Le rap français ausculté en Tchéquie

alenapolicka J’étais convié cette semaine à l’université de Brno, en République tchèque, pour présenter mes recherches sur le rap et l’histoire des musiques populaires en France1. A l’initiative de cette invitation, la sociolinguiste Alena Polická mobilise depuis 2007 ses étudiant-e-s autour d’une base de données consacrée aux paroles de chansons de rap en français. Cet outil, intitulé RapCor, est consultable en ligne (en tchèque).

Quelle différence entre cet outil et RapGenius, par exemple ? La possibilité, en premier lieu, de mener des enquêtes sociolinguistiques rigoureuses. RapCor se focalise en effet en premier lieu sur les paroles de rap telles que retranscrites dans les livrets des disques. Autrement dit, sur la façon de mettre ces paroles par écrit – ce qui permet de repérer les écarts avec les paroles effectivement rappées que cela peut induire.

Plusieurs recherches se sont désormais engagées dans une réflexion sur le statut du rap, entre oral (de la performance) et écrit (puisque la plupart des MCs font du stylo ou du clavier le meilleur allié de leur mémoire). Christophe Rubin a ainsi pu décrire le rap comme une « écriture de la voix »2, tandis que Zegnani proposait de voir les rappeurs comme « un groupe illégitime de lettrés »3. Un corpus raisonné tel que RapCor, conçu à des fins de recherches (sociolinguistiques), permet d’interroger directement ce type de questions.

brnomemoires
Quelques-uns des mémoires sur le rap français réalisés à Brno

RapCor ne s’arrête toutefois pas là, et un nombre considérable de morceaux dont les paroles n’ont pas été reproduites sur les disques ont fait l’objet d’une transcription à partir de l’écoute. Il rassemble ainsi plus de 3 000 morceaux, dont 1 075 ont été traités systématiquement de façon à pouvoir les analysés à l’aide d’outils de textométries tels que TXM ou Lexico 3. Au programme également, nombre de métadonnées sur la trajectoire sociale des artistes – de quoi intéresser au-delà même des sociolinguistes. Cet outil rassemble principalement des morceaux de rap français, mais aussi une part non négligeable de rap québecois. Il est aussi potentiellement ouvert sur d’autres courants musicaux – slam4, RnB, reggae… et sur d’autres langues. Le rap tchécoslovaque y a bien sûr déjà fait son entrée.

Les premiers résultats de ces recherches textométriques et sociolinguistiques sont à chercher dans les mémoires de Master encadrés par Alena Polická à l’Université Mazaryk de Brno – qui sont pour la plupart consultables en ligne.

  • Jitka Brožová, 2007, Analyse lexicale et sociolinguistique d’une interview avec le rappeur Sinik, Magisterská oborová práce, Brno.
  • Lenka Kalášková, 2010, Les abréviations dans un corpus de chansons de rap : étude lexicométrique en synchronie dynamique, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/146366/ff_m_b1/.
  • Miriama Zoričáková, 2010, Synchronie dynamique de la verlanisation dans un corpus de chansons de rap, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/329519/ff_m/.
  • Alexandra Tamášová, 2011, Corpus de chansons de rap et anglicismes : typologie des adoptions, Bakalářská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/333535/ff_b/.
  • Jana Koppová, 2011, Analyse des noms propres et des allusions socioculturelles dans les chansons de rap français, Bakalářská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/216174/ff_b/.
  • Eva Malaníková, 2011, Locutions figées dans l’argot des jeunes : analyse comparative des expressions des jeunes à partir du Dictionnaire de la zone et des pratiques des rappeurs à partir du corpus RapCor, Bakalářská diplomová práce, Brno. En ligne :  http://is.muni.cz/th/327295/ff_b/.
  • Tereza Sekaninvá, 2012, Stéréotypes liés au verlan : variation diatopique dans le rap français, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/263203/ff_m/.
  • Klára Vrbová, 2012, Rap québécois : entre pratiques des rappeurs et représentations des auditeurs, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/261330/ff_m/.
  • Petra Černá, 2012, Dimension spatiale dans les discours identitaires : revendications territoriales dans le rap du 18e arrondissement de Paris, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/180562/ff_m/.
  • Martina Marková, 2013, Analyse socio-lexicale du langage féminin dans le rap français, Magisterská diplomová práce, Brno.  En ligne : http://is.muni.cz/th/382690/ff_b/.
  • Helena Zubčeková, 2013, Traitement textométrique et analyse qualitative des homophonies dans le rap français, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/263692/ff_m/.
  • Anna Zelenková, 2013, Arabismes dans les chansons de rap français : traitement lexicographique, adaptation phonique et rôle de l’origine des rappeurs, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/180173/ff_m/.
  • Barbora Švehliková, 2014, Les outils textométriques appliqués au phénomène de la vernalisation dans le corpus des chansons de rap, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/382875/ff_b/.
  • Martina Sojáková, 2014, Empreintes anglo-américaines dans le rap québécois : le cas des anglicismes chez Sir Pathétik, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : http://is.muni.cz/th/361721/ff_m/.
  • Dana Ondrušková, 2014, Lexique de la drogue dans le corpus des chansons de rap : analyse sémantique en synchronie dynamique, Magisterská diplomová práce, Brno. En ligne : https://is.muni.cz/th/261200/ff_m/.
  • Barbora Švehlíková, 2014, Les outils textométriques appliqués au phénomène de la verlanisation dans le corpus des chansons de rap, Bakalářská diplomová práce, Brno. En ligne : https://is.muni.cz/th/382875/ff_b/.

Un exercice de traduction du français vers le tchèque à partir d'une chanson de Sniper
Un autre exercice de traduction, à partir d’une chanson de Sniper

Ces recherches en linguistiques sont aussi l’occasion d’exercices de traduction. Le français « non-standard » du rap en version tchèque. Illustration avec le premier couplet de la chanson « Hey Marianne » d’Al Peco, traduit par Klára Tesařová et Lucia Domsová…

Mluvíš o invazi ilegálů a imigrantů
Potřebovalas jenmaso na porážku a vědělas, kde ho hledat
Kam se poděly ty hory vojáků, naši předci?
A proto na tebe držkuju, když chceš, at’ vypadnem
Mám po krk makání pro Galii
Chci fachat jenna sebe, jo
A neskončit v base nebo jako fet’ák
Všechno jen to ne!
Hej Marianne, nechceš mi dohodit teplý mistečko šéfa ňáký firmy?
Mám diplomy a stejně sbirám čivaví hovna
Zapojuju se, ale musim se přetvařovat
Namočit tvy kalhotky, poskládat prádylko
Motám se od košt’ete ke kartáči, je vidět, na co tě povolali
Jen hory hnusný práce, na to jsem specialista
Ale lidí jako je Zidane nebo Thierry Henry nejsou tisíce
Ani takovejch jako Hamel Debouze, Amel Bent nebo Passi
Zatím se v klidu stresuju a i když vim že naivně, tak čekam na nějakou odměnu

  1. Dans le cadre de l’exposition franco-tchèque Migrations. Regards croisés Bretagne, Moravie du Sud organisée dans le cadre du 50e anniversaire du jumelage entre les villes de Brno et de Rennes. []
  2. Rubin Christophe, « Le texte de rap, une écriture de la voie », Actes du 22e Colloque d’Albi Langages et Significations : “L’oralité dans l’écrit… et réciproquement… ”, 2001. En ligne : http://old.recherche-action.fr//LinkedDocuments/rubin_voix.pdf. []
  3. Zegnani Sami, « Le rap comme activité scripturale : l’émergence d’un groupe illégitime de lettrés », Langage et société  n° 110, 2004, pp. 65-84. En ligne : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2004-4-page-65.htm. []
  4. Andrea Trsová, 2009, Slam, nouvelle poésie pour les jeunes : traduction et analyse des chansons de Grand Corps Malade, Bakalářská diplomová práce. En ligne : http://is.muni.cz/th/216753/ff_b/. []

2 réflexions sur « Le rap français ausculté en Tchéquie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.