Archives pour la catégorie Rapports sociaux

newspapers2

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J’en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l’enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu’une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d’un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d’un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n’est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d’été de l’UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Merci à Anthony d’avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continue la lecture

  1. C’est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d’un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L’Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

moebius2

Une histoire du rap en France. Postface à l’édition 2014

L’un des déplacements que je souhaitais défendre avec ce livre porte sur l’association communément faite entre rap et banlieue. Tout au long de mes recherches, ce lien a constitué un obstacle. Mais plutôt que de l’aborder de front, j’ai tenté de le surmonter dans la pratique de l’écriture sociologique elle-même. Je profite de cette réédition pour expliciter cette démarche, et quelques-uns de ses enjeux.

Dans la majorité des travaux portant sur le rap français, le lien entre rap et banlieue est présenté comme allant de soi. Cette évidence se présente parfois sous la forme d’une évaluation mi artistique mi politique : le rap vaudrait surtout, voire seulement, par ce qu’il dirait des banlieues et/ou de sa jeunesse Continue la lecture

eighties

Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

Contacté grâce à un site Internet personnel, Bernard Guégan a accepté que je l’interviewe autour de l’histoire d’Ettika, qui m’intrigue depuis quelques années maintenant. Extraits d’un échange où se mêlent des décalages de classes sociales, des distances Paris / Province et urbain / rural, des logiques racistes et sexistes1, des univers musicaux segmentés, des médias parisiens branchés et un exotisme latent, tissant d’improbables rencontres sociales et une aventure musicale tout aussi inattendue. Un grand merci à Bernard Guégan pour le temps consacré, et à guidal3 pour avoir retrouvé un enregistrement en ligne du 45 tours d’Ettika. Quant à moi, je ne désespère pas d’échanger à l’occasion avec l’une des chanteuses qui ont permis à ce disque d’exister…

La rencontre de deux mondes

Bernard Guégan : Je sortais des Beaux-Arts à Lorient, je venais d’avoir mon diplôme, j’avais 20 ans. C’était les Beaux-Arts municipaux, j’avais pu y entrer à 15 ans, sans mon bac. Donc moi de 15 à 20 ans, je faisais un peu ce que je voulais, je m’intéressais à ce que je voulais. Et là, après, je voulais venir à Paris. J’ai trouvé un boulot au CEPPIC2 de Rouen, qui était un centre de formation professionnelle, qui était très institutionnel, mais comme la gauche était passée depuis un an, il y a eu ces stages 16-18 ans, pour donner des cours à des gens qui étaient déscolarisés. Rouen était à une heure de Paris en train, ça collait… Comme j’avais organisé quelques expos d’art contemporain, de musique, j’avais un CV qui convenait à ce truc, qui était quand même assez pilote. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Karim Hammou : Toi, ton objectif c’était de les former à quoi en fait ?

- L’intitulé c’était : « initiation aux arts plastiques et à la culture », un truc comme ça. Mais en fait, la personne qui dirigeait ça, la chef de service, était elle-même très embêtée, parce qu’elle savait pas très bien quoi faire. C’était à Rouen, et ce qu’il faut savoir c’est que la Normandie… c’était un petit peu comme le Nord et l’Est à l’époque, sauf qu’ils avaient pas eu des subventions comme il a pu y en avoir là-bas pour la fermeture de la sidérurgie ou des mines. Donc à part Rouen qui était un centre urbain très bourgeois, il y avait beaucoup, beaucoup de banlieues pas du tout aidées. Saint-Étienne du Rouvray, Maromme, Sotteville… Et moi je me suis retrouvé avec des filles qui ne savaient ni lire ni écrire, des familles avec des problèmes d’alcoolisme, de femmes battues, beaucoup de filles enceintes à 16 ans… Continue la lecture

  1. Puisque dans cette histoire, malgré mes recherches, seuls les hommes ont le privilège d’avoir un nom de famille… []
  2. Centre de perfectionnement pour l’industrie et le commerce, institution de formation continue qui existe toujours. []
marsvalnet

Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Da Mayor,

Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya… et Sugarhill Gang. Et c’était un super truc pour danser – pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s’appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Continue la lecture

  1. Extraits d’un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []

Batailler pour un chant : un compte-rendu

 

Avant-propos

Avec l’accord de son auteur, je reproduis ici un compte-rendu de ma thèse, Batailler pour un chant. La constitution d’une culture professionnelle musicienne du rap français1. Ce compte-rendu a été rédigé par Séverin Guillard, doctorant en géographie au Lab’Urba et allocataire à l’Université Paris Est. Il est directement en prise avec les questionnements travaillés par Séverin dans le cadre de sa propre thèse, et a constitué l’amorce d’une correspondance entre Séverin et moi dont je reproduirai des extraits dans un second billet.

Karim Hammou

Travaillant sur la question de l’espace dans le rap, la thèse de Karim Hammou m’a intéressé à la fois car elle apporte sa pierre à l’édifice des recherches portant sur le rap en France, mais aussi car les problématiques qui y sont traitées font écho aux thématiques en cours de développement dans ma propre recherche.

Le compte-rendu que je propose ici n’a évidemment pas pour vocation d’être exhaustif, mais plutôt de mettre en évidence différents points qui m’ont particulièrement intéressé. S’il m’arrivera parfois de faire des résumés un peu longs de certains passages de la thèse, c’est avant tout pour montrer comment je l’ai interprétée avec mon regard de géographe. Je procéderai donc en deux temps, en donnant d’abord mon interprétation de différents aspects de ce travail avant de passer ensuite à une mise en perspective de cette thèse au regard de mes propres problématiques.

I. Une contribution à la recherche sur le rap dans les sciences sociales francophones

Tout d’abord, Batailler pour un chant apporte un net renouvellement par rapport à l’approche adoptée jusqu’ici par la plupart des auteurs en sciences sociales françaises traitant du rap français. En effet, cette recherche interroge l’objet rap en lui-même, en ne considérant jamais sa définition comme évidente. Elle contraste en cela avec la position adoptée par la majorité des recherches publiées jusqu’au milieu des années 2000, où le rap n’était utilisé que comme un outil pour comprendre les problématiques liées à la « banlieue », les populations issues de ce territoire symbolique étant considérées comme les producteurs et les destinataires naturels de ce type de musique.

L'hétérogénéité des pratiques (discographiques) de rap en français

L’hétérogénéité des pratiques d’interprétations rappées en français

Ainsi, la thèse de Karim Hammou présente l’intérêt de s’interroger sur la nature même du « genre rap francophone ». La plupart des recherches françaises semblent en effet considérer le rap comme un ensemble uni, auquel correspondrait un certain nombre de caractéristiques sociales ou esthétiques. Cette thèse s’oppose à cette approche, en montrant que le rap résulte avant tout d’une production collective, d’une « hétérogénéité de pratiques que l’évidence du genre masque » (p.11). J’ai été à ce titre particulièrement intéressé par la distinction particulièrement opérée entre des « pratiques d’interprétations rappées en français », le « genre rap francophone » et le « monde social du rap français ».

Mais si cette thèse déconstruit l’unité apparente du rap, elle montre également que la définition même de ce genre musical Continue la lecture

  1. Thèse de doctorat réalisée sous la direction d’Emmanuel Pedler et soutenue en octobre 2009 à l’EHESS. []