0

Une histoire du rap à São Paulo

Naissance d’une musique de niche Le rap aurait commencé à São Paulo au cours des années 1980 dans le centre-ville pour s’étendre graduellement aux periferias (les banlieues). L’anthropologue brésilien Da Silva (1998) affirme que les premiers rappeurs de São Paulo étaient en majorité des jeunes gens originaires des periferias, employés comme garçons de bureau dans le centre-ville. Ils se retrouvaient dans les rues alentour des stations de métro República et São Bento, partageaient le goût de la black music et écoutaient plus spécifiquement les premiers rappeurs des Etats-Unis (Afrika Bambaataa pour n’en citer qu’un).

0

Définition, genre, publics, industrie : échanges sur La Grenouille

En novembre dernier, le festival Umoja rassemblait un plateau impressionnant de rappeuses de toute la France pour ce qui était le premier festival queer et féministe hip-hop à Marseille. Le tout immortalisé par l’objectif de Graphijane. J’y participai pour présenter quelques portraits de femmes, parfois oubliées, qui ont fait l’histoire du rap. À cette occasion, Jonah Sénouillet a réalisé une interview pour l’émission Double Neuf sur Radio Grenouille. Jonah a fait un soigneux montage de notre échange fleuve (je suis bavard), qu’il a découpé en quatre parties

1

Rappeuses : où sont les stars ?

Alors que la nouvelle de la première place au top Billboard de la rappeuse états-uniennes Cardi B a fait le tour du web, depuis des années maintenant, la France ressemble à une morne plaine commerciale pour les rappeuses. Le constat, qui n’est tempéré que par le récent disque d’or de Shay1, a conduit la journaliste Eloïse Bouton, par ailleurs créatrice du site Madame Rap, à cette interrogation : Pourquoi il n’y eu aucune rappeuse mainstream en France depuis Diam’s ? S’en est suivi un échange que je reproduis ici, dont quelques extraits seront repris dans un article qu’Eloïse Bouton publie...

0

Médine à l’ENS (4) : valeurs actuelles

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1), là (part.2) et là (part.3). Et pour l’écouter, rendez-vous sur le site de l’ENS pour la vidéo de la rencontre. Emmanuelle Karinos & Karim Hammou De PNL à Victor Hugo B. Dufau : A cause notamment du e caduque… Bref. Mais...

0

Médine à l’ENS (3) : “J’rappe où j’ai pas pieds”

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici (part.1) et là (part.2). Emmanuelle Karinos & Karim Hammou Prise de risque B. Dufau : Tout à l’heure, tu faisais allusion à la critique qu’on t’a déjà faite, comme quoi ton rap aurait été trop scolaire. C’est une critique que le rappeur Nessbeal...

1

Médine à l’ENS (2) : paroles et musiques

Nous présentons dans cette série de quatre billets la retranscription intégrale d’une heure et demi de discussion avec le rappeur Médine, dans le cadre du séminaire d’élève « La Plume et le Bitume », organisé à l’École normale supérieure pendant trois ans consécutifs par Benoît Dufau et Emmanuelle Karinos (2014-2017). Pour (re)lire le début de cet échange, c’est ici : https://surunsonrap.hypotheses.org/3420 Emmanuelle Karinos & Karim Hammou Une musique dépourvue de logique ? B. Dufau : C’est intéressant parce que là on voit comme tout est pensé, concerté, et dans d’autres morceaux, par exemple sur « Musique archéologique » tu parles de ta musique comme...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search