Archives de catégorie : politiques publiques

Questions au gouvernement. Les premiers pas d’une enquête

Abordée à l’occasion d’un billet précédent sous un angle relativement anecdotique, la question des liens entre les élus et le genre rap est à la fois complexe et passionnante. À l’échelle locale, les rapports sont étroits, et concernent aussi bien les subventions associatives que les autorisations délivrées (ou non) aux différentes manifestations artistiques – concerts de rap, festivals hip hop, etc.  À l’échelle nationale, le soutien au hip hop affiché au début des années 1990 par le ministre de la Culture et porte-parole du gouvernement de l’époque, Jack Lang, ou l’« affaire NTM » en 1995-1996 ont fait couler beaucoup d’encre.

Mais ces dernières années ont été marquées par un phénomène nouveau : la multiplication des procès contre des rappeurs et la publicité nouvelle dont ces procès sont l’objet. Ministres et parlementaires ont largement contribué à cette évolution, de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre de l’intérieur au député François Grosdidier avec sa pétition soutenue par près de 200 parlementaires. Cette mobilisation de députés, et les relais médiatiques dont elle a parfois bénéficié s’appuient étroitement sur un usage de paroles de chansons sous forme de brèves citations textualisées (il n’est pas question d’écouter, mais de lire des paroles jugées révoltantes) et décontextualisées (quelques lignes parfois, quelques mots le plus souvent sont extraits d’une chanson).

Pour mieux analyser ces interactions entre chanson et politique – entendue ici en son sens le plus étroit, il me semble intéressant de se tourner vers l’activité parlementaire. C’est l’occasion de prendre au sérieux le travail de député, et de comprendre comment le rap devient un thème d’intérêt public dans les plus hautes instances de l’État. C’est l’occasion également de profiter du riche moteur de recherche de l’Assemblée nationale. C’est enfin l’occasion pour moi de découvrir de nouveaux travaux, relevant notamment de la science politique.

La première circonscription de l’enquête m’a conduit à privilégier un type particulier d’activité parlementaire : les questions, procédure par laquelle un député adresse une brève demande d’information à un ministre précis, ce dernier devant lui faire une réponse dans les deux mois. La question comme sa réponse sont publiées au Journal officiel. Une recherche superficielle permet déjà de repérer une quarantaine de questions écrites qui évoquent, depuis le début des années 1990, le genre musical rap. Parmi elles, une vingtaine environ a pour objet principal ce genre musical ou certaines de ses chansons. Voici l’une des toutes premières, posées par le député UDF Charles Ehrmann au ministre de la Culture de l’époque, Jack Lang :

M Charles Ehrmann demande a M le ministre de la culture et de la communication de bien vouloir le rassurer dans les plus brefs delais en lui precisant que l’information parue dans le numero du 31 decembre 1990 de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, selon laquelle il octroie 2 millions de francs pour 1991 a la culture hip-hop est fausse. Si l’on considere en effet que le groupe devant en beneficier s’appelle NTM (Nique ta mere) et qu’en regle generale les bandes pratiquant le tag, le rap et la culture hip-hop professent, par leurs paroles et leurs actes, un racisme anti-blanc et un antisemitisme virulents, cette subvention serait tellement immonde qu’il ne manquerait pas d’alerter tous ceux pour qui la culture judeo-chretienne de la France, qui se situe aux antipodes du hip-hop, a encore une signification.1

Une rapide recherche sur Internet m’a amené à lire les articles d’Anne-Laure Nicot2 et de Sébastien Lazadeux3. À partir de leur bibliographie, j’ai poursuivi ma lecture par un article plus ancien de Charles Henry4. Ces trois textes permettent de repérer quelques enjeux traditionnels en science politique autour de l’étude des questions par les députés, et de préciser ce que recouvre la catégorie des « questions » dans le moteur de recherche de l’Assemblée nationale.

On y trouve en effet à la fois des questions écrites (pas moins de 123 418 pour la XIIe législature, de 2002 à 2007), des questions au gouvernement (3298 au cours de la XIIe législature) et des questions orales (1919), rapidement distinguées sur le site de l’Assemblée. Si la pratique des questions au gouvernement , instaurée en 1974, est relativement récente, les questions écrites existent depuis 1909. Charles Henry note :

« En s’en tenant à l’interprétation habituellement proposée par les spécialistes du droit parlementaire, le sujet semble épuisé : la question écrite est réputée  être l’un des moyens de contrôle de l’activité gouvernementale. »5

On devine à la lecture de cette phrase que l’auteur ne compte pas s’en tenir à l’interprétation habituelle. Quant à comprendre ce à quoi le rap ressemble depuis les bancs de l’Assemblée nationale, l’enquête commence tout juste. Je suis donc preneur de tout conseil de lecture ou de méthode !

  1. Question n°46250, publiée au J.O. le 29 juillet 1991 []
  2. Anne-Laure Nicot, « La démocratie en questions. L’usage stratégique de démocratie et de ses dérivés dans les questions au gouvernement de la 11e Législature (1997-2002) », Mots. Les langages du politique n°83, 2007, p.9-21 []
  3. Sébastien Lazardeux, « « Une Question Ecrite, Pour Quoi Faire? » The Causes of the Production of Written Questions in the French Assemblée Nationale », French Politics n°3, 2005, pp.258-281 []
  4. Charles Henry, « Les questions écrites des députés. Analyse des usages d’une procédure parlementaire », Revue française de science politique n°4, 1993, pp.635-654 []
  5. ibid., p.635 []

À quoi peuvent bien servir deux députés du Val d’Oise ?

Un crocodile avec des moustaches, ça pourrait amuser les enfants
Un évêque qui crie mort aux vaches, ça peut inquiéter les possédants
Un morceau choisi de Déroulède, ça peut faire pleurer les adjudants
Une fille même la plus laide, ça peut vous faire passer du bon temps

Mais dites-moi, mais dites-moi
À quoi peut bien servir en notre temps
Un jeune, un jeune Républicain-Indépendant ?1

Deux députés UMP du Val d’Oise ont récemment enfourché un nouveau cheval de bataille. En fustigeant la tenue, en région parisienne, d’un concert du collectif Maghreb United, Yanick Paternotte et Claude Bodin offrent un exemple presque caricatural de ce que le sociologue Howard Becker analyse comme des croisades morales qui, lorsqu’elles réussissent, « engendrent une nouvelle catégorie d’étrangers à la collectivité »2. Claude Bodin était également aux avant-postes des dénonciations (calomnieuses) visant le candidat socialiste Ali Soumaré lors de la dernière campagne électorale régionale. Cette fois, Claude Bodin ne fustige pas ce qu’il croit être un « délinquant multirécidiviste chevronné », mais des chansons. Extrait du communiqué de presse des deux députés :

Nous sommes indignés et scandalisés de constater qu’une telle manifestation ait pu être autorisée par le Maire de Paris, pour mettre à l’honneur, qui plus est dans un endroit aussi symbolique que notre Capitale, les appels à la haine et à la violence de pseudo chanteurs n’ayant de cesse de bafouer et d’insulter nos valeurs nationales et tous ceux qui sont chargés de les faire respecter ! Nous avons le devoir de dire NON à toute forme de racisme, de mysoginie (sic) et de haine !3

Manque de chance ou de compétence, comme pour le cas d’Ali Soumaré, l’indignation vise à côté. L’autorisation du concert ne relève pas de la compétence du Maire de Paris (socialiste), mais de celle de l’État. Reste donc la mise à l’index catégorique des artistes participant au concert, par un communiqué de presse très officiel émanant de parlementaires siégeant à l’Assemblée nationale. Appels à la haine, à la violence, racisme, misogynie, autant d’allégations que ne soutiennent, dans le communiqué de presse, aucune preuve. Les éléments à charge seront précisés à Europe1.fr.

Dans le collimateur d’Yves Paternotte, contacté par Europe1.fr, les rappeurs Sefyu et Rim’K, et leurs titres La vie qui va avec et Face à la police , qu’il juge « intolérable et insupportable ». « La liberté d’expression a ses limites que sont l’appel au meurtre et à la haine », estime-t-il. « Quand on appelle à l’insurrection, au viol, à ‘tirer’, c’est un trouble à l’ordre public ». Selon lui, certains chanteurs « adorables » du label Maghreb United serviraient de caution à d’autres artistes plus violents, « comme le bras armé de l’ETA »4

Le problème est que les deux députés sont très mal renseignés.

Racisme ? Misogynie ? Appel au viol ? L’argumentaire des députés UMP reprend les grandes lignes de la critique de groupes d’extrême-droite suffisamment organisés pour faire interdire des concerts de Maghreb United dans d’autres villes de France, mais pas suffisamment fins auditeurs pour éviter des contresens grossiers. Il n’y a pas l’ombre d’une incitation au viol dans « La vie qui va  avec » de Sefyu, et les propos considérés par l’extrême-droite comme du « racisme anti-blancs » ont fait l’objet de nombreuses mises au point de l’artiste, antérieures à cette affaire.

Skyrock.com : Autre exemple de phase qui a été mal perçue, dans La vie qui va avec, tu dis « t’as vu un babtou, y a une hagla qui va avec… »5. Il y a des gens qui pensent que tu es raciste envers les Blancs. Qu’est ce que tu veux leur répondre ?

Sefyu : Quand une réalité n’est pas banale, c’est-à-dire quand tu l’entends pas toujours, forcément ça choque.  […]. C’est plus une métaphore pour faire comprendre qu’il faut pas faire l’amalgame. C’est pas parce qu’il y a un mec qui est blanc, qui est né en France, qui vient de je ne sais où, de la Bourgogne, qu’il peut pas venir au quartier. […] La vision des jeunes de ces quartiers, et qu’on a même déjà eu, c’est comme un mec en prison. Le mec qui a tout pour réussir qui se retrouve en taule, les mecs ils vont pas lui faire de cadeaux. Ils vont dire « ouais lui il a tout », ils vont lui en vouloir. Quand t’es jeune, c’est cette vison là que tu as malheureusement. La ghettoïsation a fait qu’on est entre nous, qu’on est fermé qu’on reste dans notre « village ». C’est ce que je dénonce.6

Pas de racisme, donc, pas de sexisme non plus (dans cette chanson en tout cas7), et sûrement pas d’incitation ou d’apologie du viol. Alors que reste-t-il ? Des propos virulents visant la police, dans la chanson de 113, indéniablement. Est-ce cela qui explique l’ire des députés UMP ? Pas vraiment, ou pas seulement. Car lorsqu’ils sont dans la bouche de quelqu’un comme Jean Ferrat, soulignant d’un ton amusé l’utilité d’« un évêque qui crie mort aux vaches » pour inquiéter les possédants, les provocations chansonnières n’entraînent pas le verdict sans appel de « pseudo chanteur intolérables et insupportables ».

Bien au contraire, un mois avant de s’enflammer contre le concert Maghreb United, Jean Bodin s’est ému avec ses contemporains de la disparition d’« un des plus grands artistes français […qui était…] avec Brassens et Brel8, de ces auteurs-compositeurs et interprètes qui ont marqués la scène et la chanson française »9. Peut-être n’a-t-il pas écouté, à l’époque où il appartenait au Parti Républicain, la petite ode que le « poète enraciné dans son Ardèche » avait concocté pour lui et les jeunesses de son parti.

  1. Jean Ferrat, « Un jeune » []
  2. Howard Becker, Outsiders, 1985 (1963), p.178 []
  3. Voir, par exemple, sur le site de Claude Bodin []
  4. Europe1.fr, 8 avril 2010 []
  5. babtou : verlan de toubab, qui en wolof signifie Blanc ; hagla : en fait hagra, mot d’arabe utilisé comme synonyme d’humiliation []
  6. Interview accordée à Skyrock.com et publiée le 12 mai 2006. Voir aussi l’interview accordée au magazine gratuit 5 Style, n°53, fév. 2008 []
  7. Contrairement à d’autres chansons, quel qu’en soit le genre musical – voir par exemple l’extrait de Jean Ferrat en exergue de ce billet, suggérant avec une finesse toute machiste l’utilité d’« une fille même la plus laide »… []
  8. Deux autres grands amis de l’institution policière []
  9. 13 mars 2010, la mort d’un poète []

Radio Matignon

Le séminaire gouvernemental clôturant le débat sur l’identité nationale lundi 8 février 2010, d’après Le Canard enchaîné du mercredi 10 février, a été le théâtre de cet échange :

Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, prétend que « dans les cités on chante le rap, une belle musique qui vient d’Algérie ». Fadela Amara le coupe : « Mais non, Bernard, ce n’est pas le rap, c’est le raï ! ».

La méprise aura eu suffisamment de succès pour se frayer une place dans les actualités du Nouvelobs.com (qui a transformé, au passage, le « prétend que » du Canard en « aurait affirmé que », et le « Fadela Amara le coupe » en « l’aurait aussitôt interrompu »). Mais les débuts du séminaire valaient aussi le coup d’oreille, pour des propos ayant également traits à des chansons. Citation, toujours, du Canard enchaîné :

Frédéric Mitterrand ouvre le bal en récitant de longs extraits de deux chansons de Maurice Chevalier et de Charles Trenet : « Ça fait d’excellents Français » et « Douce France ». Ses collègues, goguenards, lui demandent de les chanter. Vainement. Mitterrand cite alors comme modèle d’intégration Jane Birkin : « Ça plaît aux jeunes, Jane Birkin ! »

Une chanson de 1939, une autre de 1943. Toutes deux écrites une poignée d’années avant la naissance du ministre de la Culture. Toutes deux profondément marquées par les circonstances politiques et militaires dans lesquelles elles sont composées. D’où les quelques titres qui suivent, en forme de libre digression sur la trame de Radio Matignon.

Le rap à Téhéran

En novembre 2007, un rap persan de plus en plus populaire s’attire les foudres du ministre de la Culture iranien, Mohammad Dashtgoli. « En soi, il n’y a rien de mal à ce type de musique, argumentait le ministre. Mais du fait de l’utilisation de mots obscènes par ses chanteurs, cette musique est désormais illégale. En coordination avec la police, les studios illégaux qui produisent cette musique seront fermés et les chanteurs de ce genre seront poursuivis. » (source : afp)

La télévision iranienne, dans un documentaire alarmiste diffusé durant l’été 2008, relaie le point de vue du ministre en l’élargissant au rock et à la techno. On trouve dans le documentaire un court extrait du clip de la chanson Ye Mosht Sarbaz du rappeur Hichkas, copieusement agrémenté de *bip* de censure en moins de quelques secondes de diffusion (8’55 min. de la 4e partie du documentaire sur Youtube). A lire le sous-titrage en anglais proposé dans le clip, on se demande ce qui a bien pu être censuré, mais peut-être la traduction édulcore-t-elle les paroles de la chanson.

Les sites Internet sont les principaux vecteurs des enregistrements condamnés par le pouvoir, mais leur existence est précaire. www.bax89.com et www.parshiphop.com n’existent désormais plus, et c’est à présent sur www.farsihiphop.com que l’on peut trouver un grand nombre de chansons de rap iranien. Le site recense plus d’une centaine d’artistes, auteurs pour la plupart de quelques chansons, et parmi lesquels le rappeur Hichkas fait figure de vétéran.

Le genre rap, donc, n’a rien de mal en soi, prend soin de préciser le ministre. Quel rap trouve alors grâce aux oreilles gouvernementales ? Une partie de la réponse se trouve dans le clip promotionnel d’un film comique récent, Shame aroosi, parodie de rap et plagiat du célèbre Billie Jean de Michael Jackson :

Farsihiphop.com reproduit l’interview que trois membres de la scène rap de Téhéran auraient accordé au webzine persianesquemagazine.com. Le premier est Fred Khostinat, réalisateur du clip vidéo Ye Mosht Sarbaz, diffusé dans le documentaire. La seconde est Shaya, une rappeuse. Le troisième est Adrenaline, producteur de rap underground. Leur opinion à l’égard de la parodie rap de Shame aroosi est sans appel.

Shaya ouvre le bal : « Je n’aime pas ça. C’est une espèce de plaisanterie. » Plus descriptif, Fred Khostinat commente : « C’est de la rime facile sur des thèmes moraux, comme le mariage et ce genre de trucs. » Adrenaline conclut le festival de critique : « Franchement, je ne l’ai même pas regardé jusqu’au bout. Je peux le décrire en un mot. De la merde. » On croirait lire les commentaires des rappeurs français eux-mêmes confrontés à une floraison de pastiches et de parodies depuis le succès de l’émission H.I.P. H.O.P. en 1984 jusqu’à la popularisation des premiers albums de rap en français aux débuts des années 1990.

Il faut dire qu’entre alarmisme et dérision, la télévision iranienne ne propose pas une image du rap très différente de celle que l’on pouvait observer à la télévision française vingt ans plus tôt.

De Johnny à Joey

Un article de Chris Warne compare l’apparition du rock au début des années 1960 et l’apparition de la techno au début des années 1990, notamment sous l’angle des commentaires inquiets que ces genres musicaux suscitent. Cette approche conduit Warne à présenter quelques uns des événements qui marquent la naissance d’un rock’n’roll en français, depuis l’« été des bandes » de 1959 jusqu’au concert de la « Nuit de la Nation » en juin 1963, en passant par la naissance de l’émission de radio « Salut les Copains ! » sur Europe 1 (en 1959) et le magazine du même nom (à partir de septembre 1962).

Cet « été des bandes » est décrit avec ironie dans l’ouvrage que Vincent Peyre et Françoise Tétard consacrent à l’histoire de la prévention spécialisée : « les 6 et 7 juillet 1959, des journalistes, en mal de papiers en cette période estivale ou en quête de thèmes le moins politiques possible (la guerre d’Algérie fait rage), couvrent deux rixes entre bandes de jeunes : l’une se produit au square Saint-Lambert à Paris (dans le 15e arrondissement) entre deux bandes du quartier ; l’autre à Juan-Les-Pins, sur la Côté d’Azur, entre des jeunes du coin et des jeunes en vacances. Il n’en faut pas plus pour déclencher un phénomène de presse de grande envergure, qui durera au moins jusqu’en 1962. Les « blousons-noirs » entrent en scène, et la peur qu’ils suscitent se répand sur tout le territoire, telle une traînée de poudre. »1

Quelles que soient les circonstances exactes de la naissance d’un problème public des blousons noirs, le rock’n’roll naissant et ses figures de proues (Vince Taylor, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell…) y sont étroitement associés. S’ouvre une période de « panique morale » autour de la jeunesse – qui intronise en même temps cette dernière comme nouvel acteur collectif, alimentée par les heurts avec la police qui succèdent au concert de la « Nuit de la Nation » et les incidents qui émaillent les tournées des stars du genre.

Chris Warne décrit, à partir de 1965, la conversion progressive de la scène rock française aux canons de la chanson et leur intégration au sein de l’industrie du divertissement. Symboles de ce mouvement, le départ de Johnny Hallyday pour le service militaire en avril 1964, puis son mariage avec Sylvie Vartan en avril 1965. « The stars of rock’n’roll have completed their journey of recognition from niche to mainstream audience » [Warne 2006 : 53]. Après les blousons noirs, les « ye-ye » ne sont plus la cible de paniques morales.

Galerie flickr de KAY HARPA
Galerie flickr de KAY HARPA

Warne examine, quarante ans plus tard, comment de nouvelles inquiétudes se cristallisent autour de la techno comme genre musical. Sont notamment dénoncés l’absence de paroles, l’usage du sampling ou encore le développement des raves parties. Warne souligne l’écart entre le rock, objet d’une large opprobre mais n’ayant suscité aucune réaction spécifique de l’État, et la techno, qui est l’occasion d’un double interventionnisme étatique, associant soutien public et économique de certains manifestations et législation restrictive autour du cadre légal du déroulement des raves.

Le rapprochement avec le traitement public du genre rap est tentant. On trouve en effet, en première approximation, une même ambivalence associée à un interventionnisme fort. D’un côté, le rap obtient dès le début des années 1990 un appui de l’État, soutien symbolique via des déclarations publiques et soutien économique via les dispositifs du ministère de la Culture (parfois) et du volet culturel de la politique de la ville (souvent)2. De l’autre, tout ou partie du rap est l’objet de campagnes de dénonciations publiques ou d’accusations judiciaires dans lesquelles des députés ou des ministres ont la part belle. A l’inverse de la techno, ce n’est ni la question du sampling, ni directement celle des concerts de rap qui est en question.

C’est encore moins l’absence de paroles, puisqu’au contraire, ce sont ces paroles qui dans presque tous les cas sont au cœur des débats. A commencer par la chanson « Police », du groupe NTM, publiée en 1993, et qui fera l’objet d’une plainte d’un syndicat policier.

  1. François Tétard et Vincent Peyre, Des éducateurs dans la rue : Histoire de la prévention spécialisée, La Découverte, 2006, p.122 []
  2. voir notamment Loïc Lafargue de Grangeneuve, Politique du hip-hop : Action publique et cultures urbaines, Presses universitaires du Mirail, 2008 []