Peut-on tout dire dans le rap ? (ou non)

Madame Anastasie, figure allégorique de la censure (André Gill, L'Eclipse, n°299, 19 juillet 1874)

C'est sur cette question que se sont immédiatement engagés les débats lors des Rencontres sur les pratiques musicales hip-hop en Val d'Oise, le 19 octobre dernier. L'événement, organisé par plusieurs associations culturelles d'Île-de-France1, visait à ouvrir une discussion autour de la restitution d'une enquête de terrain réalisée par Isabelle Kauffmann en 2010 et consacrée au rap et aux musiques hip-hop en Val d'Oise2.

L'objectif de l'enquête était le suivant : à partir du constat d'un manque de reconnaissance des pratiques musicales liées au hip-hop, et en particulier du rap, contribuer à ce que ces pratiques soient mieux prises en compte par les acteurs des politiques locales, qu'ils soient liés aux secteurs de la culture, de la jeunesse, de l'intervention sociale, etc. L'exposé d'Isabelle Kauffmann, comme son rapport, s'achevait d'ailleurs sur trois préconisations :

  1. Améliorer l'articulation entre les différents espaces de pratique hip-hop, et notamment coordonner les actions associatives et publiques liées au secteur de la jeunesse et de la culture.
  2. Constituer un groupe de réflexion, à l'échelle du département, composé des personnes ressources au sein des institutions culturelles ou Jeunesse et au sein du monde du rap, avec notamment pour objectif de réaliser un guide.
  3. Mettre en place des rencontres faisant office de médiation culturelle entre rappeurs et programmateurs, contribuant notamment à présenter aux seconds le rap sous le jour d'un art « savant ».

Au terme de l'exposé d'Isabelle Kauffmann, une personne demandait la parole. Après s'être présentée par son prénom - Romaric - elle soulevait la question suivante : « A-t-on la possibilité de tout dire dans le rap ou non ? » Les réponses ont été variées, et les débats passionnés, mais bien loin des enjeux soulevés par la sociologue.

La première réaction à la question de Romaric avançait un argument juridique : oui, on peut tout dire, mais il faut être conscient des conséquences (dans ce cas légales). Un intervenant, qui se présente comme travailleur social et rappeur rappelle ainsi que l'invitation à la violence ou les propos xénophobes peuvent conduire « directement au tribunal de Bobigny » et entraîner une amende de 15 000 euros.

La deuxième réaction s'appuyait moins sur un argument juridique que sur un argument moral. Elle vient du responsable  d'un studio d'enregistrement municipal, qui invoque défend ce qu'il présente comme une « gestion de bon père de famille ». On ne peut pas laisser dire n'importe quoi, dans la mesure où un élu investit de l'argent dans un studio, et où à la différence d'un studio privé, l'artiste (en l'occurrence, plus logiquement, le « jeune ») ne paie pas. Il illustre son argument par une situation  présentée comme paradoxale, cas d'école d'une morale stigmatisant le fait de « cracher dans la soupe » : « alors tu dis "le maire est un con", mais c'est lui qui paie le studio... ».

Une troisième réaction invoquait une norme esthétique, associant à la formule « on peut tout dire » la nuance « mais pas n'importe comment ». Autrement dit, c'est le travail sur la forme qui permet une liberté d'expression sans limite. En l'occurrence, le travail formel que l'intervenant avait en tête passait par l'usage de métaphores, d'euphémismes et de sous-entendus. Le modèle du genre, raconte-t-il, est la chanson « Les sucettes à l'anis », écrite par Gainsbourg pour France Gall en 1966.

Aucune des trois réponses n'a satisfait Romaric, qui renouvelait son propos par un argument d'ordre éthique. Accepter que tout puisse être dit dans le rap, c'était accepter « d'entendre la vérité »

En plein cœur de la polémique autour des propos homophobes de la Sexion d'Assaut, on appréciera l'actualité de la discussion. Du côté de l'argument éthique de Romaric, on peut noter le poids d'un idéal du rap comme véridiction, parole de vérité. Mais la formule qui soulève, avec la question de la vérité, celle du courage d'entendre les paroles de vérité fait écho à une figure plus précise, que l'on pourrait rapprocher de la parrhêsia, à laquelle Marie-Anne Paveau a consacré un billet.

La parrhêsia, communément traduite par franc-parler, renvoie au courage de dire vrai - et pour qu'il y ait courage, il faut qu'il y ait danger. C'est donc tout particulièrement le courage de dire vrai à la face du pouvoir (le tyran, le monarque, mais aussi l'assemblée démocratique souveraine), aussi et surtout si cette vérité dérange. Le courage de celui qui dit vrai, du parrhêsiaste, engage son auditeur à une autre forme de courage : celle d'oser entendre, malgré le désagrément ou la blessure que cette parole peut causer,  la vérité que la parole parrhêsiastique porte3.

Cependant, et c'est sans doute ce qui en fait une figure si féconde sur le plan artistique, la parrhêsia est sans cesse menacée de tomber dans l'outrance de l'athuroglossos4, celui qui parle à tort et à travers. L'athuroglossos, dans les mots d'IAM, devient un rappeur malade, atteint d'une mystérieuse pathologie : la microphonite5.

Mais laissons de côté un instant le parrhêsiaste, pour revenir aux contradicteurs de  Romaric. Du côté des arguments opposés à la revendication d'une liberté d'expression inconditionnelle, on peut souligner la prégnance de la figure du « jeune ». L'assignation à la jeunesse (jeune à 14 ans ? à 17 ans ? à à 20 ans ?) est une forme de minorisation omniprésente dans les débats. Elle est sans doute d'autant plus marquée ici que nombre d'intervenants sont engagés dans des dispositifs de politiques publiques des services jeunesse municipaux.

Cette assignation permet également de réinscrire une asymétrie entre les protagonistes de la discussion - gestionnaires de lieux vs. (aspirants) artistes - que l'assistance, relativement variées du point de vue de la couleur de peau, de la classe sociale apparente ou du sexe6, n'était pas traversé par une hiérarchie flagrante sous d'autres rapports. La définition de ce que peut et de ce que doit être le rap, ici comme ailleurs, se négocie  (aussi) dans l'affrontement des rapports sociaux.

  1. Notamment l'ADIAM Val d'Oise, l'ARIAM Île-de-France, le Combo 95 et la DDCS Val d'Oise. []
  2. Le rapport complet devrait être mis en ligne d'ici quelques semaines. []
  3. J'ai travaillé plus précisément ce rapprochement entre certaines esthétiques (dans le cas de Romaric, il faudrait même parler d'éthique) du rap et la figure du parrhêsiaste à l'occasion d'une intervention dans un colloque consacré à la notion de violence verbale. J'y proposais une analyse comparative de deux chansons de Ärsenik et de Klub des Losers. Une version de ce texte est disponible sur Hal-SHS, sous le titre « La vérité au risque de la violence. Remarques sur la stylistique du rap en français » []
  4. Michel Foucault, Discourse and Truth: The Problematization of Parrhesia. Compte-rendu de six séminaires donnés en oct.-nov. 1983 à l’Université de Berkeley. Evanston (Illinois), Northwestern University : éd. par Joseph Pearson 1985. Réédité en 1999 pour http://www.foucault.info []
  5. IAM, « Donne moi le micro », 1993 []
  6. La parole, cependant, a été très largement masculine lors de cet après-midi de débat, et la discussion autour de ce qu'il est possible de dire n'engageait que des hommes. Une discussion entre mâles sur ce que les mâles peuvent dire, donc - la citation de Gainsbourg en exemple en est une illustration saisissante. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

6 réflexions sur “ Peut-on tout dire dans le rap ? (ou non) ”

  1. ce billet est passionnant, merci karim, il touche une question qui m'absorbe depuis des mois, le rapport entre morale et discours, et enrichit les références d'un travail à paraître, re-merci !

    je trouve la formulation de la question de romaric extrêmement intéressante, car elle pose un pb de portée de la question : "peut-on tout dire dans le rap ?" - la restriction au domaine du rap me semble peut-être empêcher une réflexion plus globale sur l'ensemble de la société, qui permettrait de revenir ensuite sur le domaine du rap en particulier - la question à examiner me semblerait plutôt : "peut-on tout dire ?" tout court - et à cette question, la réponse diffère selon la perspective :
    - si la perspective est celle du fonctionnement social pratique non moral (si c'est possible, mais admettons que ça l'est...), alors la réponse est évidemment non, si l'on admet qu'une société se fonde sur des normes de parole, qu'on les appelle formations discursives (foucault, pêcheux), codes (bernstein), façons de parler (goffman), stéréotypes partagés, et même genres de discours ou plus généralement toutes les désignations autour des cadres (frames), etc. tout ce qui formate nos propos généralement à notre insu
    - si la perspective est celle de ce que j'appelle la vertu discursive, en reprenant les termes de l'éthique aristotélicienne, alors effectivement se pose le problème de la vérité - moralement parlant on peut répondre oui, mais le problème est que la morale n'est jamais isolée, elle est toujours imprégnée de social, et de bien d'autres choses, donc on retombe sur la perspective sociale : pour qu'une société "tienne", ce n'est tout simplement pas possible de tout dire, et en particulier la vérité, les whistleblowers comme les rappeurs en savent qqc - idem dans les rapports interpersonnels d'ailleurs : tout dire, c'est l'ouverture à la psychose (entre autres...)

    je trouve que romaric a bien raison de n'être pas satisfait des réponses apportées, car effectivement elles ne sont pas convaincantes - la plus faible selon moi étant l'argument esthétique, articulé sur l'exemple des "sucettes à l'anis", non pertinent dans le contexte : le dispositif discursif gainsbourg-gall-1966 était totalement différent - et l'argument qui consiste à autoriser toutes les paroles sous condition d'une "jolie" formulation littéraire pose de redoutables problèmes moraux...

    pour finir, il me semble que cette question du tout dire ou de la liberté d'expression (ce qui est un peu différent) doit être travaillée en contexte : quels sont les critères de "vertu discursive" d'une société à une époque donnée, quelle est sa conception de la "décence" - dans _la société décente_, le philosophe israélien avishai margalit répond : "une société décente est une société qui n'humilie pas ses membres" - une réponse pour romaric ? est-ce qu'elle lui conviendrait ?

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire passionnant qui apporte, de surcroît, un regard disciplinaire original par rapport à l'approche plutôt socio / historique qui domine ce carnet.
      Je trouve également l'argument esthétique particulièrement peu approprié, d'autant qu'en matière d'esthétique, la conception majoritaire dans le monde du rap en France depuis une quinzaine d'années au moins tend plutôt à promouvoir un travail expressif aux antipodes d'un idéal formel de « délicate harmonie » (même lorsque la forme est associée à un propos bien moins délicat). La beauté, dès lors, ne vient pas du caractère plaisant de la formule, mais bien au contraire de la dimension frappante (pour ne pas dire choquante) de la tournure.
      Pour revenir à la stimulante piste de la « société décente », peut-être une première direction de réflexion pourrait résider dans les nombreux débats publics autour de ce qu'il est décent ou non de chanter (ou de mettre en images dans un clip, d'écrire dans un texte, etc.) qui ont vu le jour depuis dix ans. Je pense notamment aux polémiques qui ont accompagné certaines paroles et certains textes de Ministère AMER, La Rumeur, Sniper, Mr R, Orelsan, Sexion d'Assaut et pourquoi pas... Abdul X !
      L'un des groupes de rap qui a projeté le premier ce type de question est NTM - au « simple » motif de son nom de scène. Marie-Victoire Louis avait notamment publié une tribune dans Libération, en 1996, au plus fort de la polémique autour de propos hostiles à la police que le groupe aurait prononcé au cours d'un concert.
      Quant à la question de la parrhêsia dans le rap, je serais heureux de profiter de tes réactions et critiques au texte, maintenant un peu ancien, que j'avais consacré à la question en 2005 !

  2. Au contraire, Romaric devrait être satisfait : les réponses montrent que la démocratie ne tient pas à grand chose. Il devrait écrire un texte là-dessus. Pour certains, la liberté d'expression a un prix (au tribunal), s'achète par subvention (municipale), ou doit se travestir (au nom de l'art).

    Je ne connaissais pas ce philosophe israélien, mais je suis d'accord : une société décente est une société qui n’humilie pas ses membres. De mémoire, c'est en partie le sens de la formule de Foucault lorsqu'il dit que la société doit être défendue.

    1. S'il écrit un texte là-dessus, qu'il y réfléchisse à deux fois avant de le chanter ou de le publier. Il s'engage en effet dans quelque chose comme un jeu de dupe dans lequel il lui faudra tenter de savoir au mieux qui joue quoi - entre portée (esthétique et / ou politique) de paroles publiques, succès de scandale, procès au long cours, et annulation d'hypothétiques dates de concerts. Après tout, ces conseils balisent un monde du spectacle dans lequel il faut bien trouver des repères ! Merci pour cette réaction :)

  3. Rien à voir avec le billet, enfin si un beaucoup tout de même ! Je suis en train d'écouter un podcast de la BBC http://www.bl.uk/whatson/podcasts/exhibition/english/index.html Voices of Rap and Hip Hop "Saul Williams, a legendary voice of hip hop, talks with two of the sharpest UK artists, Akala and Lowkey, about how words impact at street level." et je pense à le signaler sur ce carnet, bien intéressant que je lis qqfois. En recherchant son url, j'apprends que l'auteur a eu un prix pour sa thèse (http://leo.hypotheses.org/5686), alors félicitations ! Viva la musica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">