Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch



Citer ce billet
Karim Hammou (2011, 20 septembre). Danser à Paris dans les années 1970-80. Sur un son rap. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umml

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

Vous aimerez aussi...

881 réponses

  1. Agathe dit :

    Génial, toute cette documentation ! Merci Karim ! Je rentrai gratuitement en tant que fille, à partir de 15 ans, j’y allai seule. J’y allais oublier mes soucis de famille en dansant à fond sur du funk !! C’est là que j’ai appris à danser. Mes lieux préférés , où se trouvaient de vrais danseurs (spéciale dédicace à Sylvestre, un danseur antillais) : le Rayon vert, la Main bleue, l’Emeraude où j’ai appris à danser en couple, plus tard sur de la musique africaine au Tango, rue au Maire , le Rex club, puis au Moloko, au Shéhérazade.

  2. Fred dit :

    Le rock n roll circus est devenu le rose bonbon qui est devenu l’observatoire au début des années 80

  3. CUKIER MICHELE dit :

    Bonsoir,

    Quel plaisir de lire tous ces commentaires sur les discothèques des années 67 à 80 ! J’ai eu différents groupes d’amis pendant ces périodes et comme je sortais beaucoup j’ai connu de nombreuses boites. Je me suis aussi habillée avec des vestes Jean Raymond, Westons etc…. Mais lorsque nous prenions le premier métro pour rentrer, il fallait faire attention de ne pas se faire dépouiller ! J’ai fréquenté le Tabou, le Roméo, Le Riverside, La Tour De Nesle, Le Touquet, Le Kilt, Le Club Ecossais, Le Pierre Charon, Le Gibus, Le Memphis, La Casita, La Poterne, Le Navy et surtout Le Cardinal rue du Cardinal Lemoine ! Sans compter les boites où nous allions peu souvent comme Le Pacha, L’Ascienda, ou Le Jackson etc…. Mais la boite qui m’a marquée est une boite située à Port Royal en 1967 où nous allions avec des copains de Cachan et d’Antony l’après-midi et qui s’appelait le Royal Pop Club ou bien le ROYAL Pub Club et qui était tenue par un copain : Jean-Louis. Est-ce que quelqu’un connait cette boite ? En tous cas, j’ai passé un moment très sympa à me souvenir de toutes ces sorties et surtout de toutes ces musiques Otis, James Brown, Marvin, Curtis et les autres.

  4. Taché dit :

    Addison square garden était collé au Méridien de Montparnasse. Meilleurs funks des années 70 avec des « soirées » l’après midi pour les mineurs. Meilleurs souvenirs 😉

  5. Sami dit :

    Qui a connu la Grange aux belles dans années , 79 , 80 , 81 , 82 . Les Dimanche après midi ce se trouvé metro Colonel Fabien , le gérant présenté à la télé l’émission Mosaïque sur la 3 si des personnes on connu partager avec plaisir des moments merveilleux biz , Sami .

  6. Patrick Muller dit :

    Salut moi je suis Patrick
    Je m’étonne que personne ne parle du Boeuf sur le toit, rue du colisee, a deux pas du Touquet, discothèque avec trois salles.
    J’y aie passé de magnifiques week-end, il y avait de très nombreux habitués et j’y avais de beaucoup de copines et copains, je me souviens d’une excellente ambiance et de temps temps petit passage à la Wesphalie une taverne qui se trouvait à deux pas, avenue Franklin Roosevelt

  7. LACOUX dit :

    Bonjour a tous ces danseurs (ses)j’ai connu pas mal de discothèques dans les années 1963 à 1968 et surtout un adepte du club écossais j’avais 18 ans en 1964 sur la piste johnny était là pour nous apprendre les dernières danses. J’ai retrouvé quelques copains de l’époque. Étant pied noir au début nous étions une sacrée équipe et nous ne savions pas ou aller. C’était tout au début salle wagram,châlet du lac ou mon bof jouait du saxo il y avait 2 orchestres, le rêve,la casita, le richer avant d’y aller on prenait un casse croûte tunisien chez Douieb club charron ,club des champs . Puis dans les années 1965/66 au Ifi club qui a brûlé puis le Pacha club et j’en passe . Maintenant à 76 ans je danse toujours mais établi en espagne sur alicante. Trop bien cette rubrique continuez pour nous refaire vivre tous ces bons moments de la vie. Bonne continuation .

  8. François dit :

    Bonjour qui a connu la discothèque les quatre temps à Paris dans les années 85.

  9. derka dit :

    bonjour a tous des années inoubliable

  10. RENE dit :

    74/94.J’ai passé ma jeunesse à la Mendigotte sur les quais. Si qq a des nouvelles d’Alain le DJ contactez-moi sur mon émail qui s’affiche sous mon prénom. Merci.

  11. Boggio andree dit :

    Bonjour à tous
    Nous étions 2 copines ( brunes) Nina et Samia
    Années 80/84
    Clubs écossais 1 rue jean mermoz Paris
    Dommage discothèque fermée

    Bons souvenirs……
    Bisous à tous

    Maintenant soixantaine

  12. Tali dit :

    Bonjour,
    Quelqu’un connaîtrait par hasard l’adresse exacte de l’ancienne discothèque le poney club, métro Grands Boulevards ?
    Merci d’avance

  13. Michael dit :

    Bonjour qui se souvient du wisky à gogo rue de seine à saint germain Anne 1975 et 76

  14. Tine dit :

    Alors pour les années 80, rive droite il y avait aussi La Java 105 rue du Fbg du Temple (soirées du jeudi je crois), la Nouvelle Eve à Pigalle, soirées branchouilles aussi un jour par semaine (ou mois?), le Sheherazade (ou Ardisson tournait ses émissions, une boîte le reste du temps). Au Bataclan les Domingos, thés dansants du dimanche. Le Privilège au sous-sol du Palace (pour les VIP). Merci pour ces souvenirs de jeunesse!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search