Cortex vs. Marine Le Pen : à votre avis monsieur l’expert…

Le rappeur Cortex comparaissait récemment au tribunal de Paris pour injure publique envers Marine Le Pen. Le Parisien consacre quelques articles à l’affaire – dont celui-ci, en date du 1er juin 2011, et intitulé « Derrière, il n’y a pas vraiment de message » (consultable en ligne sur le site du Parisien). J’y interviens en qualité d’expert – ou plus exactement, « sociologue spécialiste des cultures urbaines » (ou « spécialiste du hip hop », selon les moments).

ANTHONY PECQUEUX sociologue spécialiste des cultures urbaines
J.H. | Publié le 01.06.2011, 07h00
Il a écrit plusieurs ouvrages sur les cultures urbaines, dont le dernier, paru en 2009, s’appelle « le Rap ».
Anthony Pecqueux est sociologue, spécialiste du hip-hop.

A votre avis, pourquoi Cortex s’en prend-il à Marine Le Pen ?
Je ne crois pas que cela soit personnel. Il s’est attaqué précédemment à Bertrand Delanoë (NDLR : le maire PS de Paris) qui n’a rien à voir avec le FN. Il y a une part de provocation, pour faire parler de lui. Derrière, il n’y a pas vraiment de message.

Peut-on encore parler de rap ?
Les faits pour lesquels il est incriminé n’ont rien à voir avec du rap. L’histoire a montré que des chansons étaient difficilement attaquables en justice. Ce qu’il dit dans ses vidéos relève plus de l’opinion que de paroles de chansons. C’est donc répréhensible. En plus, il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap. L’un des éléments essentiels de cette musique est le clash, où l’on s’en prend à l’autre en disant que l’on est meilleur que lui. Là, cela n’a plus rien à voir avec l’esthétique du rap.

Depuis quand ces vidéos d’insultes de rappeurs fleurissent-elles ?
Depuis l’expansion d’Internet qui rend les vidéos accessibles à tous. Les sites proches de l’extrême droite veillent et relèvent tout, car, au final, ces affaires font le jeu du FN.

En un mot comme en cent, je n’ai pas tenu un seul des propos qui me sont attribués dans cet entretien qui n’a jamais existé sous cette forme ; et pourtant, j’ai dû prononcer presque chacun des mots qui forment ici ma parole publique.

"journalists at play", by Lisa Padilla (Flickr)

Pour comprendre ce processus, il faut se replacer mardi dernier (31 mai) : en milieu d’après-midi, je vois tomber une dépêche AFP sur le procès de Cortex contre Marine Le Pen qui vient de se tenir. En fin d’après-midi, je reçois un mail d’un journaliste du Parisien, qui veut me joindre à propos de cette « affaire ». Nous nous parlons donc, pendant une petite dizaine de minutes. À la fin, à ma grande surprise (car je n’avais pas dit grand’chose de bien intéressant, et l’avais revendiqué dès le début de notre entretien : « Je n’ai franchement pas grand’chose à vous dire… »), il me demande l’autorisation d’utiliser mes propos pour son article. Je suis réticent, il insiste, m’explique ce qu’il veut citer ; je finis par donner mon accord.

Au final, vous avez pu lire ce que ça donne. Je me sens un peu mal à l’aise : rien de honteux je crois, mais de drôles de formulations que je ne cautionne pas. Le journaliste de son côté a reconstitué une interview fictive à partir de ce qu’il a compris ou plutôt retenu de notre entretien téléphonique, et à partir du message qu’il souhaitait faire passer dans l’article rendant compte du procès. Son intention est claire : il me dit qu’il a beaucoup aimé le rap dans les années 1990, mais s’est désormais tourné vers le rock à cause de l’appauvrissement du rap ; en l’occurrence, il voulait dans son article (et par mon biais notamment) dire à ses lecteurs que Cortex est en quelque sorte un bouffon, et que le rap ce n’est pas ça.

Dans tout cela quels propos ai-je tenus ? Je ne sais plus. Je sais que je n’ai pas dit « répréhensible », ce n’est pas dans mon vocabulaire ; dans cette séquence, je lui disais qu’il aurait mieux valu pour Cortex le faire en rap car les chansons sont toujours beaucoup plus difficilement attaquables en justice, du fait d’une administration de la preuve complexe ; bref, que la vidéo de Cortex est assimilable à une opinion, une tribune, et de ce fait plus facilement « attaquable » – et non « répréhensible » !

Je n’ai pas dit non plus « il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap » ; j’ai répondu « oui si vous voulez » à la question littérale du journaliste (« en plus, il ne véhicule pas … ? » ).

Idem, et c’est plus problématique, pour « ces affaires font le jeu du FN » : c’était sa question, j’ai répondu par cette même tournure sans conviction, « si vous voulez ». Car je ne sais pas ce qui fait le jeu du FN ; si, en tant que citoyen, je pense que certains « débats » (de l’UMP ou du gouvernement), que certains ministres de l’Intérieur (l’actuel, le précédent, etc.) font le jeu du FN… Il y a sans doute plein d’autres choses qui font le jeu du FN ; mais c’est le citoyen qui estime cela, non l’expert. Or, si ce jour-là je suis interrogé sur Cortex, c’est bien en tant qu’expert ; la situation n’est pas celle d’un micro-trottoir.

L’expert qui pourrait affirmer cela serait expert de quoi au juste ? « Faire le jeu du FN » est-il un objet scientifique qu’on puisse observer ? Je ne veux pas me retrancher derrière « la Science » ; je souhaite simplement dire que je veux bien m’exprimer en public en tant qu’expert, assumer ces prises de parole mais uniquement si ma parole a une plus-value par rapport à un autre citoyen, du fait de mes travaux. En l’occurrence, que Cortex fasse ou non le jeu du FN, je n’en sais rien, je ne me suis jamais posé la question dans ces termes.

Bref, ce billet ne veut pas récuser un journaliste et son travail : il ne m’a pas enregistré, il a noté des éléments sur son calepin au fil de la conversation et en a fait un compte-rendu sous forme d’interview qui lui a semblé fidèle à notre échange. Le seul tort finalement est mien : j’aurais dû demander à relire… Autre tort : j’aurais dû avoir plus de présence d’esprit ; à la question « fait-il le jeu du FN ? », j’aurais dû répondre : « ce n’est pas lui qui a inventé le FN, ni le fait que le FN s’en prend aux classes populaires racisées depuis des décennies… ».

Non, je n’aurais même pas dû répondre ça, car ça aurait été encore la voix du citoyen. Et c’est finalement peut-être là mon malaise dans cette « affaire » d’interview : à quoi ai-je servi en tant qu’expert ? À rien, je crois.


Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions sur “ Cortex vs. Marine Le Pen : à votre avis monsieur l’expert… ”

  1. “Ouf” : une fois la première phrase suivant la citation passée dans notre ‘cortex’, c’est le soulagement. Une phrase une idée, et des idées mal formulées et présentées comme construction logique ; des réponses en trois lignes…

    Bah !: vous n’avez ni les mêmes codes, ni les mêmes manières de travailler, ni les mêmes buts. Ça nous renvoie une fois de plus à la difficulté de s’exprimer à travers le prisme des médias qui impose ses logiques (on veut un expert!). CA va être intéressant de voir si vous êtes ensuite contacté par d’autres médias dès qu’une affaire du genre éclate : une carrière de consultant-expert en scandale rapologique peut naître ;)

    1. Merci pour votre commentaire DtE!
      Je vous avouerais que cette carrière ne me tente pas trop…! mais merci de la proposition!!
      Sinon, je vous rejoins totalement sur le constat d’idées mal formulées, de liens logiques très faibles, etc. C’était le risque de cette “reconstitution d’une interview qui n’a pas eu lieu”: il aurait fallu encore plus “inventer” pour retomber sur ses pattes, pour forcer en quelque sorte la cohérence du propos… En l’état, c’est vraiment très lourd…

  2. Le journaliste avait une opinion et il s’est abrité derrière certains de vos propos pour la faire passer, que vous soyez ou non d’accord avec lui.

    1. Comme j’ai essayé de le dire, il n’a pas délibérément trahi mes propos, il a simplement opéré une série de modifications de notre conversation qui ont pour effet de travestir mes propos
      Pour alimenter la réflexion, dans un autre contexte, ce post intéressant de Gérard Noiriel sur son blog suite à une tribune dans Libé qu’il a écrite avec Stéphane Beaud: http://noiriel.over-blog.com/article-les-quotas-dans-le-foot-dialogue-imaginaire-73913669.html. Il est préférable de lire la tribune dans Libé avant (et sans doute aussi la réponse d’Eric Fassin, toujours dans Libé), pour bien comprendre ce dialogue imaginaire qui dit beaucoup de choses sur les prises de position d’un chercheur dans les médias

  3. Ta dénonciation de cet article pose de vrais questions sur la façon dont est construite l’information dont nous disposons dans les médias.

    En effet,tu relates très bien comment sous couvert d’une parole d’expert (cela marche aussi avec la simple parole du citoyen-acteur d’un évènement) le journaliste construit un article/un scénario qui en fait n’a de valeur que sa subjectivité. Cela pose donc question sur l’utilisation des méthodes d’investigation journalistique mais aussi plus généralement l’information que la presse prétend mettre à disposition du lecteur. Quel est d’ailleurs le degré de légitimité que le lecteur accorde à ces infos? Sommes nous d’autant plus choqué que nous la lisons peu?

  4. Merci Stéphanie
    Je serai plus modéré que toi sur la valeur de l’article / scenario: je pense que ce n’est pas uniquement \subjectif\, ce serait plutôt la question d’un compromis élaboré par le journaliste entre \ce-qu’il-pense-par-ailleurs\ et \ce-que-l’expert-a-dit\
    Enfin bref, peu importe, car la question que tu poses est plus cruciale: à quoi ça sert? qui lit & accorde foi ou non à cette \parole d’expert\?
    D’éventuels commentaires sur le site internet auraient pu constituer une trace, ce n’est malheureusement pas le cas…
    La question reste donc ouverte!

  5. Si ce sujet vous intéresse, je viens de lire un ouvrage passionnant là dessus : “La fabrique de l’information” de Florence Aubenas, Miguel Benasayag. Edifiant. Je tiens malgré tout à préciser que certains journalistes sont plus rigoureux quant à la retranscription des propos. Dans le cas d’experts, il n’est pas rare de faire relire un papier afin d’éviter tout contresens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">