ai appelés comme ça, c’était pas leur titre officiel, c’était plus un pote qui lit énormément, qui connaît plein de choses sur plein de choses et qui me conseille des livres à lire. Une personne en particulier, qui s’appelle Hugues, qui a bossé au label Din Records, en tant que « distributeur », c’est-à-dire qu’il empaquetait les CD et les envoyait dans les magasins. C’était surtout quelqu’un de très littéraire, il lisait beaucoup, et moi j’étais dans une époque, quand on s’est rencontrés, où je lisais très peu. Ou du moins c’était très compliqué pour moi de lire, ça me demandait un effort colossal. J’ai dû sur ses conseils faire déjà un effort d’adaptation pour rentrer dans la lecture et lui demander qu’il me vulgarise quelques choses. S’il a un titre de documentaliste, c’est surtout un titre de vulgarisateur-documentaliste. Soit j’avais la flemme de lire les bouquins, soit ça me demandait un effort colossal, et donc on se prenait genre des après-midis pour en parler. C’était le cas pour « Petit cheval », lui il avait lu 10-15 manuels sur l’histoire des Indiens d’Amérique, et il me faisait des résumés de certains. Un en particulier, qui s’appelait Pleure Géronimo. Il s’est arrêté sur un détail, ou plutôt une scène, une scène de massacre dans ce livre, et c’est devenu en fait la principale référence du morceau « Enfants du destin » « Petit cheval ». J’ai focalisé sur cette scène-là. Bien sûr, on est revenus sur d’autres manuels, de Crazy Horse à Sitting Bull en revenant par Geronimo. On a un peu fait l’histoire des Indiens d’Amérique en une après-midi chrono. Puis j’ai focalisé sur une partie de l’histoire et je me suis moi-même après mis à me documenter, pour aller plus loin dans les démarches… grâce à Google (rires dans la salle). J’avoue, Google, ça me permet de préciser, je sais de quelle histoire je veux parler, je vais en lire un pour le style. « Pleure Geronimo », le style est très personnel, justement et et ça m’a touché. Parce que c’est comme ça que je veux raconter l’histoire de mon « Petit cheval », l’histoire des Indiens d’Amérique, à travers ce style en particulier.

B. Dufau : D’ailleurs dans « Petit cheval », on avait remarqué que le temps principal est celui du présent, et on sait que le temps du récit est le passé simple, or il y a le moment de la vision, il y a l’irruption du passé simple, et je me demandais si c’était quelque chose de conscient de ta part.

Médine : Je crois que le morceau dans sa version première était beaucoup plus long. Dans un souci d’optimisation du morceau, on a dû retirer quatre, huit mesures quelque chose comme ça, pour au final lui donner sa forme finale. Dans mon processus d’écriture je fonctionne toujours comme ça : je ne me donne aucune barrière, aucune limite, j’écris tout ce que j’ai à écrire sur le sujet, je donne même des détails qui sont insignifiants, des descriptions ce qui parfois rend le morceau indigeste, en tout cas dans sa forme de maquette. Et derrière il y a l’équipe de réalisation, que sont Salsa et Proof, les deux membres du label « Din Records », l’un est le gérant et le fondateur et l’autre est aussi le co-fondateur mais aussi l’architecte musical du label. Il passe derrière et me propose un edit musical du morceau. Pour des raisons de confort d’écoute : la musique obéit à certains codes, parfois on ne les respecte pas, on laisse des morceaux de huit à onze minutes. Je ne sais pas si c’est forcément confortable à l’écoute, mais on le sent comme ça donc on laisse comme ça. Mais il y a d’autres morceaux où il faut épurer, aller à l’essentiel. Donc j’ai envie de te dire : me concernant, je n’interviens pas sur cette question, faudra peut-être poser la question à Salsa et Proof qui eux ont peut-être volontairement superposé le passé simple et présent.

E. Karinos : Ceci dit, c’est bien fait parce que ça correspond presque, quasiment au moment où Petit cheval – pour celles et ceux qui connaissent pas le morceau, ça correspond au moment où Petit cheval a la vision de son village massacré avant de le voir en vrai, pile au début de la vision on remarque l’irruption du passé simple. Donc oui ça peut être un effet de redécoupage, et c’est marrant ce que tu dis parce que ça montre bien que la création c’est toujours un processus collectif, jamais purement individuel…

Médine : C’était une version director’s cut qu’ils nous ont proposé. Et souvent quand tu regardes les versions non-cutées, elles donnent des détails mais tu sais qu’on peut s’en passer. C’est toujours intéressant de voir comment le morceau évolue en passant de main en main. Si je vous sors la maquette de « Petit Cheval », peut-être que vous me diriez « ouais il servait à rien ce détail… On le préfère dans la version finale»…

E. Karinos : Ah nous, ça nous intéresserait je pense d’avoir la première version…

B. Dufau : Pour ceux qui sont aussi dans les détails, le passage précis est le suivant, après plusieurs passages au présent : « Mais subitement », donc rupture, puis « une vision lui apparut » et là le passé simple arrive. « Son village massacré par des soldats inconnus / Il dévala la montage à toute allure / Refusant ce futur / Il empoigna sa monture » et puis ensuite retour au présent.

E. Karinos : Ceci dit tu l’utilises dans d’autres morceaux le présent, le début de « Djihad », « Kunta Kinte », et de fait c’est plutôt rare dans le rap, où le temps dominant est le présent, et je voulais savoir, est-ce qu’il y a un effet particulier que tu recherches en l’utilisant ou que tu ressens en l’entendant ?

Médine : Je suis venu ici pour que vous me le disiez [rires de la salle]. Parce que moi je l’ai pas programmé, je l’ai pas calculé, mais je suis sûr que votre tête de normalien va trouver une explication que je pourrai ressortir à toutes les interviews après [rires]. C’est Ali, Ali de Lunatic qui avait écrit une punchline et un journaliste lui fait remarquer qu’elle a un double sens, et Ali lui répond « pour être honnête avec toi, c’est pas avec ce sens que je l’ai écrite, mais le deuxième est encore mieux donc crois-moi que je vais me l’approprier et que je vais le ressortir à chaque fois ».

B. Dufau : Mais en tout cas ça créé un effet de rupture, et on se demandait quel morceau de « Enfants du destin » t’avait posé le plus de problème dans l’écriture, la conception, la documentation ?

Médine : Je crois que c’était « Kunta Kinte ». D’ailleurs je crois que c’est l’un des plus longs. J’ai eu énormément de mal à cuter tant les détails du bouquin Racines sont importants à mes yeux. Je trouve que Alex Haley a écrit la chose de façon à ce que tu aies l’impression d’être dans la cave avec les esclaves, que tu aies l’impression de ressentir la morsure du fouet sur ton dos avec les esclaves. C’est vraiment ce que j’ai ressenti en lisant Racines qui est un de mes romans préférés. Ça a été très compliqué pour moi de réadapter quelque chose que je trouvais non-perfectible parce qu’il était ancré dans son temps, dans son style littéraire, donc déjà l’appropriation a été difficile. Et surtout, il y avait la série. Il y avait la série « Roots » qui avait déjà proposé une synthétisation du roman et je me sentais un peu de trop là-dedans, je vais faire la synthèse de la synthèse, et on ne va plus y voir clair. Donc je suis retourné à mon ambition première qui était de parler de la traite négrière au final. Et je trouvais que c’était la bonne béquille d’en parler à travers une référence que notre génération aurait éventuellement en tête. Tout le monde a entendu parler de Kunta Kinte, dans des morceaux de rap, à travers la série. Donc je me suis dit que c’était un bon trait d’union pour parler de la traite négrière avec une référence qu’on aurait dans notre imaginaire. Donc je l’ai fait, et il y a eu encore énormément de director’s cut passées par là derrière, mais il reste assez long.

E. Karinos : Oui il est assez long, très réaliste dans la description, notamment des violences, et puis c’est le seul je crois dans la série « Enfants du destin » où le personnage est, disons, semi-fictif, ou du moins qu’il n’est pas inventé par toi, et les autres, même s’ils sont inspirés de la réalité, sont inventés par toi. Donc j’avais une question, comment tu as fait pour choisir par exemple les prénoms ? Y a des raisons évidentes, pour David et Daoud sont les mêmes prénoms…

Médine : Oui, David est le pendant hébraïque de Daoud.

E. Karinos : Oui donc là ça a un sens évident de mise en parallèle des deux situations…

Médine : C’est ça.

E. Karinos : Et pour les autres ? « Nour », « Petit cheval » ?

Médine : En fait il y a toujours une signification. Pour Sou-han par exemple, ma belle-famille elle est issue du Laos. Mon beau-père, qui a vécu la guerre du Vietnam et qui l’a fui, avait une compilation de revues qui s’appelaient « NAM », en trois lettres, ne me demandez pas ce que ça veut dire je serais incapable de vous le dire. C’était un peu comme les revues qu’on achète, on en commande un et après on est automatiquement abonné, vous voyez ?

E. Karinos : Oui j’avais ça avec les minéraux (rires).

Médine : Les minéraux ? Il y avait aussi la bande-dessinée « La vie », sur la tranche quand tu les mettais tous à côté, il y avait la création, un espèce de darwinisme… Bref un détail tout pourri, mais voilà (rires). Et ces manuels je me les suis appropriés, décortiqués, c’était un peu lourd à lire, mais ça parlait de techniques de combat que les Vietnamiens ont utilisé contre les GI, des trucs de malades mentaux… Genre le piège de bambou, vous connaissez ? Ils attachaient des GI contre un arbre, assis, un peu comme la chaise romaine, et ils plantaient une graine de bambou qui pousse hyper vite, genre une journée, ils l’arrosent jusqu’à ce que le bambou fasse son affaire. Voilà c’était des techniques de combat hyper impressionnantes. Bon je vous rassure ma belle famille n’est pas gore à ce point-là. Et je crois que j’ai lu à l’intérieur le prénom Sou-han qui m’est resté pendant toute la lecture, et quand j’ai écrit ce morceau, l’inconscient l’a fait ressortir

E. Karinos : Mais c’est vrai que l’exemple de cette source, ça explique pourquoi dans « Enfants du destin » il y a autant de détails…

Médine : C’est ce qui m’intéresse le plus finalement. Par frustration de ne pas avoir eu de détails scolairement parlant et d’être passé un peu… D’avoir survolé des parties de l’histoire, j’ai un réflexe, qui peut être un défaut aussi, d’aller chercher les détails des détails. Je vais te donner un exemple par exemple dans « Kunta Kinte » on a nous-mêmes fait les bruitages avec Proof, les bruitages que t’entends, on n’en trouvait pas sur les banques de sons proposées – ces banques « Holllywood films » sur internet dans lesquelles tous les rappeurs vont puiser etc. On trouvait pas de détail assez expressif en raccord avec le détail littéraire que je pouvais donner. Je te donne un exemple : pour faire le bruit de la cale qui tangue, on avait une chaise en studio qui grinçait. On l’a enregistrée, fait quelques modifs et on s’est dit « voilà le son qu’il nous faut ». On voulait les sons qu’on voulait, pas comme on nous proposait dans la version hollywoodienne.

 

  1. Les Inrockuptibles, « Le rappeur Médine joue les MC (“Maître de conférences”) à Normale Sup’ », 29 mars 2017. En ligne : http://www.lesinrocks.com/2017/03/29/musique/le-rappeur-medine-joue-les-mc-maitre-de-conferences-normale-sup-11927767/ ; Le Figaro, « Polémique autour de la conférence du rappeur Médine à Normale Sup’ », 31 mars 2017. En ligne : http://etudiant.lefigaro.fr/article/polemique-autour-de-la-conference-du-rappeur-medine-a-normale-sup-_b074e4f4-1620-11e7-9233-df07e92f72fa/. []
  2. Le Monde, « A Normale Sup’, la prose des rappeurs analysée en séminaire », 31 mars 2015. En ligne : http://www.lemonde.fr/campus/article/2015/03/31/a-normale-sup-la-prose-de-rappeurs-analysee-en-seminaire_4606025_4401467.html. []
  3. Valeurs actuelles, « L’arme idéologique de la culture banlieue », 25 février 2016. En ligne : http://www.valeursactuelles.com/larme-ideologique-de-la-culture-banlieue-59525. []
  4. Le Rap en France, « Le story-telling dans l’œuvre de Médine », 19 mars 2012. En ligne : http://lerapenfrance.fr/le-story-telling-dans-loeuvre-de-medine/. []

2 réflexions au sujet de « Médine à l’ENS (1) : Petites histoires et grande Histoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *