En quête d’un âge d’or… révolu (patrimonalisation, 2e partie)

Il y a un mois, j’évoquais le classement des 100 classiques du rap français réalisé par le webzine l’Abcdrduson à partir d’une enquête à laquelle 700 internautes ont choisi de participer. Ce classement participe d’un travail de patrimonialisation plus large, mais se distingue notamment des hommages que les artistes opèrent dans leurs raps par le recours à des outils familiers aux sciences sociales.

Statistique et critique au service du patrimoine ?

Parmi les premières réactions au classement, on trouve cette question, immédiatement suivie de réaction, d’un internaute :

Quelqu’un se sent d’attaque a faire la moyenne des dates de sortie ? …Personne ? je le savais alors je l’ai fait :
La moyenne des dates de sortie est : 1998,29 (c’est pas vraiment une surprise) Les plus vieux “classiques” datent de 1991 et sont : “CAROLINE” de MC solaar et “LE MONDE DE DEMAIN” de NTM. Le “classique” le plus récent date de l’année dernière (2008) et c’est : “LE COMBAT CONTINUE PART 3” de Kery James. 23 Morceaux du top sont sorti en 1998, 17 en 1997 et 16 en 1995. (Younes #34)

Autrement dit, la discussion sur ce classement emprunte rapidement aux outils des sciences sociales, en particulier la statistique, mais aussi à leur critique (interne) :

La moyenne est biaisée par les valeurs extrêmes type 2008, faut calculer la médiane là (Kiko #37)

Sanji propose une conclusion : « C’est bon, on a la preuve empirique que 1998 était la meilleure année du rap français (23% du top) » (#40) – ce à quoi Skam répond immédiatement  : « Donc d’après ton tableau , 70% des membres de l’abcdr sont nés entre 1979 et 1981 , vous confirmez  ? » (#41)

La critique vise juste, en ce qu’elle décale le regard des résultats du vote à la sélection des votants. Elle propose une critique externe du classement. Mais avant de suivre cette direction, reprenons la proposition de Sanji : travailler le classement non pas dans la direction d’un commentaire d’amateur éclairé, comme la rédaction de l’Abcdrduson, mais dans celle d’une mise en forme statistique permettant de décrire la répartition, en pourcentage, des « classiques » en fonction de l’année de publication.

L’Abcdrduson en 2009 & The Source en 2004

classiques abcdrLe calcul est plutôt simple – l’Abcdr ayant proposé de définir les 100 « classiques », la répartition des titres au cours du temps ne demande aucun calcul supplémentaire pour être aisément interprétable en pourcentages. S’opposent ainsi une année 1998 où 23 « classiques » ont été retenus (donc… 23% des chansons du classement), à des années comme 1992 ou 2007 au cours desquelles il n’y en a aucun.

Alors, 1998, « meilleure année du rap français », selon la formule de Sanji ? Ou simplement année où le plus de raps ont été publiés, offrant mécaniquement un vivier plus important où puiser des « classiques » ? Car si l’on pondère ces chiffres par le nombre de chansons publiées sur des albums de rap français distribué nationalement, comme approximation de l’évolution de la production artistique du rap français, on est amené à douter du jugement proposé sur l’année 1998.  En 1991, seule une cinquantaine de rap en frnaçais ont été publiés sur album. En 1995, environ 200, soit 4 fois plus. En 1998, près de 500. Les 23 « classiques » de 1998 émergent donc d’une production plus de deux fois supérieures à celle d’où ont émergé les 16 « classiques » de 1995.

The Source France 2004 (sept.) p.72En produisant ce classement, le webzine l’Abcdrduson reprend une tradition portée avant lui par la presse spécialisée. L’idée de déterminer les classiques, éventuellement par un sondage, a connu plusieurs antécédent dans les colonnes de magazines tels que Groove, L’Affiche ou The Source. L’un des classements de ce dernier magazine, scanné par Tim Boot sur le forum du site Rap2k.com (#34, #89 – merci à lui !), permet une comparaison intéressante.

Reprenons le raisonnement rapportant, pour chaque année, le nombre de « classiques » réalisés au nombre de rap différents publiés sur album. On peut ainsi comparer les années les plus « heureuses » selon le classement de l’Abcdr et selon celui de The Source.

Quel passé valoriser ?

Parce que le classement de The Source comprend plus de titres que celui de l’Abcdr (151 classiques contre 100), il tend à proposer un visage plus optimiste de la production rap de chaque année. En moyenne, le classement de l’Abcdr retient comme « classique» moins de 2% des chansons publiées chaque année. Au contraire, le classement de The Source retient presque 3,5% de titres. Il faut donc proportionner les variations annuelles à ce taux de sélection différent. Par ailleurs, l’Abcdrduson propose un classement fin 2009, alors que l’article de The Source a été publié en 2004. On ne peut donc comparer les deux classements que sur la période commune : 1990-2003.

taux de classiques

Dans ce graphe, les similitudes entre les deux classements sont aussi intéressantes que les contrastes. Côté similitudes, d’abord : l’Abcdrduson comme The Source distingue deux périodes fastes, le tout début des années 1990, et la deuxième moitié des années 1990. Au contraire, la période postérieure à l’année 2000 est peu valorisée. Peu de « classiques » en chiffres absolus, encore moins en chiffres relatifs, lorsqu’on rapporte ces rares classiques à une production de raps chaque année plus importante.

Cette forme de consensus n’empêche pas les classements de se différencier sur deux plans principaux. D’abord, la hiérarchie entre les deux périodes fastes. Si sur l’Abcdrduson, c’est la deuxième moitié des années 1990 qui fait office « d’âge d’or », et plus particulièrement les années 1995 et 1997, The Source valorise plutôt les années 1990-1991. Ensuite, sur les bornes chronologiques précises de la deuxième «  période dorée ». Le classement de l’Abcdrduson la définit de 1995 à 1998, celui de The Source de 1994 à 1997.

Si le top 100 de l’Abcdrduson promeut l’idée d’une époque singulière entre toute, 1995-1998, le top 151 de The Source propose une histoire des « classiques du rap » moins inattendue dans laquelle, à quelques incidents près, les années les plus anciennes sont aussi les plus denses en « classiques ».

Que faire de cette critique interne, qui permet de préciser quelques traits saillants du classement de l’Abcdr (parmi un grand nombre d’autres, souvent relevés par les internautes) ? Une conclusion en forme de verdict sur le génie d’une époque ou d’une génération, si l’on est amateur. Et peut-être plutôt jouer d’un effet de miroir si l’on se positionne en chercheur, ou si l’on a une sensibilité plus relativiste. Passer des 100 « classiques » aux 700 « critiques ».

On s’essaiera à l’exercice dans un troisième billet.

En attendant, voici le clip d’un classique autoproclamé (« dès qu’j’rentre dans la cabine / ça sent l’classique » rappe Kery James…), affirmation validée par les votants de l’Abcdrduson qui placent le morceau à la 62e position du classement.


21 réflexions sur « En quête d’un âge d’or… révolu (patrimonalisation, 2e partie) »

  1. Je pense que s’il y a autant de classiques dans les années 90, c’est évidemment parce qu’un classique se doit de murir, prendre le temps de se roder. Pour la période 95/98, c’est parce que c’est là que le rap français a vraiment pris une identité, Time Bomb montait, 45 qui se fonde… Tout ca me parait normal!

    1. Merci pour le commentaire 🙂
      Oui, au premier coup d’œil, l’hypothèse du classique qui « doit mûrir » est séduisante. Mais ni les votants de l’Abcdr ni la rédaction de The Source ne se sont interdit de citer des « classiques » parmi les titres publiés moins de deux ans plus tôt. Sur Time Bomb & 45 Scientific, dans le classement de l’Abcdrduson, ces deux collectifs / labels ont indéniablement les faveurs des votants. Mais chez The Source, ils sont moins mis en avant, tandis que des groupes comme Ministère AMER ou 113 (totalement absent du top de l’Abcdr) sont beaucoup plus présents. Il y a donc une part « d’évidence » indéniable, et aussi quelques divergences de fonds sur les œuvres majeures du rap français…
      J’essaierai d’ailleurs de compter le nombre de « classiques » communs, côté artistes, côté albums et côté raps, entre les classements de l’Abcdrduson et de The Source.

  2. 98 c’est aussi l’année ou la France a gagné la coupe du monde.
    Black, blanc, beur… Peace unity love and havin fun…

    1. Effectivement, ça serait tout simplement idéal 🙂
      J’avais commencé à produire quelques chiffres en affectant une valeur d’autant plus forte aux titres classés qu’ils sont haut dans le classement, et puis j’ai réalisé qu’il me manquait une info centrale pour faire les choses proprement : le nombre de votes. En d’autres termes, n’ayant pas l’info, ma démarche était totalement artificielle, ni plus ni moins que de ne pas pondérer les titres du tout. Comme The Source de son côté ne pondère pas du tout (le classement est chronologique)… Mais si je pouvais pondérer le classement par les votes, voire intégrer les “hors classements” en vertu d’une frontière magique (le 100e) qui n’est pas pertinente pour l’usage que j’en fais dans ces billets, ça serait plus juste (et très intéressant).

    1. Effectivement… au sens où les classements ont toujours pour effet de produire des normes (en l’occurrence esthétiques).
      Merci pour la réaction !

  3. En fait, je crois pas qu’avoir les seuls votes te permettrait de corriger tous les biais. L’idéal serait je pense de pouvoir calculer un “nombre moyen de points” (selon les places dans les classements) pour les morceaux de chaque année. Il faudrait rééplucher tous les bulletins, additionner les points par année (ce qui impliquerait de faire figurer une année pour chaque morceau cité) et diviser par les nombres de morceaux que tu as mentionnés. Autant dire que c’est un travail titanesque 🙂 A minima, avec le nombre de votes et le nombre de “points” pour les 100 et quelques premiers morceaux, tu pourrais faire la majeure partie de ce travail. Pour ce qui est des dénominateurs, tu te bases sur quelles sources ?

    1. Le dénominateur n’est qu’approximatif, puisqu’il ne tient compte que d’une partie de la production de rap français : les titres présents sur un album distribué nationalement. C’est dans le cadre de ma thèse que j’ai entrepris cette recension, avant de travailler notamment sur les types de refrain présents sur chaque rap. J’avais recenser environ 400 albums de 1990 à 2004, soit 5000 à 6000 titres de raps. J’avais aussi pas mal bosser sur les featurings, à partir de cette base. Le dénominateur n’inclut donc ni les maxis, ni les compilations, ni les mini albums, a fortiori pas les mixtapes ni les face B de single.
      Quant au travail titanesque… c’est toujours un plaisir lorsqu’il y a de beaux résultats au bout 😉

  4. Bravo et merci pour cette analyse. Honnêtement, on avait pas vraiment d’ambition “historienne” en faisant ce Top 100, mais c’est vraiment cool de voir qu’il a pu susciter une réflexion comme la tienne. C’est d’ailleurs dommage qu’il n’y pas eu autant de votants au départ que de réactions à l’arrivée, ça aurait sans doute donné une photographie plus précise du genre.

    1. Merci 🙂
      Je rebondis sur le nombre de votants : à ma connaissance, c’est une prouesse d’avoir obtenu 700 votes via une démarche qui étaient quand même assez exigeante (écrire une liste de 20 chansons…). Pour l’anecdote, la sociologue Stéphanie Molinéro, qui vient de publier un livre sur Les publics du rap, avait tenté une enquête via Internet qui s’était soldée par la récolte de… 25 questionnaires (évidemment, elle a utilisé beaucoup d’autres méthodes aussi, dont l’entretien et des questionnaires à la sortie de concerts). Les questionnaires étaient probablement plus exigeants encore que les votes, et c’était il y a plusieurs années maintenant, donc avec un usage d’Internet moins systématique. D’ailleurs, faudrait rapprocher ses analyses de ce que laisse déduire le choix des votants du top 100 !

  5. Hello,
    C’est passionnant, & le classement & l’analyse
    Je me risque cependant à un petit décalage (“surplombant”): tout cela est-il bien étonnant? ou cela ne confirme-t-il pas ce vaste mouvement d’un “c’était mieux avant”? (ce n’est pas une façon de dire: les statistiques doivent montrer l’inverse du “sens commun”, je ne le pense pas une seconde, c’est juste pour susciter votre réflexion – je n’ai évidemment pas “la” réponse)
    Dans le même ordre d’idées, j’ai toujours été fasciné par les rappeurs qui disaient: “non, je n’écoute aucun de mes confrères, au mieux j’écoute du rap US”. Comment est-ce possible?
    Je ne sais pas si je suis clair
    AP

    1. Salut AP, merci du message. Oui, le refrain du céthémieux à vent, comme on avait coutume de dire sur un jeu en ligne auquel j’ai consacré quelques centaines d’heures il y a quelques années. Mais non seulement la rédaction de The Source et les votants de l’Abcdrduson n’ont pas le même point de vue sur « l’avant » en question, mais on trouverait d’autres personnes, produisant un travail critique, qui proposerait une image radicalement différente (qu’on la juge fidèle ou non à la réalité, c’est un autre problème). Exemple : Olivier Cachin, dans son livre sur les « 100 albums indispensables », publiés en 2006, mélange rap français et rap américain. En matière de rap français, il mentionne 27 disques. 7 ont été publiés après 2002, soit presque 20% : Sniper et Gravé dans la roche, MC Jean Gab’1 et Ma vie, Diam’s et Brut de femme, Keny Arkana et Entre ciment et belle étoile, Kool Shen et Dernier round font partie de ses 27 « indispensables ».

      En fait, ce qui m’intéresserait, c’est de trouver une explication sociologique plausible à ce céthémieux à vent que l’on trouve dans un grand nombre de communautés de goût et de pratique. Formulé comme ça, le problème commence à prendre forme (seulement à titre d’hypothèse) : quelque chose comme un processus de vieillissement tout à la fois des personnes engagées dans la pratique, et des structures collectives qui soutiennent la pratique. Un processus à l’intersection de changements démographiques dans la pratique (quelque chose comme la masse des amateurs déçus, qui sont souvent aussi de (plus) vieux amateurs vs. celle des nouveaux amateurs) et d’une institutionnalisation (qui est aussi synonyme de conquête de « places fortes » ou réputées telles, avec le sentiment de conquête symbolique qui peut lui être associée).
      Je ne sais pas non plus si je suis clair 😀

  6. La “déception” génération(un N ou deux N ?)nelle (>>la masse des amateurs déçus ) au sens de ton hypothèse, est elle une déception “esthétique” ?

    1. Je dirais “forcément au moins esthétique”, sans préjuger de ce qui entre dans l’appréciation esthétique. Mais le mot déception lui-même est peut-être mal choisi, on peut apprécier les chansons d’une période ou d’une autre sans être à proprement parler déçu, d’autant que l’enregistrement tend à rendre présent les enregistrements passés.

  7. Salut
    Je réagis en vrac sur ce qui a été dit, c’est super interessant.
    Pour moi, le céthémieux à vent comme tu l’appelle est bel est bien un phénomène social, psychosocial (comme tu veux), plus qu’un phènomène propre au rap francais et qui je pense peut être systèmatisé.
    Je m’explique: le rap et ceux qui l’ont vécu, dans les années 90 (voir 80 pour les plus anciens) n’était pas qu’une simple musique, c’était un réel mouvement une culture (avec tous les attributs sociologique que cela confère).
    Le rap était toujours relié à la culture qui l’englobait à savoir la culture hip hop (je préfère parler de mouvement à propos du hip hop mais c’est un autre débat.
    Aujourd’hui, lorsqu’on parle de culture hip hop, on parle, évidemment, de l’époque.
    Et ce mouvement, il avait la force entrainante qu’ont tout les mouvement social et/ou culturel (j’ai du mal avec les termes), avec les caractéristiques principales : underground, antisystème/marginalité, créativité artistique, et bien sure emmulation collective croissante mais minoritaire par rapport à la société. Et c’est parce qu’elle est minoritaire qu’elle marche. C’est bien la démocratisation du rap, l’école du micro d’argent, skyrock ou La haine (je caricature) qui ont dans un même temps tué et diffusé la culture hip hop.
    Même si cette évolution était heureuse logique et irrémediable.
    En gros je compare le mouvement hip hop à ce qu’on été à leur époque le mouvement hippi, le punk ou encore le jazz.
    Tous ces mouvements ont été underground à la base ont murri, se sont démocratisé puis ont vieilli. La musique survit au temps mais la culture dans laquelle elle baignait, le mouvement est, je pense voué à s’etteindre. Il en renaitra un autre.
    Bon c’est une analyse un peu faite comme ca, sur le kif mais c’est un peu en réponse à ce que disait Hammou, je cite:

    En fait, ce qui m’intéresserait, c’est de trouver une explication sociologique plausible à ce céthémieux à vent que l’on trouve dans un grand nombre de communautés de goût et de pratique.\n
    Mais de toute manière je suis persuadé que ce n’est pas la qualité intrinsèque des morceaux qui a été jugé, ou qu’en tout cas ce jugement est intimement lié à l’époque à laquelle le titre ou l’album est sorti.

    Ce classement c’est le classement de la nostalgie…

    Boach

    1. La comparaison avec le punk, le jazz ou d’autres courants musicaux serait effectivement intéressante à pousser plus loin. Après tout, il existe de bons travaux sur ces musiques, donc matière à travailler.

    1. Il a été publié dans The Source en septembre 2004. Des scans des pages en question avaient été diffusées sur le net il y a quelques années, mais je n’en retrouve pas trace. J’avais fait un relevé de ce qui est plus une sélection qu’un classement – les morceaux sont présentés par ordre antéchronologique.
      Voici la liste :

      1984 : Dee Nasty – Metro scratching

      1990 : Assassin – la formule secrete, EJM – element dangereux, Mc Solaar – bouge de la, NTM – LE monde de demain

      1991 : Assassin – Note mon nom sur ta liste, IAM – Planete Mars, IAM – Tam Tam de l’Afrique, Mc Solaar – Caroline, Mc Solaar – Quartier Nord, Ministere Amer – Traitre, NTM – Authentik , NTM – C’est clair, NTM/Rockin’squat/MR3/Zeedya – Freestyle

      1992 : B.Love – Lucy, Little Mc’s – Les vrais, Ministere Amer – Brigitte femme de flics

      1993 : Guru / MC Solaar – Le bien le mal, IAM – L’Aimant, IAM – Sachet blanc, Moda & Dan – Moda et Dan sennuient, NTM – J’appuie sur la gachette, NTM – Police , Sléo – Histoire d’A

      1994 : Daddy lord c : Les jaloux, IAM – Je danse le mia, IAM – Reste underground, Mc Solaar – La concubine de l’hémoglobine, Minister Amer – Les rates aiment les lascars , Ministere Amer – Court plus vite que les balles, Ministere Amer : Un été a la cité , Sté – Né gangsta, Sté – Track cheul

      1995 : Assassin – L’etat assassine, Assassin / Ekoué / Sté / La Squadra… – L’underground s’exprime, Busta flex – Style gratuit, Daddy Lord C – Freaky flow, Democratie D/Mickey Mosman – Le crime, Expression direct – dealer pour survivre, Expression direkt – Mon esprit part en couilles, Fabe – Sa fait partie de mon passé , IAM/Daddy Nuttea – La 25eme images, La cliqua – tué dans la rue, La cliqua/Lion S – Conçu pour durer, La squadra – Requiem, Les 3 coups – Check la devise, Lone/Busta – Je represente, Ministere AMER – Sacrifice de poulet, NTM – La fievre, NTM – Tout n’est pas si facile , Raggasonic/NTM – Aiguisé comme une lame, Rocca – Sarbacanne, Sages poetes – Amoureux d’une enigme, Sages poetes – Qu’est-ce qui fait marché les sages ?, Sages poetes – Tout le monde dans la ronde, Timides et sans complexes – Le feu dans le ghetto, Tout simplement noir – A propos de tass

      1996 : 2bal – que faire ?, 2bal/2neg – La mague du tiroir, 2bal/2neg/Mr R/Rocca/Vensty – Labyrinthe, Afro Jazz – Afro Jazz, AKH/FF -Bads boys de marseille 2, Arsenik – Balltrap, Busta flex – Kicke avec mes nikes, D.abuz system – ça se passe, Diable Rouge / Kassim / Kamal / X-men… – Time bomb explose, Different Teep – La route est longue, Idéal J – Attaque contre attaque, Idéal J – Cash Remix, Idéal J – Le ghetto français, Idéal J/113 Clan – Showbizness, La brigade/Lunatic – 16 rimes, La rumeur – bléssé dans mon ego, Lunatic – Le crime paie, Mafia underground – Fuis le lauss, Mafia underground – Pas de doute, Weedy & LET.I.N/Abuz MC – Il boit pas il fume pas mais il cause, Weedy & LET.I.N/Delta – Arrete ou ma mere va tirer, XMEN – J’attaque du MIC, XMEN – Pendez les, Bandez les, descendez les

      1997 : ATK/Zoxea – Attaque a mic armé , Beat de boul – dans la sono, Busta Flex – Le zedou, Casey – La parole est mienne, Cercle rouge – 11 30 contre les lois racistes, Different teep/113 clan – Squatte le MIC, Doc Gyneco – Nirvana, Doc Gynéco – Vanessa, East/IAM – Les experts, Fabe – des durs des boss des donbis, Fabe – Lettre au président, Fabe/Koma/Ekoué – Une epoque de fou, Faf La Rage – Le fainéants, FF – Cherche pas a comprendre, FF – Sans remission, IAM – Demain c’est loin, IAM – Petit Frere , Kabal – fou à nier, L’Skadrille – Le reve, La squadra – Là d’où l’on vient, Laidy Laistee – L’impact net, Lunatic – Les vrais le savent, NAP – Je viens des quartiers, Oxmo – Mama Lova, Oxmo/Booba – Pucc’fiction, Passi – Le maton me guette , Passi – Les flammes du mal, Rocca – Jeunes de l’univers, Rocca – Le Hip Hop mon royaume, XMEN – Retour aux pyramides

      1998 : 113/Doudou masta – truc de fou, Aktivist – On est d’accord, Arsenik – Jboxe avec les mots, Busta flex – Jfais mon job a plein temps, Idéal J – hardcore, Idéal J – Une poignée de dollars, Idéal J/Rohff/Demon One – L’amour , Koma – Loins des reves , Mafia trece – Rencontre du 13type, NTM – Ma Benz, NTM – Seine St Denis Style, NTM/Psykopat – Pass Pass le oinj , Oxmo/Lino – La loi du point final, Rohff – Appelle moi Rohff, Sages poetes – Je rappe pour les mino(rités), Sentenza / FF / 3e oeil… – Le retour du shit squad

      1999 : 113 – Ouai gros, 113 – Princes de la villes, 113 – Tonton du Bled, 113/Demon One – Hold Up , Disiz – Jpete les plombs, For My People – 4 my people, Karlito/AP – Kiffe kiffe mec, Manu Keys/113 – Nettoyage, Puzzle – Pousse ça à fond , Rohff – Génération sacrifié, Rohff/Mystik/Pi/Ben J – On fait des choses , Saian Supa Crew – La preuve par 3

      2000 : Assassin/Supernatural – Undaground connexion PT 2, Fabe – L’impertinent, KDD – QUi tu es ?, La caution – Les rues electriques, Lunatic – La lettre

      2001 : Kery James – 2 issues , Triptik – Panam

      2002 : BooBa – Inédit, BooBa – Jusqu’ici tout va bien, BooBa – Repose en paix, Triptik/Blahzay – Dat Shit

      2003 : Diam’s – Mon Repertoire, Mc Jean Gab’1 – J’T’Emmerde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.