L’analyse de réseaux au service de l’histoire des mondes sociaux

Le livre que j’ai publié à l’automne, consacré à l’histoire du rap en France laisse peu apparaître l’important travail d’analyse de réseaux qui a permis d’établir certains de ses résultats les plus significatifs. La place au sein d’un livre est limitée, le vocabulaire de l’analyse de réseaux est assez spécifique, et la représentation de graphes n’est pas évidente à intégrer – d’où ce sacrifice.

Pourtant, derrière l’affirmation de la naissance d’un « monde commun rap français » à partir du milieu des années 19901, comme derrière la description du rôle de labels indépendants comme Unik Records ou Jimmy Jay Productions2 se trouvent des analyses de réseaux, menées à partir de l’examen systématique des collaborations (featurings) publiées sur les albums de rappeurs francophones distribués en France.

A l’occasion du module « Analyse de réseaux » organisé cet été par Julie Pagis et Pierre Mercklé au sein de l’école thématique Quanti Lille, je suis intervenu pour présenter l’ensemble de ce volet de mes recherches – et entrer de façon un peu détaillée dans la « cuisine méthodologique » qui le sous-tend.

Trois publications détaillent les principaux résultats obtenus – mais la dernière est encore à paraître :

  • « Des raps en français au « rap français ». Une analyse structurale de l’émergence d’un monde social professionnel », Histoire & Mesure, 2009
  • « Artistes, professionnels, stars. L’histoire du rap français au prisme d’une analyse de réseaux », in L’art et la mesure. Histoire de l’art et méthodes quantitatives, B. Joyeux-Prunel et L. Sigalo Santos, 2010.
  • « Between social worlds and local scenes. Pattern of collaborations in francophone rap music », in Nick Crossley et Sihoban McAndrew, à paraître.

C’est notamment pour ce dernier article que j’ai tenté de constituer une discographie du rap francophone canadien, belge et suisse. Les premières analyses, notamment sur le plan des liens entre rap francophone de France et rap francophone du Canada, toujours menées exclusivement par le biais des collaborations sur les albums de ces artistes de 1990 à 2004, donnent des résultats intéressants.

francophone2
Un aperçu du réseau formé par les collaborations entre rappeurs francophones de 1990 à 2004

La préparation de cette présentation a aussi été l’occasion de rapprocher la notion de « passeurs entre fraction de la scène rap »3 de celle « d’animateur de la vie littéraire » développée notamment par Björn-Olav Dozo (2011).

La production d’un monde social (ou d’un champ) suppose un travail que tous les acteurs n’endossent pas de la même façon. Il peut ainsi apparaître des formes de division du travail de production d’un univers commun – de ses sites, de ses ressources, de sa culture… et de leur plus ou moins grande accessibilité. Certains se spécialisent dans de telles activités – dans le cas des univers musicaux ou littéraires, on peut évidemment pensé aux critiques, mais aussi plus généralement à tous ceux qui assurent l’existence des « canaux de communication » (Shibutani 1955) propre à l’un ou l’autre de ces univers. Mais c’est aussi une activité menée avec plus ou moins de zèle par d’autres protagonistes, ainsi porteurs de plusieurs casquettes, dont celle consistant à assurer le lien (la communication interne, le parrainage de nouveaux entrants, l’existence de lieux de rencontre, etc.) dans ces univers.

Björn-Olav Dozo, à partir du cadre théorique de la théorie des champs de Pierre Bourdieu, souligne ainsi :

Notre recherche a pu mettre au jour une soixantaine d’agents […] qui tous entretiennent un réseau de relations particulièrement étoffé. […] On peut légitimement soutenir l’hypothèse que ces animateurs de la vie littéraire sont les premiers producteurs du discours identitaire en littérature4.

C’est à notre sens grâce à ce type d’agents que se manifeste et se matérialise l’efficace de l’illusio spécifique partagée par les auteurs belges francophones, et donc que l’institution littéraire belge peut exister à côté des logiques du champ [littéraire] français5.

On pourrait en dire autant des mondes sociaux, conceptualisés à partir d’un autre cadre théorique (Shibutani 1955, Strauss 1992). L’analyse de réseaux apparaît comme une méthode particulièrement adéquate pour faire apparaître et mesurer ce type d’activité parfois insaisissable, car peu reconnue, a fortiori lorsqu’elle n’est qu’un composant secondaire d’un faisceau de tâches (Hughes 1996 : 71) plus large.

On trouvera un grand nombre d’éléments sur l’analyse de réseaux en sciences sociales sur le carnet Quanti. Pierre Mercklé et Julie Pagis y ont rassemblé les bibliographies et les diaporamas des intervenants du module analyse de réseaux. On y trouvera également un certains nombre de notes prises par les participants lors des exposés et ateliers.

Bibliographie indicative

  • Bottero Wendy, Crossley Nick, 2011, « Worlds, Fields and Networks: Becker, Bourdieu and the Structures of Social Relations », Cultural Sociology n°99, pp. 99-119.
  • Dozo Björn-Olav, 2010, La vie littéraire à la toise, Le Cri / CIEL-ULB-ULg.
  • Faust Katherine, « Comparing Social Networks: Size, Density, and Local Structure », Metodološki zvezki, v.3, n°2, 2006, p.185-216. (http://sociology.snu.ac.kr/jyyee/network/pdf/graphtheory/triad%20census%20faust.pdf)
  • Freeman Linton C., « Centrality in Social Networks: Conceptual clarification », SocialNetworks, n°1, 1979, p. 215-239. (http://moreno.ss.uci.edu/27.pdf)
  • Hughes Everett, 1996, Le regard sociologique,Ed. de l’EHESS.
  • Shibutani Tamotsu, 1955, « Reference Groups as Perspectives », American Journal of Sociology v.60 n°6, p.562-569.
  • Strauss Anselm, 1992, La trame de la négociation, L’Harmattan.

 

  1. K. Hammou, Une histoire du rap en France, La Découverte 2012, p.169 et suiv. []
  2. Ibid., p.143 et suiv. []
  3. K. Hammou, « Des raps en français au « rap français » », Histoire & Mesure 2009, §46. []
  4. B.-O. Dozo, La vie littéraire à la toise, Le Cri / CIEL-ULB-ULg, 2010, p.162-163. []
  5. Ibid., p.128. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.