Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Da Mayor,
Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya… et Sugarhill Gang. Et c’était un super truc pour danser – pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s’appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Le sampler Ensoniq EPS  cc Johnrpenner@en.wikipedia (merci à DJ Ralph 😉 )

Gwladys : Séb habitait au Parc Borély, et son père était directeur des espaces verts de Marseille. Donc pour nous, c’était : « Bon, on va le voir, mais on ne sait pas comment on va être accueilli, parce que c’est un petit bourge ». Mais Sébastien c’est une perle. On est allé vers lui par intérêt, parce que le mec avait accès à du matériel. Mais on s’est super bien entendu. Il dessinait, nous on était à fond dans la BD. On avait plein de points communs. A cette époque, on faisait de la musique électronique, mais on était plutôt proche de Dépêche Mode, on va dire, que de Sugarhill Gang. En fait je suis pas raciste en musique, et donc j’ai toujours écouté de tout. Et le jour où j’ai découvert le hip hop comme possibilité de

Le déclic s’est vraiment fait par un pote qui s’appelait Arnaud [Art No]. C’était un pote à Akhenaton et compagnie. Un jour, il me fait écouter un morceau d’IAM sur cassette2. À cette époque-là c’est en train d’émerger. Avant il fallait que tu aies un local pour faire du bruit, avec des machines, un batteur, un bassiste, un guitariste, etc. Il fallait faire des répétitions, que tout le monde soit à l’heure, etc. Et là d’un coup, avec le hip-hop, avec une machine, tu peux être autonome. Tu mets un casque, tu fais pas de bruit. Ça change complètement.

Art No, Soul Swing & Radikal, Rahim KD, IAM, et les parisiennes Saliha et Destinée en feat. sur « Fuit L.A.I. », inédit publié sur le maxi Tam tam de l’Afrique

Gwladys : Quand on s’est mis à écouter ça, je leur ai dit : « C’est ça que je veux faire ! Chanter, c’est bon… pfff… ». Rapper, ta voix compte, mais c’est pas l’essentiel. C’est celle avec laquelle tu parles. Alors que dans la voix chantée, ce que j’aime dans le chant, c’est Nina Simone, Ella Fitzgerald… Tu vois ? Faut travailler ta voix ! Moi ça fonctionnait pas, parce que je ne travaillais pas le chant. Quand le hip-hop est arrivé, je me suis dit : « Mais je n’ai pas besoin de monter dans les aigus ou quoi que ce soit ». Je pouvais m’exprimer dans ce truc, je le sentais.

Avec No Man’s Land, on a fait quelques petites scènes dont je ne me souviens plus vraiment. On était plutôt isolé. C’était surtout une période où on cherchait à accéder au matos. Et on s’est ouvert à d’autres groupes quand on a commencé à faire du hip-hop. Sébastien avait réussi à obtenir de son père et de la mairie de Marseille de quoi avoir son propre studio dans sa maison !  Et puis avec Jacques ils ont commencé à faire de la MAO dans un centre aéré, le centre Pélabon3, c’était presque un lieu pilote. Ils étaient là à demeure, du coup ils avaient un bureau et du matériel à leur disposition. C’est comme ça qu’on a commencé à enregistrer des groupes de rap, comme Uptown dont faisait partie Mourad [alias n°7]. Tout ça tenait beaucoup à Sébastien. Sa motivation, ses capacités d’organisation… C’est lui qui a aussi pas mal contribué à organiser le festival Da Mayor 92.

Sketch DA Mayor 92, ©Basto
Sketch DA Mayor 92, ©Basto

Gwladys : C’était un festival sur plusieurs jours qui a duré tout l’été. Le premier festival de hip-hop qu’il y a eu en France, je crois. On a fait une série de concerts dans les cités de Marseille. Le premier était au 143 rue Félix Pyat, après il y a eu La Bricarde, La Busserine… Et à la fin c’était au cours d’Estienne d’Orves. Il y avait déjà tout un truc qui se passait, la « movida marseillaise », avec Didier Urbain4, qui était proche de Sébastien Manya, et qui nous a permis d’avoir les autorisations. Et donc on s’est retrouvé sur le cours d’Estienne d’Orves, on a monté une scène, avec des ingénieurs du son qui ne prenaient pas du tout le rap au sérieux. Pour eux, ce n’était pas de la musique. Ils faisaient tous des groupes de rock et se disaient : « Mon dieu, comment je vais faire pour mixer un DAT…  » Bref. Et les restaurateurs qui se disaient : « Mais qu’est-ce qu’il se passe ! Comment on a autorisé un truc pareil ? Il va y avoir des émeutes ». Mais rien du tout, nickel, un super moment.

Sur scène, c’était les mêmes groupes à chaque concert, issus de chacune des cités : B.Vice, ABC, Fara Kahn… Rien que B.Vice, ils étaient tellement nombreux ! Mais la star du Da Mayor 92 c’était Marto. Grand comme ça, avec le micro, ça lui faisait la moitié du corps, et quand il arrivait, il faisait : « Jump ! Jump ! » Tout le monde se mettait à hurler, à sauter partout… Un malade !

Après ce festival, le groupe se sépare. Gwladys part vivre quelques temps au Mali, et Jackojack rejoint travailler R Vallée, où il rencontre Lionel Fornini avec qui ils posent les bases de ce qui deviendra la scène hip hop majeure des années 1990-2000 à Marseille : L’Affranchi. La première collaboration entre ce qui deviendra l’équipe DMI (Da Mayor Industrie / Division Marseillaise Indépendante) se joue à l’occasion d’un retour de Gwladys à Marseille : un clip, tourné en 1993.

La suite est à découvrir dans le livre de Julien Valnet, ainsi qu’un grand nombre d’autres « histoires et légendes du hip-hop marseillais». Rejoins par Lionel Fornini, Stéphane Mirabile, Ambo Manga et Sheeno, Da Mayor pendra de l’ampleur et inventera l’un des lieux emblématiques du hip hop dans les années 1990 : L’Affranchi.

  1. Extraits d’un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []
  2. Concept, maquette distribuée en 1989 et préfigurant l’album …De la planète Mars qui sortira deux ans plus tard. []
  3. Le centre d’animation Pélabon est toujours situé dans le quartier de Saint Jérôme, dans le 13e arrondissement de Marseille. []
  4. Rédacteur en chef de l’hebdomadaire culturel Taktik, l’une des sources utilisées par Julien Valnet pour écrire son histoire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.