Rapports sociaux : quelques notes

Puisque l’une des principales rubriques de ce carnet de recherche brandit cet intitulé, il me semble utile d’apporter quelques éclaircissements – provisoires – sur ce que l’on entend communément par «­ rapports sociaux ».

De quoi s’agit-il ? De quelque chose d’autre que de « simples » relations sociales, soulignent nombre de sociologues contemporains.

Savants comme profanes amalgament trop souvent deux niveaux de réalité, celui des relations sociales et celui des rapports sociaux. Les relations sociales sont immanentes aux individus concrets entre lesquels elles apparaissent. Les rapports sociaux, eux, sont abstraits et opposent des groupes sociaux autour d’un enjeu.1

On est ici au cœur d’un postulat sociologique : le social ne se résume pas aux transactions locales engageant des individus abstraits et interchangeables, ou irréductiblement singuliers. Intervient également une détermination collective qui fait que tel individu est situé dans un ensemble social donné – homme ou femme plutôt que l’inverse, ouvrier ou patron, Blanc ou Noir, etc.

Parler de rapports sociaux de sexe, de classe ou de race, ce n’est donc pas considérer qu’il existe des hommes et des femmes en vertu d’une différence d’organes génitaux, des ouvriers et des patrons selon que l’on est laborieux ou entreprenant, des Blancs et des Noirs en fonction d’une couleur de peau. C’est considérer que ces dichotomies sont la conséquence (et non l’origine) de situations asymétriques, situations engageant le plus souvent la production et le partage des richesses. La notion de rapport social conduit à soulever le problème de l’exploitation et, au-delà, de l’oppression et de l’aliénation.

Il semble […] utile de distinguer deux « niveaux » dans la structuration et l’organisation sociales des différenciations ethniques. Celui que nous proposons de nommer « rapports sociaux interethniques » est sans doute le plus abstrait, mais aussi le plus efficient à l’échelle macrosociale. […]

Appréhendés à ce niveau, l’ethnicité, comme le racisme, sont des principes contraignants. Ils déterminent des places et des chances et imposent des « communautés de destin » telles que, par elles-mêmes, elles produisent des solidarités et des rivalités définies comme « ethniques » ou « raciales ». Le niveau des « relations sociales interethniques » est plus concret. Il suppose le contact, la coexistence, et est par conséquent plus soumis aux conjonctures temporelles et aux configurations locales. […]

Leur influence sur l’ordre des rapports interethniques est ainsi ambiguë. Prises dans la contingence des situations et des évènements, les relations sociales interethniques peinent à le subvertir ; mais elles l’influencent aussi et, sur le long terme, elles le modifient.2

Lorsqu’il est question de rapports sociaux, certains insistent plutôt sur leur composante idéelle (l’opération de catégorisation elle-même, consistant à dire : je / tu / il / elle est différent-e), d’autres sur leur dimension matérielle (l’inégale condition qu’un rapport social aménage aux uns et aux autres) même si, en théorie, la plupart des auteurs en appellent à tenir ensemble ces « deux faces d’une même médaille ».

Si nombreux sont les auteurs contemporains qui mobilisent la distinction rapports sociaux / relations sociales, plus rares sont ceux qui développent la distinction de façon approfondie. C’est notamment le cas de Michel Arliaud, décédé il y a peu, et dont les cours ont été publiés l’année passée avec l’aide de ses collègues de l’université d’Aix :

Les analyses en termes de rapports sociaux lient le système culturel et l’organisation sociale à des rapports sociaux historiques. […] En parlant de rapports sociaux, on va parler d’acteurs non pas individuels mais d’acteurs collectifs qui s’opposent, ou qui sont en rapport entre eux, car il n’est pas possible de comprendre un individu ou un groupe si l’on ne le rapporte pas à l’espace de jeux et aux rapports dans lequel il s’inscrit. Un rapport social est à distinguer d’une relation sociale – ou d’une interaction sociale – de plusieurs points de vue. […]

  • Le rapport social est d’ordre théorique tandis que la relation ou l’interaction sont d’ordre empirique […].
  • Les rapports sociaux saisissent un certain degré de généralité du caractère énoncé, ce qui n’est pas forcément le cas d’une relation sociale donnée […].
  • Une troisième propriété distinctive entre relations et rapports sociaux est la stabilité relative des uns et l’instabilité ou l’évanescence des autres.3

Mais pour approfondir la notion de rapport social, on ne peut faire l’économie d’un retour sur l’histoire de ce concept, chez Marx notamment, mais également chez des penseurs qui le précèdent, tels que Louis de Bonald, Saint-Simon ou Guizot4.

On trouvera peut-être ces dichotomies caricaturales (encore que, de façon inégale) : ne peut-on pas être autre chose que homme OU femme ? ouvrier OU patron ? Blanc OU Noir ? Si, bien entendu, mais cela ne remet pas en cause la pertinence d’une analyse en termes de rapports sociaux (de sexe, de classe, de race). Les personnes qui échappent (ou prétendent échapper) à ces catégorisations dichotomiques se heurtent à un travail collectif de catégorisation avec lequel elles sont obligées de composer.

Mais les personnes peuvent-elles vraiment être réduites à l’une ou l’autre de ces catégories ? Est-on jamais seulement homme (ou femme),  seulement patron (ou ouvrier), seulement Blanc (ou Noir) ? Non, et on rencontre alors deux questions. La première est celle de la composition singulière de ces déterminants : Qu’est-ce qu’être femme, patron et Noire ? Qu’est-ce qu’être homme, ouvrier et Blanc ? La seconde question est celle du caractère clos de la liste, réduite ici à trois axes : sexe, classe, race. L’âge n’est-il d’aucun poids ? L’orientation sexuelle est-elle quantité négligeable ? Quelle place accorder à la ligne de partage opposant « aliénés » et « sains d’esprit » ?

Ces questions parmi d’autres, mais aussi les nuances que l’on devine entre les conceptions d’Arliaud, Kergoat et De Rudder permettent de rappeler que le concept de rapport social est un outil intellectuel à travailler. Un projet que, parmi d’autres, le sociologue Michel Freyssenet a pris à bras le corps sur un site particulièrement riche consacré à la question.

  1. Danièle Kergoat, « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Puf 2009, p.115 []
  2. Véronique De Rudder, Christian Poiret, François Vourc’h, L’inégalité raciste. L’universalité républicaines à l’épreuve, Puf  2000, p.38-39 []
  3. Michel Arliaud, Pour une sociologie des rapports sociaux, La dispute 2009, p.118-120 []
  4. voir l’intéressant mais difficile article de Pierre Macherey, « Aux sources des « rapports sociaux » », Genèses n°9, oct. 1992 []

2 réflexions sur « Rapports sociaux : quelques notes »

  1. Salut Karim!

    D’abord, merci pour les bons petits sons, et en particulier cette petite provocation à nos chères institutions..

    Sinon, l’objet de cette réaction est cette distinction entre rapports sociaux et relations sociales. Une question me taraude : les auteurs cités insistent sur cette dichotomie certes complémentaire mais non moins totale entre d’une part des “déterminations collectives” abstraites, et des relations concrètes d’autre part. En suivant cette idée, il semble logique d’affirmer que ces déterminations agissent sur les relations sociales développées par les personnes ou les groupes mis en cause dans ces rapports sociaux, en l’occurrence aliénants.
    Or, on ne sait rien des vecteurs de ces rapports sociaux. Alors que cette position affirme le lien entre abstrait et concret, pour schématiser (les deux faces de la médaille), elle laisse dans l’ombre le moment du passage entre les deux. As-tu donc une proposition ? Obsédé par le traçage de réseaux, j’ai quelques réticences vis-à-vis des forces sociales abstraites, déterminantes mais impalpables.

    Merci et garde la pêche pour ton blog …

    1. Merci pour ton commentaire qui tape juste JB.
      Une partie de la réponse à ta question se trouve sans doute dans la fin de la citation de De Rudder et al. : « l’influence des relations sociales sur l’ordre des rapports interethniques est ainsi ambiguë. Prises dans la contingence des situations et des évènements, les relations sociales interethniques peinent à le subvertir ; mais elles l’influencent aussi et, sur le long terme, elles le modifient. » Je pense que la plupart des auteurs que j’ai cité dans ce billet partagerait une vision proche, qui fait des rapports sociaux un cadre contraignant les relations sociales, et concède aux relations sociales une capacité à infléchir localement ou à transformer historiquement les rapports sociaux.
      Par contre, l’expression « les deux faces de la même médaille» n’oppose pas abstrait et concret, mais matériel et symbolique – il y a des relations et des rapports dans le matériel comme dans le symbolique. La distinction abstrait / concret, telle que je la comprends, oppose rapports et relations sur le plan épistémologique, notamment pour Arliaud (« le rapport est théorique, la relation empirique » écrit-il).

      Sur l’ouverture relative aux traçage de réseau vs. des forces sociales déterminantes et impalpables… Il faudrait y revenir à partir de cas empiriques précis. Souvent, l’objet des recherches qui « tracent des réseaux » et celui des recherches qui « saisissent des rapports sociaux » sont tellement différents qu’ils sont difficiles à comparer. À fins analytiques différentes, outils intellectuels distincts pourrait-on dire. C’est plutôt sur des objets communs qu’il serait intéressant d’examiner les apports et les limites de l’une ou l’autre de ces approches.
      Pour ce qui est du rap en France, je dirais que les recherches qui n’utilisent quelque chose comme des rapports sociaux qu’en guise de postulat et manœuvrent de grosses entités abstraites sont souvent d’un intérêt tout relatif, notamment sur le plan empirique. Mais ces travaux sont sans commune mesure avec ce que Danièle Kergoat a pu publier, ou avec les travaux de De Rudder, Poiret et Vourc’h. En matière de traçage de réseaux, je ne sais pas s’il existe des exemples plus probants. J’ai constaté dans quelques travaux (eux aussi pas forcément du meilleur niveau) que la mise à la porte explicite ou implicite des rapports sociaux comme prisme s’accompagnait de retours ponctuels par la fenêtre – pour un usage marginal dans la démonstration, mais non moins grossier. Mais j’espère qu’on aura l’occasion de revenir sur cette idée de réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.