Archives pour la catégorie justice

Sadek 1, Manuel Valls 0

J'hésitais à revenir sur la récente déclaration du ministre de l'Intérieur, celui-là même qui comptait, soucieux, les « blancos » de sa commune lorsqu'il n'était pas encore ministre. Interpelé à l'Assemblée par une sénatrice qui radote, il a ajouté son nom à la longue liste des députés et ministres qui, depuis le début des années 2000, instrumentalisent le rap pour satisfaire leur politique de la posture médiatique (voir ici, et aussi ).

Finalement, je me contenterai pour l'instant de reproduire la réponse formulée par le rappeur Sadek, interpelé sur ce sujet lors de l'occasion de la journée Ca rappe à la fac :

Dans les années 1980 ou 1990, je sais pas, j'étais pas né de toute façon, ils mettaient le rap en avant dans les médias parce que pour eux, prendre des espaces publicitaires, c'était des trucs qui plaisaient aux jeunes, et ils auraient jamais pensé que ça deviendrait un mouvement. Et maintenant, au jour d'aujourd'hui, c'est un mouvement et faut pas oublier quand on parle de rap, le truc c'est quoi ? Avant tout c'est un mouvement artistique. C'est-à-dire qu'il faut qu'ils arrêtent de voir nos textes comme si c'était des appels au meurtre ou je sais pas quoi. Moi quand je vois un film de Quentin Tarantino, je sors pas avec une kalash dans la rue. C'est exactement la même chose.

Pour moi la vulgarité par exemple, je vais te le dire clairement, quand tu es vulgaire, y a une certaine frénésie, une énergie que tu ne pas pas retrouver dans un discours bien-pensant et soutenu. Excusez-moi de ce que je vais dire, mais si je te dis : « Nique ta mère ! », ça a plus d'impact que : « Tu peux bouger d'ici, s'il te plaît ? » C'est archi important de pas travestir cette vulgarité parce qu'elle nous est propre.

Et même, les trucs qu'il y a contre l’État, ou quoi, au bout d'un moment, faut pas analyser nos textes en se disant : « han, ils vont loin », où quoi. C'est : « Pourquoi ils vont loin ? » Parce que quelque part on soulève des problèmes qui nous sont propres. Et ces problèmes, on dit que le rap c'est un éternel recommencement, qu'on répète toujours les mêmes choses, mais parce que les problèmes sont toujours les mêmes, ils ne changent pas. Nous on est obligé de parler de ce qu'on connaît.

Maintenant, ça reste de l'artistique, et c'est pas parce que... tu étais dans ta chambre, tu as écris un texte, tu étais zehef toute la journée, tu étais énervé du matin au soir, et ça reste simplement des moments de vie qui sont synthétisés sur trois minutes, et il faut qu'on les accepte comme tels. Faut pas les prendre comme si... j'ai fait un texte et il est éternel et c'est comme ça que je pense tous les jours. Moi j'ai fait des textes très violents, comme « 4 sorties de flow », pour ceux qui connaissent, qui sont des textes qui traitent de la vie de la cité, et qui... quand je les écris, je me dégoûte. Tu vois ce que je veux dire ? Mais c'est à ce moment-là, et c'est tout. Et après ils restent synthétisés dans le temps. Et donc il faut les accepter comme tel, comme des œuvres d'art, rien d'autre. Faut pas voir ça autrement.

 

stop

La plaque et le pistolet

L'hostilité des rappeurs envers la police est un lieu commun aussi vieux que le rap lui-même. Alors que les premiers albums de rap français étaient à peine publiés, les journalistes et animateurs ironisaient déjà volontiers sur ce thème, comme dans cette émission d'A2 où, après qu'un B.Boy a dénoncé la drogue et l'intolérance, l'animateur s'adresse à lui sur un ton sarcastique :

C'est aussi paradoxal, parce que les flics sont des chieurs, ok, mais alors les flics ils luttent aussi contre la drogue. C'est le même combat. Donc rappeurs flics même combat ? Ça doit pas vous plaire ça.1

L'un des affiches du film Polisse, réalisé par Maïwenn

Dès cette époque, on trouve de multiples parodies jouant sur la figure supposée paradoxale du «flic qui rappe"  (dans la série Maguy par exemple). L'humour va changer de camps dès les années 1992-1993, avec les railleries obscènes de Brigitte (femme de flic) de Ministère AMER, puis le sarcastique Police de NTM et son introduction parodique, mettant en scène le petit Pujol et son patron. Causant la plainte de syndicats policiers, ces deux chansons ouvrent aussi le long feuilleton judiciaire qui se poursuit encore aujourd'hui, interrogeant ce qu'il est possible ou non de chanter sans tomber sous le coup de la loi.

La fin de l'année 2011 a été marquée par plusieurs initiatives qui jettent une lumière neuve sur le sujet. Polisse, c'est en effet aussi le titre d'un film dont l'acteur principal est Joeystarr, et dans lequel, contre toute attente, l'ancien rappeur de NTM incarne l'un de ces fonctionnaires.  De façon moins anecdotique, c'est aussi à l'automne que Didier Fassin a publié une enquête ethnographique sur une Brigade anti-criminalité2, les fameuses BAC qui sont devenues l'une des figures repoussoir récurrentes des chansons de rap. C'est enfin la mise en place du collectif dont le mot d'ordre est « Stop le contrôle au faciès », visant à sensibiliser l'opinion publique aux discriminations policières, et à remettre en cause les contrôles d'identité abusifs. Dans le cadre de cette campagne, le collectif présente une série de témoignages de rappeurs sur certains contrôles de police qu'ils ont subi.

Même s'il est extrêmement euphémisé dans le film de Maïwen3, l'un des enjeux communs qui se dégage de ces différentes interventions dans l'espace public pourrait être la question de l'humiliation policière. Fassin propose notamment

d’aller au-delà de la définition administrative et judiciaire [de la violence policière], laquelle conduit à condamner, au moins dans le principe, la claque, mais à ignorer, le plus souvent, l’humiliation. Dès lors, on commencerait en effet à s’interroger non pas dans les termes de ce que la police et la justice pensent des actions, mais du point de vue de la manière dont le public les vit. Cette inversion du regard ne se limiterait du reste pas aux forces de l’ordre, mais inclurait la perspective plus large de la société, c’est-à-dire la manière dont cette dernière délègue à la police, au nom de la loi, le pouvoir de traiter certaines personnes en dehors du droit, ou plutôt de manière dérogatoire au respect des droits humaines.

[...] Si, dans mes observations, les scènes de brutalité étaient donc exceptionnelles, les scènes d’humiliation étaient en revanche tout à fait communes. Elles se produisaient quotidiennement dans la rue à l’occasion des contrôles d’identité et des fouilles à corps ou des interpellations avec menottage non justifié, au commissariat pendant l’interrogatoire ou dans le local de détention, et même dans le véhicule qui ramenait les individus arrêtés.4

Les débats autour du livre de Fassin ont été nombreux, interrogeant notamment le caractère généralisable de l'observation locale faite par le chercheur5. Mais cette question de la prise en compte de la façon dont les personnes qui subissent le contrôle policier, particulièrement intense sur certains territoires et certains groupes, reste peu discutée.

Or il me semble que l'humiliation subie dans les interactions avec la police, qu'elle ait été vécue, qu'elle ait été rapportée ou qu'elle soit imaginée, est la matière première de la profusion créatrice autour du thème de « la police » dans le rap6 : dénonciation et sarcasmes comme chez NTM, fantasmes de renversement de l'humiliation, retranscrite dans ce que le groupe imagine être le plus sensible point d'honneur policier - la virilité, indignations envers les abus des hommes en bleus, rêves d'une possible réponse aux humiliations, par les poings comme chez KDD ou par les mots comme chez Psy-4 de la Rime - dans des situations où l'asymétrie rend cette option illusoire. La police a pour elle de façon quasi unilatérale le droit7 et la force,  « la plaque et le pistolet », résume KDD dans Qui tu es :


KDD-Qui Tu Es par sequestro

La chanson Justicier des Psy-4 de la Rime est intéressante elle aussi, car elle reprend le jeu habituel dans nombre de raps consistant à mettre en scène des fantasmes de vengeance tout en l'enchâssant dans un propos qui se veut plus pédagogique - «j'suis pas là pour faire d'la démago / beaucoup de flics font bien leur taf mais d'autres mettent nos blocs sous embargo ».

Elle a trouvé un nouvel écho à l'occasion de la campagne du collectif Contre le contrôle au faciès. L'un des premiers rappeurs à témoigner de l'une de ses mauvaises expériences de contrôle policier est en effet Soprano, rappeurs au sein du groupe Psy-4 de la Rime, et le récit qu'il propose présente de nombreuses affinités avec la saynète centrale du morceau Justicier. C'est l'occasion d'observer la façon dont une expérience peut devenir une chanson.

  1. Extrait de l’émission Une fois par jour du 23 novembre 1990, diffusée sur A2 à partir de 18h30 []
  2. « La première BAC fut créée en 1971 à Paris par le commissaire Robert Broussard. […] Ce n’est cependant qu’au milieu des années 1990 que cette structure est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire une brigade de policiers généralement en civil intervenant sur tout le territoire national mais essentiellement dans les agglomérations où existent des ZUS. Elle est donc la seule unité des forces de l’ordre entièrement pensée pour et principalement dédiée à la police des quartiers en difficulté. La BAC de nuit a été créée en 1994 et la BAC de jour en 1996, au moment où les questions de sécurité publique ont été redéfinies par Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur. » (Didier Fassin, La force de l'ordre, Seuil, p.91 []
  3. Je pense en particulier à la scène de bouclage massif d'un camps que l'on suppose être de Roms, et à l'hostilité que manifeste alors le policier incarné par Joeystarr à l'encontre de la photographe jouée par Maïwen. Est-ce vraiment l'indécence du voyeurisme de l'objectif photographique qui est alors en cause, ou l'intuition qu'un tel déploiement de force, qu'il soit justifié ou non, a aussi des effets symboliques eux-mêmes violents ? []
  4. D. Fassin, La Force de l'ordre, op. cit., p.197-201. []
  5. Voir notamment les discussions de Fabien Jobard et la réponse de l'auteur, ou celle de Laurent Mucchielli []
  6. Il faudrait ajouter à l'humiliation la question de l'arbitraire, qui lui est intimement liée, mais dont le paradigme est celui du meurtre policier, évoqué de L'Etat assassine du groupe Assassin à 1001 vies de Lino. Sur ce point, on peut lire le texte récemment publié par Pierre Tévanian à l'occasion de la comparution prochaine des policiers responsables de la mort de Hakim Ajimi. []
  7. « Comme me l’affirmaient donc, non sans réalisme, les policiers, « théoriquement, on doit obéir à des règles précises, mais pratiquement, le Code de procédure pénale nous permet de faire ce qu’on veut ». Ce n’était pas tout à fait vrai cependant, le Conseil constitutionnel ayant rappelé qu’il revenait à l’autorité judiciaire, en l’occurrence le juge des libertés et de la détention, de s’assurer de la légalité des contrôlés d’identité [...]. Mais les gardiens de la paix ne se souciaient guère de ce type de mise en garde, au demeurant sans conséquence pratique, et exerçaient de manière discrétionnaire ce qu’ils considéraient comme la base de leur activité : le contrôle d’identité. » D. Fassin, op. cit., p.143-144 []
Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Au banc des accusés, le rap en procès

En juin dernier, Anthony Pecqueux, Djohar Sidhoum-Rahal1 et moi-même intervenions à la bibliothèque de l'Alacazar de Marseille autour d'un thème de recherche commun : les procès faits aux rappeurs, au sens propre comme au sens figuré. La condamnation il y a quelques jours de Youssoupha par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris illustre le thème.

À l'occasion de cette conférence, LaProvence.com a proposé à Anthony et moi un chat avec les internautes. L'exercice ne se déroulerait pas en direct, avec une pluie de questions venant en tous sens. Il s'agissait en fait d'une sélection d'une dizaine de questions réalisée par l'équipe du site, pour laquelle nous disposions d'une journée pour répondre, soit le temps, par exemple, de nous concerter... Exercice nouveau pour tous les deux, mais plutôt intéressant, notamment par la confrontation directe à des questions telles qu'elle se formulent dans les discussions ordinaires, et par la brièveté des réponses attendues.

richman13127. Bonjour , le rap ce n'est pas de la musique , c'est pour moi un appel a la haine de notre société , des forces de l'ordre , des minorités et le non respect total des femmes . Qu'en pensez vous ? merci pour votre réponse.

Il est difficile de soutenir que le rap n’est pas de la musique – sinon pour appeler « bruit » une musique que l’on n’apprécie pas. Le rap est un genre musical varié, dans lequel on trouve des œuvres dont les prises de positions esthétiques et politiques ne sont pas toutes les mêmes. Si votre question vise à contester la légitimité du rap comme "art", libre à vous – mais la majorité des rappeurs et des amateurs de rap conçoivent bel et bien ce genre comme une forme artistique, avec ce que cela implique d’élaboration esthétique, d’expérimentation formelle, de travail expressif – et aussi de diversité dans le talent des différents artistes.

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Vic. Incitation à la haine, refus de l'autorité, argent facile, sexisme, racisme, intégrisme, homophobie etc... Le Rap pour exister a t'il vraiment besoin de faire l'apologie des travers les plus négatifs de l'etre humain ?

Le rap fait moins l’apologie qu’il ne dépeint ces "travers" (éventuellement en mettant en scène des tentations, dilemmes, fantasmes, etc.). La palette des émotions humaines que les pratiques artistiques explorent ne se résume pas à l’amour et à la sérénité. Si la critique des institutions est fréquente dans les chansons de rap en France, l’apologie de l’argent facile est loin d’être dominante, et le soupçon de chansons intégristes ou racistes relève souvent du procès d’intention. Le sexisme et l’homophobie larvée ou explicite de la majorité des chansons sont réels, et appellent la critique – mais c’est moins une singularité du genre rap qu’un trait de l’ensemble de notre société, comme de récentes déclarations d’hommes politiques en témoignent.

Marseyye. Aux USA, des groupes de rap ont-ils aussi été condamnés ou bien mis à l'index pour des textes homophobes comme Sexion d'assaut ?

La situation aux USA est largement déterminée par l’existence du 1er Amendement de la Constitution qui déclare inviolable la liberté d'expression, de parole. Cela n'empêche pas cet amendement d'être toujours l'objet d'interprétations diverses, et certains rappeurs d'être poursuivis en justice voire condamnés (notamment le groupe 2 Live Crew en 1990). Cela a surtout conduit à l'apposition systématique sur les disques de rap de l'autocollant « Parental advisory: explicit content ».

Concernant l'homophobie plus précisément, le rappeur Eminem a longtemps été décrié à la fin des années 1990 pour l'utilisation fréquente d'injures à caractère homophobe; il les a d'ailleurs progressivement retirées de son vocabulaire. Ce sont surtout des artistes de raggamuffin comme Sizzla ou Capleton qui sont pointés pour leurs postures ouvertement homophobes (de nombreux concerts annulés).

alexandrie. Certains politiques (essentiellement UMP) ne servent-ils pas des textes violents de certains groupes de rappeurs pour leur propre propagande politique ?

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Dans certains cas, comme lorsque Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, a jeté l’opprobre sur le groupe Sniper, il s’agit clairement d'une manœuvre politicienne. Mais dans ce cas comme dans d’autres, on ne peut réduire ces actions à de la propagande : elles s’inscrivent dans un agenda politique moraliste et nationaliste plus vaste, qui fait partie du socle des convictions de certains hommes politiques de droite. Certains souhaitent ainsi multiplier les poursuites judiciaires, et durcir la législation sur la liberté d’expression.

badaboum. Quand le rappeur Orelsan se met dans le personnage d'un type qui bat sa femme à travers l'un de ses textes et que certaines villes le condamnent en annulant ses concerts, qui va trop loin dans la bêtise ?

On pourrait être tenté de répondre: la mairie qui retire le disque d'Orelsan de ses médiathèques alors que le disque ne contient pas les chansons en question... C'est arrivé à Paris en 2009. La question est bien entendu plus complexe que cela ; notamment, dans la façon dont vous la formulez (« se met dans le personnage... »), vous adoptez déjà un point de vue, qui est celui de la mise à distance des propos tenus dans la chanson par le biais de la fiction. Or, tous les auditeurs ne sont pas prêts à reconnaître cette mise à distance – en tous cas ne l'ont pas été dans le cas d'Orelsan.

petrus13. Quel est le public des groupes de raps aux textes les plus violents ? Essentiellement des personnes des banlieues difficiles ou alors s'agit-il de fans de tout horizon ?

Si l’on en croit la dernière enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français, publiée en 2008, les amateurs de rap viennent de tous horizons, même si l’on peut relever une sur-représentation des milieux populaires (19% des ouvriers en écoutent souvent contre 10% des cadres et professions intellectuelles supérieures), des hommes (19% contre 11% des femmes – ce qui fait tout de même plus d’un tiers du public du rap) et surtout des jeunes (plus de 40% des moins de 25 ans contre moins de 10% des plus de 44 ans). Au sein du genre rap, il n’y a pas un groupe d’artistes particulier dont on pourrait dire qu’il est "le plus violent". Les groupes de rap qui ont fait l’objet de controverses ont des publics différents, et toujours socialement diversifiés (Akhenaton, NTM, Sniper, La Rumeur, Mr R, Orelsan, Sexion d’Assaut…).

rififi. Le rap crée-t-il le même type de polémique (anti-flic, misogynie,...) dans le reste de l'Europe. Ou bien est-ce un épiphénomène français ?

Comme nous venons de le dire à propos des USA, la législation n'est pas la même partout, notamment à propos de la licence vis-à-vis des symboles d'une République ou d'un Etat (hymne national, drapeau, etc.). L'an dernier, un rappeur belge avait provoqué le même type de débats qu'en France pour avoir proféré dans une chanson: "J'épouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique". Dans un autre registre, il y a quelques mois, juste avant d'hériter de la présidence de l'Union Européenne, le gouvernement hongrois s'en est pris à une radio associative qui avait diffusé deux chansons du rappeur américain Ice-T avant 21h. On voit donc que même si les contextes législatifs varient d'un pays à l'autre, même si le rap y est diversement présent également, des polémiques et des procès peuvent émerger.

averell. Certains rappeurs ne cherchent-ils pas justement à être stigmatisés pour obtenir une aura supplémentaire, une notoriété qui leur permet de sortir du lot ?

C’est une possibilité que l’on ne peut exclure. En tout cas, le monde du rap est sujet à des formes de surenchère dans l’outrance qui reposent notamment sur certaines conventions artistiques : un exercice de style comme l’egotrip (auto-glorification de soi volontairement démesurée) ou la figure imposée de la punchline (phrase choc) contribuent notamment à radicaliser des paroles que d’autres genres musicaux traiteraient plus volontiers par l’euphémisme. Comme dans d’autres univers sociaux, il est possible que certains artistes (ou aspirants artistes) cherchent à attirer l’attention en suscitant un succès de scandale. Le calcul n’est pas forcément judicieux. Aucun groupe de rap reconnu, ne serait-ce qu’au sein du monde du rap, n’a jusqu’à présent obtenu de réelle reconnaissance principalement grâce à un scandale ou des démêlés judiciaires. Les procès sont coûteux en temps et en argent (quelle qu’en soit l’issue), et les refus ou déprogrammations de concerts ne servent ni la notoriété, ni le succès…

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Caribo. Est-ce une aberration d'autoriser l'exposition de Piss Christ à Avignon pour ensuite condamner certains propos dans les textes des rappeurs ? L'art n'est-il justement pas l'espace du débordement possible (et même vital) où les limites imposées par la loi, la "morale" doivent exploser l'espace d'une oeuvre ?

Effectivement, de nombreux artistes (musiciens, photographes, romanciers, peintres...) ont utilisé et utilisent encore leur art pour questionner les limites, de la loi, de la morale, de la politique, etc. Dès lors, ce sont précisément les débats qu'ils provoquent qui sont intéressants à scruter dans la mesure où ils contribuent à nous informer sur l'état de nos sociétés vis-à-vis de ces questions. Quand il est question non plus de débats, mais de destructions d’œuvres comme à Avignon, cela devient nettement moins intéressant...

grouchomarx. Peut-on faire un lien entre les groupes Punks (Sex pistols) des années 80 et le Rap aujourd'hui ? Est-ce le même genre de provocations ?

Plutôt qu'un lien direct, il faut comprendre que ces cultures musicales ont au moins en commun un même principe de base, celui du Do It Yourself (DIY): c'est-à-dire de chercher à développer des pratiques musicales sans long apprentissage formel préalable ni de lourd investissements économiques. Répéter avec son groupe de rock punk depuis son garage dans les années 1970, faire un disque de rap depuis sa MJC voire son home-studio dans les années 1990.

En France, on peut signaler les différents projets du groupe de rock expérimental Zone Libre avec des rappeurs (Casey, Hamé, Bjames), qui ont abouti à deux disques et de nombreux concerts où la radicalité des deux cultures musicales offre un mélange (jusque dans les publics) très intéressant.

  1. Juriste et co-auteur de l'album Identité en crescendo avec Rocé []

Cortex vs. Marine Le Pen : à votre avis monsieur l’expert…

Le rappeur Cortex comparaissait récemment au tribunal de Paris pour injure publique envers Marine Le Pen. Le Parisien consacre quelques articles à l'affaire - dont celui-ci, en date du 1er juin 2011, et intitulé « Derrière, il n’y a pas vraiment de message » (consultable en ligne sur le site du Parisien). J'y interviens en qualité d'expert - ou plus exactement, « sociologue spécialiste des cultures urbaines » (ou « spécialiste du hip hop », selon les moments).

ANTHONY PECQUEUX sociologue spécialiste des cultures urbaines
J.H. | Publié le 01.06.2011, 07h00
Il a écrit plusieurs ouvrages sur les cultures urbaines, dont le dernier, paru en 2009, s’appelle « le Rap ».
Anthony Pecqueux est sociologue, spécialiste du hip-hop.

A votre avis, pourquoi Cortex s’en prend-il à Marine Le Pen ?
Je ne crois pas que cela soit personnel. Il s’est attaqué précédemment à Bertrand Delanoë (NDLR : le maire PS de Paris) qui n’a rien à voir avec le FN. Il y a une part de provocation, pour faire parler de lui. Derrière, il n’y a pas vraiment de message.

Peut-on encore parler de rap ?
Les faits pour lesquels il est incriminé n’ont rien à voir avec du rap. L’histoire a montré que des chansons étaient difficilement attaquables en justice. Ce qu’il dit dans ses vidéos relève plus de l’opinion que de paroles de chansons. C’est donc répréhensible. En plus, il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap. L’un des éléments essentiels de cette musique est le clash, où l’on s’en prend à l’autre en disant que l’on est meilleur que lui. Là, cela n’a plus rien à voir avec l’esthétique du rap.

Depuis quand ces vidéos d’insultes de rappeurs fleurissent-elles ?
Depuis l’expansion d’Internet qui rend les vidéos accessibles à tous. Les sites proches de l’extrême droite veillent et relèvent tout, car, au final, ces affaires font le jeu du FN.

En un mot comme en cent, je n’ai pas tenu un seul des propos qui me sont attribués dans cet entretien qui n’a jamais existé sous cette forme ; et pourtant, j’ai dû prononcer presque chacun des mots qui forment ici ma parole publique.

"journalists at play", by Lisa Padilla (Flickr)

Pour comprendre ce processus, il faut se replacer mardi dernier (31 mai) : en milieu d’après-midi, je vois tomber une dépêche AFP sur le procès de Cortex contre Marine Le Pen qui vient de se tenir. En fin d’après-midi, je reçois un mail d’un journaliste du Parisien, qui veut me joindre à propos de cette « affaire ». Nous nous parlons donc, pendant une petite dizaine de minutes. À la fin, à ma grande surprise (car je n’avais pas dit grand’chose de bien intéressant, et l’avais revendiqué dès le début de notre entretien : « Je n’ai franchement pas grand’chose à vous dire… »), il me demande l’autorisation d’utiliser mes propos pour son article. Je suis réticent, il insiste, m’explique ce qu’il veut citer ; je finis par donner mon accord.

Au final, vous avez pu lire ce que ça donne. Je me sens un peu mal à l’aise : rien de honteux je crois, mais de drôles de formulations que je ne cautionne pas. Le journaliste de son côté a reconstitué une interview fictive à partir de ce qu’il a compris ou plutôt retenu de notre entretien téléphonique, et à partir du message qu'il souhaitait faire passer dans l’article rendant compte du procès. Son intention est claire : il me dit qu’il a beaucoup aimé le rap dans les années 1990, mais s’est désormais tourné vers le rock à cause de l’appauvrissement du rap ; en l’occurrence, il voulait dans son article (et par mon biais notamment) dire à ses lecteurs que Cortex est en quelque sorte un bouffon, et que le rap ce n’est pas ça.

Dans tout cela quels propos ai-je tenus ? Je ne sais plus. Je sais que je n’ai pas dit « répréhensible », ce n’est pas dans mon vocabulaire ; dans cette séquence, je lui disais qu’il aurait mieux valu pour Cortex le faire en rap car les chansons sont toujours beaucoup plus difficilement attaquables en justice, du fait d’une administration de la preuve complexe ; bref, que la vidéo de Cortex est assimilable à une opinion, une tribune, et de ce fait plus facilement « attaquable » - et non « répréhensible » !

Je n’ai pas dit non plus « il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap » ; j’ai répondu « oui si vous voulez » à la question littérale du journaliste (« en plus, il ne véhicule pas … ? » ).

Idem, et c’est plus problématique, pour « ces affaires font le jeu du FN » : c’était sa question, j’ai répondu par cette même tournure sans conviction, « si vous voulez ». Car je ne sais pas ce qui fait le jeu du FN ; si, en tant que citoyen, je pense que certains « débats » (de l’UMP ou du gouvernement), que certains ministres de l’Intérieur (l’actuel, le précédent, etc.) font le jeu du FN… Il y a sans doute plein d’autres choses qui font le jeu du FN ; mais c’est le citoyen qui estime cela, non l’expert. Or, si ce jour-là je suis interrogé sur Cortex, c’est bien en tant qu’expert ; la situation n’est pas celle d’un micro-trottoir.

L’expert qui pourrait affirmer cela serait expert de quoi au juste ? « Faire le jeu du FN » est-il un objet scientifique qu’on puisse observer ? Je ne veux pas me retrancher derrière « la Science » ; je souhaite simplement dire que je veux bien m’exprimer en public en tant qu’expert, assumer ces prises de parole mais uniquement si ma parole a une plus-value par rapport à un autre citoyen, du fait de mes travaux. En l’occurrence, que Cortex fasse ou non le jeu du FN, je n’en sais rien, je ne me suis jamais posé la question dans ces termes.

Bref, ce billet ne veut pas récuser un journaliste et son travail : il ne m’a pas enregistré, il a noté des éléments sur son calepin au fil de la conversation et en a fait un compte-rendu sous forme d’interview qui lui a semblé fidèle à notre échange. Le seul tort finalement est mien : j’aurais dû demander à relire… Autre tort : j’aurais dû avoir plus de présence d’esprit ; à la question « fait-il le jeu du FN ? », j’aurais dû répondre : « ce n’est pas lui qui a inventé le FN, ni le fait que le FN s’en prend aux classes populaires racisées depuis des décennies… ».

Non, je n’aurais même pas dû répondre ça, car ça aurait été encore la voix du citoyen. Et c’est finalement peut-être là mon malaise dans cette « affaire » d’interview : à quoi ai-je servi en tant qu’expert ? À rien, je crois.

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts