Archives de catégorie : Rapports sociaux

Le rap est-il politique ? Question ouverte

Extrait du clip Le monde de demain de NTM (1990)

Les questions ouvertes sont de celles auxquelles on ne répond pas nécessairement par oui ou par non. Elles invitent à oser amorcer nos réponse par un « je ne sais pas », avant, peut-être, de réviser les termes mêmes de la question.

En 1991, le journaliste Paul Moreira réalisait un documentaire sur le rap : « Je voulais savoir si le mouvement hip-hop était une force sociale capable de faire l’Histoire et d’influencer véritablement la population des banlieues en responsabilisant les jeunes ». L’interview qu’il obtient alors du groupe NTM s’inscrit dans une série de rencontres qui déstabilisent ses attentes. Il raconte ce trouble à l’occasion d’un numéro spécial des Inrockuptibles publié en 2010 :

À l’issue du documentaire que j’ai réalisé sur la question (Le Mouve, 1991), j’ai été nettement refroidi. Il m’est apparu que beaucoup de groupes n’étaient que des jeunes voulant réussir et briller dans le showbiz. C’est d’abord ce que j’ai pensé de NTM après les avoir interviewés […]. Ils n’ont pas du tout voulu parler de leur côté porte-parole des cités, rôle qu’ils disent refuser dans le documentaire1.

Le 1er décembre 2010, le magazine Article XI2 publie en ligne une interview de la rappeuse Casey. Le chapeau de l’interview et les premières questions rejouent cette scène qui se répète régulièrement depuis vingt ans, dans la rencontre entre artistes rap et commentateurs, qu’ils soient journalistes, animateurs télé ou chercheurs en sciences sociales3.

Comment se perçoit l’héritage de la colonisation ?

Casey : Je ne sais pas. [Mes textes], ce n’est pas une espèce de réflexion politique. Je suis noire. Je suis noire et je vis en France. C’est mon ressenti, mon vécu, le point de vue de quelqu’un qui descend de colonisés et d’esclaves – les Antilles sont des colonies françaises. C’est aussi simple que cela, c’est juste un quotidien. Un témoignage de l’intérieur. […] Tu écris en réaction sur des trucs à vif. Donc, effectivement, quand tu écris avec le pied sur la gueule, tu te dis : « Ben, quand même, il y a quelqu’un qui appuie sur ma tête. » Tu vois, ça n’a rien de politique, c’est un réflexe. J’ai l’impression qu’il y a un pied sur ma figure : pourquoi ?(la suite, qui vaut le détour, c’est par là)

Dans la réaction d’artistes comme NTM ou Casey, y a-t-il autre chose qu’une volonté de contre-pied systématique ? Existerait-il un profond malentendu autour de ce que « politique » signifie ? Qu’est-ce que désigner quelque chose ou quelqu’un comme « politique », côté commentateur, et qu’est-ce qu’être dit « politique », côté rappeurs / rappeuses ?

Un élément de réponse pioché sur le plateau de l’émission Mille Bravo, il y a près de vingt ans.  Christine Bravo est l’animatrice de cette émission de débat, qui réunit plusieurs intervenants avec un objectif  présenté comme suit : « à l’occasion des manifestations lycéennes on a beaucoup entendu parler des casseurs de banlieues, alors ça tombe bien, en banlieue, on va y aller, je vous y emmène tout de suite, on va essayer de savoir s’il y a une culture banlieue »4.

Le premier élément à l’appui de cette enquête consiste en une performance live du groupe NTM, venu interpréter « Le monde de demain » avant de participer aux débats. Christine Bravo commente immédiatement la chanson de NTM, avant de donner la parole à Serge Martinez, éditorialiste à l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute. Leur réaction (appuyée par le dispositif de l’émission) exprime une réception politique de la performance :

— Voilà. C’était NTM. Quelle fièvre sur le plateau… dès qu’on met du rap… Alors on va parler ce soir des banlieues avec les interlocuteurs qui sont sur le plateau, et je vais tout de suite commencer avec Serge Martinez. Serge Martinez bonsoir, vous êtes éditorialiste à Minute, le journal Minute et vous avez fait un édito sur les bandes des banlieues qui étaient venues casser notamment à Paris, et qui avaient défilé sur des rythmes de rap, et vous dites en gros c’est la génération socialiste, ils sont… ceux qui sont allés à l’école socialiste, ils sont un peu analphabètes quoi.

— Non, non, je n’ai pas dit ça du tout, et d’ailleurs mon éditorial n’était pas sur les rappeurs, et les responsables de ces déprédations car j’estime que la jeunesse mérite beaucoup d’indulgence. En fait, mon éditorial était surtout contre ce qu’on peut appeler la génération Mitterrand et ses résultats, car si j’ai bien vu… [Serge Martinez se tourne vers les membres du groupe NTM, désormais assis sur le plateau de l’émission] Enfin je ne vois pas exactement l’âge de ces jeunes hommes mais il semblerait qu’il y a dix ans ils avaient quelque chose comme peut-être dix ans, sept ans, huit ans. Et que par conséquent toute leur formation, et les cris de révolte qu’ils ont poussés tout à l’heure, et qu’ils ont lancés, et j’espère que les téléspectateurs ont entendu et compris le texte, car…

— [C. Bravo coupe la parole à S. Martinez] C’est un tract… on peut dire que les paroles, c’est un tract.

— [S. Martinez poursuit, en même temps] …la musique, c’est un cri de révolte, c’est un cri de révolte, c’est une contestation forte, et c’est quelque fois des appels à la haine. Et leur slogan, c’est « pan pan pan »5, c’est à dire c’est un coup de fusil, ou un coup de revolver.

Alors, politique, le rap ? Tract ? Contestation forte ? Cri de révolte ? En tout cas, 18 ans plus tard, NTM fait toujours…


Extrait du concert de NTM à Bercy le 19 sept. 2008

…et tout le monde dans la place fait…

  1. Les Inrockuptibles Hors Série, « NTM toujours d’attaque », 2010, p.82 []
  2. Désormais aussi en kiosque ! []
  3. Pour un exemple récent, voir par exemple cet extrait de l’introduction de Violaine Roussel à un ouvrage collectif qu’elle dirige : « Les liens existant entre mouvement hip-hop et contestation politique au nom de populations socialement démunies attirent l’attention et commencent à donner lieu à des travaux » (V. Roussel, Les artistes et la politique. Terrains franco-américains, Presses universitaires de Vincennes, 2010 : 6). []
  4. Introduction par Christine Bravo, dans les premières minutes de l’émission Mille Bravo, diffusée le 16 novembre 1990 sur FR3 []
  5. Joeystarr a introduit la performance du groupe par quelques dédicaces et quelques interpellations du public par ce qui n’était pas encore devenu son célèbre « pô pô pô ». []

Conversations numériques

Voilà presque un mois que Surunsonrap ne donne plus signe de vie… et pourtant ! Parmi les activités de ces dernières semaines, j’ai pu contribuer au développement d’un nouveau carnet de recherche particulièrement stimulant, et de surcroît collaboratif et ouvert à toutes les bonnes volontés : le carnet hypotheses.org Aspects concrets de la thèse. Parmi ces aspects concrets, on en compte un bon nombre qui sont aussi numériques, et c’est sans doute sur ceux-là que j’essaierai d’apporter quelques éléments. Exit donc de Surunsonrap les futurs billets sur des thèmes tels que « Numérique et précaires de l’ESR » ou « Parcours subjectifs dans les enjeux des Digital humanities ». Les prochains seront directement publiés sur le carnet de recherche ACT.

Par ailleurs, j’ai été bluffé par un échange scientifique qui s’est noué sur le blog de La Méduse. Je me permets donc de le relayer ici, et de tirer mon chapeau aux participantes à ce modèle de discussion intellectuelle numérique qui porte en outre sur un sujet passionnant.

Tout commence par une série de billets consacrés à l’ouvrage de Christine Détrez et Anne Simon, À leur corps défendant. Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral1. La Méduse réagit librement mais avec rigueur à  la première partie de l’ouvrage, consacrée à la façon dont les écrivaines actuelles abordent le thème de la sexualité. Le premier billet interroge, à la suite du livre, l’existence de « mots de femmes » pour écrire la sexualité. Le deuxième aborde les liens entre domination de sexe et la littérature étudiée. Le troisième se conclut plus précisément sur l’analyse avancée par Détrez & Simon d’un roman de Anne Garréta.

À cette série de billets répond un commentaire, ouvrant une discussion dont le ton est plutôt rare dans le milieu scientifique. Une internaute, signant ses commentaires du nom de Christine, et dont on suppose qu’il s’agit de Christine Détrez, réagit aux critiques portant sur le (son ?) livre. Elle apporte ainsi des précisions autour de l’ouvrage, et engage le dialogue autour des points de désaccords. Elle explique de surcroît la fabrique de l’ouvrage, et le rôle de ce processus dans la forme particulière que prend l’objet final, ce livre qui donne si souvent l’impression d’une pensée achevée et close sur elle-même alors qu’il n’est toujours que la trace d’un moment intellectuel. Bref, grâce à La Méduse et à Christine (Détrez ?), on passe de l’autre côté du miroir, au cœur de la production même de la recherche, et on est implicitement invité à s’y joindre. Vite, courons lire le livre (et le blog) !

Voilà donc qui s’apparente à un compte rendu de lecture… de discussions sur un blog scientifique… Une nouvelle pierre au « séminaire virtuel permanent » que peut permettre le numérique ?

  1. Seuil, 2006 []

Quand la rumeur pointe les violences policières

Le mois dernier s’est achevé – sur le plan judiciaire – l’affaire la plus importante à ce jour de l’histoire du rap en France. Elle opposait le ministère de l’Intérieur à Hamé, membre du groupe La Rumeur, et portait sur des passages d’un texte écrit par Hamé dans un magazine promotionnel publié début 2002, quelques semaines avant la sortie du premier album du groupe.

Je ne reprendrai pas la chronologie détaillée des évènements, exposée dans un dossier disponible sur le site du groupe La Rumeur1. Le chef d’inculpation de Hamé, auteur de l’article « L’insécurité sous la plume d’un barbare »2 était la diffamation envers une administration publique, en l’occurrence, la police nationale. Après huit ans de procès, scandés par deux appels, deux jugements en cassation, et trois relaxes, le verdict final, prononcé par la cour d’appel de Versailles a mis un terme au bras de fer le 25 juin dernier. Une quatrième relaxe a été prononcée3.

Cette affaire ne porte donc pas sur une chanson de rap. Pourtant, elle constitue bien une étape majeure et le procès le plus important de l’histoire du genre rap en France. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, au-delà de l’auteur attaqué en diffamation, c’est l’ensemble du monde du rap qui est impliqué dans l’affaire. La radio Skyrock, d’abord, qui est la première à porter plainte pour incitation  à la violence suite à un article du magazine intitulé « Ne sortez plus sans vos gilets pare-balles ». Cet article s’en prenait violemment à Laurent Bouneau, directeur des programmes de la station, et à Fred, animateur de l’émission Planète rap. Le parquet laissera la plainte sans suite, mais EMI retirera le magazine gratuit des lieux où il était distribué. La Rumeur répètera la charge, cette fois en musique, sur leur deuxième album, Regain de tension.

On remarquera également que la plainte pour diffamation du ministère de l’Intérieur vise Emmanuel de Buretel, alors président d’EMI, en sa qualité de directeur de publication du magazine. Hamé, auteur du texte incriminé, n’est inculpé « que » pour complicité de diffamation. Le premier jugement, prononcé par le Tribunal de Grande Instance de Paris met hors de cause la société EMI, et les appels du Procureur de la République ne remettront plus la  maison de disques sur la sellette, focalisant les attaques sur les personnes de Hamé et Emmanuel de Buretel.

Surtout, le rap est en cause dans le cadre du procès de Hamé parce qu’il devient de plus en plus présent au fil des plaidoiries.

  • Au cours du procès en appel, en mai 2006, la juge rapporteur interroge ainsi Hamé : « Les paroles de vos chansons correspondent-elles à ce que vous avez écrit dans l’article ? » avant de fondre la question des paroles de chansons et des textes du magazine dans une même problématique soupçonneuse : « Vous vous posez quand même bien la question du destinataire de vos textes ? ».
  • Ensuite parce que maître Tricaud, avocat du groupe, en cohérence avec le climat de diabolisation du rap consécutif aux émeutes de l’automne 2005, utilise dans sa plaidoirie  la une de Libération titrant, le 14 novembre 2005 : « Banlieues : la prophétie rap ».
  • On peut encore noter qu’au cours du second procès en appel, le 3 juin 2008, parmi les témoins de la défense se trouve Grégory Protche, ancien journaliste dans la presse rap. Celui-ci décrit La Rumeur comme le premier groupe « à poser un regard véritablement historique et politique sur sa propre situation de fils d’immigrés ». Le témoin procède ainsi à l’inscription de La Rumeur dans une histoire du rap qui est aussi une histoire de l’art (politique).
  • Enfin, Hamé « situe son texte dans la tradition littéraire ancienne du pamphlet, en tenant compte de la spécificité du mode d’expression lié à la musique RAP et de la nécessaire radicalité des termes employés par ces artistes »4, tandis qu’Ekoué, autre membre du groupe La Rumeur, est régulièrement appelé à témoin, manifestant l’entière solidarité de l’ensemble du groupe vis-à-vis des propos de Hamé.

On peut aussi souligner que la mise en cause de cet article de La Rumeur s’inscrit, en 2002, dans une dynamique sarkozyste  plus large de criminalisation des paroles de chansons de rap dont le groupe Sniper a également fait les frais. La plainte est en effet déposée par le ministère de l’Intérieur, à l’époque sous l’autorité de l’actuel Président de la République. Nicolas Sarkozy fédère ainsi autour de sa personne des entreprises de morales issues de groupuscules d’extrême-droite et de syndicats policiers5, accordant pour la première fois la légitimité de l’État à des dénonciations qui prennent le rap pour cible depuis sa médiatisation, au début des années 1990.

Le député Patrick Braouezec, en février 2009, citait le cas du procès à rallonge intenté à Hamé comme emblématique d’un travail de sape systématique de « tout ce qui pourrait s’apparenter, de près ou de loin, à un contrepouvoir » sous la présidence Sarkozy :

Que dire du ministère de l’intérieur qui, pour la deuxième fois, se pourvoit en cassation contre le groupe de rap « La Rumeur » – il ne s’agit pas de savoir si celui-ci a tort ou non –, que la cour d’appel de Versailles avait pourtant relaxé au terme d’une longue procédure ? Bien que ses propos, comme le rappelle son avocat, traduisent des réalités attestées par des historiens et même des gardiens de la paix venus témoigner au procès, le chanteur Hamé est poursuivi par le ministère de l’intérieur depuis bientôt six ans ! Le réquisitoire du président de la cour d’appel de Versailles est pourtant très explicite et n’appelle pas de recours. Qu’à cela ne tienne, l’État revient à la charge une troisième fois ! Pourquoi un tel acharnement, sinon pour mettre à bas la liberté d’expression ?6

De ce point de vue, le « procès de La Rumeur » manifeste, avec l’inculpation du groupe Sniper la même année, un tournant dans les relations entre l’État et le rap. Mais si La Rumeur et Sniper se retrouvent au même moment sur le banc des accusés, la réaction des deux groupes est bien différente. Sniper7 plaidera son bon droit sur la forme : liberté d’expression, statut de la parole chansonnière, etc. Hamé, au contraire, plaidera (aussi) le fond, et amènera ainsi les violences policières à être directement discutées dans l’enceinte du tribunal.

Si Hamé est finalement relaxé, le jugement de la Cour de Versailles aura porté sur le chef d’inculpation – la diffamation – jugé inapproprié, le texte revêtant plutôt, aux yeux du tribunal, un caractère injurieux. La nuance est de taille, puisqu’un délit de presse peut faire l’objet d’une attaque en justice pour l’un de ces deux motifs – diffamation ou injure, mais lorsque l’un des motifs est invoqué et donne lieu à poursuites, il n’est pas possible d’invoquer l’autre. Entre temps, la loi sur la prescription des délits de presse s’applique : impossible, donc, en 2010, d’intenter un nouveau procès à La Rumeur au motif que l’article de Hamé constituerait une injure publique.

Cette casuistique peut paraître frustrante. Pourtant, l’argumentation déployée dans le verdict mérite qu’on s’y arrête. Trois extraits du texte de Hamé constituaient, pour l’accusation, des propos diffamatoires.

  • Sur le premier extrait, la cour indique que « le passage litigieux ne peut être appréhendé et compris que s’il est replacé dans le contexte général de l’écrit fustigeant l’ensemble des forces politiques et des acteurs sociaux »8.
  • Sur le deuxième extrait, elle souligne que « la citation à l’origine de la poursuite tronque l’énumération, au risque de modifier l’équilibre du texte ».
  • Sur le troisième extrait, elle note que « ce passage constitue en fait une note par rapport à un autre situé dans la première partie du texte ; que d’ailleurs, là encore, la partie civile ne poursuit comme diffamatoire qu’une partie de la note, au risque de rendre le message envoyé difficilement compréhensible »9.

Bref, ces décontextualisations et ces citations tronquées auront permis au tribunal de trancher sans prendre position sur le fond de la question soulevée par Hamé : les violences policières, largement évoquées dans le cadre des plaidoiries de la défense. Mais la décontextualisation des citations visées par l’accusation sape aussi la légitimité de cette dernière aux yeux de la loi. C’est un enseignement intéressant lorsqu’on le rapporte aux modalités habituelles par lesquelles des parlementaires  ou des ministres incriminent des chansons de rap.

Reste que la question des violences policières est toujours d’une actualité brûlante, après les morts d’Ali Ziri, Hakim Ajimi. Après les propos lénifiants du procureur et du préfet, des démentis se font jour peu à peu, notamment après enquête de la Commission nationale de déontologie de la sécurité10. Hamé avait convié Fabien Jobard11, Maurice Rajsfus et Pierre Tévanian à la barre. Il aurait également pu inviter Sylvie Tissot :

Ce que nous appelons la « réforme des quartiers » ne se réduit pas à une simple prise en compte de problèmes objectifs soudain révélés. Elle se construit sur une sélection particulière des objets considérés comme pertinents, et, en l’occurrence, sur l’occultation de la question des rapports entre jeunes et police, puisque les émeutes suscitées par la mort d’un jeune homme sont ravalées au rang de comportement irrationnel.12

C’est un processus similaire que l’on a constaté à la suite des émeutes de novembre 2005. De la même manière qu’en octobre 1990 après l’émeute de Vaulx-en-Velin, l’origine des événements a été progressivement recouverte, selon une montée en généralité analogue, par des commentaires sur les problèmes des « banlieues », conçues comme entité homogène. La tonalité est aujourd’hui plus répressive, mais les présupposés liés à la catégorie de quartiers sensibles telle qu’elle s’est imposée vingt ans auparavant restent ininterrogés : perception des étrangers et de leurs enfants comme des populations « à problèmes », voire menaçante ; focalisation sur la question du « lien social » ; occultation des mécanismes structurels de la ségrégation ; et, malgré un certain renouvellement des analyses sociologiques entendues dans le débat public, refoulement de la question du chômage, de la précarité, des discriminations et, davantage encore, de la violence policière.13

  1. On y trouve également des comptes-rendus des audiences, et des interviews de Hamé []
  2. Anthony Pecqueux, dans un texte publié dans Libération, accordait une importance centrale au titre de l’article de Hamé, qui situait le point de vue adopté par l’auteur du côté de ceux que l’on nomme « barbares ». Voir « Faut-il s’appeler Brassens pour chanter « Mort aux vaches » ? », Libération, 6 novembre 2009 []
  3. Outre l’article le dossier chronologique établi par le groupe La Rumeur et le site Acontresens, on pourra lire l’article de Thomas Blondeau dans Le Monde diplomatique de septembre 2008 et les précisions que le journaliste livre sur son blog ici et . Pour un avis juridique sur la cassation, en juillet 2007, du premier jugement du TGI, on peut se référer à un billet de Maître Eolas ainsi qu’aux commentaires qui le suivent []
  4. Extrait de l’arrêt de la cour d’appel de Versailles du 23 septembre 2008 []
  5. On trouve dans le dossier sur l’historique de l’affaire  une piste d’analyse intéressante, avancée par le sociologue Fabien Jobard, spécialiste de la police : le procès La Rumeur s’inscrirait dans le contexte d’une « « gestion néo-corporatiste de l’Etat », qui veut qu’un ministre, surtout nouveau venu, donne des gages à ses fonctionnaires ; or, des syndicats de police sont demandeurs de plaintes à l’encontre de propos qu’ils jugent insultants ou diffamants, notamment venant de groupes de rap » []
  6. Extrait du compte rendu intégral de la deuxième séance du jeudi 5 février 2009 de l’Assemblée nationale, XIIIe législature, session ordinaire de 2008-2009. []
  7. comme Mr R quelques années plus tard et Emmanuel de Buretel dans le procès dont il est question ici []
  8. Extrait de l’arrêt de la cour d’appel de Versailles du 23 septembre 2008 []
  9. ibid. []
  10. Voir le site de la CNDS dont la fin est désormais programmée. Voir aussi un article du Monde consacré à ces deux affaires, ainsi qu’à celle de la mort d’Abou Bakari Tandia. []
  11. Voir par exemple cet article : « Le nouveau mandat policier : faire la police dans les zones dites de “non-droit” », Criminologie, vol. 38, n° 2, 2005, pp.103-121 ; et le rapport « Quand les policiers vont au tribunal » []
  12. Sylvie Tissot, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Seuil 2007, p.48 []
  13. ibid., p.288 []

Histoire(s) du hip-hop féminin en France

Les ouvrages de référence sur le rap, qui ne sont pas nombreux d’ailleurs, n’accordent que quelques pages aux filles du mouvement. Mais lorsqu’ils abordent le thème des rappeuses françaises, tous sont unanimes pour expliquer les difficultés qu’elles ont à s’intégrer et à se faire reconnaître par leurs homologues masculins. […] Le sujet des rappeuses n’a donc pas à l’heure actuelle été étudié par les sociologues1.

Ce constat a peut-être enfin trouvé un début de réfutation avec la publication, ce mois-ci, de Fly Girls : Histoire(s) du hip-hop féminin en France2. Fly girls, équivalent au féminin de l’expression b. boys, désigne les membres du mouvement hip hop.

L’ouvrage est co-signé par Antoine Dole et Sté Strausz. Cette dernière est l’une des premières rappeuses françaises, auteure d’un mini album réalisé en indépendant et publié en 1994, puis de deux albums (1998 et 2005). L’écart entre le premier et le second album témoigne des difficultés que cette artiste a rencontré dans sa carrière, difficultés qu’elle mettait en musique dans le premier titre extrait et de son dernier album : « Ma vie ».

Avant de pouvoir en dire plus sur ce livre, voilà quelques notes d’un petit cybertour d’horizon de quelques documents intéressants sur la question. Tout d’abord, sur le blog de La méduse, une discussion dont on espère qu’elle va se poursuivre autour du « corps viril du rap » – perçu et disséqué depuis les oreilles d’une amatrice du genre. Bien qu’il ne porte pas sur la question du genre, j’en profite  pour glisser ici un lien vers un autre article réflexif d’un amateur de rap, celui de Chivain, qui s’interroge sur « le rapport des classes moyennes anarchisantes évoluant dans le milieu DIY (« nous » ?) au mouvement hip hop ».

Revenons-en au genre. Le magazine Anattitude mérite le détour. Cette publication consacrée à l’ensemble des disciplines du hip-hop dans le monde vise à présenter « the female side of hip hop ». Parmi les quatre numéros publiés depuis 2005, on peut noter le n°2 qui présente quelques portraits de femmes évoluant dans le hip-hop parisien. Il est écrit en bilingue (français / anglais) et, ce qui ne gâche rien, on peut le consulter entièrement via la plateforme issuu.com.

Outre l’incontournable Princess Aniès, on découvre notamment les danseuses Dhaam de coeur, Zou, les graffeuses Lenie et Kenza, et la réalisatrice Keira Maameri. L’un des documentaires de cette dernière, s’intitule On s’accroche à nos rêves et décrit lui aussi la trajectoire de quelques fly girls française. Au programme du trailer du documentaire, un extrait du titre « Qui est le sexe faible » de Princess Aniès et Tepa (qui formaient le duo Les Spécialistes), suivi de quelques interviews et d’une performance impressionnante de DJ Pom… Pour cette version enflammée de « Jump around » de House of pain, c’est ici !


Keira | MySpace Vidéo

  1. Anne-Sophie Davy, Le rap au féminin : une quête impossible ?, mémoire réalisé à l’IEP de Grenoble, 2003, p.6 []
  2. éd. Au diable vauvert []

Rapports sociaux : quelques notes

Puisque l’une des principales rubriques de ce carnet de recherche brandit cet intitulé, il me semble utile d’apporter quelques éclaircissements – provisoires – sur ce que l’on entend communément par «­ rapports sociaux ».

De quoi s’agit-il ? De quelque chose d’autre que de « simples » relations sociales, soulignent nombre de sociologues contemporains.

Savants comme profanes amalgament trop souvent deux niveaux de réalité, celui des relations sociales et celui des rapports sociaux. Les relations sociales sont immanentes aux individus concrets entre lesquels elles apparaissent. Les rapports sociaux, eux, sont abstraits et opposent des groupes sociaux autour d’un enjeu.1

On est ici au cœur d’un postulat sociologique : le social ne se résume pas aux transactions locales engageant des individus abstraits et interchangeables, ou irréductiblement singuliers. Intervient également une détermination collective qui fait que tel individu est situé dans un ensemble social donné – homme ou femme plutôt que l’inverse, ouvrier ou patron, Blanc ou Noir, etc.

Parler de rapports sociaux de sexe, de classe ou de race, ce n’est donc pas considérer qu’il existe des hommes et des femmes en vertu d’une différence d’organes génitaux, des ouvriers et des patrons selon que l’on est laborieux ou entreprenant, des Blancs et des Noirs en fonction d’une couleur de peau. C’est considérer que ces dichotomies sont la conséquence (et non l’origine) de situations asymétriques, situations engageant le plus souvent la production et le partage des richesses. La notion de rapport social conduit à soulever le problème de l’exploitation et, au-delà, de l’oppression et de l’aliénation.

Il semble […] utile de distinguer deux « niveaux » dans la structuration et l’organisation sociales des différenciations ethniques. Celui que nous proposons de nommer « rapports sociaux interethniques » est sans doute le plus abstrait, mais aussi le plus efficient à l’échelle macrosociale. […]

Appréhendés à ce niveau, l’ethnicité, comme le racisme, sont des principes contraignants. Ils déterminent des places et des chances et imposent des « communautés de destin » telles que, par elles-mêmes, elles produisent des solidarités et des rivalités définies comme « ethniques » ou « raciales ». Le niveau des « relations sociales interethniques » est plus concret. Il suppose le contact, la coexistence, et est par conséquent plus soumis aux conjonctures temporelles et aux configurations locales. […]

Leur influence sur l’ordre des rapports interethniques est ainsi ambiguë. Prises dans la contingence des situations et des évènements, les relations sociales interethniques peinent à le subvertir ; mais elles l’influencent aussi et, sur le long terme, elles le modifient.2

Lorsqu’il est question de rapports sociaux, certains insistent plutôt sur leur composante idéelle (l’opération de catégorisation elle-même, consistant à dire : je / tu / il / elle est différent-e), d’autres sur leur dimension matérielle (l’inégale condition qu’un rapport social aménage aux uns et aux autres) même si, en théorie, la plupart des auteurs en appellent à tenir ensemble ces « deux faces d’une même médaille ».

Si nombreux sont les auteurs contemporains qui mobilisent la distinction rapports sociaux / relations sociales, plus rares sont ceux qui développent la distinction de façon approfondie. C’est notamment le cas de Michel Arliaud, décédé il y a peu, et dont les cours ont été publiés l’année passée avec l’aide de ses collègues de l’université d’Aix :

Les analyses en termes de rapports sociaux lient le système culturel et l’organisation sociale à des rapports sociaux historiques. […] En parlant de rapports sociaux, on va parler d’acteurs non pas individuels mais d’acteurs collectifs qui s’opposent, ou qui sont en rapport entre eux, car il n’est pas possible de comprendre un individu ou un groupe si l’on ne le rapporte pas à l’espace de jeux et aux rapports dans lequel il s’inscrit. Un rapport social est à distinguer d’une relation sociale – ou d’une interaction sociale – de plusieurs points de vue. […]

  • Le rapport social est d’ordre théorique tandis que la relation ou l’interaction sont d’ordre empirique […].
  • Les rapports sociaux saisissent un certain degré de généralité du caractère énoncé, ce qui n’est pas forcément le cas d’une relation sociale donnée […].
  • Une troisième propriété distinctive entre relations et rapports sociaux est la stabilité relative des uns et l’instabilité ou l’évanescence des autres.3

Mais pour approfondir la notion de rapport social, on ne peut faire l’économie d’un retour sur l’histoire de ce concept, chez Marx notamment, mais également chez des penseurs qui le précèdent, tels que Louis de Bonald, Saint-Simon ou Guizot4.

On trouvera peut-être ces dichotomies caricaturales (encore que, de façon inégale) : ne peut-on pas être autre chose que homme OU femme ? ouvrier OU patron ? Blanc OU Noir ? Si, bien entendu, mais cela ne remet pas en cause la pertinence d’une analyse en termes de rapports sociaux (de sexe, de classe, de race). Les personnes qui échappent (ou prétendent échapper) à ces catégorisations dichotomiques se heurtent à un travail collectif de catégorisation avec lequel elles sont obligées de composer.

Mais les personnes peuvent-elles vraiment être réduites à l’une ou l’autre de ces catégories ? Est-on jamais seulement homme (ou femme),  seulement patron (ou ouvrier), seulement Blanc (ou Noir) ? Non, et on rencontre alors deux questions. La première est celle de la composition singulière de ces déterminants : Qu’est-ce qu’être femme, patron et Noire ? Qu’est-ce qu’être homme, ouvrier et Blanc ? La seconde question est celle du caractère clos de la liste, réduite ici à trois axes : sexe, classe, race. L’âge n’est-il d’aucun poids ? L’orientation sexuelle est-elle quantité négligeable ? Quelle place accorder à la ligne de partage opposant « aliénés » et « sains d’esprit » ?

Ces questions parmi d’autres, mais aussi les nuances que l’on devine entre les conceptions d’Arliaud, Kergoat et De Rudder permettent de rappeler que le concept de rapport social est un outil intellectuel à travailler. Un projet que, parmi d’autres, le sociologue Michel Freyssenet a pris à bras le corps sur un site particulièrement riche consacré à la question.

  1. Danièle Kergoat, « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Puf 2009, p.115 []
  2. Véronique De Rudder, Christian Poiret, François Vourc’h, L’inégalité raciste. L’universalité républicaines à l’épreuve, Puf  2000, p.38-39 []
  3. Michel Arliaud, Pour une sociologie des rapports sociaux, La dispute 2009, p.118-120 []
  4. voir l’intéressant mais difficile article de Pierre Macherey, « Aux sources des « rapports sociaux » », Genèses n°9, oct. 1992 []